Pour contribuer à Wikibéral, la page Ouvrir un compte est à votre disposition.


Vincent Bénard

De Wikiberal
Vincent Bénard
Webmilitant, essayiste

Dates 1968 -
Vincent Bénard.jpg
Tendance
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Toutes les interventions imaginées par l'État et les collectivités aussi bien pour aménager l'espace que pour résoudre les pénuries [de logement] les ont en fait aggravées »
inter lib.org sur Vincent Bénard

Vincent Bénard, né le 10 janvier 1968 à Suresnes, est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et un observateur attentif de la crise financière de 2007-2008. Il a par ailleurs consacré de nombreux textes à la problématique du changement climatique.

Il est lauréat du prix libéraux.org 2009.

Sommaire

Biographie

Ancien ingénieur au ministère de l'équipement français et diplômé de l'École Nationale des Travaux Publics de l'État (promotion 1990), et actuellement Ingénieur en Aménagement du Territoire en Loire Atlantique, il est spécialisé sur les thématiques du logement, de l'aménagement du territoire, et de l'étude des effets pervers des interventions publiques sur l'économie. Il a en particulier publié en novembre 2007 Logement, crise publique, remèdes privés (Romillat, ISBN 2878941365). Il y dénonce les politiques publiques du logement qui ne font qu'empirer la situation, alors que seule une libération du foncier et un recours accru aux acteurs privés pourrait résoudre la « crise publique » du logement.

Il s'est en particulier penché sur la crise des subprimes, soulignant l'importance de la responsabilité du gouvernement américain qui a encouragé un endettement excessif par le Community Reinvestment Act de 1977 ou par l'incitation donnée par le département américain du logement (HUD) à Freddie Mae ou Fannie Mac d'accorder des montants déraisonnables de crédits. Il a en outre analysé le rôle des règlementations foncières dans l'amplification de la crise financière.

Il est le co-auteur avec Pierre De La Coste du rapport L'hyper-république, bâtir l'administration en réseau autour du citoyen, rapport sur la réforme de l'État remis à Henri Plagnol, secrétaire d'état à la réforme de l'État, le 10 janvier 2003, publié par la documentation Française et les éditions Berger Levrault.

Il a enseigné dans plusieurs établissement comme l'université Paris IX-Dauphine au sein du DESS Technologies de l'information et organisation ou auprès de divers organismes de formation tels que le CFPJ.

Il a été cité en 2003 parmi les « 20 Leaders d'opinion à suivre » par le magazine CMS-Watch[1].

Il fait partie des 100 auteurs des livres Libres ! 100 idées, 100 auteurs et Libres !! - 100 idées / 100 auteurs / 100 feuillets.

Œuvres

Ouvrages publiés

  • Logement, crise publique, remèdes privés, 2007, Paris, Romillat, ISBN 2878941365
  • Hyper-république, bâtir l'administration en réseau autour du citoyen, 2003, avec Pierre de la Coste, Ed. Berger Levrault et la documentation française, ISBN 2701314429
  • Foreclosure gate : les gangs de Wall Street contre l'Etat US, éd. Edouard Valys, 2011

Articles de presse

Citations

  • Toutes les interventions imaginées par l'État et les collectivités aussi bien pour aménager l'espace que pour résoudre les pénuries [de logement] les ont en fait aggravées[2].
  • Le logement social, outil majeur de l'intervention de l'état dans le domaine du logement, aggrave la ségrégation entre catégories sociales, tout en permettant à des personnes qui pourraient se loger sans aide de jouir dans la durée de rentes de situation entretenues aux frais des épargnants et des contribuables[2].
  • Il faut combattre les croyances fausses en des solutions faciles qui procurent au politicien un avantage politique immédiat au détriment de l'efficacité réelle à court, moyen et long terme. Il faut faire prendre conscience aux propriétaires fonciers et immobilier que les solutions aux crises du logements sont d'abord entre leurs mains, sous leur responsabilité, pour peu que l'état les laisse faire leur nécessaire travail de valorisation de l'espace et de ses usages. Il faut que l'information et l'éducation économique des populations progresse afin que les électeurs ne soient plus si facilement menés en bateau par des joueurs de bonneteau qui promettent des lendemains qui chantent avec l'argent des contribuables, sans jamais rendre compte de leurs échecs répétés.
  • C’est la liberté des propriétaires et des aménageurs qui permettra de trouver les solutions pour développer des espaces urbains plus agréables que nos « cités radieuses » planifiées, et à prix abordable. (Foncier Réglementé, Familles Mal Logées, Libres ! 100 idées, 100 auteurs)
  • Le socialisme est cette idée bizarre selon laquelle les hommes, incapables de se gouverner eux mêmes, seraient tout à coup capables de gouverner les autres en devenant hommes d’État.
  • Les socialistes aiment leur liberté mais ont peur de celle des autres. Les libéraux aiment la liberté des autres car elle garantit la leur.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Société.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail actualités du libéralisme.
Outils personnels
Partager