Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Gaetano Salvemini

De Wikiberal
Gaetano Salvemini
historien et homme politique

Dates 1873-1957
G salv.jpg
Tendance libéral classique et libéral de gauche
Origine Italie Italie
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Gaetano Salvemini

Gaetano Salvemini (Molfetta, 8 novembre 1873 - Sorrente, 6 septembre 1957) était un historien et homme politique italien qui a évolué du socialisme à un libéralisme proche de celui de Vilfredo Pareto.


Biographie

Après des études de lettres à Florence en 1896, il enseigne l'histoire à l'université de Messine (1901), puis à Pise et à Florence. Le tremblement de terre de Messine en 1908 le laisse seul survivant de sa famille : il perd son épouse et ses cinq enfants.

Membre du Parti socialiste italien, il défend le suffrage universel et se rattache au courant méridionaliste soucieux du développement du Mezzogiorno, en particulier en luttant contre la corruption. Hostile au protectionnisme et à la grande propriété latifondiaire, il est favorable à l’essor de la petite propriété paysanne.

Il quitte le parti socialiste en 1911 et dirige l’Unità de 1911 à 1920 cherchant à fonder un nouveau parti, La Lega democratica (Ligue démocratique) méridionaliste, socialiste dans les fins de justice mais libéral dans la méthode : un socialisme réformiste qui annonce le social libéralisme. Il condamne le socialisme révolutionnaire qui engendre le despotisme bureaucratique d’état : la bureaucratie, classe sociale parasitaire, est infiniment pire que la bourgeoisie à ses yeux. Favorable à la participation de l’Italie à la guerre contre les Empires centraux, sur la fin du conflit, il exprime ses désillusions devant la persistance des rivalités entre États. Élu député en 1919, il se montre hostile au fascisme et devient le maître politique des frères Rosselli et de Piero Gobetti.

Arrêté en 1925 comme opposant au régime fasciste, il quitte l'Italie, puis tente d'organiser la résistance contre Mussolini, en France, en Angleterre, puis aux États-Unis. Il est un des fondateurs du mouvement Giustizia e Libertà (1929). Les positions du groupe sont théorisées dans Socialismo liberale (1930), expression d’une troisième voie entre capitalisme et socialisme.

Il combat non seulement le fascisme mais aussi le communisme et la monarchie italienne. Il s’éloigne du mouvement GL quand celui-ci tend à se radicaliser dans un sens socialiste. De 1930 à 1948, il enseigne l'histoire à l'université d'Harvard, et obtient la citoyenneté américaine en 1940. Pendant cette période, il écrit notamment La Dictature fasciste en Italie (The Fascist Dictatorship in Italy, 1928), Mussolini diplomate (1932), La Terreur fasciste (Under the Axe of Fascism, 1936) The Origins of Fascism in Italy, (1940) et Prélude à la Seconde Guerre mondiale (Prelude to World War II).

Il retourne en Italie en 1947, reprend son enseignement à l’université de Florence et continue à livrer bataille contre les dogmatismes et les idéologies fumeuses au nom d’un réformisme démocratique. Hostile à la démocratie chrétienne, ce laïque convaincu soutient la nécessité d’abroger le Concordat pour libérer l’Italie de la tutelle cléricale. Il est fait docteur honoris causa par l’Université d’Oxford en 1955.

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.