Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Jacobinisme

De Wikiberal

Le jacobinisme désigne à la fois l'histoire d'un club de la Révolution française, un concept et une tradition politique. Il s'identifie à la période de la dictature de salut public et à la Terreur entre 1792 et 1794. Il est une forme de l'antilibéralisme français avec le bonapartisme, qui partage beaucoup de caractéristiques avec lui.

Sommaire

Histoire du club des Jacobins

Un club parlementaire

A l'origine, dès mai-juin 1789, un certain nombre de députés du Tiers État, d'abord bretons puis « patriotes » sans origine géographique particulière, décident de se concerter sur la conduite à tenir avant les séances de l'Assemblée en se réunissant au café Amaury. De Versailles, le « club breton » s'installe à Paris après le 6 octobre. Il siège dans la bibliothèque du couvent des Jacobins de la rue Saint-Honoré sous le nom de « Société des Amis de la Constitution » mais c'est l'appellation non officielle de club des Jacobins qui s'impose. Il rassemble à peu près 200 parlementaires soucieux de défendre l'ordre nouveau sur sa droite comme sur sa gauche. Tout le gratin parlementaire s'y retrouve : Mirabeau, La Fayette, Barnave, Robespierre, etc.

Le club de la rue Saint-Honoré s'est entouré très tôt en province de filiales qui lui donnent un rayonnement exceptionnel : 152 clubs de province en juillet 1790 ont reçu l'investiture de la maison mère. Le Journal des amis de la constitution rédigé par Choderlos de Laclos, ainsi qu'un comité de correspondance assurent les liens entre Paris et la province. C'est aux Jacobins, le 2 mars 1791, qu'Alexandre de Lameth détruit l'influence de Mirabeau en l'accusant de collusion avec les « aristocrates ». Par les Jacobins le triumvirat assied ainsi son pouvoir provisoire sur Paris.

Une machine politique

Varennes ouvre la crise du régime et divise les Jacobins. Le 16 juillet 1791, Barnave quitte le club avec la plupart des parlementaires pour fonder le club des Feuillants. Face à la rivalité du club des Cordeliers, les restants avec Robespierre, Condorcet et Brissot penchent vers l'alliance avec le mouvement populaire parisien tout en parvenant à conserver dans son orbite la plupart des clubs provinciaux. Le club est désormais contrôlé par des journalistes et libellistes. Ce n'est plus un club de discussion mais une machine politique au service d'une deuxième révolution.

La cotisation annuelle reste élevée, les membres restent des intellectuels et des bourgeois mais le caractère public des séances donnent un poids important aux activistes parisiens. On y propose les décrets, reçoit les pétitions, critique les ministres. L'organisation est renforcée avec un comité des rapports et un comité de surveillance. Le comité de correspondance reste le plus important où siègent les futurs Montagnards comme les futurs Girondins, les futurs Exagérés comme les futurs Indulgents. Le club ne prépare plus les débats de l'Assemblée, il devient une autre Assemblée et peut-être une contre-Assemblée. C'est là que Brissot et Robespierre s'affrontent sur la nécessité de la guerre et de la croisade émancipatrice.

Le club est le creuset où se forge l'esprit qui va donner la journée du 10 août 1792 qui voit tomber la monarchie : mélange de mépris des lois et d'idéalisme républicain, de suspicion généralisée et d'utopie égalitaire. Les Jacobins se retrouvent aux postes de commande après la chute des Tuileries. Jusqu'au 13 mai 1793, le club est le siège du conflit entre Girondins et Montagnards. Les Jacobins parisiens deviennent une milice qui s'est trouvé un chef, Robespierre.

