Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



La Fable des abeilles

De Wikiberal
La Fable des abeilles
The Fable of the Bees: or, Private Vices, Publick Benefits
Mandeville.jpg
Auteur : Bernard Mandeville
Genre
Philosophie politique
Année de parution
1714 / 1729
Interwiki
Medium Amazon New Logo.jpg 1ère partie / 2ème partie
Index des essais libéraux
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

La Fable des abeilles, The Fable of the Bees: or, Private Vices, Publick Benefits en anglais, est une fable politique de Bernard Mandeville, parue en 1714. Il en a fait un second tome en 1729.

Parue dans un premier temps en 1705 sous la forme d’un poème intitulé La Ruche murmurante ou les fripons devenus honnêtes gens, The Grumbling Hive, or Knaves Turn’d Honest en anglais, la première version ne fut guère remarquée. Rééditée en 1714 avec un commentaire extensif en prose, elle est bientôt devenue célèbre pour son attaque supposée des vertus chrétiennes. La signification réelle reste controversée jusqu’à aujourd’hui. Friedrich Hayek vit en lui un précurseur du libéralisme économique tandis que John Maynard Keynes mit en avant la défense de l’utilité de la dépense.

La Fable des abeilles, développe avec un talent satirique la thèse de l’utilité sociale de l’égoïsme. Les vices des particuliers sont les éléments nécessaires du bien-être et de la grandeur d’une société. L’Angleterre y est comparée à une ruche corrompue mais prospère et qui se plaint pourtant du manque de vertu. Jupiter leur ayant accordé ce qu’ils réclamaient, la conséquence est une perte rapide de prospérité, bien que la ruche nouvellement vertueuse ne s’en préoccupe pas, car le triomphe de la vertu coûte la vie à des milliers d’abeilles.

Mandeville est largement considéré comme un économiste et un philosophe sérieux. Il a publié en 1729 une deuxième édition de la Fable des abeilles, avec des dialogues étendus exposant ses vues économiques : elle est composée de six dialogues entre son porte-parole (Cléomène) et un disciple de Shaftesbury (Horace), dans lesquelles il précise et approfondit sa pensée.

Ses idées au sujet de la division du travail s’inspirent de celles de William Petty. Elles seront reprises par Adam Smith dans La Richesse des nations.

Portée et réception

L’idée selon laquelle les « vices privés font le bien public » a inspiré nombre d’auteurs dont Adam Smith, qui écrivait que « ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger qu’il faut espérer notre dîner, mais de leur propre intérêt ». Néanmoins, Mandeville va généralement plus loin que les autres penseurs, en ce qu’il considère qu’une société « morale » irait droit à l’échec et que les vices sont non seulement utiles, mais aussi nécessaires. Il écrit ainsi : « Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse »

Les moralistes spiritualistes Francis Hutcheson et George Berkeley réfutèrent la Fable des abeilles. Les juges menacèrent de faire un procès à son auteur.

Édition récente

  • La ruche bourdonnante ou Les crapules virées honnêtes, mise en vers français de Daniel Bartoli, préface et postface de François Dagognet, traduction de : The Grumbling Hive or Knaves Turn’d Honest, Paris, Éd. la Bibliothèque, 2006 (ISBN 978-2-909688-41-1)
    • Cette édition contient aussi la traduction en prose de Jean Bertain (1740) et le texte anglais (1714).

Bibliographie

  • 1876, Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, p. 1322
  • 1924, F. B. Kaye, Introduction, In: The Fable of the Bees, or Private Vices, Public Benefits, 2 vols. Edited by F.B.Kaye. Oxford, Clarendon
  • 1966, Friedrich Hayek, "Lecture on a Master Mind : Dr. Bernard Mandeville", Proceedings of the British Academy, vol. 52, p. 125-141
    • Repris en 1978 in Friedrich A. von Hayek, New Studies in Philosophy, Politics Economics and the History of Ideas, London: Routledge and Kegan
  • 1966, Alfred F. Chalk, "Mandeville's Fable of the Bees: a reappraisal" Southern Economic Journal, vol.33, pp.1-16
  • 1985, M. M. Goldsmith, Private Vices, Public Benefits : B. Mandeville's Social and Political Thought, Cambridge: Cambridge University Press
  • 1998, S. Nakano, Mandeville’s Mechanism of Division of Labor: A History of Catallactics tradition and Individualism in Britain (en japonais) Ph. D. thesis at Keio University

Liens externes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.