Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Peter Thomas Bauer

De Wikiberal
(Redirigé depuis Peter Bauer)
Peter Thomas Bauer
économiste

Dates 1915 - 2002
Peter bauer.jpg
Tendance Libéral classique
Origine Hongrie Hongrie puis Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « L'aide publique au développement est une excellente méthode pour transférer de l'argent des pauvres des pays riches aux riches des pays pauvres »
inter lib.org sur Peter Thomas Bauer
Catallaxia
Peter Thomas Bauer ou Peter Bauer (6 novembre 1915- 2 mai 2002) est un économiste hongrois, spécialiste d'économie du développement. Membre de la Société du Mont-Pèlerin, il est surtout connu pour s'être opposé à la théorie selon laquelle l'aide publique au développement serait le meilleur moyen de soutenir les pays en voie de développement et pour avoir mis en lumière l'importance des droits de propriété.

Sommaire

Biographie

Il achève des études de droit à Budapest puis part pour l'Angleterre en 1934. Il étudie à Cambridge et obtient un diplôme universitaire de premier cycle en économie au Gonville and Caius College. Il suit en particulier des cours de John Maynard Keynes et de Joan Robinson, une économiste qui tente d'unifier keynésianisme et marxisme. Cela ne l'empêche pas de développer des idées libérales au cours de ces années pendant lesquelles il s'oppose régulièrement à Robinson et à ses idées[1].

Diplômé; il commence par travailler dans le secteur privé puis devient professeur d'économie. Il rejoint la London School of Economics en 1960. Il y enseigne jusqu'en 1983, date à laquelle il prend sa retraite.

La même année, Margaret Thatcher, à l'époque premier ministre, obtient sa nomination comme pair à vie avec le titre de Baron Bauer. Il est également reçu à la British Academy. Il était déjà membre de la prestigieuse Société du Mont-Pèlerin, société de réflexion de penseurs libéraux.

Ses recherches en économie du développement ont eu une grande influence sur les politiques menées par de nombreux pays et institutions internationales, notamment la Banque mondiale.

Il a reçu en 2002 le Prix Milton Friedman pour l'avancement des libertés du Cato Institute.

Il cite Friedrich Hayek comme penseur qui a exercé le plus d'influence sur sa pensée, en particulier grâce à La Route de la servitude et à L'Utilisation de la connaissance dans la société[1].

Ses travaux ont eu une grande influence sur ceux de William Easterly ou de Dambisa Moyo, qui a dédié un livre à Bauer, L'Aide fatale (2009).

Travaux

La plupart des travaux de Peter Bauer en économie concernent l'économie du développement et les politiques d'aide internationale. Dans une période où la planification socialiste était généralement considérée comme la réponse obligée aux besoins de développement des pays sous-développés, il a été la voix solitaire défendant le recours au marché libre : il a cherché toute sa vie a convaincre les autres experts du développement que la planification centralisée, l'aide au développement, le contrôle des prix et le protectionnisme font perdurer la pauvreté au lieu de l'éliminer, et que plus l'intervention publique ne fait que politiser la vie économique et réduire les libertés individuelles.

Dès les années 1950, Bauer a publié des travaux qui éclairaient d'un jour nouveau la réalité de l'aide internationale aux pays pauvres. Il constate d'abord que ces aides, loin d'extraire les habitants de la pauvreté, les y enfoncent davantage. De surcroît, les dirigeants politiques locaux sont ceux qui bénéficient largement de ces subventions, puisqu'il s'agit en vérité d'aide intergouvernementale.

Surtout, Bauer observe que les recettes économiques recommandées par les gouvernements occidentaux à ces États du « Tiers monde » sont imprégnées de préjugés dirigistes et anti-économiques, empêchant de la sorte l'émergence de la prospérité.

Il appliquait ce raisonnement critique de l'intervention étatique au contrôle des naissances, fondé selon lui sur une vision paternaliste dans laquelle les pauvres seraient incapables de faire par eux-mêmes les bons choix et devraient être guidés; l'État doit à l'inverse de ces politiques liberticides laisser les individus décider par eux-mêmes de ce qui est bien pour eux.

Citations

  • « Je considère que l'élargissement des choix possibles est le principal objectif et critère du développement économique. Je juge une mesure principalement sur ses effets probables sur l'univers des possibles ouverts aux individus »[2]
  • « L'aide publique au développement est une excellente méthode pour transférer de l'argent des pauvres des pays riches aux riches des pays pauvres »[3]
  • « Nous ne devrions pas parler d'inégalités mais de différences; différence est un terme neutre et inégalité un terme connoté. Les inégalités sont généralement confondues avec les injustices. Cela conduit à l'idée que les pauvres sont pauvres car les riches sont riches, c'est à dire que les riches ont tiré leur fortune des pauvres, ce qui est faux »[1].

