Pour contribuer à Wikibéral, la page Ouvrir un compte est à votre disposition.


Propriété de soi-même

De Wikiberal
B0.jpg Discussions sur le forum
Propriété Du Corps (for)
Est-on propriétaire de son identité (for)

Sommaire

Définition

La propriété de soi-même (self-ownership) désigne pour les libertariens le droit moral exclusif, pour chaque individu, d'être maître de son corps et de régir sa propre vie comme il l'entend. Cependant, tous les libertariens n'adoptent pas ce concept (notamment dans la formulation "propriété de soi-même", qu'ils jugent confuse, préférant celle de "souveraineté individuelle", ou d'autonomie, ou de non-agression).

D'un point de vue historique, on considère que Richard Overton, un des leaders parmi les levellers, affirme le premier le concept de propriété de soi-même (self-propriety), par son pamphlet An arrow against all Tyrants, écrit en 1646. Locke reprend ce principe en 1690 dans son Deuxième traité du gouvernement civil (chap V, 27)[1] :

«Bien que la Terre, et toutes les créatures inférieures soient communes à tous les hommes, cependant chacun d'eux est propriétaire de sa propre personne. Sur elle nul n'a de droit sauf lui-même. »

Justification

Interprétant littéralement le sens de property chez Locke (terme qui désigne chez lui, non la simple propriété matérielle, mais plus généralement le domaine propre à chacun, délimité par ses actions), les libertariens utilisent donc le terme de "propriété de soi-même" pour désigner la libre disposition de son corps, de ses éléments, ou l'autonomie de la personne. D'autres nient que chacun puisse être propriétaire de son corps, car cela supposerait que l'on puisse se vendre comme une simple chose. Cependant le terme de "propriété de soi-même" ou "propriété de son corps" a l'avantage de rendre plus compréhensibles des actions telles que le don ou la vente d'organes, ou des dispositions post-mortuaires - toutes actions qui de toutes façons sont légitimes pour tous les libertariens, puisqu'elles ne lèsent pas autrui.

Comme l'explique Peter Vallentyne, la propriété de soi-même implique ou n'implique pas la propriété de son corps[2]. Tout dépend comment on définit le propriétaire. Les divergences d'opinion à ce sujet sont d'ordre ontologique : "je suis mon corps" est un postulat ontologique, "je ne suis pas mon corps, mais mon corps m'appartient" en est un autre. Le droit positif considère généralement que le corps est la personne même (d'où découlent l'inaliénabilité du corps humain, et l'interdiction de la vente d'organes). Bertrand Lemennicier souligne le manque de fondement philosophique de cette doctrine, qui attribue une personnalité aux organes, tolère le don d'organes mais non leur vente, et essaie à travers la loi de promouvoir une morale qui interdit d'utiliser son corps comme moyen pour atteindre certaines fins. Il considère que la propriété de soi-même légitime la libre disposition de son corps et de ses éléments :

Le droit de propriété sur soi est facilement définissable. Il est souple et peut être décomposé. On peut louer son corps. On peut en vendre certains éléments ou la totalité après décès. On peut le détruire, le transformer etc. Le droit de propriété privé sur soi même est un droit non une morale.

En fait, parler de "propriété de soi-même" revient à parler de liberté individuelle ou d'autonomie de la personne, et les libertariens quelles que soient leurs options ontologiques aboutissent à des conclusions identiques :

Dire qu'une personne est propriétaire de soi-même revient à dire que la façon dont elle décide d'investir, tout au long de sa vie, l'éventail unique de ses ressources personnelles et de ses capacités, est ultimement de son ressort. Tant qu'ils ne mettent pas en danger les droits d'autrui, les propriétaires d'eux-mêmes déterminent de façon ultime le sort de leurs propres affaires. (Lawrence H. White, "Liberal critique of libertarianism", The Encyclopedia of Libertarianism, SAGE Publications, 2008)

A l'objection que la propriété de soi-même est un concept incohérent car il y a identité entre propriétaire et propriété et qu'un propriétaire ne peut par nature être objet de propriété, Peter Vallentyne répond qu'un agent a le droit de "faire usage" de sa propre personne de différentes façons, et qu'un tel droit constitue une forme de droit de propriété (ce qui justifie par exemple des cas extrêmes tels que l'esclavage volontaire, le suicide ou l'euthanasie à la demande du patient).

Pour Murray Rothbard, la pleine propriété de soi-même est le seul principe compatible avec un code moral qui s'applique à tous, une "éthique universelle". Pour Hans-Hermann Hoppe la propriété de soi-même est de nature axiomatique : la nier aboutit à une "contradiction performative" (celui qui la nie se contredit lui-même, car par cette négation il tente de convaincre son adversaire, lui reconnaissant du même coup un droit à ne pas être d'accord, et donc la propriété de lui-même[3]). De même, pour François Guillaumat[4], le simple fait d'utiliser son corps pour entreprendre de réfuter la propriété de soi crée une contradiction performative qui réfute la démonstration.

Certains chrétiens sont opposés au concept de propriété de soi, Dieu étant pour eux le seul propriétaire du monde et de ses habitants[5]. L'argumentation de Hoppe n'expliquerait pas selon eux pourquoi les animaux ne pourraient jouir également de la "propriété de soi".

