Société du Mont-Pèlerin

De Wikiberal

La Société du Mont-Pèlerin (Mont Pelerin Society, MPS) est une société de pensée internationale réunissant des économistes, des juristes, des philosophes, des historiens et des hommes politiques favorables au libéralisme, à l'économie de marché et aux valeurs politiques d'une société ouverte. Fondée en 1947 par Friedrich Hayek, elle est actuellement présidée par Allan Meltzer.

Sommaire

Histoire

Une des sessions lors de la première rencontre en 1947. On reconnait Friedrich Hayek et Ludwig von Mises

Débuts

Elle fut créée le 10 avril 1947 lors d'une conférence organisée par Friedrich Hayek, avec l'aide, entre autres, de Jacques Rueff, Bertrand de Jouvenel, Ludwig von Mises et Wilhelm Röpke. C'est à ces deux économistes que Hayek doit, selon lui, le plus pour l'organisation de cet événement[1]. Cela faisait déjà trois ans que Hayek envisageait de mettre en place un tel événement, et il avait commencé à en étudier la possibilité depuis la parution de La Route de la servitude en 1944.

Le consensus est alors au keynésianisme parmi les décideurs et les intellectuels libéraux se sentent isolés. Hayek entend renouer les liens entre intellectuels, brisés par la guerre et les nationalismes. La société s'affirme dès le départ internationaliste. Comme il le dira dans la déclaration d'ouverture de la rencontre[2]:

«Le besoin d'une rencontre internationale [...] me semblait particulièrement grand en raison de la guerre qui, non seulement a cassé les liens existants, mais également créé un cadre nationaliste incompatible avec une approche réellement libérale de nos problèmes »
    — Friedrich Hayek, Déclaration d'ouverture de la rencontre

Pour faire un état des lieux du libéralisme et « reconstruire » la doctrine dans la lignée du Colloque Walter Lippmann organisé par Louis Rougier en 1938[3], Hayek invita une soixantaine de personnalités. Parmi elles, trente-six se rendirent finalement à l'hôtel du Parc, au Mont-Pèlerin, station suisse proche de Montreux (Vaud). Ils participèrent à cette première conférence du 1er au 10 avril 1947.

Parmi les participants, figurent des intellectuels ainsi que des journalistes sensibles aux idées libérales. Parmi les penseurs libéraux, les plus grands noms de l'époque : Maurice Allais, Aaron Director, Milton Friedman, Bertrand de Jouvenel, Frank Knight, Fritz Machlup, Ludwig von Mises, Michael Polanyi, Karl Popper, Lionel Robbins, Wilhelm Röpke, George Stigler, François Trévoux. Parmi les absents à la conférence inaugurale et qui rejoindront ultérieurement la société, on compte Costantino Bresciani Turroni, Jasper E. Crane (DuPont Corporation), Max Eastman (Reader’s Digest), Luigi Einaudi, Ludwig Erhard (futur chancellier d'Allemagne de l'ouest), Pierre Goodrich, Eli Heckscher, Walter Lippmann, Friedrich Lutz, Arnold Plant, Charles Rist, John van Sickle ou Daniel Villey. On doit également ajouter John Clapham, Henry Simons et Étienne Mantoux, décédés avant la première conférence mais associés à sa préparation[4]. En 1951, on comptait 167 membres.

Les courants représentés sont donc divers et mélangent école de Chicago, courant ordo-libéral et école autrichienne, agnostiques et croyants, etc. Néanmoins tous se rejoignent sur une volonté de promouvoir les idées libérales au sens large. Comme le dira plus tard un des participants, John Davenport, les premiers participants s'accordaient sur tout sauf deux sujets : Dieu et l'étalon-or[5]. Si une déclaration sur les grands principes du libéralisme fut adoptée, la société du Mont-Pèlerin n'a jamais entendu proposer un dogme ou une idéologie figée. Au contraire, elle entend, depuis sa création, être un lieu de rencontre et de débats entre auteurs s'accordant sur les fondements du libéralisme : liberté, responsabilité et propriété[6].

