Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Jean-Gustave Courcelle-Seneuil

De Wikiberal
Jean-Gustave Courcelle-Seneuil
Juriste, homme politique et économiste

Dates 1813-1892
Jean-Gustave Courcelle-Seneuil.jpg
Tendance Minarchiste
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Le besoin économique est un désir qui a pour but la possession et la jouissance d'un objet matériel. »
inter lib.org sur Jean-Gustave Courcelle-Seneuil

Jean-Gustave Courcelle-Seneuil né le 22 décembre 1813 à Seneuil (commune de Vanxains), Dordogne et mort à Paris, le 28 juin 1892, est un homme de loi, homme d’affaires, politicien, journaliste et économiste libre-échangiste français. Ce disciple de Frédéric Bastiat, oublié en France, reste encore connu au Chili où son influence a été grande. Il a ajouté le nom de son lieu de naissance à son patronyme.

Biographie

Après des études au collège royal de Poitiers, il vient à Paris pour faire son droit et devenir avocat en 1835. Il mène une carrière d’industriel en Dordogne dans la sidérurgie sans grande réussite ce qui le ramène à Paris. Il est rédacteur en chef du Journal des économistes. Favorable à la République, il abandonne le journalisme après le coup d’état du 2 décembre 1851 qui l’incite à quitter la France.

Il a été un temps professeur à l’université du Chili (1855), la chaire d’économie politique ayant été créé pour lui, où son influence a été jugé très bénéfique en raison de ses dons de pédagogue. Conseiller du gouvernement chilien, il est envoyé en mission pour permettre le financement d’un réseau de voies ferrées (1858 et 1859). Il a été le plus influent économiste libéral dans ce pays au XIXe siècle. Son Traité d’économie politique, rédigé pendant son séjour, a aussitôt été traduit en espagnol et Courcelle favorise la mise en place du libre-échange et d’un système bancaire sans institut central. Il est donc considéré comme le premier Money Doctor de l’histoire financière internationale. Avec Gustave du Puynode et Théodore Mannequin, ils représentent l'école française de la banque libre avec réserve fractionnaire en opposition de l'école française de la banque libre à 100 % de réserve, représentée par Henri Cernuschi et Victor Modeste. Cette opposition fut manifeste dans les colonnes du Journal des économistes[1].

Il rentre en France en 1863 tout en conservant des liens avec le Chili dont il continue à défendre la cause dans la presse française.

Conseiller d’État en 1879, il devient maître de conférences d’économie politique à l’École Normale de 1881 à 1883. Il est élu le 25 mars 1882 dans la section Économie politique de l’Académie des Sciences Morales et Politiques. Il a traduit en français les Principes de John Stuart Mill.

Son traité théorique et pratique d’entreprises industrielles est considéré comme le premier ouvrage de gestion publié en français.

Notes et références

  1. Oskari Juurikkala, 2002, The 1866 false-money debate in the journal des economistes : Déjà Vu for Austrians?, Quarterly Journal of Austrian Economics, Vol 5, n+4, décembre, pp43-55

Œuvres principales

  • 1840, Le Crédit et la Banque
  • 1853,
    • a. Traité théorique et pratique des opérations de banque, Paris: Guillaumin
    • b. Papier-Monnaie, In: Gilbert Guillaumin et Charles Coquelin, dir., Dictionnaire de l’Économie Politique, Paris: Guillaumin, Vol. 2
  • 1854, Traité théorique et pratique d'entreprises industrielles, commerciales et agricoles
  • 1856, Examen Comparativo de la Tarifa y Legislación Aduanera de Chile
  • 1857, Traité d‘économie politique, Vol. 1,
    • Nouvelle édition en 1867, Paris: Amyot
  • 1858, Traité théorique et pratique d'économie politique
  • 1863, Études sur la science sociale
  • 1866, Le Billet de Banque N’est Pas Fausse Monnaie, Journal des Economistes, 3 (September)
  • 1867, La Banque libre, Paris: Guillaumin
  • 1868, Liberté et socialisme ou discussion des principes de l’organisation du travail industriel
  • 1872, L’héritage de la Révolution. Questions constitutionnelles,
  • 1876, "Traité de théorie politique et pratique des opérations de banque", Paris
  • 1877, Compte-rendu de la Revue sommaire des doctrines économiques, Journal des économistes, Paris, 3e série, tome XLVIII, déc., pp463-466
  • 1879, Protection et libre-échange,
  • 1887, Préparation à l’étude du droit. Étude des principes
  • 1892, La Société Moderne. Études morales et politiques

Bibliographie

  • 1895, Notice sur la vie et les travaux de M. Jean Courcelle-Seneuil, par Clément Juglar, dans la séance 20 juillet 1895.
  • 1900, André Liesse notice dans le Nouveau Dictionnaire d'Économie politique (dir. Léon Say et Joseph Chailley), Paris 1900, supplément pp117-119
  • 1994, Georges Ribeille, "Courcelle-Seneuil, fondateur du management moderne des entreprises au milieu du XIX e siècle", In: Jean-Philippe Bouilloud et Bernard-Pierre Lecuyer, dir., L'invention de la gestion; histoire et pratiques, Paris, L'Harmattan

Citations

  • « A quoi servent les chiffres à celui qui ne sait ni les analyser, ni les rapprocher de manière à en obtenir des conseils sur la conduite de son entreprise ? ».
  • « Le besoin économique est un désir qui a pour but la possession et la jouissance d'un objet matériel ».

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.