Armée et Tribunal de la Révolution

Rebaptisés « Société des amis de la liberté et de l'égalité », les Jacobins constituent une armée de 100 à 200 000 militants qui contrôlent plusieurs milliers de clubs locaux. La Révolution populaire est morte, c'est l'heure des petites oligarchies de l'activisme. Or les Jacobins sont les mieux organisés et les plus disciplinés. Brissot est exclu dès octobre 1792 et dénoncé aux sociétés affiliés comme un comploteur et un ennemi du peuple. Michelet évoque « la fureur de l'esprit de corps, le fanatisme monastique, l'ivresse de confrérie s'animant à huis clos ». Le club devient une machine à produire de l'unanimité. Comme le note Augustin Cochin, « le peuple a perdu le droit d'élire ses magistrats aux dates et dans les formes légales ; les sociétés prennent celui de les épurer sans règle et sans cesse ». Le club incarne le peuple unanime, en état d'auto-épuration permanente pour purger le souverain de ses ennemis cachés. De juin 1793 à juillet 1794, le club est maître de l'appareil étatique.

Le club pouvait difficilement survivre à la chute de Robespierre car il est trop identifié au règne de la Terreur : la Convention décide sa fermeture le 12 novembre 1794. Des clubs d'esprit jacobin se recréent sous le Directoire à Angers, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille, Toulon, Metz. A Paris, en juillet 1799, s'ouvre un succédané de club des Jacobins dans la salle du Manège puis à l'église Saint-Thomas d'Aquin. Fouché en personne le ferme dès le 13 août suivant.

Destins du Jacobinisme

Le mot renvoie aujourd'hui à bien des significations possibles dans lesquelles peuvent se retrouver aussi bien les gaullistes que les communistes : la centralisation, l'égalité des citoyens, le goût de l'indépendance nationale, la vocation de l'État à transformer la société. Il incarne toujours une autorité publique souveraine et indivisible dominant la société civile.

L'héritage républicain

Dans la première moitié du XIXe siècle, il contribue à donner une image répulsive de la République identifiée à la Terreur. Le socialisme y trouve à compter de 1848 la croyance en la toute-puissance du politique, l'héritage jacobin étant passé au socialisme par l'intermédiaire du babouvisme. Pour Buchez dans son Histoire parlementaire de la Révolution française (1834-1838), les Jacobins ont préfiguré la communauté socialiste de demain. Le socialisme français s'inscrit ainsi dans une tradition autoritaire et étatiste, à l'exception de Proudhon.

Sous le Second Empire, les républicains tirent la leçon de l'échec de la Seconde République et Edgar Quinet tout comme Jules Ferry critiquent le jacobinisme et cherchent à exorciser le spectre de la République dictatoriale et partageuse. La Commune de Paris en 1871 exhume une dernière fois ce néo-jacobinisme socialiste. Si la Troisième République se veut héritière de 1789 et non de 1793, néanmoins, les républicains tiennent des Jacobins le rôle pédagogique de l'État par le biais de l'école.

L'héritage communiste

Le legs le plus universel du jacobin reste celui du parti révolutionnaire repris par les bolcheviks et Lénine. Le Club comme le Parti dit le vrai, le juste, ce qu'il faut croire et il convoque les hérétiques en confession publique avant de les livrer à la guillotine. S'il change d'avis et se contredit, c'est lui qu'il faut croire. Le Club est l'avant-garde de ce que sera demain la République, une fois purgée de ses ennemis. Michelet voit dans les Jacobins une oligarchie militante substituée au peuple et parlant en son nom. Derrière la façade démocratique, un petit nombre tire les ficelles. C'est aussi le temple d'une orthodoxie d'où l'obligation d'une unanimité, la maladie du soupçon et l'obsession d'être le peuple.

Si les Jacobins avaient été un produit imprévu de la Révolution française, le XIXe siècle, avec Marx puis Lénine tend à faire du parti révolutionnaire une condition préalable de la Révolution. Paradoxalement, il joint à cette croyance au pouvoir démiurgique de l'action politique l'idée d'un cours inévitable de l'histoire, que cette action est supposée réaliser.

Sources

  • François Furet, « Jacobinisme » in François Furet, Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française volume Idées, Champs Flammarion 1992, p. 233-251
  • article « Club des Jacobins » in Jean Tulard, Jean-François Fayard, Alfred Fierro, Histoire et Dictionnaire de la Révolution française 1789-1799, Robert Laffont Bouquins, 1987
  • Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, 1847-1853
  • Augustin Cochin, Les sociétés de pensée et la démocratie moderne, Plon 1921
6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.
Outils personnels