Lors de cette première rencontre, il fut décidé de créer une société de pensée, occasion de rencontre et de débat pour les intellectuels libéraux du monde entier. Hayek envisageait initialement comme nom la Acton-Tocqueville Society, du nom de deux penseurs libéraux majeurs du XIXe siècle, Lord Acton et Alexis de Tocqueville[2]. Néanmoins, les Américains présents s'opposèrent à ce nom, Tocqueville et Acton étant tous deux catholiques[7]. Finalement le nom choisi fut Société du Mont-Pèlerin, du nom du lieu où avait été organisée la première rencontre.

Développements

Depuis, la société organise des rencontres tous les deux ans, dans des villes différentes à travers le monde, doublées de rencontres annuelles de moindre importance. Les dernières rencontres furent organisés en 2006 par Manuel Ayau à Guatemala City. Les rencontres de 2008 ont eu lieu à Tokyo du 7 au 12 septembre, sur le thème Technologie et liberté. Ont été en particulier abordés les thèmes liés à l'environnement et aux risques pour la liberté d'un écologisme extrême, ainsi que les réponses libérales à apporter aux questions environnementales.

Après la longue présidence de Friedrich Hayek, il fut décidé que les mandat seraient de deux (voire trois) ans. Actuellement, la Société du Mont-Pèlerin est présidée par l'économiste indien Deepak Lal (2006 - 2008). Il a succédé à Greg Lindsay, australien qui succédait à Victoria Curzon-Price, professeur à l'Université de Genève et candidate non-élue des élections du canton de Genève de l'automne 2005.

Son recrutement s'est ouvert plus largement, en particulier au monde politique, avec des membres comme Roger Douglas, ancien ministre des finances néo-zélandais, Václav Klaus, président tchèque, ou Antonio Martino, ancien ministre italien des affaires étrangères et de la défense. Ainsi, de 36 membres en 1947, la société passe à 173 membres répartis dans 21 pays en 1951 et atteint 500 membres à la fin des années 1990[8]. Le processus de recrutement reste cependant très sélectif : cooptés, les membres futurs sont d'abord invités à participer à l’une des réunions annuelles à titre de guest.

Ses actes, sans être secrets, ne sont pas publiés, mais les auteurs sont autorisés à les publier tandis qu'une Newsletter of the Mont Pèlerin Society diffuse les textes les plus intéressants. Le Fonds Liberaal Archief de Gand propose pour sa part le plus vaste fonds de communications effectuées lors des rencontres. L'Institut Hoover à Stanford dispose également de fonds importants.

Huit membres de la Société du Mont-Pèlerin, parmi lesquels Milton Friedman, Friedrich Hayek, George Stigler, James McGill Buchanan, Ronald Coase, Gary Becker, et Vernon Smith, ont obtenu le prix Nobel d'économie. Les économistes français sont bien représentés avec Pascal Salin, Jacques Garello, Jean Pierre Centi, Pierre Garello, Florin Aftalion.

Une société révélatrice des fantasmes antilibéraux

Les antilibéraux et totalitaires de toutes sortes aiment désigner des ennemis pour focaliser sur eux leurs haines, leurs fantasmes, voire leur paranoïa. Certains voient la société du Mont-Pèlerin comme un "groupe d'élite", "une société secrète" (à l'instar du "groupe Bilderberg" ou des Illuminati) qui ne croit qu'au pouvoir de l'argent et dont l'ultralibéralisme vise à instaurer une "dictature libérale mondiale"... Quand on voit la réalité politique du XXe siècle (c'est-à-dire le triomphe de l'étatisme, qu'il soit démocratique ou totalitaire), ce fantasme peut prêter à sourire.

