Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Peter L. Berger

De Wikiberal

Peter Ludwig Berger est un sociologue américain, né le 17 mars 1929 à Vienne en Autriche. Il est le fils de George William Berger et de Jelka Loew. Il immigra aux États-Unis en 1946 et fut naturalisé citoyen américain en 1952. Il est marié à Brigitte Kellner le 28 septembre 1959 et a deux garçons, Thomas Ulrich et Michael George.

Son parcours académique

Peter Berger a obtenu un BA au Wagner College en 1949, avant de faire un MA et un Ph.D à la New School for Social Research respectivement en 1950 et en 1954.

Sa carrière de sociologue débute en 1954 à l'Université de Georgie à Columbus. Par la suite, il enseigne à l'Evangelic Academy de Bad Boll en Allemagne de 1955 à 1956, puis au Women’s College de l’Université de Caroline du Nord (actuellement University of North Carolina at Greensboro) de 1956 à 1958] avant de passer au Hartford Seminary Foundation de Hartford au Connecticut, de 1958 à 1963 ; puis au New school for Social Research à New York City de 1963 à 1970, à la Rutgers University de 1970 à 1979 et au Boston College de 1979 à 1980. En 1981, il devient professeur à Boston University.

Depuis 1985, il est le directeur l'Institute on Culture, Religion and World Affairs (CURA) de la Boston University[1] qu’il a fondé et professeur de sociologie et de théologie au College of Arts and Sciences and School of Thology[2].

Les travaux de Peter Berger s'inscrivent dans le courant de la sociologie phénoménologique initiée par le sociologue d'origine autrichienne Alfred Schütz, dont Peter Berger, lui-même, ainsi que son collègue Thomas Luckmann ont suivi les enseignements. C'est avec ce dernier qu'il écrit The Social Construction of Reality (1966), un ouvrage qui propose une nouvelle approche de la sociologie de la connaissance et qui a une influence sur le constructivisme en sciences sociales. Les gens agissent envers les choses sur la base de la signification qu'ont les choses pour eux. Pour les constructionnistes sociaux, le sens découle du processus d'interprétation de l'interaction sociale et, en même temps, il le guide. La signification de quoi que ce soit est formé, appris et transmis à travers un processus d'indication, car elle survient dans un contexte précis. Il n'y a aucun sens fixe, mais le sens peut être soutenu par la reconstruction sociale.

Bibliographie

  • 1963 : Invitation to Sociology : A Humanistic Perspective
    • Nouvelle édition en 1966, Penguin Books, Harmondsworth, Middlesex
  • 1966, avec Thomas Luckmann, The Social Construction of Reality,.
    • Traduit en français en 1986, La construction sociale de la réalité. Paris : Méridiens Klincksieck, IV, 288 p.,
  • 1967 : The Sacred Canopy
  • 1974, avec Brigitte Berger et Hansfried Kellner, The Homeless Mind: Modernization and Consciousness, Vintage, New York
  • 1976,
    • a. avec Brigitte Berger, Sociology: A Biographical Approach, rev. ed., Penguin, Harmondsworth
    • b. The Pyramids of Sacrifice: Political Ethics and Social Change, Anchor, Garden City, New York
  • 1979 : The heretical imperative,
  • 1984, "Underdevelopment Revisited", Commentary, Vol 78, n°1, juillet
  • 1986 : The Capitalist Revolution : Fifty Propositions about Prosperity, Equality, and Liberty
  • 1988, avec Hsin-Huang Michael Hsiao, dir., In Search of an East Asian Development Model, New Brunswick, NJ: Transactions Books
  • 1990 : Rumors of Angels: Modern Society and the Rediscovery of the Supernatural
  • 1991,
    • a. Meinoud Rost van Tonningen, Vertreter des Völkerbundes in Österreich: Ein Forschungsbericht, Zeitgeschichte 18 (1990/91), pp351–378
    • b. dir., "The Capitalist Spirit: Toward A Religious Ethic Of Wealth Creation", San Francisco: ICS Press
  • 1992, "América Latina bajo una perspectiva cultural comparativa" ("L'Amérique latine dans une perspective culturelle comparative"), In: Barry Levine, dir., "El Desafío Neoliberal, El Fin del Tercermundismo en América Latina" ("Le défi néolibéral, la fin du tiers-monde en Amérique latine"), Bogotá: Grupo Editorial Norma, pp39-52
  • 1995, avec Thomas Luckmann, Modernity, Pluralism and the Crisis of Meaning
  • 1997 : Redeeming Laughter: The Comic Dimension of Human Experience
  • 1999 : The Desecularization of the World: Resurgent Religion and World Politics, avec Jonathan Sacks, David Martin, Tu Weiming, George Weigel, Grace Davie, et Abdullahi A. An-Naim.
  • 2003
    • a. "Questions of Faith: A Skeptical Affirmation of Christianity"
    • b. avec Samuel P. Huntington, "Many Globalizations: Cultural Diversity in the Contemporary World"

Littérature secondaire

  • 1964, Philip Selznick, commentaire du livre de Peter L. Berger, "Invitation to Sociology: A Humanistic Perspective", American Sociological Review, Vol 29, n°2, Apr., pp285-286
  • 1965, F.-A. Isambert, commentaire du livre de Peter L. Berger, "Invitation to Sociology: A Humanistic Perspective", Revue française de sociologie, Vol 6, n°6-1, p101

Notes

  1. www.bu.edu
  2. www.bu.edu/sth/faculty/staff/berger

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.