Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



La Ferme des animaux

De Wikiberal
La Ferme des animaux
Animal Farm
Ferme.jpg
Auteur : George Orwell
Genre
satire
Année de parution
1945
Dans une exploitation agricole de l'Angleterre rurale des années 30, menées par les cochons (supérieurement intelligents), les bêtes chassent le fermier et sa famille et proclament l'avènement d'une République. Publié en 1946 sous forme de fable animalière, le roman de George Orwell est une satire du 'soviétisme'.
amazon
Index des romans d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

La Ferme des animaux est un roman de George Orwell.

George Orwell, l'auteur célèbre de 1984, rédige au sortir de la deuxième guerre mondiale un ouvrage en forme de pamphlet à l'encontre du régime concentrationnaire soviétique, en s'intéressant non au régime liberticide et oppressif (ce sera le cas dans 1984), mais à la désinformation permanente et à l'oligarchie qui règne tant en URSS que dans les démocraties populaires, d'Europe et d'ailleurs. Par conséquent cet ouvrage doit être lu comme le premier volet du désenchantement orwellien du socialisme. Lequel a plus d'un titre pour en parler, lui qui fut clochard à Londres et à Paris, et qui ne parvint à survivre qu'en enchaînant les petits boulots de plongeur ou de pigiste.

Orwell publie Animal Farm en 1945, et sortira 1984 trois ans plus tard.

Synopsis

Des animaux vivent dans une ferme de la campagne anglaise, qui jouxte un manoir. Mr Jones en est le propriétaire. Mais les conditions de travail des animaux sont précaires : rations de nourriture bien menues, repos tout juste compensateur, pas de jours fériés ni de repos dominical, même pas de syndicat de vaches laitières ou de canards au col vert. Si bien que le vieux cochon Sage l'Ancien, qui maîtrise la rhétorique qui harangue les foules, décide de fomenter un complot et lance une révolte. Il promet un monde meilleur, sans exploitation, passant par la fin de la domination humaine. Une nouvelle ère doit voir le jour, l'Animalerie. Un chant est d'ailleurs créé à cette occasion : Bêtes d'Angleterre. L'Animalerie aura vocation à s'étendre à la terre entière : "animaux de tout pays, unissez-vous !" scanderont bientôt les exploités du monde entier, promet Sage l'Ancien.

Un 21 juin, la révolution éclate enfin : Jones et ses ouvriers sont mis en fuite par toute la basse-cour, aidés en cela par vaches, veaux, chevaux, ânes et dindons. Deux cochons, dignes héritiers de Sage, prennent la tête du nouveau régime : Boule de Neige et Napoléon. Un troisième cochon se charge de la communication, qui était jadis muselée et qui doit à présent souscrire au réalisme animal : il se nomme Brille-Babil.

Sept principes sont alors édictés, et gravés sur la paroi de la grange, au vu et su de toute l'Animalerie :

  1. Tout deuxpattes est un ennemi
  2. Tout quatrepattes ou tout volatile est un ami
  3. Nul Animal ne portera de vêtements
  4. Nul Animal ne dormira dans un lit
  5. Nul Animal ne boira d'alcool
  6. Nul Animal ne tuera un autre Animal
  7. Tous les Animaux sont égaux 

Un certain nombre d'animaux du nouveau régime se montrent des exécuteurs zélés : Malabar tout d'abord, un cheval très fort, très musclé, qui repoussera deux contre-attaques humaines ; Douce ensuite, jument qui ne sait pas bien lire et qui croit donc sur paroles les propos changeants de Brille-Babil.

