Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Benedetto Croce

De Wikiberal
Benedetto Croce
Philosophe, homme politique

Dates 1866-1952
Croce3.jpg
Tendance
Origine Italie Italie
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « On réclame ce que les masses réclament et ce que les masses exigent. Que les masses et les classes soient des abstractions, et qu'elles soient, de ce fait incapable de penser et d'agir (…) comme seul l'individu peut le faire, cela ne vient apparemment même pas à l'esprit de ceux qui s'expriment ainsi. »
inter lib.org sur Benedetto Croce

Benedetto Croce (25 février 1866 - 20 novembre 1952) est un philosophe et homme politique italien. Continuateur de la pensée de Hegel, influencé par Antonio Labriola, mais proche également de Giambattista Vico et de Wilhelm von Humboldt, il s'opposa au fascisme et à l'engagement de son ancien collaborateur Giovanni Gentile. Son opposition opiniâtre au naturalisme et au scientisme positiviste l'amena très tôt à condamner la pensée raciale et les différentes formes du racisme. Les thèmes principaux de son œuvre sont l'esthétique et la philosophie de l'histoire (dite aussi historicisme). Il rapprocha l'esthétique de la philosophie du langage. Ses écrits couvrent donc de nombreux domaines, et Croce a été un libéral important, malgré son opposition au laissez-faire. Il a également influencé Antonio Gramsci.

En politique, Benedetto Croce a été sénateur en 1910, puis ministre de l'Instruction publique de 1920 à 1921 dans le cabinet du libéral Giovanni Giolitti, ministre sans portefeuille des gouvernements du CLN et devint président du Parti libéral italien au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Thèses

Si l'art est totalement autonome vis-à-vis des autres approches de la connaissance, il est toujours pensé et comme forme et comme fond, inséré au centre de l'historicisme absolu qui définit la philosophie de Croce.

Citations

  • « Toute histoire est contemporaine »
  • « Si fait défaut la liberté de l'esprit aucune institution ne sert à rien, et si cette liberté de l'esprit existe, les institutions les plus variées peuvent, selon les époques et les lieux, rendre de bons services » (Il carattere della filosofia moderna)
  • « On réclame ce que les masses réclament et ce que les masses exigent. Que les masses et les classes soient des abstractions, et qu'elles soient, de ce fait incapable de penser et d'agir (…) comme seul l'individu peut le faire, cela ne vient apparemment même pas à l'esprit de ceux qui s'expriment ainsi. » (La concezione delle classi come entità reali)

Œuvres

  • 1900, Materialismo storico ed economia marxistica,
  • 1901, Sul principio economico. Replica all'articolo del prof. Pareto, «Giornale degli economisti», febbraio, n°1, pp121-130
  • 1902, L'Estetica come scienza dell'espressione e linguistica generale,
  • 1909,
    • a. Logica come scienza del concetto puro,
    • b. Filosofia della pratica. Economia ed etica, Bari, Laterza
  • 1912,
    • a. Bréviaire esthétique,
    • b. Saggio sul Hegel,
  • Teoria e storia della storiografia, 1917
  • Racconto degli racconti, 1925
  • Manifesto of Anti-Fascist Intellectuals, 1er Mai, 1925 in La Critica
  • Ultimi saggi, 1935
  • La poesia, 1936
  • La storia come pensiero e come azione, 1938
  • Il carattere della filosofia moderna, 1941
  • 1949, My Philosophy and Other Essays, London, Allen and Unwin
    • Traduction italienne en 1993, La mia filosofia, Milano, Adelphi
  • 1949, Filosofia e storiografia

Littérature secondaire

  • 1945, G. Tagliacozzo, Croce and the Nature of Economic Science, Quarterly Journal of Economics, may
  • 2003, Domenico da Empoli , "Benedetto Croce and Luigi Einaudi: Liberalism versus Liberism?", In: Jürgen Backhaus, Wim Heijman, Andries Nentjes, Johan van Ophem, dir., "Economic Policy in an Orderly Framework – Liber Amicorum for Gerrit Meijer", Münster: LIT Verlag, pp143-145