Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Le Pacte

De Wikiberal
Le Pacte
Lloyd's of London
Le Pacte.jpg
Réalisé par : Henry King
Acteurs
Tyrone Power (Jonathan Blake)
Madeleine Carroll (Lady Elisabeth)
George Sanders (Lord Everett Stacy)
Genre
Année de sortie
1936
Synopsis
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Le Pacte est un film d'Henry King (1936)

Fiche technique

  • Titre original : Lloyd's of London
  • Scénario : Ernest Pascal et Walter Ferris d’après une histoire de Curtis Kenyon
  • Photographie : Bert Glennon
  • Musique : Louis Silvers
  • Distribution : Tyrone Power (Jonathan Blake) Madeleine Carroll (Lady Elisabeth) George Sanders (Lord Everett Stacy) Freddie Bartholomew (Jonathan Blake enfant) Guy Standing (John Julius Agerstein) C. Aubrey Smith (Old Q)
  • Production : 20th Century Fox
  • Sortie : 25 novembre 1936
  • Nomination : Meilleure direction artistique et meilleurs décors 1936

Les débuts de Lloyd's

Un film très original par son sujet : les débuts du syndicat des assureurs maritimes britanniques. Le héros, totalement imaginaire, employé par ces messieurs, qui ont l'habitude de se retrouver au Lloyd's Coffee House, va contribuer à sauver la liberté de l'Angleterre et la prospérité de ses employeurs dans une Europe menacée par les ambitions funestes de Napoléon.

Norfolk, 1770. Neveu d'une aubergiste, le jeune Jonathan Blake est le meilleur ami d'un autre enfant nommé... Horatio Nelson. Ils sont liés par un pacte (d'où le titre français) : Ce que je fais, tu le fais. Ils découvrent par hasard une tentative d'escroquerie à l'assurance de Lloyd's Coffee House. Blake fait à pied le voyage jusqu'à Londres pour prévenir M. Lloyd : il découvre que le propriétaire de cet aimable établissement est décédé depuis 60 ans et que le café est le lieu de réunion d'une société constituée de syndicats d'assureurs. Engagé par Angerstein, il va vite devenir le plus brillant des "serviteurs" de LLoyd's et finir par fonder son propre syndicat au sein de la société. En 1803, la guerre fait de nouveau rage avec la France et la flotte de Napoléon coule ou arraisonne de nombreux navires de commerce britanniques : Lloyd's réclame du gouvernement l'escorte des convois marchands par la Royal Navy et Blake est seul à s'y opposer car cela empêcherait Nelson de vaincre la flotte française. Fidèle à son pacte, il compromet sa fortune et va plus loin : il diffuse la nouvelle de la victoire de Trafalgar avant que l'événement ne se produise pour empêcher le rappel de son ami d'enfance. Le film s'achève avec les funérailles de l'amiral britannique. Désormais, tout danger pesant sur le commerce britannique est écarté.

Une leçon d'économie pour le grand public

Excellente reconstitution du Londres de George III, ce film est le premier d'une collaboration fructueuse entre le réalisateur et son interprète principal. Il décrit de façon précise le fonctionnement du marché des assurances vers 1770 : les enchères à la chandelle attribuent le navire au dernier offrant. Angerstein, personnage historique, explique au jeune Jonathan que Lloyd's n'est pas une compagnie (erreur qui perdure) mais une société constitué de syndicats, nom donné aux groupes d'assureurs, où chacun mise de l'argent. Les garçons font à la fois le service du café et celui de la société. Une cloche sert à avertir tout le monde : un coup pour les mauvaises nouvelles, deux pour les bonnes. Angerstein donne au garçon une leçon sur la morale des affaires : information et honnêteté sont les deux piliers du Lloyd's, le commerce est basé sur la confiance.

En 1784, le café est abandonné pour un bâtiment plus adapté mais il ne suffit pas d'avoir de beaux meubles, l'information est capitale, or celle-ci circule toujours par bateau au gré de la météo. A un des personnages qui dit : On ne peut battre les éléments, le héros répond : Avec l'intelligence, on peut tout. Il met au point un système de télégraphe par sémaphore. Devenu son propre maître, il devient Lucky Blake. Malheureux en amour, il est amoureux d'une aristocrate déjà mariée, il est heureux en affaires. Il assure tout même les jambes des femmes et la reine contre la perspective de la naissance de jumeaux. Cela suscite la réprobation de son mentor : Ce n'est plus de l'assurance mais du jeu à quoi il rétorque : Un jour on saura de Liverpool à Bombay que Lloyd's assure tout. Cependant, Blake refuse d'assurer les navires qui pratiquent la traite des esclaves. Lors de la guerre contre la France, le film montre le conflit entre les armateurs et les assureurs : ces derniers ont augmenté leurs tarifs devant les risques. Les armateurs se plaignent : Nous ne pouvons payer et les assureurs répondent : N'assurez plus vos navires.

Le beau Tyrone Power, dont c'était le premier grand rôle, donne une image séduisante de l'homme d'affaires mais dont la réussite n'est pas dû uniquement à une chance insolente : travailleur acharné, innovateur, audacieux et homme de sang-froid, il s'oppose à l'aristocrate décadent merveilleusement joué par George Sanders qui méprise le commerce tout en y cherchant un profit.

Lien externe

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.