Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



La Société ouverte et ses ennemis

De Wikiberal
La Société ouverte et ses ennemis
The Open Society and Its Enemies
Poppersoc.jpg
Auteur : Karl Popper
Genre
Philosophie politique
Année de parution
1945
Cet ouvrage est une défense par Karl Popper de la société ouverte et une présentation des idées de trois philosophes parmi les plus irréductibles ennemis de la liberté: Platon, Hegel et Marx.
Interwiki
Medium Amazon New Logo.jpg amazon
Index des essais libéraux
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

La Société ouverte et ses ennemis (The Open Society and Its Enemies) est un ouvrage en deux volumes écrit par Karl Popper au début de la Seconde Guerre mondiale. Il y développe une critique de l'historicisme à travers trois auteurs (Platon, Hegel et Marx), en montrant comment l'historicisme débouche sur le totalitarisme. Situé dans le prolongement de Misère de l’historicisme, il a été publié pour la première fois en 1945 à Londres par Routledge.

Présentation

Dans La Société ouverte et ses ennemis, Popper développe une critique de l'historicisme et défend la « société ouverte » ou démocratie libérale. Il écrivit ainsi dans la préface à l'édition française de 1980[1] :

«L'objet de ce livre est d'aider à la défense de la liberté et de la démocratie. Je n'ignore rien des difficultés et des dangers inhérents à la démocratie, mais je n'en pense pas moins qu'elle est notre seul espoir. Bien des exemples montrent que cet espoir n'est pas vain »
    — Karl Popper, Préface à l'édition française (2 mai 1978)

Dans le premier tome, L'ascendant de Platon, il revient sur l'influence du philosophe grec Platon sur la pensée à travers les âges : la plupart de ses interprètes furent séduits par sa grandeur. Pour Popper, ils ont adopté sa philosophie alors qu'elle représente un danger réel, en proposant ce qui n'est autre qu'un cauchemar totalitaire où, dans une Cité dirigée par une élite, l'individu est sacrifié à la collectivité. Popper défend la différence entre les idées de Socrate et celle de Platon, écrivant que Platon s'éloigne irrémédiablement des idées humanistes et démocratiques de Socrate dans ses dernières années. Tout particulièrement, il s'attaque à La République de Platon, dans lequel il dépeint Socrate sympathisant avec le totalitarisme. Il suggère que Platon était la victime de sa propre vanité et se rêvait en « roi-philosophe » de sa cité idéale.

Dans le second tome, Hegel et Marx, il critique les deux auteurs plus contemporains que sont Hegel et Marx. Il fait remonter la genèse de leurs idées jusqu'à Aristote et montre en quoi ils sont à la racine des totalitarismes du XXe siècle. Il leur reproche, comme à Platon, de considérer que l'histoire obéit à des lois (le développement de l'Esprit pour Hegel, la lutte des classes pour Marx) et, partant, de paralyser le progrès en imposant le fatalisme.

À l'inverse, Popper propose une philosophie fondée comme son épistémologie sur la réfutabilité et donc sur l'indéterminisme. La science, qui repose sur l'expérience, doit pouvoir à chaque instant être remise en question. Il défend une société démocratique, dominée par le libre choix des individus.

Réception

S'il exerce rapidement une influence importante dans le monde anglo-saxon, l'essai de Popper mit longtemps à être disponible, entre autres, en français. La traduction française date ainsi de 1979 et celle italienne de 1975. Parmi les raisons avancées par ses traducteurs, le retard avec lequel ces deux cultures se sont libérées de l'influence marxiste[2].

Éditions

  • The Open Society and Its Enemies Volume 1: The Spell of Plato (La Société ouverte et ses ennemis, tome 1 : L'Ascendant de Platon), ISBN 2020051362
  • The Open Society and Its Enemies Volume 2: The High Tide of Prophecy: Hegel, Marx and the Aftermath (La Société ouverte et ses ennemis, tome 2 : Hegel et Marx), ISBN 2020051370

Notes et références

  1. Karl Popper, Préface à l'édition française, tome 1, Seuil, 1980, p.8
  2. Karl Popper, La leçon de ce siècle, 10/18, p.24-25

Liens externes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.