Démocratie populaire

De Wikiberal
Democratie-pop.jpg

La démocratie populaire est un terme de propagande que se donnaient au XXe siècle les régimes se disant « à idéal communiste », pour se distinguer des démocraties libérales se donnant le nom de « démocratie », et que les démocraties populaires désignent plutôt sous le terme de « républiques bourgeoises » ou de « pays capitalistes ».

Aujourd'hui, la Chine, la Corée du Nord, Cuba, le Laos ou le Viêt Nam se définissent encore comme des démocraties populaires.

Au-delà de leur combat contre la souveraineté absolue du peuple, version de la démocratie dévoyée en ce qu'elle oublie l'équilibre entre les pouvoirs, les libéraux se sont opposés frontalement aux régimes communistes, tant sur le plan idéologique, économique, que sur leur déclinaison politique, c'est-à-dire cette notion de démocratie populaire, qui n'est en fait qu'une démocratie totalitaire.

Ces "démocraties" exerçaient un pouvoir totalitaire tout en s'affirmant démocratiques, car la prise du pouvoir par la révolution violente était censée être l’œuvre du prolétariat, majorité de la population ; pour Marx, l’exercice du pouvoir politique par la classe ouvrière dans son ensemble (le prolétariat) – la majorité dans la société capitaliste – est le signe d'une « démocratie politique complète » ; pour Lénine, la dictature du prolétariat est « démocratie pour l'immense majorité du peuple et répression par la force, c'est-à-dire exclusion de la démocratie pour les exploiteurs, les oppresseurs du peuple » (L'État et la Révolution) ; le léninisme considère que les soviets représentent la volonté démocratique de la classe ouvrière et incarnent la dictature du prolétariat. On peut constater que les différentes constitutions soviétiques ne contenaient aucune disposition garantissant les droits inaliénables du citoyen.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.