Le secret très relatif des actes de la société du Mont-Pèlerin suffit cependant à susciter les fantasmes de « complot libéral » chez de nombreux amateurs de théorie du complot. Un syndicat suisse la décrivait ainsi comme (sic) « une secte occulte de la mondialisation ultra-libérale […] infiltrant la pensée unique auprès d'un maximum de chercheurs, penseurs, universitaires »[9]. La réalité est beaucoup plus terre à terre et, selon les mots de Pascal Salin, ancien président, l'organisation est une sorte d’« académie internationale d'intellectuels libéraux »[10].

Liste des participants de la première conférence

Liste des rencontres

  • 1er Meeting : Mont-Pèlerin, Suisse, du 1er au 10 avril 1947
  • 2ème meeting : Seelisberg, Suisse, du 3 au 10 juillet 1949
  • 3ème Meeting : Bloemendaal, Pays Bas, du 3 au 10 septembre 1950
  • 4ème Meeting : Beauvallon, France, du 9 au 16 septembre 1951
  • 5ème Meeting : Seelisberg, Suisse, du 7 au 12 septembre 1953
  • 6ème Meeting : Venise, Italie, du 6 au 11 septembre 1954
  • 7ème meeting : Berlin, Allemagne, du 29 août au 3 septembre 1956
  • 8ème meeting : Saint-Moritz, Suisse, du 2 au 8 septembre 1957
  • 9ème meeting : Princeton, New Jersey, USA, du 8 au 13 septembre 1958
  • 10ème meeting : Oxford, Grande Bretagne, du 7 au 12 septembre 1959
  • 11ème meeting : Kassel, Allemagne, du 5 au 10 septembre 1960
  • 12ème meeting : Turin, Italie, du 3 au 9 septembre 1961
  • 13ème meeting : Knokke, Belgique, du 9 au 15 septembre 1962
  • 14ème meeting : Semmering, Autriche, du 7 au 12 septembre 1964
  • 15ème meeting : Stresa, Italie, du 3 au 8 septembre 1965
  • 16ème meeting : Vichy, France, du 11 au 16 septembre 1967
  • 17ème meeting : Aviemore, Ecosse, septembre 1968
  • 18ème meeting : Munich, Allemagne, 1970
  • 19ème meeting : Montreux, Suisse, 1972
  • 20ème meeting : Bruxelles, Belgique, 1974
  • 21ème meeting : St. Andrews, Ecosse, 1976
  • 22ème meeting : Hong Kong, 1978
  • 23ème meeting : Stanford, USA, 1980
  • 24ème meeting : Berlin, Allemagne, 1982
  • 25ème meeting : Cambridge, Angleterre, 1984
  • 26ème meeting : St. Vincent, Italie, 1986
  • 27ème meeting : Tokyo, Kyoto, Japon 1988
  • 28ème meeting : Munich, Allemagne,1990
  • 29ème meeting : Vancouver, Canada,1992
  • 30ème meeting : Cannes, France 1994
  • 31ème meeting : Vienne, Autriche,1996
  • 32ème meeting : Washington, D.C., USA, 1998
  • 33ème meeting : Santiago, Chili, 2000
  • 34ème meeting : Londres, Angleterre, 2002
  • 35ème meeting : Salt Lake City, USA, 2004
  • 36ème meeting : Guatemala City, Guatemala, 2006
  • 37ème meeting : Tokyo, Japon, du 7 au 12 septembre 2008
  • 38ème meeting : Sydney, Australie 2010
  • 39ème meeting : Prague, République Tchèque, du 2 au 7 septembre 2012
  • 40ème meeting : Hong Kong, Chine, du 34 août au 5 septembre 2014


Liste des présidents

Composition du Conseil d'administration de 2014 à 2016

  • Vice-présidents[15]

