Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Luigi Sturzo

De Wikiberal
Luigi Sturzo
homme politique

Dates 1871 - 1959
Luigi Sturzo.jpeg
Tendance
Origine Italie Italie
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Luigi Sturzo

Luigi Sturzo né à Caltagirone, Sicile, le 26 novembre 1871 et mort le 8 août 1959, prêtre et homme politique. Lui et Angelo Tosato, furent deux grandes figures historiques du catholicisme libéral italien.

Biographie

Fils du baron d'Aldobrando, il est ordonné prêtre en 1894 et se montre intéressé par la question sociale. Persuadé de la nécessité de ramener les catholiques au sein de la vie politique italienne, il songe à la constitution d'un grand parti d'inspiration chrétienne. Vice-président de l'assocation nationale des communes italiennes (1915) et secrétaire de l'œuvre nationale des Orphelins de guerre, il a soutenu l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de l'Entente pour la liberté, pour la justice, pour la civilisation. Le Parti populaire italien, qui s'adresse à tous les hommes libres et forts naît en 1919, se voulant démocratique et réformiste mais laïque et a-confessionnel. Sturzo, hostile à Giolitti, ne s'allie pas non plus avec les socialistes.

La victoire du fascisme l'incite, sur la suggestion de la hiérarchie ecclésiastique à quitter l'Italie en 1924. Il vit en exil à Paris puis à Londres et enfin à New York (1940-1946) où il fonde l'American People and Freedom, association de catholiques démocrates. Il se lie avec d'autres exilés dont Gaetano Salvemini.

Rentré en Italie en 1946, il est nommé sénateur à vie par Luigi Einaudi en 1952 : il va dénoncer au Palazzo Madama les ingérences de l'État dans la vie économique, les entreprises publiques et le pouvoir excessif des partis. Prophète désarmé, incommode et dérangeant (Francesco Malgeri), don Luigi Sturzo a été un infatigable pourfendeur de l'étatisme.

Citations

  • « La vraie démocratie n'est pas étatique. »
  • « La perte de la liberté économique, vers laquelle on court à grands pas en Italie, sera suivie de la perte effective de la liberté politique. »
  • « L'État est par définition inapte à gérer une simple boutique de cordonnier. »

Source

  • 2001, F. Felice, "The Ethical Foundation of the Market Economy: A Reflection on Economic Personalism in the Thought of Luigi Sturzo", Journal of Markets & Morality, Vol 4, n°2, pp217–239
6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.