Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Jean Magnan de Bornier

De Wikiberal

Jean Magnan de Bornier est professeur de Sciences Économiques à l'Université Aix Marseille III (Faculté d'Économie Appliquée) depuis octobre 1990 et il est membre du centre de recherche du GREQAM (Groupement de Recherche en Economie Quantitative d'Aix-Marseille) depuis 2001.

Parcours académique

Jean Magnan de Bornier a obtenu une licence en droit en 1971, un diplôme d'études supérieures en sciences économiques en 1973 et un doctorat d'État en sciences économiques en 1978[1], avec comme titre de la thèse : "Économie de la Traverse - essai d'analyse dans un cadre néo-autrichien" comprenant dans son jury de thèse les plus grands macro-économistes français de l'époque (son directeur de thèse : Gilbert Abraham-Frois, Maurice Desplas, Bernard Ducros, Pierre-Yves Hénin) et surtout son inspirateur "néo-autrichien", le prix Nobel de nationalité anglaise, John R. Hicks.

Jean Magnan de Bornier fut Maître-Assistant, puis assistant en sciences économiques à l'Université de Rouen de 1974 à 1983. Il a préparé et obtenu son concours d'agrégation en 1983. Cela lui permet d'enseigner à l'université comme professeur. De janvier 1984 à septembre 1990, il fut professeur de Sciences Économiques à l'Université de Bourgogne à Dijon dont il fut le Doyen d'avril 1988 à juin 1990. C'est alors que Jean-Pierre Centi lui demande de rejoindre le CAE (Centre d'Analyse Economique) à Aix en Provence.

Intérêt pour l'école autrichienne d'économie

Jean Magnan de Bornier lit Friedrich Hayek, Carl Menger ou Ludwig von Mises et se penche sur les thèmes de la propriété privée, de la concurrence, de la théorie de la valeur ou de l'utilité marginale mais sans adhérer complètement au paradigme autrichien. Il a analysé l'oeuvre de certains libéraux comme Jean-Baptiste Say avec un esprit assez critique vis à vis de la méthode scientifique utilisée et présentée dans les différents ouvrages de l'auteur libéral (Discours préliminaire, Discours d'ouverture des Cours à l'Athénée, Cours Complet). Les cours et les articles de Jean Magnan de Bornier s'inspirent beaucoup plus des économistes mathématiciens français du 19ème siècle comme Augustin Cournot (1801-1877) ou des ingénieurs économistes de l'école polytechnique de Paris comme Joseph Bertrand (18221900) ou Jules Dupuit (1804-1866).

Une théorie évolutionniste basée sur un contractualisme faible

Jean Magnan de Bornier a une lecture critique de la théorie de l'évolution culturelle chez Friedrich Hayek. Il reproche à ce dernier de ne pas avoir explicité suffisamment les mécanismes de transmission des règles de conduite. En adoptant la théorie des mèmes au cas des règles implicites, Jean Magnan de Bornier affirme que la transmission ne peut pas s'effectuer simplement par imitation sans risque de variation dans le mécanisme de reproduction. Par conséquent des crises peuvent surgir dans les groupes qui les ont adoptées. Pour contrevenir à ce dysfonctionnement, il en appel à un contractualisme faible.

L'idée du contractualisme faible se différencie d'un contractualisme fort (à la Buchanan) par deux éléments méthodologique et épistémologique. La théorie du contractualisme faible ne repose pas sur l'hypothèse de rationalité du modèle du courant dominant et le contrat social n'est pas une métaphore du grand moment historique fondateur.