Boule de Neige veut construire un moulin pour développer de manière intensive la production de la ferme. Napoléon est d'un avis contraire et considère qu'il y a d'autres priorités. Ce dernier, aidé d'une meute de chiens qu'il a spécialement dressés et retirés de leur mère, pourchasse Boule de Neige et parvient à le mettre en fuite. Napoléon devient donc seul maître de la Ferme des Animaux. C'est alors qu'un moulin est finalement construit. Napoléon en endosse le prestige, et Brille-Babil se charge de rappeler à l'ordre tous ceux qui osent avancer que Napoléon était contre ce projet du temps de Boule de Neige. Napoléon était pour ce projet, c'est le penseur, l'instigateur et le réalisateur du moulin, assène Brille-Babil. Tous les animaux, plus naïfs que les cochons, croient volontiers cette propagande et chacun convient que sa mémoire doit sans doute lui faire défaut et qu'en effet, Napoléon doit être l'instigateur du moulin.

Malheureusement, une tempête détruit ce moulin précaire, et à plusieurs reprises ; il sera reconstruit à chaque fois par Malabar, qui finalement mourra d'épuisement. Toutes les dégradations dues aux aléas climatiques, et même les attaques humaines, tous les maux de la ferme sont imputés à ce traitre, à cet "homme" (!) de Boule de Neige. Des Animaux "avouent", après un interrogatoire secret mené par des cochons, avoir aidé le complot de Boule de Neige et sont donc exécutés par Napoléon.

Afin de lutter contre ces ennemis de l'intérieur, les cochons prennent de plus en plus de privilèges : ils suppriment notamment le libre débat du dimanche, dans lequel tous les Animaux pouvaient faire connaître leurs doléances et grâce auquel les cochons devaient rendre des comptes. Progressivement, et sans qu'aucun animal ne le remarque, et malgré le léger trouble des plus anciens, un certain nombre de principes sont modifiés :


   4. Nul Animal ne dormira dans un lit avec des draps
   5. Nul Animal ne boira d'alcool plus que de raison
   6. Nul Animal ne tuera un autre Animal sans raison valable

Qui ne se réduisent finalement plus qu'en seul commandement :

   Tous les Animaux sont égaux, mais certains plus que d'autres.

Brille-Babil dit et répète que tous ceux qui imaginent que des principes fondateurs ont changé se trompent : ils ont toujours été comme cela. Et toujours, en cas de doute ou de trouble, les moutons sont là pour couper toute discussion en chantant "Quatre pattes oui ! deux pattes non ! Quatre pattes oui ! deux pattes non !" sous les yeux des cochons, qui à présent portent de plus en plus souvent des vêtements.

In fine, les relations se normalisent entre cochons et humains, à telle enseigne que ces derniers viennent féliciter les cochons. Les humains leur avouent en effet que jamais on a autant exploité les animaux que dans cette ferme dirigée par des cochons. Alors les cochons, devenus obèses, se dressent sur deux pattes lors de leurs déplacements dans la ferme. Mais les moutons sont là pour scander à nouveau ce chant (qui n'a jamais changé) : "Quatre pattes bon ! Deux pattes mieux ! Quatre pattes bon ! Deux pattes mieux !".

Et les autres Animaux de la ferme, qui observent juchés sur une fenêtre un repas hommes-cochons qui a lieu dans une pièce luxueuse et chauffée de la ferme, ont bien du mal et finalement ne parviennent plus à distinguer les hommes des cochons et les cochons des hommes.

Les personnages et leur symbolique

  • Napoléon : chef des cochons (Staline)
  • Boule de Neige (Snowball) : cochon opposant (Trotsky)
  • Brille-Babil (Squealer) : cochon porte-parole de Napoléon (Molotov, ou le journal la Pravda)
  • Sage l'Ancien (Old Major) : cochon révolutionnaire (Lénine, Marx)
  • Mr Jones : propriétaire de la ferme (le tsar Nicholas II)
  • Mr Frederick : propriétaire de la ferme voisine de Pinchfield (l'Allemagne, Adolf Hitler)
  • Mr Pilkington : propriétaire de la ferme voisine de Foxwood (l'Angleterre, Winston Churchill)
  • Mr Whymper : un intermédiaire entre les animaux et les hommes (George Bernard Shaw, ou tous les intellectuels qui ont chanté les louanges de l'URSS)
  • Malabar (Boxer) : cheval de trait, représente le prolétariat qui s'épuise à la tâche (le stakhanovisme)
  • Benjamin : âne cynique et sceptique (Orwell lui-même)
  • Moïse : corbeau (la religion, qui finit par être tolérée par le pouvoir en pactisant avec lui)
  • les poules (les koulaks persécutés par Staline)
  • les chiens : gardes du corps et police secrète de Napoléon (la Tchéka, le NKVD, etc.)
  • les moutons : le peuple stupide

