Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Jacques Rueff

De Wikiberal
Jacques Rueff
Économiste

Dates 1896 - 1978
Rueff.jpg
Tendance Libéral classique
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Jacques Rueff
Catallaxia

Jacques Rueff (23 août 1896 - 23 avril 1978), ancien élève de l'école Polytechnique, économiste, fut chargé de mission en 1926 - 1928 auprès de Raymond Poincaré, Président du Conseil et ministre des Finances. Il fut nommé sous-gouverneur de la Banque de France en 1939 après avoir été attaché financier à l'ambassade de France à Londres puis directeur du Mouvement général des fonds. Après la guerre de 1939-45, il préside en 1945 la conférence des réparations à Paris. On notera en passant qu'il est un des fondateurs de la Société du Mont-Pèlerin (1947).

Dans la décennie 1950, il occupe un poste de juge dans les instances européennes (Cour de justice de la CECA, Cour de Justice des Communautés européennes).

En 1958, il préside le Comité d'experts chargé d'étudier comment assainir les finances publiques "pour lancer la Ve République sur de bonnes bases". Cela conduit au « plan Rueff», mis en œuvre par Antoine Pinay, alors ministre des Finances, De Gaulle étant Président du Conseil. Le franc va redevenir convertible, le contrôle des changes s'assouplir. Pour sa part, préfigure le Marché commun, alors en formation, l'ouverture à la concurrence que Rueff recommande dans un second travail qu'il effectue en collaboration avec Louis Armand, à la tête d'un Comité d'experts ad hoc, le comité Rueff-Armand. À sa publication en 1960, les journalistes vont dénommer « plan Rueff Armand» le document quoique l'intitulé officiel soit "rapport du Comité pour la suppression des obstacles à l'expansion économique".

Jacques Rueff a été élu à l'Académie française en 1964.

Jacques Rueff s'est toujours opposé aux idées de lord Keynes : d'abord, dans The Economic Journal, sur le problème des transferts - en relation avec les réparations allemandes - à la fin de la décennie 1930, et ensuite, en 1947, telles qu'elles étaient développées dans la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie. S'ensuivra une passe d'arme avec James Tobin en 1948 dans The Quarterly Journal of Economics. Près de trente années plus tard, il enfoncera le clou une bonne fois pour toutes avec son article "La fin de l'ère keynésienne" qu'il publie dans le quotidien Le Monde.

Sommaire

Citations

« Toutes les turpitudes de notre régime, j'en ai toujours trouvé la source dans des interventions de l'État. Les systèmes malthusiens donnent à leurs auteurs toutes les apparences de l'action généreuse, alors qu'ils organisent la misère et la ruine. »
    — Jacques Rueff, Pourquoi, malgré tout, je reste libéral, 8 mai 1934 [1]
« Les hymnes à l'exportation ne sont que stupidité et mensonge. [Ils supposent de n'avoir pas conscience de l'] inanité de toute distinction entre commerce intérieur et international. »
    — Jacques Rueff, L'Ordre Social, 1981, p. 377 et p.376)
« Soyez libéraux, soyez socialistes, mais ne soyez pas menteurs »
    — Jacques Rueff, L'ordre social, 1945
« L’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas. »
    — Jacques Rueff (1949)
« L'inflation, c'est de subventionner des dépenses qui ne rapportent rien avec de l'argent qui n'existe pas. »
« (Ce n'est pas) surestimer l'entreprise keynésienne que d'y voir une véritable mutation de la pensée politique dans tous les États qui échappent encore à l'emprise totalitaire. En donnant indûment aux gouvernements le sentiment que, par l'investissement, ils avaient le moyen de procurer l'expansion désirée et de bannir le chômage honni, la doctrine du plein-emploi a ouvert toutes grandes les vannes de l'inflation et du chômage. »
    — Jacques Rueff, La fin de l'ère keynésienne », Le Monde, 19 février 1976
« Que chacun s'interroge ici et qu'il dise, en conscience, si l'efficacité de la planification est concevable sans camps de concentration et sans Gestapo. »
    — Jacques Rueff, Épître aux dirigistes
« Ainsi, la floraison présente des régime de dictature ne peut être tenue pour fortuite. Elle est seulement l'aspect politique du mouvement qui a eu pour effet de remplacer le mécanisme des prix, instrument d'expression et de réalisation de toutes les volontés individuelles, si humbles soient-elles, par le choix autoritaire de l'homme ou du parti au pouvoir. »
    — Jacques Rueff, La crise du capitalisme, Editions de la Revue Bleu, Paris, 1936, p. 9

Notes et références

Œuvres (liste non exhaustive)

Décennie 1920

  • Des Sciences physiques aux sciences morales (1922)
  • Sur une théorie de l'inflation (1925)
  • "Les variations du chômage en Angleterre", Revue Politique et Parlementaire, 32, décembre 1925, pp.425-437,(fr)
  • Théorie des phénomènes monétaires (1927)
  • "Les idées de M. Keynes sur le problème des transferts", Revue d'Économie Politique, 42, juin-juillet 1929, pp. 1067-1081 ; version anglaise: "Mr. Keynes' Views on the Transfer Problem", The Economic Journal, 39, septembre 1929, pp. 388-399.

