Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Phil Jones

De Wikiberal

Phil Jones, né en 1952, est un climatologue britannique, directeur de l'unité de recherche climatique (CRU), un organisme de recherche sur le réchauffement climatique.

Le climategate

A la suite de la divulgation de courriers et de documents échangés avec d'autres climatologues tenants de l'alarmisme climatique, il a été très critiqué pour de nombreux propos qui laissent à penser qu'il aurait cherché à manipuler les faits pour imposer la théorie de l'origine humaine du réchauffement climatique. Ainsi, dans un email dont il a reconnu l'authenticité, il revendiquait l'utilisation de tricks pour masquer la réalité du déclin des températures : « je viens juste de terminer l'utilisation de l'astuce de Mike dans Nature qui consiste à ajouter les données réelles de température pour chacune des séries des 20 dernières années (c'est à dire de 1981 à maintenant) et depuis 1961 avec celles de Keith (NDT: Briffa), pour cacher le déclin ».

D'autres propos sont particulièrement inquiétants sur le respect des principes fondamentaux du travail scientifique. Parlant de certains papiers scientifiques sceptiques sur l'origine humaine du réchauffement climatique proposés dans les travaux du GIEC, il écrit : « Kevin et moi [empêcherons qu'ils soient dans le rapport du GIEC] par n'importe quel moyen -même si pour cela nous devons redéfinir ce qu'est la littérature revue par les pairs ! ». De même, il encourage certains de ses congénères à refuser de se plier aux exigences du Freedom Of Information Act, qui les oblige à communiquer certaines informations, y compris aux scientifiques sceptiques[1].

Ces révélations, évoquées uniquement pour partie ici, ont attiré à Phil Jones des appels à la démission venant même des plus ardents écologistes. Ainsi, George Monbiot, activiste écologique et journaliste environnement au Guardian (centre-gauche), estime que Jones devrait démissionner[2] :

Yes, some of the comments have been taken out of context. But there are some messages that require no spin to make them look bad. There appears to be evidence here of attempts to prevent scientific data from being released, and even to destroy material that was subject to a freedom of information request.
Worse still, some of the emails suggest efforts to prevent the publication of work by climate sceptics, or to keep it out of a report by the Intergovernmental Panel on Climate Change. I believe that the head of the unit, Phil Jones, should now resign. Some of the data discussed in the emails should be re-analysed.

Ces faits sont d'autant plus inquiétants que Phil Jones avait déjà fait parler de lui pour d'autres fraudes scientifiques éventuelles, lorsque Vincent Courtillot lui avait demandé d'accéder à des données qu'il disait avoir perdu[3].

L'université d'East Anglia dont dépend le CRU a annoncé qu'elle avait ouvert une enquête à la suite des révélations du climategate et que Phil Jones se retirait temporairement de son poste[4].

Notes et références

Voir aussi

5244-cameleonhelp-buddylivegreen.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail écologie.
Outils personnels