Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Martin Anderson

De Wikiberal
(Redirigé depuis Martin J. Anderson)
Aller à la navigation Aller à la recherche
Martin Anderson
Économiste

Dates (1936-2015)
Martin-Anderson.jpg
Tendance Objectivisme
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Autres articles sur Martin Anderson

Citation
inter lib.org sur Martin Anderson

Martin Anderson (né le 5 août 1936 à Lowell, Massachusetts - décédé le 3 janvier 2015 à Portola Valley, en Californie) était un économiste, analyste politique, auteur et l'un des principaux conseillers du président américain Ronald Reagan. Il a obtenu son AB (summa cum laude) du Dartmouth College en 1957 et son Master en ingénierie et en administration des affaires à la Thayer School of Engineering et à la Tuck School of Business Administration en 1958. En 1962, il a obtenu le premier doctorat en gestion industrielle jamais accordé par un collège ou une université de la MIT Sloan School of Management.

Martin Anderson : objectiviste, économiste et conseiller politique des présidents des Etats-Unis

Martin Anderson connaissait très bien la philosophie objectiviste et les romans d'Ayn Rand. Dans les années 1960, il était personnellement proche du mouvement objectiviste (Ayn Rand et son entourage) et il a suivi des cours à l'Institut Nathaniel Branden. En 1965, il a écrit un commentaire du livre de son homonyme, Benjamin Anderson dans The Objectivist Newsletter.

De 1961 à 1962, il fut chercheur au Joint Center for Urban Studies du Massachusetts Institute of Technology et de l'Université Harvard. Puis, de 1962 à 1965, il fut professeur adjoint de finance à la Graduate School of Business, Columbia University, et professeur associé de 1965 à 1968. À 28 ans, il était l'un des plus jeunes enseignants à avoir été titularisé dans l'histoire de l'Etat de Colombia.

Après avoir été directeur de la recherche politique, durant la campagne présidentielle de 1968 de Richard Nixon, Martin Anderson fut adjoint spécial du président de 1969 à 1970. Puis, de 1970 à 1971, il fut nommé "consultant spécial du président des États-Unis pour l'analyse des systèmes". C'est grâce à sa recommandation qu'Alan Greenspan a commencé sa carrière au gouvernement américain. Avec Walter Oi et Milton Friedman, Martin Anderson a permis de mettre fin à la conscription militaire aux États-Unis.

Il fut l'assistant spécial du président Richard Nixon, en 1969, pour l'élaboration d'un plan d'aide aux familles en 1969 et consultant du président Ford lors des réflexions sur un complément de revenu en 1974. Après, Martin Anderson fut conseiller politique principal pour les campagnes présidentielles de 1976 et 1980 de Ronald Reagan, et il a été conseiller principal en politique intérieure et économique sous sa présidence de 1981 à 1982. Par la suite, il fut membre du Conseil consultatif de politique économique du président de 1982 à 1989.

Sous le président George H. W. Bush, de 1987 à 1993, Martin Anderson a été membre du Comité consultatif général du Président sur les questions du contrôle des armements et sur le désarmement.

L'enjeu des programmes de politiques publiques pour protéger les plus pauvres

Depuis le milieu des années 1960, la réforme de la protection sociale fut un enjeu majeur de l'agenda politique des États-Unis. Chaque année, des dizaines de milliards de dollars provenant de l'argent des contribuables furent redistribués à des millions d'Américains à faible revenu. Pourtant, malgré cet effort massif pour aider les pauvres, le bien-être est resté le centre d'une controverse permanente. Martin Anderson précise que toutes les tentatives de réforme radicale du système de protection sociale ont échoué.

Martin Anderson a été profondément impliqué dans la formulation d'une politique nationale de protection sociale au cours des années 1970 et 1980. Écrivant dans un style clair et avec logique, ce qui est plutôt rare dans les analyses politiques, Martin Anderson s'appuie sur son expérience en économie et sur son passage à la Maison Blanche pour expliquer et analyser l'essence du débat sur la réforme de la protection sociale. Il présente huit thèses majeures qui définissent les questions centrales de la controverse sur la réforme du bien-être et il conclut qu'une réforme radicale du bien-être est politiquement impossible dans notre société aujourd'hui. Il explore attentivement les preuves démontrant que la pauvreté a été pratiquement éliminée aux États-Unis, il examine les conséquences de ce qui est la tentative la plus ambitieuse de redistribution des revenus jamais entreprise dans le pays et il montre que les pauvres en Amérique sont confrontés à un taux fiscal marginal effectif sur leurs revenus qui est sensiblement plus élevé par rapport à celui de tous les travailleurs socialement non assistés, quel que soit leur revenu.

