Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Jacques-Henri Serment

De Wikiberal
Jacques-Henri Serment
Juriste

Dates 1825-1880
Tendance libéral classique
Origine Suisse Suisse
Articles internes Liste de tous les articles

Citation Liberté pour tous, partout, pour tout et toujours. Une seule liberté prohibée, celle d'enchaîner la liberté d'autrui, ce qui est rigoureusement logique, puisque celle-là n'est plus la liberté mais l'usurpation, la licence, le despotisme, le désordre, l'injustice en un mot.
inter lib.org sur Jacques-Henri Serment

Jacques-Henri Serment, né à Genève le 12 mars 1825 et mort dans la même ville le 31 mars 1880, est un avocat genevois et écrivain libéral suisse.

Après des études de droit, il devient avocat à Genève en 1847, rédacteur au Journal de Genève (1847-49), professeur de littérature comparée à l’école préparatoire théologique de la Société Evangélique (1846-1879), et a participé à la lutte contre l’esclavage.

Il publie en 1860 l'un des premiers livres sur le libéralisme, où il dénonce pèle-mêle socialisme, communisme et catholicisme (lui-même protestant, il critique sévèrement l'alliance de l’Église et de l’État, "institutions hétérogènes").

Biographie

Œuvres

  • 1860 : Le libéralisme - ses principes - son but - ses preuves (Joël Cherbuliez)
  • 1863 : Lettres et dialogues d'un pauvre d'esprit (Joël Cherbuliez)
  • 1865 : Sur une gravure - stances à Abraham Lincoln (Paris, C. Meyrueis)
  • 1866 : La Question des Nègres et la reconstruction du sud aux États-Unis

Citations

  • La liberté est à la fois, dans la société, le point de départ, le moyen et le but. Elle est la base, la condition de tout développement individuel. Elle est aussi le moyen le plus sûr de maintenir l'ordre social. Elle est enfin le but de l'organisme politique, dont l'essentiel est de garantir les droits des individus dans leurs rapports sociaux.
  • Que seulement le gouvernement laisse faire et laisse passer, qu'il laisse tomber toutes les barrières, toutes les réglementations arbitraires qui entravent la liberté du commerce, la liberté de l'industrie, celle des arts et des sciences, qu'il nous délivre des droits de douane, aussi bien que des peines de tout genre, qu'il ne s'arroge pas la tutelle de l'individu, qui est plus majeur que lui, et cela fera seul plus pour la prospérité générale que les munificences les plus coûteuses.
  • Il est telles faveurs de l’État qui sont plus redoutables qu'aucune de ses rigueurs. La tyrannie ouverte donne du ressort aux âmes fortes, la domination insinuante les endort, les énerve, les paralyse, et, d'un peuple libre, fait, avant qu'il s'en doute, un peuple de valets.
  • Le socialisme vraiment dangereux, ce n'est pas celui qui est à venir et qui ne vient jamais : c'est celui qui existe aujourd'hui, qui nous enserre de toutes parts, que le passé nous a légué de siècle en siècle, qui vit dans les institutions, dans les lois, dans les préjugés, dans les esprits, dans les mœurs.
  • Une nation n'est bien constituée que lorsque tout y est dirigé dans l'intérêt de l'individu. Il importe peu que l’État soit puissant, qu'il ait beaucoup d'attributions, de privilèges, de richesses, de faste ; il importe beaucoup que les individus puissent progresser dans tous les sens.