Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Jeffrey Tucker

De Wikiberal
(Redirigé depuis Jeffrey A. Tucker)
Jeffrey Tucker
Webmilitant

Dates
Jeffrey A. Tucker.jpg
Tendance
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Jeffrey Tucker

Jeffrey Albert Tucker est un libertarien américain, auteur de plusieurs ouvrages et articles, responsable de la plate-forme Liberty.me, ancien vice-président du Ludwig von Mises Institute, représentant de l'École autrichienne d'économie. Il est aussi chercheur adjoint au Mackinac Center for Public Policy et auprès de l'Acton Institute.

Jeffrey Tucker a rassemblé et annoté la bibliographie de Henry Hazlitt, sous le titre Henry Hazlitt: Giant For Liberty (Henry Hazlitt : Un géant pour la Liberté). En tant qu'écrivain, Jeffrey Tucker offre son talent et son humour aux sites LewRockwell.com et Mises.org. Parmi ses écrits, par exemple, on note l'essai sur l'apologie de la boisson au petit-déjeuner[1], ses conseils avisés pour se vêtir[2] ou encore son admiration pour le service coupe de cheveux minute[3].

Mais Jeffrey Tucker est aussi un chercheur sérieux qui s'exprime franchement par des critiques acérées, notamment de la Grameen Bank[4] lorsqu'elle fut récompensée en la personne de son créateur, Muhammad Yunus, du Prix Nobel de la paix en 2006.

Sommaire

Notes et références

  1. Bring Back the Breakfast Drink, LewRockwell.com, 16 juillet 2005
  2. How to Dress Like a Man, LewRockwell.com, 16 juillet 2003
  3. What Men Want, LewRockwell.com, 10 août 2005
  4. Microcredit or Macrowelfare: The Myth of Grameen, Mises.org, 8 novembre 2006

Bibliographie

  • 1990, Mises in Moscow! An Interview with an Austrian Economist From the U.S.S.R, In: Llewellyn Rockwell, dir., The Economics of Liberty. Auburn: The Ludwig von Mises Institute
  • 1993, Capitalism and Christians, commentaire du livre dArthur Jones, Capitalism and Christians: Tough Gospel Challenges in a Troubled World Economy, Religion and Liberty, Vol 3, n°2, March-April
  • 2012, "A Beautiful Anarchy: How to Create Your Own Civilization in the Digital Age", Laissez Faire Books

Citations

  • On dit que les anarchistes ne tiennent pas compte des exigences de la nature humaine, mais c’est l'inverse. Si les gens sont faillibles, la vie chaotique, et le mal toujours tapi, la pire des solutions possibles est d'attribuer un monopole du pouvoir et de la violence à un groupe d'élite, de lui donner le pouvoir de faire des lois, d’obliger tout le monde à respecter leur législation, de rendre cette élite quasi impossible à déloger et de rendre ce système impossible à changer. Encore pire est de permettre à n'importe qui de pouvoir faire partie de ce mécanisme élitiste de l'Etat et de profiter de l'occasion pour imposer sa volonté à autrui. Cette approche instaure et institutionnalise les erreurs, les désordres et la malveillance, accentuant ainsi les tendances mêmes que la société s’efforce toujours d’éliminer, pour en faire les caractéristiques dominantes du système social lui-même. Les systèmes non-anarchistes de gestion sociale et politique extraient le pire de la nature humaine pour lui conférer le statut juridique le plus élevé possible.
  • Les gens entrent en politique pour changer le monde. C'est une mauvaise idée. La seule bonne raison d'entrer en politique est de balayer le pouvoir pour permettre au monde de se changer lui-même. (23/03/2014)

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
Outils personnels