Citations

  • Bêtes d'Angleterre (hymne de la Ferme des animaux)
Bêtes d'Angleterre et d'Irlande,
Animaux de tous les pays,
Prêtez l'oreille à l'espérance
Un âge d'or vous est promis.
L'homme tyran exproprié,
Nos champs connaîtront l'abondance,
De nous seuls ils seront foulés,
Le jour vient de la délivrance.
Plus d'anneaux qui pendent au nez,
Plus de harnais sur nos échines,
Les fouets cruels sont retombés
Eperons et morts sont en ruine.
Des fortunes mieux qu'en nos rêves,
D'orge et de blé, de foin, oui da,
De trèfle, de pois et de raves
Seront à vous de ce jour-là.
O Comme brillent tous nos champs,
Comme est plus pure l'eau d'ici,
Plus doux aussi souffle le vent
Du jour que l'on est affranchi.
  • Vous n'allez tout de même pas croire, camarades, que nous, les cochons, agissons par égoïsme, que nous nous attribuons des privilèges. (...) Nous sommes, nous autres, des travailleurs intellectuels. La direction et l'organisation de cette ferme reposent entièrement sur nous. De jour et de nuit nous veillons à votre bien. Et c'est pour votre bien que nous buvons ce lait et mangeons ces pommes.
  • Ils savaient bien la rudesse de leur vie à présent, et que souvent ils avaient faim et souvent froid, et qu'en dehors des heures de sommeil le plus souvent ils étaient à trimer. Mais sans doute ç'avait été pire dans les anciens temps, ils étaient contents de le croire. En outre, ils étaient esclaves alors, mais maintenant ils étaient libres, ce qui changeait tout, ainsi que Brille-Babil ne manquait jamais de le souligner.
  • Il n'y avait plus de chants, plus de discours, plus de défilés. Napoléon avait ordonné une Manifestation Spontanée hebdomadaire, avec pour objet de célébrer les luttes et les triomphes de la Ferme des Animaux. A l'heure convenue, tous quittaient le travail, et marchaient au pas cadencé autour du domaine, une-deux, une-deux, et en formation militaire. (...) Mais, à tout prendre, les animaux trouvaient plaisir à ces célébrations. Ils étaient confortés dans l'idée d'être leurs propres maîtres, après tout, et ainsi d'oeuvrer à leur propre bien. Ainsi, grâce aux chants et défilés, et aux chiffres et sommes de Brille-Babil, et au fusil qui tonne et aux cocoricos du coquelet et au drapeau au vent, ils pouvaient oublier, un temps, qu'ils avaient le ventre creux.
  • Ainsi que Brille-Babil l'expliquait sans relâche, c'est une tâche écrasante que celle d'organisateur et de contrôleur, et une tâche qui, de par sa nature, dépasse l'entendement commun. Brille-Babil faisait état des efforts considérables des cochons, penchés sur des besognes mystérieuses. Il parlait dossiers, rapports, minutes, memoranda. De grandes feuilles de papier étaient couvertes d'une écriture serrée, et dès qu'ainsi couvertes, jetées au feu. Cela, disait encore Brille-Babil, était d'une importance capitale pour la bonne gestion du domaine. Malgré tout, cochons et chiens ne produisaient pas de nourriture par leur travail, et ils étaient en grand nombre et pourvus de bon appétit.

Voir aussi

Postérité

  • "La ferme des animaux", film de John Halas et Joy Batchelor (1954)

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.