Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Communautarisme

De Wikiberal

Le communautarisme est une notion équivoque, suivant que son utilisation soit plutôt faite dans un sens de rhétorique politique visant à la rendre illégitime, soit, dans une emploi plutôt de critique philosophique. Selon cette dernière acceptation, il s'agit d'une base de réflexion philosophique ou courant de pensée, souvent rattaché, d'abord, à une posture critique en réaction à l’ouvrage de philosophie politique de John Rawls, Théorie de la Justice (1971). La controverse libéralo-communautaire s'est ouverte dans les années 70 et 80, s'agissant notamment d'une discussion critique communautarienne vis-à-vis du libéralisme politique au sens rawlsien.

Communauté, sens, évolution et usages dans le débat politique

Le communautarisme, néologisme en langue française, est une notion indissociable de l'idée et référence à toute communauté, communauté morale, politique, culturelle, régionale ou familiale. Classée comme groupe humain, la plus petite communauté connue est celle de la famille, venant ensuite la communauté de localité avec le voisinage et l'amitié jusqu'à la communauté de village. Dans une communauté les individus son liés par le sang, le sentiment, la coutume et la religion en tant qu'éléments d'une identité personnelle et partagée. La communauté se manifeste aussi par des relations sociales réunissant des personnes formant des liens d'entente.

Le communautarisme est aussi la reconnaissance et l'affirmation de différents modes de vie, modes d'action, de croyances et convictions. Synonyme de multiculturalisme, le discours politique l'assimile à de groupes minorisés porteurs de revendications archaïques mettant en cause les valeurs majoritairement admis dans une société laïque.

Sur le plan politique, particulièrement en France, le discours sur le communautarisme est présenté comme une sorte d'évidence, sans autre discussion, traduisant le communautarisme comme un danger, une situation à éviter et combattre, une sorte de maladie sociale dont souffrirait la société française. Devenu un produit politique du socialement indésirable, est communautariste toute problématique de radicalisation identitaire avec ses replis communautaires, ses ghettos et quartiers malfamés. L'entassement épidémique s’intègre mal dans la validation institutionnelle de la communauté des citoyens égaux de la nation.

Ainsi, le seul et unique discours politique de valeur, excluant tout autre, est celui qui fait valoir la « volonté générale », l'accord du citoyen par le « contrat social », le modèle républicain du vivre-ensemble par intégration, le « nous », société unique à valeur unique et commune, et les « autres », les barbares avec ou sans culte, mettant en péril l'idée d'identité nationale et les valeurs de la république et la laïcité.

Dans le discours politique franco-français moderne, l'emploi du mot communautarisme a un accent fortement répulsif visant à catégoriser ce que doit être une bonne ou mauvaise communauté, comme si toutes les identités sociales étaient vues de la bonne manière par la bonne communauté. De cette façon le communautarisme est perçu comme un péril pour la culture républicaine, laïque et nationale. Le communautarisme désignerais un sac problématique mélangeant des thèmes comme le terrorisme, l'islamisme, l'immigration et l'idéologie néolibérale mondialiste avec sa frénésie multiculturaliste.

Le débat entre la conception libérale de la justice et les communautariens

Selon l'approche philosophique communautarienne la société est fondée sur le pluralisme de communautés, ce sont ces dernières qui créent les identités et les valeurs morales. Au sein de toute société il existe des liens multiculturels, des réseaux et des relations entre groupes d'individus. Il existe des communautés limitées dans un territoire ou région, d'autres qui ne se limitent pas à un territoire limité, ce sont des groupes ethniques et religieux. Le communautarisme n'est pas une école de pensée clairement identifiable, mais plutôt une prise de position par certains penseurs qui se réclament de l’aristotélisme et de l’éthique des vertus, exposant une critique envers philosophie des Lumières, et notamment une critique envers la question de la justice soulevée par la Théorie de la justice de Rawls.

John Rawls est un auteur libéral au sens américain, il soutient que la valeur du Juste (right) prévaut sur toute conception particulière du Bien (good). Pour lui, une théorie de la justice doit prendre acte du fait du pluralisme existant dans nos sociétés. Selon Rawls le fondement du juste se retrouve dans les relations intersubjectives, par l'usage de la raison et le dialogue, dans le but d'un accord commun sur les principes de la vie en société. La justice est la première vertu des institutions sociales selon la formulation et approche rawlsienne. Il conçoit sa théorie de justice comme équité comme étant neutre, sa conception politique doit rendre possible la cohabitation de différentes doctrines. La justice comme équité est fondée sur la raison pratique au sens kantien, les jugements impartiaux des différents individus sont soumis à un test procédural qui doit aboutir à des normes universalistes.

Les sociétés contemporaines sont caractérisées par le pluralisme des valeurs et l'égale valeur morale de tous les individus. Ce constat est au centre des réflexions du libéralisme politique défendu autant par Rawls, Dworkin ou encore Isaiah Berlin. Dans ce sens, la liberté de choix entre diverses fins a été affirmé par Isaiah Berlin, selon lui « le pluralisme, avec ce degré de liberté «négative» qu'il implique, me semble un idéal plus véridique et plus humain que l'idéal de maîtrise de soi « positive » des classes, des peuples ou de l'humanité tout entière que certains croient trouver dans les grands systèmes bien ordonnés et autoritaires ».[1] Conformément à la vision pluraliste de Berlin, les individus sont confrontés à l'existence d'une opposition entre valeurs, le choix de certaines valeurs peut rendre impossible la réalisation d’autres valeurs, ainsi la poursuite des idéaux d'égalité serait difficilement conciliable avec la liberté individuelle, cette situation serait la caractéristique inéluctable du fait de pluralisme des valeurs. Toutefois pour Rawls, le « pluralisme n'est pas perçu comme un désastre, mais plutôt comme le résultat naturel de l'activité de la raison humaine ».[2]

Aux relations déterminées soit sur le calcul, le conflit, l'utilité ou le contrat les penseurs communautariens vont opposer un autre type de relations humaines basées sur l'attachement à la communauté. C'est aussi l'importance que les individus attribuent à l'engagement au sein d'une communauté donnée dans le rôle de la constitution d'un sens ou d'une identité propre.

Notes et références

  1. Eloge de la liberté, Isaiah Berlin, 1969
  2. John Rawls, Libéralisme politique, 1993

Citations

  • « La communauté traditionnelle, celle de la pré industrialisation, se distingue par son autosuffisance, que le pouvoir centralisateur a atomisée et détruite. La recherche d’une communauté où l’autorité n’est pas le pouvoir est la tragédie moderne de l’homme ». - Robert Nisbet

7640-efdur-Babelwiki.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de société.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.