Capital humain

De Wikiberal
Le Capital humain
0226041190.jpeg
Auteur : Gary Stanley Becker
Genre
Année de parution
1964
Becker définit le capital humain comme un stock de ressources productives incorporées aux individus eux-mêmes, constitué d’éléments aussi divers que le niveau d’éducation, de formation et d’expérience professionnelle, l’état de santé ou la connaissance du système économique. Toute forme d’activité susceptible d’affecter ce stock (poursuivre ses études, se soigner, etc.) est définie comme un investissement
Interwiki
Medium Amazon New Logo.jpg
Index des essais libéraux
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Le Capital humain, une analyse théorique et empirique est un ouvrage de Gary S. Becker paru en 1964.

En publiant, en 1964, Human Capital, A Theoretical and Empirical Analysis (Le Capital humain, une analyse théorique et empirique), l’Américain Gary Stanley Becker (né en 1930) donne une impulsion déterminante à la théorie du capital humain (ce qui lui vaudra le prix Nobel d’économie en 1992). Beaucoup d’économistes, d’Adam Smith à Alfred Marshall et Irving Fisher, s’étaient déjà intéressés au concept de capital humain, mais sans construire de cadre général d’analyse. L’ouvrage se situe à la croisée de deux corps théoriques : d’une part, les théories de la croissance qui, autour des travaux quantitatifs de Theodore Schultz notamment, tentent d’expliquer la nature et les sources de la croissance ; d’autre part, les théories de la distribution du revenu qui essaient d’expliquer et de justifier les différences de salaires entre les individus. Mais construire une théorie du capital humain est aussi pour Becker un moyen de poursuivre sa tentative, entreprise dans son livre de 1957 sur la discrimination raciale, d’étendre la science économique à de nouveaux champs d’analyse.

Une autre sorte de capital

Searchtool-80%.png Article connexe : Capital.

Becker définit le capital humain comme un stock de ressources productives incorporées aux individus eux-mêmes, constitué d’éléments aussi divers que le niveau d’éducation, de formation et d’expérience professionnelle, l’état de santé ou la connaissance du système économique. Toute forme d’activité susceptible d’affecter ce stock (poursuivre ses études, se soigner, etc.) est définie comme un investissement (chapitre I).

L’hypothèse fondamentale de Becker est que les inégalités de salaires reflètent les productivités différentes des salariés. Ces dernières sont elles-mêmes dues à une détention inégale de capital humain (chapitre II). Un investissement en capital humain trouve donc une compensation dans le flux de revenus futurs qu’il engendre. L’analyse de la formation du capital humain passe par l’étude d’un choix intertemporel : l’individu détermine le montant et la nature des investissements qu’il doit effectuer pour maximiser son revenu ou son utilité intertemporels. La durée de vie de l’investissement, sa spécificité, sa liquidité, le risque associé sont alors autant de déterminants du taux de rendement de l’investissement en capital humain (chapitre III).

De cette analyse théorique, Becker tire plusieurs séries de conclusions. D’une part, les différences de salaires dans l’espace, dans le temps et entre les individus sont expliquées et justifiées puisqu’elles sont le fruit d’investissements individuels différents effectués au cours des périodes antérieures. D’autre part, l’analyse pose indirectement la question des modalités de financement des investissements en capital humain par les individus. Certains investissements efficaces peuvent ne pas être effectués, en raison de l’impossibilité pour « l’individu-investisseur » de trouver des fonds (c’est le cas lorsque le marché des capitaux fonctionne mal par exemple).

