Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Archibald Primrose, Lord Rosebery

De Wikiberal
(Redirigé depuis Lord Rosebery)

Archibald Philip Primrose, cinquième comte de Rosebery, premier comte de Midlothian, connu sous le nom de lord Rosebery, né à Londres le 7 mai 1847 et mort à Epsom, Surrey, le 21 mai 1929, est un homme d’état britannique et premier ministre libéral (5 mars 1894 – 22 juin 1895) qui représente la tendance impérialiste au sein du parti. Antisocialiste, il a soutenu une défense nationale forte, l’expansion impérialiste, des réformes sociales internes.

Archibald Primrose, Lord Rosebery
Homme politique

Dates 1847-1929
Archibald Primrose, 5th Earl of Rosebery - 1890s.jpg
Tendance
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation pour la liberté contre la bureaucratie, pour la liberté contre la tyrannie démocratique, pour la liberté contre la législation de classe, et…pour la liberté contre le socialisme
inter lib.org sur Lord Rosebery
Histoire du Royaume-Uni

Les débuts

Fils d’un parlementaire, d’une famille d’origine écossaise il fait des études à Eton (1860-1865) puis à Christ Church (Oxford) (1865-1869) comme avant lui Gladstone et Salisbury. La mort de son grand-père lui permet d’entrer à la Chambre des lords (1868). Il voyage aux Etats-Unis en 1873, 1874, 1876 et observe avec attention la vie politique et notamment les campagnes électorales.

Il va réaliser les trois ambitions de sa vie : gagner le Derby, épouser une riche héritière et devenir premier ministre. Il épouse Hannah de Rothschild, seule fille du banquier et baron Mayer de Rothschild, le plus riche parti du royaume en 1878.

Carrière politique

Descendant de James Stanhope, ministre de George Ier, il affirme ses opinions libérales dès sa jeunesse. Refusant les avances de Disraeli, il se range du côté de Gladstone dont il finance la campagne de 1879 appelée campagne Midlothian, première exemple d’une campagne politique moderne sur le modèle américain. Ministre des Affaires étrangères de l’éphémère gouvernement de 1886 puis de nouveau en 1892-1894, il fait sien le mot de son héros Napoléon, « Le maître de l’Egypte est le maître de l’Inde » et poursuit une politique d’expansion en Afrique. Il défend à la Chambre des Lords la loi du Home Rule en 1893.

Après le retrait de Gladstone , la reine Victoria refusant de nommer William Harcourt pour lui succéder, il devient premier ministre (1894). Les dissensions au sein du gouvernement, où siègent Herbert Henry Asquith et Henry Campbell-Bannerman, les critiques de Harcourt vont le décourager : il devient insomniaque. Il démissionne peu avant les élections générales qui voient le triomphe des unionistes.

Fin de carrière

Bibliophile, il se consacre à l’écriture, écrivant les biographies de Pitt l’Ancien, Pitt le Jeune et Napoléon. Dans l’opposition, il soutient la Guerre des Boers et combat le Home Rule pour l’Irlande. Puis, isolé au sein du parti, il se cantonne dans la critique des gouvernements libéraux de Asquith et Campbell-Bannerman à la Chambre des Lords : « pour la liberté contre la bureaucratie, pour la liberté contre la tyrannie démocratique, pour la liberté contre la législation de classe, et…pour la liberté contre le socialisme ». Il condamne le budget du peuple de David Lloyd George (1909) aux côtés des conservateurs. Il refuse d’entrer au gouvernement en 1916. Un de ses fils est tué pendant la guerre et peu avant l’armistice il est terrassé par une attaque qui le laisse très affaibli pour le restant de ses jours.

Liens internes

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.