Notes et références

  1. The Collected Works of F. A. Hayek, vol. 4, The Fortune of Liberalism : Essays on Austrian Economics and the Ideal of Freedom, Chicago, University of Chicago Press ; Londres, Routledge, 1992, p.192
  2. 2,0 et 2,1 Déclaration d'ouverture de la rencontre de 1947, texte repris in Studies in Philosophy, Politics and Economics (Chicago: University of Chicago Press, 1967)
  3. On notera que sur les 26 participants au Colloque Walter Lippmann, 16 rejoindront la Société du Mont-Pèlerin
  4. Voir par exemple Gilles Dostaler, Hayek et sa reconstruction du libéralisme (1999)
  5. John Chamberlain, Hayek Returns to Cambridge, National Review, 11 janvier 1985, cité par Greg Kaza in The Mont Pelerin Societys 50th Anniversary, The Freeman, Vol. 47 No. 6, juin 1997, [lire en ligne]
  6. (en)History of the Mont Pelerin Society
  7. Guy Sorman, La Solution libérale, 1984, p.85
  8. (en)Acrobat-7 acidtux software.png [pdf]Inventaire des congrès de la MPS de 1947 à 1998 (Fonds Liberaal Archief à Gand)
  9. « A Genève, l'extrême gauche hurle au complot face à une candidature libérale », Le Temps, 15 septembre 2005
  10. « Interview de Pascal Salin », Agefi, février 2003
  11. Allan Meltzer, États-Unis de 2012 à 2014 - (Kenneth Minogue, Royaume-Uni de 2010 à 2012)
  12. Kenneth Minogue, Royaume-Uni de 2012 à 2014 - (Deepak Lal, États-Unis de 2010 à 2012)
  13. Giancarlo Ibarguen, Guatemala de 2010 à 2012
  14. Edwin J. Feulner, États-Unis de 2010 à 2014
  15. Vice Présidents entre 2010 et 2012 : Jeff Clark, Etats-Unis; Enrique Ghersi, Pérou; Yoshi Shimizu, Japon; Carl-Johan Westholm , Suède; Linda Whetstone, Royaume-Uni Vice Présidents entre 2012 et 2014 : Deepak Lal, Royaume-Uni; Suri Ratnapala, Australie; Veselin Vukotic, Monténégro; Gerardo Bongiovanni, Argentine

Voir aussi

Bibliographie

  • 1990, Giovanni Busino, "William Rappard, le libéralisme "nouveau" et les origines de La "Mont-Pèlerin society"", Revue européenne des sciences sociales, Vol 28, n°88, pp205-216
  • 1995,
    • Ronald M. Hartwell, A History of the Mont Pèlerin Society, Indianapolis, Liberty Fund, [prés. en ligne]
    • Gerhard Schwarz, “Jede Generation muss sich ihre Freiheit verdienen. Mont-Pèlerin – 50 Jahre danach” ("Chaque génération doit gagner sa liberté. 50ème anniversaire de la Société du Mont-Pèlerin), Neue Zürcher Zeitung (NZZ), 3 mai.
  • 1996, Hans-Otto Lenel, "Über die Mont Pèlerin Society. Zu dem Buch von R. M. Hartwell ‘A History of the Mont Pèlerin Society’", ORDO, Vol 47, pp399-402
  • 1997, Cécile Pasche et Suzanne Peters, Les premiers pas de la Société du Mont-Pèlerin ou les dessous chics du néolibéralisme, In: Diana LE DINH, Dir., L'avènement des sciences sociales comme disciplines académiques (XIXe - XXe siècles), Lausanne, Antipodes, pp191-230
  • 2003, Yves Steiner, Ce marché qui rassemble et qui divise, les firsthand dealers in ideas de la Mont Pèlerin Society, [lire en ligne]
  • 2009, Philip Mirowski et Dieter Plehwe, dir., The Road from Mont Pelerin. The Making of the Neoliberal Thought Collective, Harvard University Press
  • 2011, Ross B. Emmett, commentaire du livre de Philip Mirowski et Dieter Plehwe, dir., The Road from Mont Pelerin. The Making of the Neoliberal Thought Collective, Journal of the History of Economic Thought, 33, pp134-137

Liens externes

Société.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail actualités du libéralisme.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
Outils personnels
Partager