Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Clément Juglar

De Wikiberal
Clément Juglar
Économiste

Dates 1819-1905
Juglar.gif
Tendance libéral classique
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Les crises, comme les maladies, paraissent une des conditions de l'existence des sociétés où le commerce et l'industrie dominent. On peut les prévoir, les adoucir, s'en préserver jusqu'à un certain point, faciliter la reprise des affaires ; mais les supprimer, c'est ce qui jusqu'ici, malgré les combinaisons les plus diverses, n'a été donné à personne. »
inter lib.org sur Clément Juglar

Joseph Clément Juglar né et mort à Paris (15 octobre 1819 - 28 février 1905) est un médecin et économiste français. Il est l'un des premiers à remarquer la régularité de l'alternance des périodes de contraction et d'expansion dans les affaires.

Biographie

Professeur à l’École libre de Sciences politiques jusqu’en 1883, fondateur de l’Économiste français (1872) et avant cela rédacteur prolifique au Journal des Économistes (1851), il était très lié aux économistes de son temps, particulièrement Léon Say, Jean-Gustave Courcelle-Seneuil, Pierre-Émile Levasseur, Bodio, Wolowski, Passy.

Outre des livres, il a écrit pas moins de 80 articles qui ne portent pas uniquement sur le problème des crises et les questions financières mais sur des sujets aussi divers que « Voyage en Algérie », « Les importations de blé et les exportations d'Or », « De la répartition des bénéfices du travail et du capital dans l'accroissement de la richesse depuis 50 ans », « Les consommations de Paris et l'Octroi », entre autres.

Il est avant tout connu par Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis (1862) où il donne une description détaillée du cycle des affaires, et souligne la relative régularité dans le retour des crises. Pour la première fois, il corrèle évolution des prix et conjoncture : en hausse durant l’expansion, en baisse durant la dépression. Dans la tradition empirique, en essor au XIXe siècle, l’auteur s’appuie sur des données statistiques concernant les prix et les échanges de marchandises, les flux financiers, les mouvements de la population et les revenus fiscaux en France, en Angleterre et aux États-Unis. Les cycles courts de 8 à 11 ans sont communément appelés cycles de Juglar.

Savant éminent, Juglar a appartenu à l'Institut international de statistique ainsi qu'à l'Académie des sciences morales et politiques (1892).

Principaux ouvrages

  • Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis. (1862, 2e éd. 1889)
  • Extraits des enquêtes parlementaires anglaises sur les questions de banque, de circulation monétaire et de crédit, traduits et publiés sur ordre de la Banque de France, 8 vol. (en collaboration avec M. Coullet) (1865).
  • Du change et de la liberté d'émission (1868).
  • Les banques de dépôt, d'escompte et d'émission, résumé comparé de leur histoire et de leur organisation (1884)


Citations

  • « Les crises, comme les maladies, paraissent une des conditions de l'existence des sociétés où le commerce et l'industrie dominent. On peut les prévoir, les adoucir, s'en préserver jusqu'à un certain point, faciliter la reprise des affaires ; mais les supprimer, c'est ce qui jusqu'ici, malgré les combinaisons les plus diverses, n'a été donné à personne. » (Des crises commerciales)
  • « Les symptômes qui précèdent les crises sont les signes d’une grande prospérité ; nous signalerons les entreprises et les spéculations de tous genres ; la hausse des prix de tous les produits, des terres, des maisons ; la demande des ouvriers, la hausse des salaires, la baisse de l’intérêt, la crédulité du public, qui, à la vue d’un premier succès, ne met plus rien en doute ; le goût du jeu en présence d’une hausse continue s’empare des imaginations avec le désir de devenir riche en peu de temps, comme dans une loterie. Un luxe croissant entraîne des dépenses excessives, basées non sur des revenus, mais sur l’estimation nominale du capital d’après les cours cotés. Les crises ne paraissent que chez les peuples dont le commerce est très développé. Là où il n’y a pas de division du travail, pas de commerce extérieur, le commerce intérieur est plus sûr ; plus le crédit est petit, moins on doit les redouter. » (Des crises commerciales)

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.