Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Zone proximale de développement

De Wikiberal

Lev Vygotsky était un psychologue du développement cognitif qui a étudié les processus par lesquels les enfants apprennent. Il a développé la théorie de la zone proximale de développement (ZPD) dans laquelle il envisage une approche différente qu'un autre grand auteur constructionniste, à savoir Jean Piaget. Pour ce dernier, il faut attendre que le niveau de développement de l'enfant soit atteint pour engager une séquence d'apprentissages en adéquation avec son niveau de développement. Le pédagogue se contente alors, peut-on dire, d’évaluer le stade développemental de l’enfant avant de lui proposer des activités qu’il maîtrise déjà. Lev Vygotsky inverse les données.

L'apprentissage précède le développement

Pour Lev Vygotsky, l'enseignement doit précéder le développement et non le contraire. Le pédagogue doit proposer des apprentissages utiles au développement, c'est-à-dire des apprentissage au-delà de la maîtrise actuelle de l'enfant afin de l'emmener plus loin dans son développement. Lev Vygotsky suggère que les enfants ont besoin d'activités qui reposent à la fois sur des activités d'un apprentissage passé et également, dans des zones avec des niveaux légèrement plus difficiles. Cela signifie que la réussite de l’apprentissage passe par la participation des enfants à la fois dans des activités dans lesquelles ils sont compétents et à la fois dans des activités légèrement en dehors de leur zone de confort.

Zone Proximale de Développement
1) La zone proximale de développement
2) Zone que l'apprenant ne peut pas accéder cognitivement
3) Zone cognitive qui est accessible à l'apprenant s'il bénéficie d'un soutien cognitif
4) Zone où l'apprenant maîtrise ses acquis cognitifs

Dans la théorie ZPD, il y a trois principaux domaines d'apprentissage. Premièrement, un enfant peut faire par lui-même certains choses (zone 4). Deuxièmement, un enfant peut faire certaines choses uniquement avec une certaine aide (zone 3). Et troisièmement, il y a une zone cognitive que l'enfant ne peut pas encore atteindre (zone 2). Lev Vygotsky propose que l'apprentissage se produise d'abord avec des tâches qui sont incluses dans la zone de développement proximal. c'est à dire la zone dans laquelle un enfant peut faire quelque chose avec une certaine aide. Cette tâche implique l’attention et l’aide d’un enseignant. Cependant, avec le temps et de la pratique, un enfant arrive à maîtriser ses éléments cognitifs. Ces éléments passent alors dans la catégorie de choses qu’un enfant peut faire.

Dans cette approche, les éducateurs de la petite enfance jouent un rôle dual. Ils aident les enfants à accomplir des tâches à leur portée et ils les exposent à des tâches qui dépassent légèrement leurs compétences actuelles. Cette stratégie aide à développer la confiance des enfants dans leur l’apprentissage. La philosophie induite dans la Zone proximale de développement est une philosophie humaniste où l'autre m'aide à devenir moi-même. Cette interaction entre l'autre et moi s’inscrit dans un contexte culturel et historique qui favorise l’appropriation des outils culturels au sein d'une même communauté. Le groupe culturel qui possède des outils mentaux et techniques a le privilège de transmettre à ses membres les plus jeunes un héritage non seulement matériel mais aussi un cadre culturel dans lequel l’enfant développe ses fonctions mentales supérieures.

Toutefois, le reproche qui peut être fait à la théorie ZPD est de ne pas laisser la liberté aux apprenants d'explorer par eux-mêmes des zones d'inconfort cognitif. Par conséquent, il existe une bride qui est liée et maintenue dès la plus petite enfance dont l'idée est que l'apprentissage ne peut se faire qu'avec une aide extérieure, et donc elle induit une dépendance vis-à-vis de la communauté même si la ficelle du lien d'apprentissage est rompue depuis longtemps. La philosophie communautaire n'explique pas, également, comment des enfants qui ne sont pas issus du groupe culturel dominant peuvent acquérir une partie ou la totalité de cet héritage tout en continuant de rester en dehors de cette communauté.