Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Stefano Moroni

De Wikiberal

Stefano Moroni est professeur chercheur au département d'architecture et des études urbaines à l'école polytechnique de Milan, en Italie. Il est diplômé en architecture l'école polytechnique de Milan et il a reçu son doctorat en planification et en politiques publiques du territoire de l'université de Venise (Istituto universitario di architettura Venezia). Il s'est penché et fut influencé par les contributions intellectuelles des théoriciens de la communauté contractuelle (La cité jardin de Ebenezer Howard et la communauté propriétaire de Spencer Heath).

Stefano Moroni enseigne l'éthique de l'utilisation des terres et le droit. Il est membre de la faculté de doctorat en urbanisme, de design et de politique urbaine à l'école polytechnique de Milan. Il est membre du comité de rédaction des revues "Théorie de la planification", "Science régionale" et de CRIOS (Critica degli ordinamenti spaziali). Il participe également aux travaux de l'Institut Bruno Leoni où il examine les questions liées au développement et à l'autonomie des zones urbaines selon une optique libérale. La planification urbaine est en proie à une tendance constante à l'hyper-réglementation et à la tentation éternelle des politiques de planifier la vie des autres.

Les communautés propriétaires et les associations communautaires en concurrence avec les villes publiquement administrées

Dans nos villes, les règlements sur la construction et la planification des infrastructures et les services liés à l'espace public ont toujours été garantis par l'administration publique. Ces derniers temps, cependant, il y a eut l'émergence d'organisations non publiques qui se sont affirmées, en particulier aux États-Unis. L'innovation technologique a renforcé ce développement. Ce sont des formes privées volontaires qui réglementent l'utilisation des terres, qui fournissent des services collectifs en commun et qui peuvent être définis comme une communauté contractuelle (les communautés propriétaires comme par exemple : Walt Disney World, Irvine Ranch, Arden ou les associations communautaires comme par exemple : Park West, Dewees Island, Columbia, Woodlands, Reston).

Stefano Moroni propose une analyse et une discussion de ces modèles d'auto-organisation installés sur une base territoriale. Son objectif est de comprendre comment mieux faire face à la situation où il existe un système mixte particulier d'organisation du territoire entre public et privé, tout en conservant un rôle du service public dans la garantie de certaines règles de base pour la coexistence et la fourniture de certains services de base. Étant donné qu'il existera de plus en plus d'espaces et installations privées volontaires sur l'espace public en processus de concurrence, l'idéal est de fournir une subsidiarité véritablement opérationnelle à l'offre publique existante.

Un renouveau libéral de la construction et de la gestion architecturales des villes

Stefano Moroni s'interroge sur la nécessité ou non de planifier l'urbanisme. Dans son livre, "La ville du libéralisme actif", il formule une critique très explicite sur la légalité et la rationalité de la planification dans le domaine de l'urbanisme. Il propose d'autres formes innovantes de réglementation et d'intervention de l'Etat dans l'architecture des villes. Depuis quasiment toujours depuis le moyen-âge, l'urbanisme est considéré sous l'angle du constructivisme intellectuel de la planification rationnelle. La perspective hayékienne, que soutient Stefano Moroni, donne un nouveau stimulus important pour imaginer une autre façon de définir la relation entre la politique locale et la société. Il suggère la façon juste de redécouvrir, à cet égard, les relations équitables entre le droit et la propriété privée.

Stefano Moroni part d'un constat de base. En Europe, il y a plus de 75% des personnes qui vivent dans les villes et, dans les pays développés, 80% de la richesse produite provient des zones urbaines. Le code urbain doit donc régir de façon simple l'utilisation du sol, des espaces et des bâtiments pour le mieux vivre ensemble de tous. Stefano Moroni insiste sur deux principes essentiels. Il faut que le Droit soit juste et respectable et il faut que la liberté individuelle soit active et honnête. Hors, la production des lois et des règlements a déjà franchi le seuil du tolérable et du nécessaire dans beaucoup de pays et de villes. Nous sommes arrivés à un droit qui est sous la domination de la majorité politique du moment. Le droit est en constante évolution, instable, imprévisible, intrusif, abscons et compliqué. L'activité du politique devrait être de poursuivre ce qui est juste et non ce qui est mieux. Il est juste de penser que les centres commerciaux causent des dommages, par exemple par la création de forts flux de trafic et par des embouteillages. Mais s'opposer aux centres commerciaux implique l'idée corollaire d'envahir illégalement le domaine du bien personnel de tout le monde.

Stefano Moroni constate que nos villes du XXe siècle ont subi une réduction drastique des libertés individuelles après l'introduction de formes multiples de planification urbaine de plus en plus envahissantes et par la réglementation de tous les types de construction et d'activité urbaine. Un monopole public se charge de fournir une grande partie de l'infrastructure et des services de la ville.

Cependant, les villes devraient répondre à un "code urbain simple et uniforme" qui régirait la manière dont les sols et les bâtiments pourraient être utilisés et transformés. Un code qui interdirait les soi-disant "externalités négatives" : émission de bruit, poussière, polluants, appauvrissement de l'oxygène dans l'air, affaiblissement de la lumière, etc. Pour établir ces règles abstraites et générales, la majorité simple n'est pas suffisante, mais il faudrait une plus grande majorité et des procédures spéciales, pas ordinaires. L'objectif est de soustraire le droit urbain aux caprices de la majorité du moment.