Jean Magnan de Bornier nie que des schèmes mentaux, qui ne seraient pas identiques, puissent partager une similarité d'acceptation de règles abstraites. Friedrich Hayek, dans son ouvrage de 1952, The Sensory Order, avait effectivement écrit :

"Les différentes cartes [mentales] qui seront ainsi formées dans les différents cerveaux seront déterminées par des facteurs qui sont suffisamment similaires pour rendre ces cartes se ressemblant les unes aux autres. Mais, elles ne seront pas identiques. L'identité complète des cartes [mentales] supposerait non seulement une histoire identique des différents individus, mais aussi l'identité complète de leur structure anatomique. (Friedrich Hayek, The sensory order, 1952, p110).[2]

Au lieu de mettre un doute sur l'application stricte de la théorie des mèmes sur la théorie de l'évolution des gènes, qu'elle soit Darwinienne ou Lamarckienne, Jean Magnan de Bornier en conclut en l'inexistence de règles complexes, si elles ne sont pas renforcées, comme il l'indique, par des "rustines" d'un contractualisme faible, c'est à dire des règles qui sont imposées par le groupe sur les individus pour que ces règles se transmettent à l'identique.

Notes et références

  1. Mention très honorable obtenant une subvention pour la publication du ministère de l'éducation et du prix de la thèse 1978 par l'Association Française de Sciences Économiques
  2. The different maps which will thus be formed in different brains will be determined by factors which are sufficiently similar to make those maps look similar to each other. But they will not be identical. Complete identity of the maps would presuppose not only an identical history of the different individuals but also complete identity of their anatomical structure.(Hayek 1952, p110)

Bibliographie

  • 1978, Économie de la traverse - Essai dans un cadre néo-autrichien. Thèse de doctorat, Université Paris-X Nanterre
  • 1980, Capital et déséquilibres de la croissance. Economica
  • 1984, Production jointe et modèle temporel, In: Christian Bidard, dir., La production jointe, Economica, Paris
  • 1986, The Coase Theorem and the Empty Core, The International Review of Law an Economics, dec
  • 1987,
    • a. Le monopole. Que sais-je? PUF, Paris
    • b. "Propriété et contrôle dans la grande entreprise : une relecture de Berle et Means", Revue Économique, november
  • 1990, Vertical Integration, Growth, and sequential Change, In: M. Baranzani et R Scazzieri,, dir., Stability and Change : Economic Theory and Structural Analysis, Cambridge University Press
  • 1992,
    • a. Le rythme et l'économique, In: Jean-Jacques Wunenberger, dir., "Les rythmes, lectures et théories", L'Harmattan, Actes du colloque de Cerisy en 1988
    • b. "The `Cournot-Bertrand Debate': A Historical Perspective", History of Political Economy, 24(3), pp623-656
  • 1994, Entente et réseaux de sous-traitance : le cas Déméco, Contrats, Concurrence, Consommation, Automne
  • 2000,
    • a. avec Gilbert Tosi, "L'hétérogénéité des mécanismes spontanés et ses implications pour la lecture de Hayek", Revue de Philosophie Économique, Vol 1, n°2, pp141-165
    • b. "Cournot avant Nash: grandeur et limites d'un modèle unitaire de la concurrence", Cahiers d'Économie Politique, (37), pp101-125
  • 2001, "Magnan de Bornier on Cournot-Bertrand: a Rejoinder to Clarence Morrison", History of Political Economy
  • 2007,
    • a. "Cournot as economist: 200 years of relevance", In: Jean-Philippe Touffut, dir., "Augustin Cournot: Modelling Economics", The Cournot Centre for Economic Studies Series, Edward Elgar, Cheltenham, UK
    • b. "Cournot et l'économie: quelques repères", In: Jean-Philippe Touffut, dir., "La société du probable", Albin Michel, Paris, Actes du Colloque 2005 du Centre Cournot pour la recherche en économie "Augustin Cournot et les modèles de l'économie"
  • 2010, "Menger, Böhm-Bawerk et la Théorie du Capital", In: Gilles Campagnolo, dir., Existe-t-il une doctrine Menger?, Publications de l'Université Provence, Aix-en-Provence

Littérature secondaire

  • 2001, Clarence Morrisson, "Magnan de Bornier on Cournot-Bertrand", History of Political Economy, vol 33, n°1, pp161–165


Liens externes