Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Crédit

De Wikiberal

Le crédit englobe les diverses activités de prêt d'argent, que ce soit sous la forme de contrats de prêts bancaires ou de délais de paiement d'un fournisseur à un client.

En Droit romain, le cadre contractuel du prêt d'argent est désigné le mutuum.

Le crédit est généralement porteur d'un intérêt que doit payer le débiteur (le bénéficiaire du crédit, appelé aussi emprunteur) au créancier (celui qui accorde le crédit, appelé aussi prêteur). Le crédit (en latin, "credo" = je crois, j'ai confiance), est une activité qui repose sur la confiance, celle que le prêteur accorde à l'emprunteur de qui il attend le remboursement du prêt. De manière générale, plus le prêteur aura confiance dans l'emprunteur, plus il lui prêtera une somme importante avec un faible taux d'intérêt. Inversement, moins l'emprunteur aura de crédit aux yeux du prêteur, plus celui-ci sera frileux, exigera des garanties importantes et prêtera l'argent à un taux d'intérêt élevé.

Les banques, qui sont les principaux fournisseurs de crédit, tant aux particuliers qu'aux entreprises, distinguent généralement les crédits :

  • à court terme (de 1 jour à 2 ans),
  • à moyen terme (de 2 à 7 ans),
  • et à long terme (au-delà).

Ce découpage n'est pas très rigoureux et varie d'une banque à l'autre.

Ludwig von Mises distingue deux types de crédits :

  • le crédit sur marchandise (commodity credit) : le prêt est adossé à une épargne ou un bien tangible ("les dépôts font les crédits") ;
  • le crédit de circulation (circulation credit) : pur résultat de la création monétaire, quand une banque accorde un prêt à partir de fonds à vue, qui ne sont pas de l'épargne ("les crédits font les dépôts").

Le microcrédit, qui se développe surtout dans les pays en développement, est un moyen efficace de combattre la pauvreté et de développer l'entreprise au niveau local.

Citations

  • « La gratuité du crédit, c'est l'absurdité scientifique, l'antagonisme des intérêts, la haine des classes, la barbarie. La liberté du crédit, c'est l'harmonie sociale, c'est le droit, c'est le respect de l'indépendance et de la dignité humaine, c'est la foi dans le progrès et les destinées de la société. »
        — Frédéric Bastiat

Pour aller plus loin

Bibliographie

Liens externes

Articles connexes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.