Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Jagdish Bhagwati

De Wikiberal
Jagdish Bhagwati
Économiste

Dates Né en 1934
Jagdish Bhagwati.jpg
Tendance
Origine Inde Inde puis États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Jagdish Bhagwati
Catallaxia

Jagdish Natwarlal Bhagwati (né le 26 juillet 1934) est un économiste indo-américain, qui enseigne actuellement à l'université Columbia. Economiste de renom, il s'est fait connaître par ses travaux sur le commerce international et sur le développement économique.

Il rejoint les positions libérales par son « éloge du libre-échange », dont il souligne les vertus.

Il est le fondateur du Journal of International Economics, créé en 1971 et aujourd'hui le principal journal académique sur la question.

Il est membre du National Bureau of Economic Research, de l'American Philosophical Society, et de l'American Academy of Arts and Sciences. Il a été vice-président et Distinguished Fellow de l'American Economic Association. Il est également docteur honoris causa de plusieurs universités dont Erasmus au Pays-Bas ou l'université du Sussex au Royaume-Uni

Il a reçu la Mahalanobis Memorial Medal (Inde), le Bernhard Harms Prize (Allemagne), le Kenan Prize (USA), le John R. Commons Award (USA), le Freedom Prize (Suisse), ou encore le Frank E. Seidman Distinguished Award in Political Economy (USA).

Sommaire

Idées

Jagdish Bhagwati nous donne une explication convaincante du paradoxe suivant. La baisse de salaires dans les pays riches en raison des importations en provenance des pays bon marché ne devrait-elle pas être une conséquence logique de la mondialisation ? En réalité, ces pays fortement importateurs ne connaissent pas de baisse des salaires. Bhagwati explique que, dans un produit importé, par exemple de Chine, le salaire ne représente qu’une part modeste du prix (de l’ordre de 10%). La concurrence joue donc peu sur les salaires. Par ailleurs, un emploi supprimé par suite d’une délocalisation sera presque toujours remplacé par un autre emploi. Ce nouvel emploi est généralement plus rémunérateur car plus qualifié ; la mondialisation tire donc toutes les économies vers le haut.

Le protectionnisme agricole, dit Bhagwati, ralentit les progrès techniques, puisqu’ils ne sont plus nécessaires pour gagner des marchés ; il détruit l’esprit d’entreprendre parce qu’il ne sert à rien dans un secteur protégé ; il prive les nations des avantages comparatifs qu’elles gagneraient à échanger. Il appartient à un gouvernement démocratique, ajoute-il, de protéger telle ou telle catégorie de population ; c’est son choix. Mais il est d’intérêt général que ce choix n’interrompe pas le libre-échange et la mondialisation. Bhagwati accepte qu’un État subventionne les agriculteurs à titre personnel, à condition que les obstacles au libre-échange des produits soient levés.

Il souligne qu'il n’existe pas un seul exemple répertorié où la protection accordée à une entreprise incapable de résister à la concurrence internationale soit parvenue, à terme, ni à sauver cette entreprise, ni à faire progresser l’économie nationale.

Il a également montré dans ses travaux que les délocalisations avaient peu de chance de menacer l’emploi[1].

  • Les emplois de services représentent 70% de l’emploi total dans ce pays (et dans les économies des pays riches en général). Très peu d’entre eux sont susceptibles d’être délocalisés car ils supposent une proximité des producteurs et des consommateurs.
  • Les emplois qualifiés ne sont pas menacés par la concurrence des pays low cost du fait du retard de ces pays gardant de faible taux de scolarisation dans les études supérieures.
  • Les délocalisations de certaines étapes du processus de production permettent de stimuler la compétitivité des entreprises résidentes, ce qui est source de croissance et d’emploi. Selon ses auteurs ce gain de compétitivité permettrait un gain de croissance d’environ 0,3% du PIB aux États-Unis.

Notes et références

  1. (en)Jagdish Bhagwati, Arvind Panagariya et T.N. Srinivasan, The Muddles over Outsourcing, Journal of Economic Perspectives 18:4, automne 2004, pp. 93-114, [lire en ligne]

Ouvrages

  • 1966, The Economics of Underdeveloped Countries, Weidenfeld & Nicolson.
  • 1970, India: Planning for Industrialization, (avec Padma Desai)
  • 1974, dir., Illegal Transactions in International Trade : Thepry and Measurement, Amsterdam : North-Holland
  • 1982, "Directly, Unproductive, Profit-Seeking DUP Activities", Journal of Political Economy, 90(5), pp988-1002
  • 1991, "Economics Beyond the Horizon", Economic Journal, January, 101 (404), pp9-14
  • 2004, In Defense of Globalization, Oxford.
  • 2002, Free Trade Today, Princeton
  • 2001, The Wind of the Hundred Days: How Washington Mismanaged Globalization, MIT Press.
  • 1998, A Stream of Windows: Unsettling Reflections on Trade, Immigration, and Democracy, MIT Press.
  • 1993, India in Transition: Freeing the Economy, Clarendon Press, Oxford
  • 1988,
    • a. Protectionism, MIT Press
    • b. Export‐Promoting Trade Strategy: Issues and Evidence, The World Bank Research Observer, Vol 3, n°1, January, pp27‐57
  • 1977, Harry G. Johnson. Journal of International Economics 7: 221-229
  • 1975, India, (avec T.N. Srinivasan)
  • 2002, "Free Trade Today", Princeton University Press
  • 2005, Éloge du libre-échange. Éditions d'Organisation
  • 2008, Termites in the Trading System: How Preferential Agreements Undermine Free Trade, Oxford University Press, ISBN 978-0195331653

Littérature secondaire

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
Outils personnels
Autres langues