La seconde partie, fondée sur des données américaines des années 1940, est une application empirique de ce cadre théorique au domaine de l’éducation. La principale difficulté est d’évaluer le taux de rendement monétaire des investissements en éducation et donc de faire apparaître empiriquement la liaison entre capital humain et revenus futurs (chapitre IV et VI). Becker tente alors de déterminer s’il y a un sous-investissement en éducation, qui entraîne une perte pour la société dans son ensemble, du fait de difficultés à financer ces investissements (chapitre V). Il s’attache ensuite à l’explication des différences de salaires entre groupes d’individus en termes de capital humain ; pour ce faire, il compare les profils intertemporels de revenu de catégories d’individus différemment pourvus en capital humain, évalué au nombre d’années d’étude (chapitre VII).

Étendre les frontières de la science économique

L’analyse de Becker est fondée sur deux prémisses. D’une part, les inégalités salariales résultent des inégalités en capital humain. Des développements théoriques ultérieurs remettront en question cette détermination du salaire par le seul capital humain. Les théories du signal, par exemple, insistent sur les difficultés pour le salarié à faire reconnaître la vraie valeur de son capital humain. D’autre part, les inégalités en capital humain résultent elles-mêmes des comportements individuels. Mais cette justification des inégalités repose sur une hypothèse forte : les individus ont une information parfaite et anticipent donc parfaitement les rendements futurs de leurs investissements.

Par ailleurs, les tentatives d’application empirique de la théorie butent sur des difficultés à évaluer le capital humain, en raison notamment de l’inexistence d’un marché où ce capital s’échangerait directement.

La force d’attraction de l’analyse de Becker réside toutefois dans sa capacité d’unifier une multitude de phénomènes (choix en matière d’éducation, dépenses de santé, migrations, etc.) sous un même principe explicatif. Le concept de capital humain trouvera d’ailleurs des applications diverses dans de nombreux champs de l’analyse économique : des théories de la croissance à celles du commerce international, en passant par l’histoire économique ou la théorie des organisations. La publication de Human Capital a ainsi constitué une étape déterminante dans les développements, difficilement acceptés, de la théorie du capital humain.

Enfin, Human Capital participe à l’extension de l’analyse économique à « tous les comportements humains », ce qui constitue les bases de l'analyse économique des institutions. Fondamentalement, toute action a un coût (le coût d'opportunité du temps passé à cette activité) et peut donc faire l’objet d’un calcul. L’individu est comme une entreprise qui produit et investit sous des contraintes de revenu et de temps. Becker peut alors construire non seulement une analyse économique des choix d’éducation, mais aussi une analyse économique du crime, de la discrimination, de la famille (mariage, divorce, fertilité).

L'apport de l'école autrichienne à la théorie du capital humain

L'approche de Gary Becker est fort intéressante sur le plan utilitariste et conséquentialiste. L'investissement en formation explique mes gains futurs de revenus. Donc, si un individu investit en éducation, il aura un avantage rémunérateur qui suivra. Cependant, ceci ne nous apporte pas d'élément sur l'ontologie du capital humain. Pourquoi, pouvons nous concevoir ce qui est du capital ou non ? Qu'est-ce qui fait que l'être humain est un capital ? Quelle est l'essence de l'homme ? L'homme EST-il un capital ou capital ?

Le regretté Julian L. Simon écrivait il y a quelques années, que l'homme est l'ultime ressource. Il s'agit bien là, de la position de l'école autrichienne. L'être humain est fondamental. Est-ce qu'il peut être assigné au rang de capital ? La théorie du capital de l'école autrichienne insiste sur l'hétérogénéité face aux théories classiques, néo-classiques et keynésienne de l'homogénéité implicite du capital. Alors que les théories socialistes prônent l'égalitarisme, la théorie libérale défend la diversité de l'homme. Dans son ouvrage sur l'égalitarisme, Murray Rothbard se posait la question de savoir si l'homme est interchangeable comme peuvent l'être les fourmis. Pourquoi nous préoccupons-nous de maximiser, pour chaque personne, les opportunités de développer ses facultés, son esprit et sa personnalité ? La structure même de l'humanité repose sur la diversité de l'individu. Cet individualisme, attaché à des droits naturels de propriété de soi-même, ne saurait devenir le capital humain d'un autre propriétaire. Cette association de capital et d'être humain est ontologiquement contradictoire.