Œuvres

  • 1946, "The Working of Rubber Regulation", The Economic Journal, Vol 56, pp391-414
  • 1948, The Rubber Industry: A Study in Competition and Monopoly, Longmans, Green & Co
  • 1951, avec Basil S. Yamey, Economic Progress and Occupational Distribution, The Economic Journal, volume=61 | pages=741-755
  • 1952, avec F. W. Paish, Reduction in the Fluctuations of Incomes of Primary Producers, The Economic Journal, volume=62, pp750-780
  • 1954,
    • a. West African Trade: A Study of Competition, Oligopoly and Monopoly in a Changing Economy, Cambridge University Press
      • Nouvelle édition en 1967, New York: Augustus M Kelley
    • b. avec Basil S. Yamey, The Economics of Marketing Reform, Journal of Political Economy, June
  • 1955, The Economic Development of Nigeria, Journal of Political Economy (Oc­tober)
  • 1956,
    • a. Lewis’ Theory of Economic Growth: A Review Article, American Economic Review 46(4): 632-41
      • Repris en 1972, In: Dissent on Development: Studies and Debates in Development Economics. Cambridge, Mass.: Harvard University Press
    • b. A Reply, Journal of Political Economy, October
  • 1957,
    • a. avec Basil S. Yamey, "The Economics of Under-developed Countries", Cambridge University Press
    • b. Economic Analysis and Policy in Under-developed Countries, Cambridge University Presse et Durham, N.C.: Duke University PressISBN 0-415-31297-3
      • Nouvelle édition, Durham, N.C.: Duke University Press
    • c. The Economics of Under-Developed Countries. London: James Nisbet and Co.
  • 1958, The Political Economy of Non­-Development, In: James W. Wiggins et Helmut Schoeck, dir., Foreign Aid Re-examined. Washington, D.C.: Public Affairs Press
  • 1959,
    • a. "United States Aid and Indian Economic Development", Washington, D.C.: American Enterprise Association, ISBN 0-297-78335-1
    • b. "International Economic Development”, Economic Journal, 69, March, pp105–123
  • 1961, Indian Economic Policy and Development, Allen & Unwin
  • 1962, avec C. Wilson, "The Stages of Growth", Economica, May, 29 (114), pp190-200
  • 1967, Economics as a Form of Technical Assistance,
    • Repris en 1976, In: Dissent on Development, chap. 7. Revised ed. Cambridge, Mass.: Harvard University Press
  • 1971,
    • a. Economic History as Theory, Economica, vol 38, pp163-179
    • b. Dissent on Development: Studies and Debates in Development Economics, Weidenfeld & Nicolson, ISBN 0-297-00282-1
      • Nouvelle édition en 1972, Cambridge, Mass.: Harvard University Press
      • Nouvelle édition en 1976, London: Weidenfeld and Nicholson
  • 1972, Dissent on Development: Studies and Debates in Development Economics. Cambridge, Mass.: Harvard University Press
  • 1978, Western Guilt and Third World Poverty, In: Karl Brunner, dir., The First World & the Third World, Rochester, N.Y.: University of Rochester Policy Center Puhlications
  • 1980, avec Basil S. Yamey, “East-West/North- South: Peace and Prosperity?”, Commentary. September, pp57-63
  • 1981, Equality, the Third World and Economic Delusion, Weidenfeld & Nicolson, ISBN 0-297-77645-2
    • Traduction française par Raoul Audouin, Mirage égalitaire et tiers monde, PUF, 1984
  • 1982,
    • a. “The Population Explosion, Myths and Realities,” in Equality, The Third World and Economic Delusion, London
    • b. “Ecclesiastical Economics is Envy Exalted", This World, n°1, Winter/Spring, pp56-69
  • 1983, avec Basil S. Yamey, Foreign Aid: What is at Stake?, In: W. Scott Thompson, dir., The Third World, San Francisco: Institute for Contemporary Studies, pp115-35
  • 1984,
    • a. Reality and Rhetoric: Studies in the Economics of Development, Weidenfeld & Nicolson, ISBN 0-297-78335-1, ISBN 0-297-78628-8
      • Nouvelle édition en 1984, Cambridge, Mass.: Harvard University Press
    • b. Remembrance of Studies Past: Retracing First Steps. In: Pioneers in Development Economics, ed. Gerald M. Meier et Dudley Seers, 25-43. New York: Oxford University Press
    • c. "Further Reflections on the State of Economics", In: Peter Bauer, dir., Reality and Rhetoric: Studies in the Economics of Development, Cambridge, Mass.: Harvard University Press, Ch 10,
  • 1987,
    • a. Creating the Third World: Foreign Aid and its Offspring. Journal of Economic Growth, 2(4), pp3-6
    • b. The Disregard of Reality, Cato Journal, 7, Spring/Summer, pp29-42
    • c. “Population Scares”, Commentary, Vol 84, n°5, November, pp39-42
  • 1988, "Black Africa: Free or Oppressed?", In: Michael A. Walker, dir., "Freedom, Democracy and Economic Welfare", The Fraser Institute, pp213-223
  • 2000, From Subsistence to Exchange and Other Essays. Princeton, N.J.: Princeton University Press.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Entretien avec Peter Thomas Bauer, John Blundell
  2. Cité par Amartya Sen, Development as Freedom, p.290, citation originale: I regard the extension of the range of choice, that is, an increase in the range of effective alternatives to the people, as the principal objective and criterion of economic development; and I judge a measure principally by its probable effects on the range of alternatives open to individuals.
  3. "an excellent method for transferring money from poor people in rich countries to rich people in poor countries". Elle est également citée sous une forme légèrement différente dans L'Oxford Dictionnary of Political Quotations : "Aid is a process by which the poor in rich countries subsidize the rich in poor countries"

Voir aussi

Liens internes

Littérature secondaire

Liens externes


En anglais

Archives Audio


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.
Outils personnels
Autres langues