Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Warren C. Gibson

De Wikiberal

Warren C. Gibson détient un doctorat en ingéniérie (1971) de l'Université Case Western Reserve et il est diplômé en sciences économiques (Master en 2005) de la San Jose State University. Il fut le co-fondateur, en 1982, de la société, CSA Engineering, Inc, une firme d'ingénierie spécialisée dans les problèmes de vibration pour les industries allant de l'équipement médical à l'aérospatiale. Il enseigne actuellement l'ingénierie et l'économie, à temps partiel, à l'Université de Santa Clara. Parmi les thèmes de recherche en sciences économiques, il s'intéresse à l'école autrichienne d'économie, au délit d'initié, au système bancaire, à la monnaie, à l'or, aux mathématiques appliquées à l'économie.

Pendant trente ans, il a exercé le métier d'ingénieur et de chef d'entreprise. Par lui-même, il a découvert l'école autrichienne d'économie qui le passionne. Il décide, en 1970, de participer à un séminaire de Ludwig von Mises. Lorsqu'il prend sa retraite en 2000, il décide alors de "recommencer" sa vie en reprenant des études en économie, à l'université de San José. Depuis 2009, il est un contributeur régulier de la revue libérale, The Freeman.

En 2009, avec un groupe d'amis (Donald J. Boudreaux, Lydia Ortega, Jeffrey Rogers Hummel), ils commencèrent à se rencontrer à San Jose, dans l'Etat de Californie, afin d'améliorer leur compréhension de la théorie économique, et de l'appliquer à l'actualité économique et sociale. En reconnaissance de l'exemple donné par la Société du Mont Pèlerin, fondée par Friedrich Hayek, Warren Gibson, avec ses amis, décidèrent de nommer le groupe, la société du Mont Hamilton. Les membres comprennent les réalités du monde des affaires et partagent leur appréciation sur le libre marché. La Société n'est cependant pas affiliée à la Société du Mont Pèlerin, ni à aucun parti politique.

Pour le retour de la monnaie-or

S'intéressant à la stabilité monétaire reposant sur une garantie or, il se défend d'envelopper celui-ci de toutes les qualités sans une analyse critique et sagace. L'or n'a pas de valeur intrinsèque. La valeur de tout bien ou service réside dans l'esprit des personnes qui envisagent les avantages qu'ils pourraient en tirer. Donc, ce ne sont pas les propriétés physiques de l'or qui sont remarquables mais le fait que les gens lui attribuent une valeur élevée. Ceci n'exclut pas toutefois, qu'il dispose de qualités physiques relativement supérieures à d'autres matériaux ou objets comme l'éclat de sa brillance, la résistance à la corrosion, la divisibilité, la malléabilité, une haute conductivité thermique et électrique, et un haut degré de rareté.

Warren C. Gibson reconnait que la monnaie-or fonctionne le mieux sur le long terme. Toutefois, sur le très court terme, le système monnaie-or est quelque peu rigide comparé à un système où les banques détiennent des réserves fractionnaires. Sans aucune augmentation de l'or monétaire, les réserves fractionnaires des banques peuvent simplement émettre plus de billets de banque ou leur équivalent électronique pendant les périodes de forte demande (période de soldes, de Noël) et les retirer lorsque la demande disparait.

Warren C. Gibson ne travestit pas la vérité en faisant de l'or un parangon du paradis des systèmes monétaires. Par exemple, il rétablit la vérité de l'existence de l'inflation avec un étalon-or. "Entre 1897 et 1914, le stock d'or a augmenté d'environ 3,5 pour cent par année en raison de nouvelles découvertes et des apports de l'étranger. En conséquence, les prix ont augmenté d'environ 26 pour cent pour cette période, soit environ 1,4 pour cent par année. Ce n'était pas un niveau d'inflation des prix perturbateurs, mais c'était de l'inflation"[1]. cependant, ce que veut dire là cet auteur, c'est que l'idéal d'un système monétaire est moins d'empêcher l'inflation, tant que celle-ci est très modérée, qu'il ne crée de système perturbateurs et dévastateur dans le système économique dans son ensemble, ce qui n'est pas le cas pour la monnaie-or.

Notes et références

  1. Warren C. Gibson, 2011, Gold and Money, The Freeman, March, Vol 61, n°2

Publications

Liens externes