Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Imagination

De Wikiberal

L’imagination repose sur la capacité de se dégager du réel pour construire des images inédites et bien souvent, qui est utile pour résoudre ou contourner des problèmes. Elle constitue un processus en perpétuelle évolution. Cela commence par le jeune enfant qui utilise le langage, l'imitation et le jeu comme des représentations symboliques du réel. Cela continue à l'adolescence où la fonction mentale devient supérieure avec le rapprochement d'une pensée abstraite. Et, l'imagination s’épanouit en parallèle avec la pensée rationnelle de l’âge adulte. Certains philosophes[1] conviennent que la pensée imaginaire permet de percevoir la réalité, d'une autre façon que la pensée logique et qu'elle est donc nécessaire pour une meilleure compréhension du monde. Les épistémologues interprétivistes (Mark Packard), en sciences sociales, cherchent à mettre en relief l'importance de l'imagination dans la compréhension des actions humaines. Le caractère unique des sources d'imagination donne à la réalité perçue par l'être humain sa nature nettement subjective.

L'imagination dans la pensée constructionniste

Pour le constructionniste Lev Vygotsky, l'imagination est une fonction mentale supérieure comme le sont la mémoire, la volonté ou la pensée verbale. Elle est ancrée dans les interactions sociales à la différence de fonctions élémentaires qui seraient plus spécifiquement d’origine biologique. L’imagination se développe graduellement et n’atteint sa plénitude qu'avec la capacité de l’individu de se dégager des contraintes du réel. L'auteur présente deux formes de pensée chez l'enfant, la pensée rationnelle et la pensée détachée de la réalité extérieure (imaginaire ou autistique). Mais, à l'âge adulte, une personne incapable de se dégager des liens du réel, comme par exemple une personne aphasique, subit un handicap cognitif car elle ne peut pas prononcer les mots ou concevoir l'idée par exemple, de neige noire ou d'autres associations irréelles. Une telle personne perd provisoirement ou définitivement sa liberté. Car l’imagination suppose une liberté de pensée qui atteint son apogée avec la maîtrise de la pensée conceptuelle et ontologique[2].

L'imagination créatrice s’inscrit dans le réel car elle s’appuie sur les expériences vécues par l’individu. Le nombre des expériences est un facteur important pour la création puisque l’imagination dispose alors davantage de ressources pour réorganiser les matériaux cognitifs en quelque chose de nouveau. Ainsi, pour Lev Vygotsky, l'imagination est constituée de trois opérations mentales : la séparation ou dissociation des éléments cognitifs, l'altération ou modification des images mentales et l'assemblage ou réagencement des éléments sélectionnés. Aussi la richesse expérientielle du milieu socioculturel dans lequel grandit l’enfant vont l'aider, plus tard adulte, à développer son imagination créatrice et, en particulier, ses capacités entrepreneuriales.

Selon un autre grand pédagogue constructionniste, Jean Piaget, les deux modes de pensée, rationnel et imaginaire, se confondent avec le développement mental de l'individu afin de s'adapter au réel. Il y a l'idée d'un réalisme qui conduit à se dégager de sa subjectivité enfantine afin d'atteindre la maturité d'une vérité objective, conforme à la réalité. Pour lui, l'imagination est un acte spontané et non réfléchi qui est une manifestation immature de l'enfance et qui doit laisser sa place à la pensée logique de l'adulte. L'enfant est imaginatif afin de combler les vides cognitifs provoqués par son inexpérience du monde. C'est l'analyse opposée chez Lev Vygotsky car, chez lui, l’imagination est une activité consciente et structurée, qui interagit avec la pensée logique mais qui ne se confond pas avec elle. La pensée créatrice est un effort mental de se détacher du réel, de révéler son individualité en proposant quelque chose de personnel et d'inédit. L'enfant doit apprendre à se dégager de son monde réel pour devenir un être autonome, libre et créateur.

