Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Whigs (Royaume-Uni)

De Wikiberal
Histoire du Royaume-Uni

Les whigs constituaient l'un des deux partis dominants du parlement britannique des années 1680 aux années 1850. Depuis 1678, partisans d’une monarchie constitutionnelle et adversaires de l’absolutisme, les whigs prennent une forme plus organisée avec l’ascension de Charles James Fox dans l’opposition à la politique menée par William Pitt le Jeune.

Les whigs au XVIIIème siècle représentent les grandes familles de l’aristocratie britannique, sont hostiles aux Stuart et se rallient à la succession au trône de la dynastie de Hanovre. Ils défendent les protestants non-conformistes (dissidents, presbytériens) par opposition aux Tories soutiens traditionnels de l’église anglicane. Avec l’industrialisation, ils défendent les intérêts des industriels et des négociants alors que les Tories inclinent du côté des intérêts fonciers. Les whigs formaient à l’origine le Country Party contre le Court Party Tory. Avec le XIXème siècle, le parti soutient la suprématie du Parlement sur la couronne, le libre échange, l’émancipation des catholiques, l’abolition de l’esclavage et l’extension du droit de vote.

Histoire du parti

Le terme whig vient de l’appellation péjorative d’une fraction religieuse écossaise.

Le parti naît de l’opposition à l’accession au trône d’un catholique, le duc d’York, le futur Jacques II, soupçonné de souhaiter l’établissement de l’absolutisme. Pour Samuel Johnson, fervent tory, « le premier Whig a été le diable ».

En dépit du rôle joué par les Whigs, Guillaume III, après la Glorieuse révolution de 1688, leur préférait les Tories, plus favorables à l’autorité royale. La faveur pour les Tories s’accroît sous le règne de la dernière Stuart, la reine Anne, qui pratique comme son prédécesseur, une politique de balance entre les deux partis.

Les Whigs reviennent au gouvernement avec l’accession au trône de George Ier et la dynastie de Hanovre. Ils vont dominer la vie politique anglaise entre 1714 et 1760 avec les gouvernements de Robert Walpole, Henry Pelham et son frère le duc de Newcastle.

George III soucieux de rétablir l’autorité royale met fin à cette domination. Le parti se divise en deux groupes : les Vieux Whigs ou Rockingham Whigs, courant dont fait partie Edmund Burke et le groupe de Lord Chatham. Les Whigs soutiennent les revendications des activistes des 13 colonies d’Amérique du Nord qui se font appeler whigs avant de prendre le nom de patriotes. L’échec de la guerre en Amérique ne permet pas un retour durable au pouvoir des Whigs.

Bien que William Pitt le Jeune se considère lui-même comme un Whig indépendant, le système à deux partis achève de se constituer en 1783 dans l’affrontement entre Charles James Fox, leader des Whigs et proche du prince de Galles et Pitt qui apparaît comme le chef d’un gouvernement tory, s’appuyant sur l’autorité de George III. Le parti se divise sur l’attitude à adopter face à la Révolution française : Fox et les jeunes Whigs comme Charles Grey, s'y montrent favorables, tandis que d’autres comme Edmund Burke, condamnent la Révolution. La guerre contre la France entraîne une partie des Whigs à soutenir le gouvernement de Pitt.

Après l’éphémère ministère de tous les talents (1806-1807) de William Grenville, les Whigs se trouvent de nouveau condamnés à l’opposition en dépit de l’accession du prince de Galles au pouvoir comme Régent (1811) qui rompt avec ses anciens alliés. La mort de George IV (1830) leur permet enfin de retrouver le pouvoir avec lord Grey et lord Melbourne. L’élargissement de l’électorat entraîne la disparition de l’aristocratique courante Whig dans les années 1830.

Le vieux parti cède la place au parti libéral officiellement en 1859 même si le terme de libéraux est antérieur en raison du rapprochement entre les Peelites et les radicaux sur la question du libre échange.

Premiers ministres whigs

Liens internes

Liens externes

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.