Le capital, selon la définition d'Eugen von Böhm-Bawerk, est un détour de production. Ce qui revient à définir le capital comme de la connaissance incorporée. Tout capital est une forme d'usage et d'imagination quant à l'utilisation présente ou future des choses. Par conséquent, le captal n'existe pas en lui-même. Seul l'être humain lui donne une existence particulière en temps et en lieu. Ce subjectivisme inhérent à l'utilisation des choses est caractéristique de l'approche autrichienne.

La notion de capital fait référence à la vision classique et néo-classique de fonction de production. Le capital est un input, c'est à dire un facteur de production dont le dosage avec l'input travail permet de déterminer un niveau de production. Aussi, attribuer au travail l'équivalence du capital humain revient à définir la production comme une fonction exclusive du capital. Cette vision mécaniste et ingénériale de l'activité économique ne correspond pas avec le point de vue de l'école autrichienne. Dès Carl Menger, la production ne correspondait pas à une fonction mathématique. Le travail est un service associé à l'utilisation d'autres biens en capital. Ce service représente la connaissance de chaque individu sur le choix de ses biens. L'homme n'est pas un être passif et répondant de façon mécanique à des ordres. Il est un entrepreneur, au sens où l'entendent Ludwig von Mises et Israel Kirzner. Il est en perpétuelle vigilance sur les opportunités du marché et des gains à obtenir sur les exploitations non encore découvertes. La vie de l'homme n'est pas linéaire comme une fonction mathématique affine pourrait le montrer. Cette capacité de l'homme à s'élever au-dessus de ses compétences précédentes dépasse le cadre simplement rémunérateur du capital humain beckerien.