Annexes

Notes et références

  1. Pour Gaston Bachelard, l’imagination est la faculté de déformer les images fournies par la perception.
    Jean-Paul Sartre, 1940, "L’imaginaire", Paris : Gallimard. (nouvelle édition en 1986).
    G. Bachelard, 1943, "L’air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement", Paris: José Corti.
  2. "L'imagination et la créativité liées au libre traitement des éléments de l'expérience et à leur libre combinaison nécessitent absolument comme précurseur la liberté interne de pensée, d'action et de cognition qui ne peut être atteinte que par celui qui a déjà maîtrisé la formation des concepts." Lev Vygotsky, 1931/1987, "Imagination and creativity in the adolescent", In: R. W. Rieber, A.S. Carton, dir., "The Collected Works of L S. Vygotsky. Vol. 5 : Child psychology", New York, NY : Plenum Press, p153

Bibliographie

  • 1900, T. Ribot, "Essai sur l’imagination créatrice", Paris: Librairie Félix Alcan
    • 6ème édition en 1921
  • 1930, Lev S. Vygotski, "Imagination and creativity in childhood", Soviet Psychology, 28(1), pp84-96
  • 1966, Michael Polanyi, “Creative Imagination”, Chemical & Engineering News, Vol XLVIV, April, pp85-93
    • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp249-265
  • 1969, G. Durand, "Les structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale", Paris : Bordas
  • 1974, A. Skinner, "‘Adam Smith. Science and the Role of the Imagination’", In: W. B. Todd, dir., "David Hume and the Enlightenment: Essays Presented to Ernest Campbell Mossner", Edinburgh, Edinburgh University Press
  • 1976, Lawrence White, "Entrepreneurship, Imagination and the Question of Equilibration”, article non publié, 14 Janvier, pp1-18
    • Repris en 1990, In Stephen Littlechild, dir., "Austrian Economics", Vol. III. Brookfield, Vermont : Edward Elgar Publishing, pp87-104
  • 1979,
    • George Shackle, "Imagination, Formalism and Choice", Teorema, Vol 7, n°3-4
      • Repris en 1979, In Mario Rizzo, 'Time, Uncertainty and Disequilibrium', Lexington, Mass.: Lexington Books, D. C. Heath and Co, pp19-31
    • George Shackle, "Imagination and the nature of choice"; Edinburgh : Edinburgh University Press
  • 1980, George Shackle, "Imagination, unknowledge and Choice", Greek Economic Review, August, vol 2, n°2, pp95-110
  • 1982, Philippe Beaugrand, "Le temps, l'imagination, l'incertitude dans la théorie du professeur G.L.S Shackle", Revue économique, n°2, mars, pp297-322
  • 1987,
    • Lev S. Vygotsky, "Imagination and creativity in the adolescent", In: R. W. Rieber, A.S. Carton, dir., "The Collected Works of L S. Vygotsky. Vol. 5 : Child psychology", New York, NY : Plenum Press, pp151-166 (article écrit en 1931)
    • Lev S. Vygotsky, "Imagination and its development in childhood", In: R. W. Rieber, A.S. Carton, dir., "The Collected Works of L S. Vygotsky. Vol. 1 : Problems of general psychology", New York, NY : Plenum Press (article écrit en 1932)
  • 1989, Karl Weick, "Theory construction as disciplined imagination", Academy of Management Review, 14(4), pp516-531
  • 1990,
    • D. C. Dennett, "Memes and the Exploitation of Imagination", The Journal of Aesthetics and Art Criticism, 48(2), pp127-135
    • J. Kregel, "Imagination, exchange and business enterprise in Smith and Shackle", In: S. Frowen, dir., "Unknowledge and Choice in Economics", Macmillan, London
    • J. D. Mayer, P. Salovey, "Emotional Intelligence: Imagination, Cognition, and Personality", New York: Harper
    • Karen Vaughn, Profit, alertness and imagination, Journal des économistes et des études Humaines, Vol 1 , n°2, pp183-188
  • 1995,
