Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Libertés germaniques

De Wikiberal

Les libertés germaniques ou libertés germaines désignent les libertés anciennes, plus ou moins mythiques, qui étaient reconnues avant l'avènement progressif d'une monarchie absolue. Elles se réfèrent en particulier à la période franque et à la monarchie élective de l'époque, où le roi voyait chaque année sa confiance renouvellée par les principaux aristocrates lors des champs de mai. Elles ont connu un intérêt renouvellé dans le débat intellectuel en France au XVIIe et XVIIIe siècles, servant de modèles pour la restauration d'une monarchie limitée.

Dans les pays germaniques, elles ont également longtemps été érigées en référent mythique, l'empereur du saint empire romain germanique étant par exemple « protecteur des libertés germaniques », libertés reconnues par la Paix d’Augsbourg de 1555.

Elles ont été le sujet d'un débat long d'un siècle, comme le montre Jacques de Saint Victor dans Les Racines de la liberté. Parmi les tenants de ces libertés germaines, figuraient par exemple Montesquieu, comme le relève l'historien André Jardin dans son Histoire du libéralisme politique : « l'idéal de la liberté à la française demeure, pour Montesquieu, les pratiques en vigueur avant l'anarchique déviation féodale, jusqu'au règne de Charlemagne : le roi décidait avec le consensus de l'assemblée du peuple et de l'aristocratie »[1]

Notes et références

  1. André Jardin, Histoire du libéralisme politique : de la crise de l'absolutisme à la constitution de 1875, Hachette, 1985, p.35

Voir aussi

Bibliographie

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.