Bibliographie

  • 1962, Burton A. Weisbrod, Education and Investment in Human Capital. The Journal of Political Economy, Vol 70, N°5, Oct, Part 2, pp106-123
  • 1970, James L. Cochrane et B. F. Kiker, An "Austrian" Approach to the Theory of Investment in Human Beings, Southern Economic Journal, Vol. 36, No. 4 (Apr.), pp385-389
  • 1975, S. Bowles et H. Gintis, The problem with human capital theory - a Marxian critique, American Economic Review, 65 (2), pp74-82
  • 1983, Sherwin Rosen, Specialization and human capital, J. Labor Econ., 1,43-9
  • 1988, J. Coleman, Social Capital in the Creation of Human Capital, American Journal of Sociology, 94 (suppl.), pp.95-120
  • 1990,
    • T. Bates, "Entrepreneur human capital inputs and small business longevity", Review of Economics and Statistics, 72, pp551–559
    • S. C. Chiang et S. C. Chiang, General human capital as a shared investment under asymmetric information, Canadian Journal of Economics, 23, pp175–189
    • M. H. Strobber, Human capital theory: Implications for HR Managers, Industrial Relations, vol 29, n°2, pp214-239
  • 1992, S. A. Snell et J. W. Dean, Integrated Manufacturing and Human Resource Management: A Human Capital Perspective, Academy of Management Journal, 35(3), 467-504
  • 1993, O. Nordhaug, Human capital in organizations, New-York, NYU Press
  • 1996,
    • S. Black et L. Lynch, Human-capital investments and productivity, American Economic Review, n°86, pp263-268
    • K. Otani, "A human capital approach to entrepreneurial capacity", Economica, 63, pp273–289
  • 1997,
    • M. Baker, M. Barker, J. Thorne et M. Dutnell, Leveraging human capital, The Journal of Knowledge Management, Vol. 1, n°1, pp63-74
    • John P. Cochran et Fred R. Glahe, Praxeology and the Development of Human Capital: The Separation of School and State, Cultural Dynamics, Vol. 9, No. 2, pp255-268
    • A. Cooper, T. Folta, J. Gimeno et C. Woo, Survival of the Fittest? Entrepreneurial Human Capital and the Persistence of Underperforming Firms, Administrative Science Quarterly, pp750-783
      • Repris en 2000, In: David J. Stoery, dir., Small Business: Critical Perspectives on Business and Mangement, London: Routledge, pp242-286
      • Repris en 2000, In: Paul Westhead et Michael Wright, dir., Advances in Entrepreneurship, Cheltenham, UK: Edward Elgar
    • W. J. Darity, A. H. Goldsmith et J. R. Veum, The Impact of Psychological and Human Capital on Wages, Economic Inquiry, Vol 35, pp815-829
    • Karl M. Wiig, Integrating Intellectual Capital and Knowledge Management, Long Range Planning, Oxford, Vol 30, n°3, pp399-405
  • 1998, M. Iyigun, A. Owen, "Risk, entrepreneurship and human capital accumulation", American Economic Review, 88, pp454–457
  • 1999,
    • D. P. Lepak et S. A. Snell, The human resource architecture: Toward a theory of human capital allocation and development, Academy of Management Review, 24, pp31-48
    • Dietmar Meyer, "Creativity, Human Capital, and Economic Growth", Society and Economy, Vol XXI, n°4, pp117-129
  • 2000,
    • Margaret M. Blair et Thomas A. Kochan, dir., "The New Relationship: Human Capital in the American Corporation", Washington: Brookings Institution Press
    • Michael Brostek et Barry Holman, "Human Capital: Strategic Approach Should Guide DOD Civilian Workforce Management", Washington: U.S. General Accounting Office
    • E. Cannon, Human capital: level versus growth effects, Oxford Economic Papers, n°52, pp670-677
  • 2002, L. Aldisent, Valuing People! How Human Capital Can Be Your Strongest Asset. 1st Edn., Dearborn Trade Publishing, Chicago IL., ISBN 10: 0793150159
  • 2003,
    • P. Davidsson et B. Honig, The role of social and human capital amoung nascent entrepreneurs, Journal of business venturing, 18 (3), pp301-331
    • D. Ucbasaran, P. Westhead et M. Wright, Human capital based determination of opportunity identification, Frontiers of entrepreneurship research, Wellesley, MA: Babson College, pp430-444
  • 2004,
    • F. M. Nafukho, N. R. Hairston et K. Brooks, Human capital theory: Implications for human resource development, Human Resource Development International, 7(4), pp545-551
    • Michelle Connolly, Human Capital and Growth in the Postbellum South: A Separate but Unequal Story. Journal of Economic History 64(2):363-399
    • J. Elias et H. Scarbrough, Evaluating human capital: an exploratory study of management practice, Human Resource Management Journal, Vol 14, n°4, pp21-44
    • J. Lewis, P. C. Wright et G. D. Geroy, "Managing human capital", Management Decisions, 42(2), pp205-228
  • 2005, D. P. Dimov, Dean A. Shepherd, "Human capital theory and venture capital firms: exploring 'home runs' and 'strike outs'", Journal of Business Venturing, 20(1), pp1-21
  • 2006, A. Chamack et C. Fromage, Le Capital Humain, Paris, Liaisons
  • 2007, C. Bowman et J. Swart, Whose human capital? The challenge of value capture when capital is embedded, Journal of Management Studies, Vol 44, pp488-505
  • 2008,
    • D. DeTienne, Dean A. Shepherd, J. O. DeCastro, "The fallacy of ‘only the strong survive’: The effects of human capital and extrinsic motivation on the persistence decisions of under-performing firms", Journal of Business Venturing, Vol 23, pp526-548
