Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Minority Report

De Wikiberal
Minority Report
Minorityreport.jpg
Réalisé par : Steven Spielberg
Acteurs
Tom Cruise
Kathryn Morris
Colin Farrell
Genre
Science fiction
Année de sortie
2002
Synopsis
A Washington, en 2054, la société du futur a éradiqué le meurtre en se dotant du système de prévention / détection / répression le plus sophistiqué du monde. Dissimulés au coeur du Ministère de la Justice, trois extra-lucides captent les signes précurseurs des violences homicides et en adressent les images à leur contrôleur, John Anderton, le chef de la "Précrime" devenu justicier après la disparition tragique de son fils. Celui-ci n'a alors plus qu'à lancer son escouade aux trousses du "coupable"...

Mais un jour se produit l'impensable : l'ordinateur lui renvoie sa propre image. D'ici 36 heures, Anderton aura assassiné un parfait étranger. Devenu la cible de ses propres troupes, Anderton prend la fuite. Son seul espoir pour déjouer le complot : dénicher sa future victime ; sa seule arme : les visions parcellaires, énigmatiques, de la plus fragile des Pré-Cogs : Agatha.

Cliquez ici
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Minority Report est un film américain de science fiction, réalisé par Steven Spielberg. Le casting inclut Tom Cruise, Kathryn Morris, et Colin Farrell.

Synopsis

À Washington, en 2054, la société du futur a éradiqué le meurtre en se dotant du système de prévention / détection / répression le plus sophistiqué du monde. Dissimulés au cœur du Ministère de la Justice, trois extra-lucides captent les signes précurseurs des violences homicides et en adressent les images à leur contrôleur, John Anderton, le chef de la « Précrime » devenu justicier après la disparition tragique de son fils. Celui-ci n'a alors plus qu'à lancer son escouade aux trousses du futur « coupable »…

Mais un jour se produit l'impensable : l'ordinateur lui renvoie sa propre image. D'ici 36 heures, Anderton aura assassiné un parfait étranger. Devenu la cible de ses propres troupes, Anderton prend la fuite. Son seul espoir pour déjouer le complot : dénicher sa future victime ; sa seule arme : les visions parcellaires, énigmatiques, de la plus fragile des Pré-Cogs : Agatha.

Critique

De plus en plus, l’État sanctionne des actes qui ne font aucun mal, mais qui seulement le pourraient. Conduire en état d'ivresse, fumer, boire, prendre des drogues douces, il ne faut pas simplement punir le délinquant, mais empêcher le crime de se produire ab initio. Quel est le point culminant d'une telle logique ? Minority Report nous le montre, dans un film adapté d'un roman de Philip K. Dick (qui a déjà été adapté au cinéma dans Blade Runner et Total Recall). La loi sur la rétention de sûreté publiée au Journal Officiel du 26 février 2008 fait d'une certaine manière entrer cette fiction dans la réalité française (bien que l'application de rétention de sûreté ne puisse se faire qu'en 2023 selon l'avis du Conseil constitutionnel).

Le film explore brillamment les limites de la prédestination, et les libère, tout en démontrant l'injustice d'un système de « justice » qui punit non pas pour des crimes réels, mais aussi pour ceux qui risquent d'être commis… Le choix ultime entre la liberté et la sécurité. Voici une importante parabole pour notre temps.

Futilité de l'ultra-sécurité étatique

Le film montre amplement que la sécurité à 100 % est impossible, car tout moyen sécuritaire peut être contourné par qui veut s'en donner la peine. Ainsi les scanners rétiniens sont omniprésents, mais on peut se faire transplanter clandestinement de nouveaux yeux, et utiliser d'autres yeux pour franchir les barrières de sécurité. Le système de Précrime lui-même repose sur l'activité de seulement 3 personnes (les « précognitifs ») ; en l'absence d'une seule de ces personnes, il ne peut plus fonctionner. Le crime, alors qu'il avait été clairement prévu plusieurs jours à l'avance, finit par être commis par le héros, démontrant l'absence de fiabilité du système censé l'empêcher. Le film illustre aussi l'adage « qui gardera les gardiens ? », puisque le concepteur du système commet plusieurs crimes impunis.

La question est donc de savoir si l'enjeu en vaut la peine. Le film donne une réponse négative, puisque l'ensemble du système est finalement abandonné. Alors qu'il débute par une démonstration des bienfaits de ce système, tout le reste du film s'emploie à réfuter cette vision optimiste en en montrant les multiples failles.

Citations

  • « Au nom de la division pré-crime du district fédéral de Colombia, je vous arrête pour le futur meurtre que vous alliez commettre aujourd'hui 22 avril à 8h 04 du matin. »
  • « Contrôlez tout ce qui a des yeux et un cœur qui bat ! »
  • « Je voulais juste vous féliciter, vous avez réussi ! Vous avez créé un monde sans meurtre. Vous n’avez eu qu’à tuer quelqu’un pour le faire ! »
  • « Vous connaissez votre propre avenir, ce qui veut dire que vous pouvez le changer si vous le voulez. Vous avez encore le choix. »

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.