La mise en valeur de la personnalité communicante de Ronald Reagan

Martin Anderson, à l'aide de Kiron Skinner et de son épouse Annelise Anderson ont mis en valeur la personnalité humaine de Ronald Reagan, et son activité intellectuelle souvent sous-évaluée. L'impression populaire de Ronald Reagan est qu'il était un dilettante intellectuel résumant les réalités politiques complexes en de simples expressions naïves. Certes, Ronald Reagan aimait raconter des histoires. Parfois, il les utilisait pour briser la glace ou pour accentuer un point de son argumentation. Mais, très souvent, nous précisent les auteurs, Ronald Reagan provoquait l'inspiration afin d'éveiller la curiosité et de rappeler à ses auditeurs ce qui compte le plus dans la vie. Dans les archives de la bibliothèque Reagan, la chercheuse Kiron Skinner a déniché un trésor de manuscrits de Ronald Reagan datant de la fin des années 1970. Elle en a dénombré plus de 650 au total, qui comprenaient des exemples inestimables des capacités de narration de Reagan.

Martin Anderson, et ses co-éditrices, ont soigneusement documenté l'étendue des manuscrits de Reagan, qui provenaient de transcriptions radio. Dans un ouvrage à succès "Reagan, In His Own Hand", les rédacteurs ont compilé un large éventail d'essais politiques de Ronald Reagan, montrant une large et étonnante vision du président américain concernant presque tous les problèmes auxquels il était confronté en tant que président.

Dans l'ouvrage, "Reagan: A Life in Letters", le trio de co-éditeurs (Martin Anderson, Kiron Skinner et Annelise Anderson) ont révélé avec étonnement que Ronald Reagan était, sans doute avec Theodore Roosevelt, le président américain qui fut le plus prolifique correspondant dans l'histoire des Etats-Unis. Il a probablement écrit plus de 10 000 lettres au cours de sa vie, à un large éventail d'amis et de familles, auprès de politiciens, de particuliers et aussi d'enfants. Honnêtes, ouvertes et sincères, les lettres de Ronald Reagan révèlent un homme qui s'est senti le plus à l'aise et le plus naturel avec un stylo à la main. Martin Anderson et ses co-éditrices nous précise l'humanité de Ronald Reagan. Il était un homme qui a tendu la main à ses amis et à ses ennemis tout au long de sa vie.

Présentation de Ronald Reagan comme un grand stratège politique dans l'histoire de l'humanité

Dans un autre ouvrage toujours co-édités par les mêmes universitaires, "Le chemin de la victoire de Reagan", c'est une nouvelle collection de 450 essais politiques écrits et enregistrés par Reagan lors d'émissions de radio entre 1975 et 1979. Cette anthologie est accompagnée d'un CD audio d'enregistrements originaux. Grâce à d'excellentes introductions et des annotations soigneusement structurées, les auteurs montrent l'évolution de la pensée de Reagan en affinant son message au peuple américain et en élaborant la plate-forme sur laquelle il gagnera la présidence en 1980. Ce livre présente des sujets brûlants tels que l'environnement, la criminalité, le système de retraite, l'assurance-maladie, l'abus de drogues, l'énergie, l'éducation et la religion. Ainsi, les essais, présentés entre autres par Martin Anderson, fournissent des informations uniques non seulement sur la réflexion de la politique de Ronald Reagan, mais également sur son métier de communicateur.

Dans son livre écrit en 2009, avec son épouse Annelise Anderson, "La guerre secrète de Reagan", Martin Anderson révèle les réalisations extraordinaires de l'administration Reagan, y compris les événements décisifs qui ont conduit à la fin de la guerre froide. Les auteurs ont eu accès à plus de huit millions de documents, classés hautement confidentiels de la bibliothèque présidentielle Ronald Reagan à Simi Valley, en Californie. Le couple Anderson a pu accéder aux échanges les plus privilégiés de Ronald Reagan avec ses subordonnés et dirigeants mondiaux dont les prises de notes des témoins oculaires des sommets Reagan-Gorbachev. Parallèlement à ces résultats, les auteurs ont utilisé les discours, les allocutions à la radio, les journaux personnels et les autres correspondances de Reagan pour développer une image saisissante d'un homme dont l'intelligence incisive, les instincts saisissants et la confiance en soi tranquille ont changé le cours de l'histoire. Ce trésor de matériaux de l'histoire politique moderne est une preuve irréfutable que Ronald Reagan avait l'intention, dès ses premiers jours au pouvoir, de faire tomber l'Union soviétique, qu'il considérait l'élimination des armes nucléaires comme son objectif primordial et qu'il était le principal architecte des politiques qui ont finalement amené les Soviétiques à la table des négociations sur les armes nucléaires. Les auteurs affirment également que de nombreuses idées de Reagan, y compris son initiative controversée de défense antimissile "Star Wars", se sont avérées essentielles pour dissoudre l'Union soviétique et assurer la sécurité de l'Amérique.

