Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Théorie behavioriste de la firme

De Wikiberal

L'approche comportementale de la firme développée, en particulier, par Richard Cyert et James G. March de la Carnegie School, met l'accent sur la façon dont les décisions sont prises au sein de l'entreprise. Son positionnement est qualifié de néo-rationaliste, en opposition au modèle rationaliste de l'économie néo-classique.

L'école béhavioriste remet en question la méthodologie du paradigme dominant, promu par l'école néoclassique. Ceci est clairement compréhensible étant donné que la théorie standard de l'entreprise est basée sur des hypothèses rigides qui ne semblent pas être particulièrement réalistes. Richard Cyert et Hedrick (1972) ont noté que l'approche néoclassique (non modifiée) se caractérise par un marché idéal avec des entreprises pour lesquelles la maximisation du profit est le déterminant unique du comportement. Ainsi, dans ces conditions irréalistes, les prédictions peuvent être réalisées en combinant la description du marché avec les résultats mathématiques obtenues par le calcul pertinent des dérivées de la fonction de production et par la maximisation du Lagrangien.

L'approche comportementale de la firme prend en compte les objectifs, les règles et les critères de décision, propres et souvent opposés, des membres de l'organisation. Les auteurs critiquent l'approche néo-classique de la firme sur trois points :

  • 1) L'apparition de managers qui ne sont pas propriétaires évince le critère du profit de la firme comme un guide de gestion.
  • 2) La contestation de la rationalité. Le travail de Herbert Simon, dans les années 1950, a relativisé le comportement des acteurs de l'entreprise dans des situations d'incertitude, en faisant valoir que les gens possèdent des capacités cognitives limitées et ne peuvent exercer qu'une « rationalité limitée » pour des prises de décision dans des situations complexes ou incertaines. Ainsi, les individus et les groupes ont tendance à se «satisfaire », c'est-à-dire, qu'ils acceptent d'atteindre des objectifs réalistes, plutôt que d'optimiser mathématiquement une fonction d'utilité ou de profit. La rationalité limitée empêche la maximisation. Elle laisse plutôt envisager des choix motivés par un désir de survie ou de sécurité à long terme que par l'obtention d'un profit incertain et risqué. Dans la « deliberative theory » de Margolis [1958], les entreprises maximisent leur stabilité et leur survie plus que le profit, à lui seul.
  • 3) Enfin, la critique concerne l'exclusion du critère du profit comme unique critère de maximisation au profit du volume des ventes

Dès les travaux fondateurs (Richard Cyert et James G. March, 1963) de la théorie behavioriste de la firme, l’interrogation majeure est également différente de celle qui prévaut dans l’approche contractuelle de la firme. Ce ne sont pas les contrats qui sont au centre de l’analyse. Mais la théorie behavioriste de la firme analyse la nature des relations qui se nouent entre les individus et des groupes qui composent la firme.

Richard Cyert et James G. March ont soutenu que l'entreprise ne peut pas être considérée comme un bloc monolithe, parce que les différents individus et les groupes ont leurs propres aspirations et des intérêts conflictuels. Donc, le comportement des entreprises est pondéré par les résultats de ces conflits. Ces mécanismes d'organisation (la prise de décision "satisfaisante" et séquentielle) existent pour maintenir des niveaux de conflits qui ne soient pas trop nuisibles à l'entreprise. Certains auteurs y analysent également des "slacks" (jeu) organisationnels (comme Harvey Leibenstein avec sa théorie de l'inefficacité X) par analogie aux rouages d'un moteur. L'ingénieur en mécanique doit prévoir un certain "jeu" de serrage des boulons sinon l'énergie se gaspille dans le frottement des pièces assemblées. Toute l'habileté du manager de l'entreprise est donc de trouver le bon espace "de liberté" au sein de l'organisation pour s'adapter à l'évolution.


Bibliographie

  • 1958, J. Margolis, The Analysis of the Firm : Rationalism, Conventionalism, and Behaviorism. Journal of Business, 31, pp187-199
  • 1963, Richard M. Cyert et James G. March, A Behavioral Theory of the Firm, Publisher: Englewood Cliffs, N.J., Prentice-Hall
  • 1972, Richard M. Cyert et Charles L. Hedrick, "Theory of the firm: past, present, and future", Journal of economic literature, vol 10, pp398-412
  • 1975, K.J. Cohen et Richard M. Cyert, Theory of the firm, Prentice-Hall Int., New York
  • 1981, James G. March, Footnotes to organizational change, Administrative Science Quarterly, vol. 26, pp563-577</ref>, les droits de propriété
  • 1994, James G. March, A Primer on Decision Making: How Decisions Happen, New York: Macmillan
  • 2007,
    • Linda Argote et Henrich R. Greve, A Behavioral Theory of the Firm—40 Years and Counting: Introduction and Impact, Organization Science, Vol. 18, No. 3, May-June, pp337-349
    • Mie Augier et M. Prietula, "Historical Roots of the Behavioral Theory of the Firm Model at GSIA", Organization Science, 18(3), pp507-522
    • Christos N. Pitelis, A Behavioral Resource-Based View of the Firm: The Synergy of Cyert and March (1963) and Penrose (1959), Organization Science, Vol. 18, n°3, May-June, pp478-490
Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.