    • John R. Harrison, "Imagination and Aesthetics in Adam Smith’s Epistemology and Moral Philosophy", Contributions to Political Economy, Vol 14, pp91-112
    • James G. March, "The Future, Disposable Organizations and the Rigidities of Imagination”, Organization, Vol 2, pp427-440
  • 1996, Brian Loasby, "The imagined, deemed possible", In: E. Helmstädter, M. Perlman, dir., "Behavioral norms, technological progress, and economic dynamics: studies in Schumpeterian economics", Ann Arbor: University of Michigan Press, pp17-31
  • 1997, Ulrich Witt, "Imagination and leadership – The neglected dimension of an evolutionary theory of the firm", Journal of Economic Behavior and Organization, Vol 35, n°2, pp161-177
  • 1998, L. Daston, "Fear and loathing of the imagination in science", Daedalus, Vol 127, n°1, pp73–95
  • 1999, Brian Loasby, "Uncertainty, intelligence and imagination: George Shackle’s guide to human progress", In: J. Groenewegen, J. J. Vromen, dir., "Institutions and the evolution of capitalism: implications of evolutionary economics", Cheltenham: Edward Elgar, pp92-109
  • 2000,
    • Kenneth C. Cleaver, "Shackle, Imagination and the capital investment decision: a missing link in modern accounting practice", In: P. Earl, S. Frowen, dir., "Economics as an Art of Thought: Essays in Memory of G. L. S. Schackle", London: Routledge, pp299-322
    • Gerald Edelman, Giulio Tononi, "A Universe of Consciousness: How Matter Becomes Imagination", Basic Books
      • Nouvelle impression en 2001
    • Stephen D. Parsons, "Shackle and the Project of Enlightenment: Reason, Time and Imagination", In: P. Earl, S. Frowen, dir., "Economics as an Art of Thought: Essays in Memory of G. L. S. Schackle", London: Routledge, pp124–148
    • Jason Potts, "Uncertainty, complexity, and imagination", In P. Earl, S. Frowen, dir., "Economics as an Art of Thought: Essays in memory of G.L.S Shackle", Routledge, pp162–184
  • 2001, Brian Loasby, "Cognition, imagination, and institutions in demand creation", Journal of Evolutionary Economics, Vol 11, pp7–21
  • 2002, Saras Sarasvathy, "Entrepreneurship as economics with imagination", Business Ethics Quarterly (The Ruffin Series #3 on Entrepreneurship and Business Ethics), pp95-112
  • 2010,
    • Peter E. Earl, "The Sensory Order, The economic imagination and the tacit dimension", In: Roger Koppl, Steven Horwitz, dir., "The Social Science of Hayek's ‘The Sensory Order’ "(Advances in Austrian Economics, Volume 13), Emerald Group Publishing Limited, pp211-236
    • Jeffery S. McMullen, "Perspective taking and the heterogeneity of the entrepreneurial imagination", In: Roger Koppl, Steven Horwitz, Pierre Desrochers, dir., "Advances in Austrian Economics" - Volume 14 - "What is so Austrian about Austrian Economics?", ISBN: 978-0-85724-261-7, pp113-143
  • 2011, Emily Chamlee-Wright, "Cultivating the Economic Imagination with Atlas Shrugged", Journal of Economics and Finance Education, 10(2), pp41-53
  • 2013, Todd H. Chiles, S. R. Elias, T. G. Zarankin, D. M. Vultee, "The kaleidic world of entrepreneurs: Building and grounding a metaphor for creative imagination", Qualitative Research in Organizations and Management, 8(3), pp276-307
  • 2016, Geoffrey Jones, Christos Pitelis, "Entrepreneurial Imagination and a Demand and Supply-side Perspective on the MNE and Cross-border Organization", Journal of International Management, Vol 21, n°4, pp309-321
  • 2018, Luca Fiorito, Scott Scheall, Carlos Eduardo Suprinyak, dir., "Including a Symposium on Mary Morgan: Curiosity, Imagination, and Surprise", Research in the History of Economic Thought and Methodology from Emerald Publishing Ltd, vol 36B