Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Despotisme

De Wikiberal

Le despotisme est une forme de gouvernement par une autorité unique, soit un individu ou un groupe étroitement lié, qui règne avec un pouvoir politique absolu. Dans sa forme classique, un despotisme est un état où un homme unique, appelé un despote, retient tout le pouvoir, et toute autre personne est considérée comme son esclave. Cette forme de despotisme est la première forme connue d'État et de civilisation ; le pharaon d'Égypte est un despote classique.

Le despotisme implique la tyrannie. Néanmoins, dans le despotisme éclairé, apparu dans l'Europe du XVIIIe siècle, les despotes utilisaient leur autorité pour instituer certaines réformes dans les systèmes politiques et sociétés de leur pays. Ce mouvement a probablement été largement déclenché par les principes du Siècle des Lumières, et plus particulièrement par la critique féroce opposée au despotisme par les auteurs libéraux (notamment les jusnaturalistes).

Par ailleurs, et bien que le mot ait une connotation péjorative aujourd'hui, il était autrefois un titre légitime dans l'empire byzantin (du grec ancien δεσπότης, seigneur, maître).

Vision libérale

Pour les libéraux, le despotisme et les régimes autocratiques modernes (monarchie, empire) sont néfastes et à combattre, au même titre que les gouvernements populaires (démocratie, souveraineté absolue du peuple, socialisme). Pour Walter Lippmann, le despotisme prend aussi un sens plus économique : le militarisme sous-jacent à toute planification, le despotisme de tout ordre collectiviste et sa naturelle dégénérescence en tyrannie sont dénoncés : « le collectivisme crée une nouvelle forme de propriété : celle du bureaucrate. La lutte pour la richesse devient une lutte pour le pouvoir. ».

Toutefois, pour une minorité d'entre-eux, François Quesnay, Mercier de la Rivière et bon nombre de physiocrates, le despotisme éclairé est désirable : pour eux, la meilleure garantie de justesse du gouvernement serait une éducation soignée du Prince, qui le rendrait capable de découvrir, éclairé par la Raison, l’ordre naturel de l’univers.

Citations

  • La nuit du 4 août fut la nuit de mort des privilèges (les villes, les communes, les magistratures étaient privilégiées, dotées de privilèges et de droits seigneuriaux), et lorsqu'elle prit fin se leva l'aube du Droit, des droits de l'État, des droits de la Nation. Le despotisme n'avait été dans la main des rois qu'une règle complaisante et lâche, auprès de ce qu'en fit la « Nation souveraine ». Cette monarchie nouvelle se révéla cent fois plus sévère, plus rigoureuse et plus conséquente que l'ancienne ; devant elle, plus de droits, plus de privilèges ; combien, en comparaison, paraît tempérée la royauté absolue de l'Ancien Régime ! La Révolution, en réalité, substitua à la monarchie tempérée la véritable monarchie absolue. Désormais, tout droit que ne concède pas le Monarque État est une « usurpation », tout privilège qu'il accorde devient un « droit ».
(Max Stirner, L’unique et sa propriété, 1845)
  • Vous avez beau diviser le pouvoir : si la somme totale du pouvoir est illimitée, les pouvoirs divisés n'ont qu'à former une coalition, et le despotisme est sans remède. Ce qui nous importe, ce n'est pas que nos droits ne puissent être violés par tel pouvoir sans l'approbation de tel autre, mais que cette violation soit interdite à tous les pouvoirs.
Benjamin Constant
  • Si libérales qu'elles aient été, les deux Déclarations [de 1789 et 1793 ] (...) ont admis une souveraineté, celle de tout le monde. C'était créer un despotisme, c'était remplacer un despotisme, relatif, par un autre, radical. Les Français, monarchistes jusqu'aux moelles, ont immédiatement transposé. Ils ont pris la Révolution pour une transposition.
Émile Faguet
  • Les affinités naturelles de la démocratie, d'un côté, avec le despotisme, de l'autre, avec l'esprit révolutionnaire, sont la grande leçon de l'histoire et la grande menace de l'avenir.
Charles de Montalembert
  • Il peut sortir de la souveraineté populaire un despotisme plus poussé que de la souveraineté divine : la volonté générale n’est pas fixe mais mobile et la liberté du Pouvoir s’appelle l’Arbitraire.
Bertrand de Jouvenel

Voir aussi

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.