Certains philosophes d'inspiration libérale (tels Ruwen Ogien) préfèrent bâtir une éthique sur le principe de non-nuisance plutôt que sur la propriété de soi-même[6].

Objections

Les objections habituelles au concept de propriété de soi-même sont d'ordre philosophique (voir [1]):

  • difficulté à cerner complètement le concept de "soi-même" (cas de l'avortement : le fœtus jouit-il de la propriété de soi-même ? ; un fou jouit-il de la propriété de soi-même ?) ;
  • comme vu plus haut, le concept de propriété de soi-même n'implique pas forcément la propriété de son corps ;
  • la concept de propriété suppose toujours un dualisme sujet/objet entre le propriétaire et l'objet de propriété, dualisme dont ne tient pas compte le concept de propriété de soi-même, qui risque ainsi d'être un oxymore : « il est impossible d'être à la fois une personne et une chose, un propriétaire et une propriété » (Kant, Leçons d'éthique) ; selon Tibor Machan, la propriété de soi-même est pour cette raison une "bizarrerie conceptuelle" ;
  • le concept de propriété de soi-même risque d'être un argument circulaire : il implique que préexiste un concept de propriété, et en même temps il est utilisé pour justifier ce concept de propriété.

Une solution pour répondre à ces objections est de ramener le principe de propriété de soi-même à l'axiome de non-agression, puisque les implications concrètes de ces deux principes sont les mêmes (de même d'ailleurs que les critiques à leur égard !).

Le proviso de la propriété de soi-même

Ce principe, énoncé par Eric Mack [7], s'énonce ainsi:

Les personnes ne doivent pas utiliser leur propriété personnelle (autre que leur propre personne) de façon à impacter drastiquement d'autres personnes dans la possibilité qu'elles ont d'interagir avec le monde, même si cela s'effectue de façon non coercitive[8]

Ce principe, inspiré du proviso de Locke, est destiné à traiter certains cas particuliers où les individus pourraient en quelque sorte "abuser" du droit de propriété de soi-même. Par exemple, l'unique habitant d'une île auparavant déserte pourrait refouler un naufragé qui tente d'y aborder ; le propriétaire d'un point d'eau dans le désert pourrait en interdire l'accès. La finalité de ce principe est d'imposer un usage de sa propre propriété qui respecte la propriété de soi-même des autres. Ce principe n'est évidemment pas admis par tous les libertariens[9]. Certains invoquent ce principe comme un argument contre l'avortement volontaire, la propriété de soi-même du fœtus étant, lors de l'avortement, respectée formellement, mais pas réellement[10].

Notes et références

  1. (Though the Earth, and all inferior Creatures be common to all Men, yet every Man has a Property in his own Person. This no Body has any Right to but himself.)
  2. Voir Self-Ownership, de Peter Vallentyne
  3. Les objections à ce genre de raisonnement sont les suivantes (voir self-ownership). D'abord il se pourrait que l'opposant à la propriété de soi-même use de la persuasion envers le partisan de la propriété de soi-même (plutôt que la violence) en raison d'une interdiction légale d'user de la violence (ce faisant, on ne peut donc affirmer ni qu'il est propriétaire de lui-même, ni qu'il suppose que son adversaire l'est). D'autre part, la propriété de soi-même ne relève pas forcément du "tout ou rien" : une personne pourrait être souveraine dans ses opinions, mais pas pour certaines actions ; un partisan de l'interdiction de l'usage de la drogue est contre l'absolue propriété de soi-même, mais pas forcément en faveur de la subordination complète.
  4. Qui est le propriétaire de mon corps ?
  5. Selon Psaumes, 24:1 : "La terre et ses richesses appartiennent à l'Eternel, l'univers est à lui avec ceux qui l'habitent", voir aussi Property Rights and Externality: The Ethics of the Austrian School
  6. Voir Ruwen Ogien : interview inédite
  7. (The Self-Ownership Proviso: A New and Improved Lockean Proviso, Social Philosophy and Policy 12, no.1, Winter 1995)
  8. The SOP requires that persons not deploy their legitimate holdings, i.e., their extra-personal property, in ways that severely, albeit noninvasively, disable any person’s world-interactive powers.
  9. Voir There is no such thing as an injust initial acquisition
  10. Voir self-ownership, abortion, and the rights of children: toward a more conservative libertarianism

Citations

  • « La liberté, ô mes frères, commence avec la complète possession de soi-même, avec l'appropriation clairement affirmée de notre corps et de notre esprit. Quelles sont donc les plus lourdes chaînes de l'homme ? Celles qui sont à l'intérieur de sa tête, rivetées dans son crâne par les sermonneurs des siècles passés ou les moralistes du temps présent et qui lui font dire Je dois !, chaque matin lorsqu'il se lève. » (Pierre Lance, Le fils de Zarathoustra)
  • « Être libre, c'est se posséder soi-même. » (Lacordaire)
  • « Il est totalement incohérent de vouloir défendre la liberté humaine et d’admettre en même temps que quelqu’un a des droits sur vous et sur vos propriétés, c’est-à-dire sur le produit de vos activités. » (Pascal Salin)

Voir aussi

Liens externes



1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

7684-efdur-Justice.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail concernant le droit et la justice.
Outils personnels
Partager