Un seul homme peut quelquefois être à la hauteur de ses ambitions, par la force de ses profondes convictions, il peut provoquer un changement planétaire de grande ampleur. C'est ce retour dans un voyage politique récent que Martin et Annelise Anderson nous font découvrir et nous donnent des leçons pour ce que nous vivons maintenant. L’esprit politique d’un leader remarquable qui se détache de la médiocrité des autres leaders pragmatistes qui n'ont aucun principe de moralité et de conviction fortes et qui vouent lâchement leur population à l'abandon car leurs méthodes n'ont d'autres alternatives que celles de l'échec, de la peur ou de l'improvisation. C'est tout à fait l'exemple inverse avec Ronald Reagan nous précise Martin et Annelise Anderson.

Finalement, dans un livre écrit en 2015, "Ronald Reagan: Décisions de grandeur", le couple Anderson donne des précisions sur la stratégie de la guerre froide de Ronald Reagan. Il chercha une alternative par la défense stratégique pour rendre les missiles nucléaires obsolètes et éliminer ainsi la possibilité d'une guerre nucléaire totale. Ce livre offre de nouvelles perspectives sur la principale réalisation de Ronald Reagan en tant que président : persuader les Soviétiques de réduire leurs arsenaux nucléaires et de mettre fin à la guerre froide. Les auteurs passent en revue les négociations critiques de Reagan avec le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, qui se sont terminées par le sommet de Moscou de 1988 qui a effectivement mis fin à la guerre froide. En fin de compte, Martin et Annelise Anderson révèlent la profondeur de la vision de Ronald Reagan pour mettre le monde à l'abri des armes nucléaires, brossant ainsi un portrait clair d'un guerrier calme qui a créer les conditions possibles pour aller au-delà de cette guerre meurtrière et destructrice.

Annexes

Publications

  • 1964, "The Federal Bulldozer: A Critical Analysis of Urban Renewal: 1949–62", MIT Press
  • 1976, "Conscription: A Select and Annotated Bibliography", Hoover Press
  • 1978, "Welfare: the Political Economy of Welfare Reform in the United States", Stanford, Calif.: Hoover Institution
  • 1982, dir., "The Military Draft: Selected Readings on Conscription", Stanford University: Hoover Institution Press Publication
  • 1983, "Registration and the Draft; The Military Draft", Policy Review 26, pp94-98
  • 1988, "Revolution: The Reagan Legacy", San Diego, Calif.: Harcourt Brace Jovanovich
    • Repris, élargi et révisé en version paperback en 1990, Stanford, Californie: Hoover Institution Press
  • 1992, "Impostors in the Temple", New York: Simon & Schuster
  • 2003, avec Annelise Anderson, Kiron K. Skinner, dir., "Reagan: A Life in Letters", Free Press
  • 2004, avec Annelise Anderson, Kiron K. Skinner, dir., "Reagan's Path to Victory: The Shaping of Ronald Reagan's Vision: Selected Writings", Free Press
  • 2009, avec Annelise Anderson, "Reagan's Secret War: The Untold Story of His Fight to Save the World from Nuclear Disaster", Crown Archetype
  • 2015, "Ronald Reagan: Decisions of Greatness", Hoover Institution Press

Littérature secondaire

  • 1966, Beatrice Hessen, commentaire du livre de Martin Anderson, "The Federal bulldozer", The Objectivist, Vol 5, n°4, April
    • Repris en 1990, In: "The Objectivist (1966-1971)", Publisher: Second Renaissance Press, pp56-57
  • 1993, Jon Wiener, commentaire du livre de Martin Anderson, "Impostors in the Temple", Journal of American History, Vol 80, n°2, September, p757

Liens externes de vidéos

  • Entretien avec Martin Anderson à propos de son livre "Impostors in the Temple", le 16 août 1992, sur la chaîne télé internet, C-SPAN
  • Présentation de Martin Anderson, d'Annelise Anderson et de Kiron Skinner à propos du livre, "Reagan: A Life in Letters", le 30 septembre 2003, sur la chaîne télé internet, C-SPAN
  • Presentation by Martin and Annelise Anderson on Reagan's Secret War, June 18, 2009, C-SPAN Présentation] de Martin et Annelise Anderson sur leur livre, "La guerre secrète de Reagan", le 18 juin 2009, sur la chaîne télé internet, C-SPAN