Publications

  • 1992, "Urbanistica e teorie della giustizia" ("Urbanisme et théories de la justice"), Territorio, n°13, pp131-145
  • 1994, dir., "Territorio e giustizia distributiva" ("Territoire et justice distributive"), Milan: Franco Angeli
  • 1996, avec M.G. Bolocan, G. Borelli, G. Pasqui, "Urbanistica e analisi delle politiche. Riflessioni attorno a quattro casi studio" ("Urbanisme et analyse des politiques. Réflexions sur quatre études de cas"), Milan: Franco Angeli
  • 1997, "Etica e territorio. Prospettive di filosofia politica per la pianificazione territoriale" ("Ethique et territoire. Perspectives de la philosophie politique pour l'aménagement du territoire"), Milan: Franco Angeli
  • 1999, "Urbanistica e regolazione. La dimensione normativa della pianificazione territoriale" ("La planification urbaine et la réglementation. La dimension normative de l'aménagement du territoire"), Milan: Franco Angeli
  • 2001, "Pianificazione del territorio: ragioni, bisogni, responsabilità" ("L'aménagement du territoire : les raisons, les besoins, les responsabilités"), Turin: CittàStudi
  • 2003, avec P. L. Paolillo, "Il ruolo dei servizi pubblici nei processi di trasformazione urbana" ("Le rôle des services publics dans les processus de transformation urbaine"), Milan: Franco Angeli
  • 2005, "L'ordine sociale spontaneo. Conoscenza, mercato e libertà dopo Hayek" [L'ordre social spontané. La connaissance, le marché et la liberté après Hayek], Utet
  • 2006, avec D. Patassini, "Problemi valutativi nel governo del territorio e dell’ambiente" ("Les problèmes dans l'évaluation publique du territoire et de l'environnement"), Milan: Franco Angeli
  • 2007,
    • a. avec Arturo Lanzani, dir., "Città e azione pubblica. Riformismo al plurale" ("Villes et action publique. Réformisme au pluriel"), Actes de la dixième Conférence de la Société italienne des urbanistes, Rome: Carocci Editore, ISBN 978-88-430-42
    • b. "Premessa. Legittimità ed efficacia dell’azione pubblica" ("Avant-propos. La légitimité et l'efficacité de l'action publique"), In: Arturo Lanzani et Stefano Moroni, dir., "Città e azione pubblica. Riformismo al plurale" ("Villes et action publique. Réformisme au pluriel"), Actes de la dixième Conférence de la Société italienne des urbanistes, Rome: Carocci Editore, ISBN 978-88-430-42
    • c. avec Grazia Brunetta, "L’organizzazione dell’uso del suolo tra coazione e volontarietà" ("L'organisation de l'utilisation des terres entre co-action et volontarisme"), In: Arturo Lanzani et Stefano Moroni, dir., "Città e azione pubblica. Riformismo al plurale" ("Villes et action publique. Réformisme au pluriel"), Actes de la dixième Conférence de la Société italienne des urbanistes, Rome: Carocci Editore, ISBN 978-88-430-42
    • d. "La città del liberalismo attivo" ("La ville du libéralisme actif"), Turin: Utet CittàStudi
  • 2008,
    • a. avec G. Brunetta, dir., "Libertà e istituzioni nella città volontaria" ("Liberté et institutions dans la ville volontaire"), Milan: Bruno Mondadori
    • b. avec L. Decandia et P. Bottaro, "Lo spazio, il tempo, la norma" ("L'espace, le temps, la norme"), Naples: ESI
  • 2010,
    • a. "An evolutionary theory of institutions and a dynamic approach to reform", Planning Theory, 9(4), pp275-297
    • b. avec P. Bossi et M. Poli, "La città e il tempo: interpretazione e azione" ("La ville et le temps : interprétation et action"), Maggioli, Santarcangelo di Romagna
  • 2011,
    • a. avec Francesco Chiodelli, "Dimensioni spaziali della convivenza plurale: una ridiscussione critica dell'idea di tolleranza" ("Les dimensions spatiales de la coexistence plurielle : une nouvelle discussion critique de l'idée de tolérance"), CRIOS, Vol 1, pp55-66
    • b. "The role of deliberate intervention on organizations and institutions", Planning Theory, 10(2), pp190-197
    • c. avec E. Chiappero-Martinetti et G. Nuvolati, "Gli spazi della povertà" ("Les espaces de la pauvreté"), Milan: Bruno Mondadori
    • d. avec G. Brunetta, "La città intraprendente: comunità contrattuali e sussidiarietà orizzontale" ("La ville entreprenante : les communautés contractuelles et la subsidiarité horizontale"), Rome: Carocci
  • 2012,
    • a. "La città rende liberi: riformare le istituzioni locali" ("La ville rend libre : la réforme des institutions locales"), Milan: IBL (Institut Bruno Leoni)
    • b. dir., "Riformare le istituzioni locali", Milan: IBL (Institut Bruno Leoni), ISBN 978-88-6440-084-6
    • c. "Land-use planning and the question of unintended consequences", In: David E. Andersson, dir., "The Spatial Market Process", Bingley: Emerald, pp265-288
    • d. avec G. Brunetta, "Contractual Communities in the Self-Organizing City: Freedom, Cooperation, Subsidiarity", Springer, Berlin
  • 2013,
    • a. "La città responsabile: rinnovamento istituzionale e rinascita civica" ("La ville responsable : renouveau institutionnel et renaissance civique"), Carocci
    • b. avec C. Basta, "Ethics, Design and Planning of the Built Environment", Springer, Berlin

Littérature secondaire

  • 2015, Alex Salter, commentaire du livre de David Emanuel Andersson et Stefano Moroni, dir., "Cities and Private Planning: Property Rights, Entrepreneurship, and Transaction Costs", Public Choice, 162(3), pp467-469

Liens externes