Décennie 1930

  • "L'assurance-chômage: cause du chômage permanent", Revue d'Économie Politique, 45, mars-avril 1931, pp.211-251 (article signé "xxx" à cause d'une obligation de réserve de Jacques Rueff, alors attaché financier à l'ambassade de France à Londres).
  • "Pourquoi malgré tout je reste libéral", conférence donnée à l'occasion d'une réunion des anciens élèves de l'école polytechnique (1934)
  • La crise du capitalisme (1935)

Décennie 1940

  • 1947, Les erreurs de la théorie générale de Lord Keynes, Revue d'Économie Politique, 57, janvier-février, pp5-33
    • Version anglaise en 1947, "The Fallacies of Lord Keynes' General Theory", The Quarterly Journal of Economics, 61, mai, pp353-367
  • 1948, Reply [to James Tobin 's comment], The Quarterly Journal of Economics, 62, novembre, pp771-782
  • Epître aux dirigistes (1949)


Décennie 1950

Décennie 1960

  • 1960, The Fallacies of Lord Keynes' General Theory, In: Henry Hazlitt, dir., The Critics of Keynesian Economics, Princeton, N.J.: D. Van Nostrand Co., Inc., pp242-246
  • 1961,
    • a. Discours sur le crédit
    • b. The west is risking a credit collapse, Fortune magazine, July
  • 1965,
    • a. Discours de réception à l'Académie Française
    • b. Le lancinant problème de la balance des paiements
    • c. avec Fred Hirsch, "The Role and Rule of Gold: A Discussion", in: Essays in International Finance, #47, June, Princeton University’s In­ternational Finance Section, p6
  • 1967,
    • a. Les Dieux et les rois. Essai sur le pouvoir créateur, Paris : Hachette
    • b. Balance of Payments: Proposals for the Resolution of the Most Pressing World Economic Problem of Our Time, New York: Macmillan
  • 1969,
    • a. "Des sciences physiques aux sciences morales" (un essai de 1922, reconsidéré en 1969), Paris : Payot
    • b. "Laudatio: Un Message pour le siècle", In: Erich Streissler, dir., "Roads to Freedom: Essays in Honour of Friedrich A. von Hayek", London: Routledge & Kegan Paul, pp1-3

Décennie 1970

  • 1971, Le Péché monétaire de l'Occident
    • Traduit en anglais en 1972, The Monetary Sin of the West, New York: Macmillan
  • 1972, Combats pour l'ordre financier
  • La réforme du système monétaire international (1973)
  • La création du monde (comédie-ballet en cinq journées) (1974)
  • ""La fin de l'ère keynésienne", Le Monde, 19 et 20/21 février 1976. Version anglaise : "The End of the Keynesian Era or When the Long Run Ran Out", Euromoney, avril 1976, pp.70-7.
  • Les Œuvres Complètes de Jacques Rueff, constituées par Emil-Maria Claassen et Georges Lane et publiées par les éditions Plon (Paris) en quatre tomes:
  • Tome I: De l'Aube au Crépuscule (Autobiographie) 1977.
  • Tome II: Théorie monétaire, en deux livres 1979.
  • Tome III: Politique économique, en deux livres, 1979 et 1980.
  • Tome IV: L'Ordre Social 1981.

Littérature secondaire

  • 1967,
    • Emil M. Claassen, dir. Les fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris: Payot
    • René Roy, Jacques Rueff, sa personne, son Oeuvre, In: Emil M. Claassen, dir. Les fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris: Payot, pp17-24
    • Michael Heilperin, Le phénomène Jacques Rueff, In: Emil M. Claassen, dir. Les fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris: Payot, pp25-35
    • Emil M. Claassen, Jacques Rueff comme philosophe des sciences, In: Emil M. Claassen, dir. Les fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris: Payot, pp37-62
    • Daniel Villey, Jacques Rueff, Un libéral Moderne, In: Emil M. Claassen, dir. Les fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris: Payot, pp153-172
    • Emil M. Claassen, La loi de Rueff : une confirmation par la théorie de l'équilibre global du type keynésien, In: Emil M. Claassen, dir. Les fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris: Payot, pp258-270
  • 1991, Bruno Pays, Libérer la monnaie : les contributions monétaires de Mises, Rueff et Hayek, PUF, collection "Libre-échange"
  • 1999, A. Alcouffe, « Keynes and the French Guardians of Say's Law — Rist and Rueff and the Keynesian Revolution in the Making, 1919-1931 », In: L. Pasinetti et B. Schefold, dir., The impact of Keynes on Economics in the 20th Century, Londres, Edward Elgar
  • 2006, Christopher S. Chivvis, "Charles de Gaulle, Jacques Rueff and French International Monetary Policy under Bretton Woods", Journal of Contemporary History, Vol. 41, n°4, pp701-720

Liens externes

Ludwig Von Mises en compagnie de Jacques Rueff - copyright Mises Institute-

Archives Audio


Liens officiels

Textes sur Jacques Rueff en ligne

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
Outils personnels