    • Steve Horwitz et Peter Lewin, Heterogeneous human capital, uncertainty, and the structure of plans: A market process approach to marriage and divorce, The Review of Austrian Economics, Volume 21, Number 1 / mars, pp1-21, [lire en ligne]
  • 2009, Edward E. Lawler, "Make human capital a source of competitive advantage", Organizational Dynamics, 38 (1), pp1-7
  • 2011,
    • Margaret M. Blair, An Economic Perspective on the Notion of Human Capital, In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 1, Oxford University Press
    • Peter Boxall, "Human Capital, HR Strategy and Organizational Effectiveness", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 11, Oxford University Press
    • Rhett Brymer, Michael A. Hitt et Mario Schijven, Cognition and Human Capital: The Dynamic Interrelationship between Knowledge and Behaviour, In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 4, Oxford University Press
    • Cécile Cézanne et Laurence Saglietto, "Capital humain, prestataires de services logistiques et frontières de la firme", "Revue d'Economie Industrielle", 134, pp1-18
    • Thomas Clarke, "Supporting Human Capital in Developing Countries: The Significance of the Asian Experience", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 24, Oxford University Press
    • Russell Coff, "Maximizing Value from Human Capital", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 14, Oxford University Press
    • Nicolai J. Foss, Human Capital and Transaction Cost Economics, In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 6, Oxford University Press
    • Monika Hamori, Rocio Bonet et Peter Cappelli, "How Organizations Obtain the Human Capital they Need", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 12, Oxford University Press
    • Thomas A. Kochan and Adam Seth Litwin, "The Future of Human Capital: An Employment Relations Perspective", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 25, Oxford University Press
    • Jeroen Kraaijenbrink, "Human Capital in the Resource-based View", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 8, Oxford University Press
    • Robin Kramar, Vijaya Murthy et James Guthrie, "Accounting for Human Capital and Organizational Effectiveness", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 15, Oxford University Press
    • Georg von Krogh et Martin W. Wallin, "Human Capital and the Knowledge-based Theory of the Firm", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 10, Oxford University Press
    • David Lepak, Riki Takeuchi et Juani Swart, "Aligning Human Capital with Organizational Needs", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 13, Oxford University Press
    • Brian J. Loasby, "Human Capital, Entrepreneurship and the Theory of the Firm", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 9, Oxford University Press
    • Janine Nahapiet, A Social Perspective: Exploring the Links between Human Capital and Social Capital, In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 2, Oxford University Press
    • Kok-Yee Ng, Mei Ling Tan et Soon Ang, Culture Capital and Cosmopolitan Human Capital: the Impact of the Global Mindset and Organizational Routines on Cultural Intelligence and International Experiences, In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 3, Oxford University Press
    • Ikujiro Nonaka, Ryoko Toyoma et Vesa Peltokorpi, "The Distributed and Dynamic Dimensions of Human Capital", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 18, Oxford University Press
    • David O'Donnell, "Interdependencies between Human and Structural Capital", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 17, Oxford University Press
    • Sean O Riain, "Human Capital Formation Regimes: States, Markets and Human Capital in an Era of Globalisation", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 23, Oxford University Press
    • Peter D. Sherer, "Looking to the Future: Bringing Organizations Deeper into Human Capital Theory", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 22, Oxford University Press
    • JC Spender, "Human Capital and Agency Theory", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 7, Oxford University Press
    • David J. Teece, "Human Capital, Capabilities and the Firm: Literati, Numerati, and Entrepreneurs in the 21st Century Enterprise", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 21, Oxford University Press
    • Jacqueline C. Vischer, "Human Capital and the Organization-Accommodation Relationship", In: Alan Burton-Jones, JC Spender et Gary Becker, dir., The Oxford Handbook of Human Capital, Ch 19, Oxford University Press

Voir aussi

Citations

  • Tout homme, pourvu qu’il ne soit pas dépossédé de lui-même, est (...) capitalien. Il ne lui manque que la liberté d’exercer ses facultés pour devenir capitaliste... » (Michel Leter, Le Capital, I. L’invention du capitalisme)
Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.

7640-efdur-Babelwiki.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de société.