Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Warren Bennis

De Wikiberal

Warren Gamaliel Bennis, né le 8 mars 1925, est un universitaire américain, consultant en organisation et un auteur, largement considéré comme étant un pionnier du champ contemporain des études sur le leadership. Il est professeur d'université à l'Université de Californie du Sud. Tom Peters a écrit, en 1993, dans la préface du livre écrit par Warren Bennis, "Une vie inventée : Réflexions sur le leadership et le changement" que le travail du chercheur au MIT dans les années 1960 sur le comportement du groupe a contribué à faire plus de recherches dans des institutions démocratiques, privées ou publiques, moins hiérarchiques. Le style de leadership qu'il décrit convient mieux aux organisations complexes et changeantes.

En 1947, il s'était inscrit à l'université d'Antioche, dont le président n'était autre que Douglas McGregor, l'un des fondateurs de la gestion démocratique moderne. Les deux chercheurs ont associé plus tard leurs efforts à la MIT Sloan School of Management.

La fin du mythe du héros solitaire

Pendant de nombreuses années, Warren Bennis a écrit sur ​​le thème du leadership dans des œuvres comme "Apprendre à diriger", "Au-delà de leadership", et "Devenir un leader". Son objectif dans ces titres était de démontrer que les traits de personnalités et les styles de leadership aident les personnes à exceller dans leur travail. Il opère un changement d'analyse, à partir de 1997, dans son livre intitulé "Organiser le génie" où il met en valeur l'«avantage coopératif» par la construction d'équipes puissantes. Il note l'observation d'Alexis de Tocqueville, qui il y a plus de 150 ans déclarait que les Américains semblaient avoir un génie de l'action collective. En effectuant sept études de cas dont les laboratoires de Xerox PARC, la campagne de Clinton de 1992, et les studios d'animation de Disney, Warren Bennis et son co-auteur, Patricia Biederman, distillent les caractéristiques d'une collaboration réussie, en montrant comment les talents peuvent être regroupés et gérés pour de meilleurs résultats que s'ils travaillaient chacun dans leur coin.

Dans ce livre, Warren Bennis met fin au mythe du grand homme, de cet individu triomphant, mythe profondément ancré dans la psyché américaine et entretenu dans la culture (journaux, littérature, télévision et cinéma). Bien souvent, explique Warren Bennis, notre point de vue contemporain sur le leadership est entrelacé avec des notions d'héroïsme, tant et si bien que la distinction entre «leader» et « héros » (ou de « célébrité ») devient souvent floue. Compte tenu de notre obsession à traquer le génie solitaire, par note adoration ou notre fascination pour la réalisation de phénomènes extraordinaires ou pour des entrepreneurs de haut profil, nous avons tendance à sous-estimer à quel point le travail créatif est accompli par des groupes. La théorie du grand homme faisait apparaître un phénomène individuel du leadership. Or, souligne l'auteur, la coopération et la collaboration sont des éléments indispensables de notre succès quotidien. Nous vivons dans un monde où l'action individuelle se rétrécit du fait de l'augmentation à un rythme accéléré de la complexité technologique et politique. Warren Bennis cite l'approche japonaise de la gestion comme l'exemple et la reconnaissance de la nécessité de travailler en équipe.

Warren Bennis (1990) identifie quatre compétences en leadership :

  • 1) La gestion de l'attention à travers une vision convaincante
  • 2) Des compétences en communication nécessaires pour transférer une vision à d'autres personnes
  • 3) La capacité d'établir de la confiance par la fiabilité et la cohérence
  • 4) La connaissance de ses compétences et savoir les employer efficacement

L'agencement de compétences complexes

De nos jours l'organisation du travail repose sur agencement des compétences complexes, avec des agendas entrelacés pour mener à bien des projets sophistiqués requérant la contribution coordonnée de nombreuses personnes talentueuses dans un temps limité. L'ampleur de la tâche est autant quantitative (nombre de problèmes à résoudre, connexions à établir, énergies à initier et entretenir) que qualitative (délivrer l'information en temps opportun est la denrée la plus importante). Et Warren Bennis insiste pour prévenir que le choix de la collaboration est inévitable, il n'est pas seulement souhaitable. Aussi il préconise des alliances créatives, où le leader et son équipe sont capables de réaliser quelque chose ensemble qu'ils ne pourraient pas mener seuls à bien. La grandeur du chef repose sur le groupe dans la condition où il aide ses membres à s'accomplir. Il ajoute : "La nécessité de le faire est urgent. L'avenir des organisations dépendra de plus en plus de la créativité de leurs membres pour survivre. Et les dirigeants de ces organisations seront ceux qui trouveront des façons à la fois de conserver leur personnel talentueux indépendant d'esprit et de le libérer pour qu'il puisse faire de son mieux les travaux les plus imaginatifs". [1]. Pour Warren Bennis le travail est vraiment créatif lorsque travailler est un plaisir, et que les seules règles et procédures sont celles qui font avancer la cause commune.

Les grands groupes sont fondés par des personnes qui n'ont pas peur d'embaucher des individus meilleurs qu'eux-mêmes, de rechercher sans cesse l'excellence en ayant un oeil vif pour les talents ayant la capacité de travailler avec les autres. Les recrutements s'effectuent aussi auprès des talents dont l'enthousiasme ou la notoriété attirent d'autres personnes talentueuses. Le travail avec les autres ne signifie pas nécessairement des individus clones mais aussi des membres qui élargissent la vision de chacun pour qu'ils puissent s'exprimer le mieux.

Notes et références

  1. Warren Bennis et Patricia Biederman, 1997, Organizing Genius: The Secrets of Creative Collaboration, ISBN 0201570513

Littérature secondaire

  • 1967, Delbert C. Miller, commentaire du livre de Warren Bennis et Caroline McGregor, dir., "The Professional Manager, Douglas McGregor", Social Forces, Vol 45, n°3, Mar., pp447-448
  • 1968,
    • Sherman Kingsbury, commentaire du livre de Warren Bennis et Caroline McGregor, dir., "The Professional Manager, Douglas McGregor", Administrative Science Quarterly, Vol 12, n°4, Mar., pp628-630
    • George Strauss, commentaire du livre de Warren Bennis et Caroline McGregor, dir., "The Professional Manager, Douglas McGregor", The Journal of Business, Vol 41, n°1, Jan., pp121-122
  • 2000, Eileen P. Kelly, commentaire du livre de Warren Bennis; Gary Heil; Deborah C. Stephens, "Douglas McGregor, Revisited: Managing the Human Side of the Enterprise", The Academy of Management Executive (1993-2005), Vol 14, n°3, Themes: Structure and Decision Making, Aug., pp143-145
  • 2007, M. E. Heard, "‘Reflections on Leadership: Conversations with Warren Bennis and Richard Kilburg", Psychologist-Manager Journal, 10(2), pp157–170