Ayn Rand

De Wikiberal
Ayn Rand
Philosophe, Romancière

Dates 1905-1982
Ayn Rand1.jpg
Tendance Objectiviste
Origine URSS URSS puis États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Je n'ai besoin ni de justification ni de sanction pour être ce que je suis. Je suis ma propre justification et ma propre sanction. »
inter lib.org sur Ayn Rand
Catallaxia

Ayn Rand (2 février 1905 - 6 mars 1982), née Alissa Zinovievna Rosenbaum[1], est une philosophe et romancière américaine (juive russe émigrée), connue pour sa philosophie : l'objectivisme. Sa principale œuvre est La Grève - Atlas Shrugged en version originale - (1957), un roman qui met en scène des entrepreneurs en butte à l'étatisme d'une société socialiste pré-totalitaire.

Biographie

Ayn Rand naît à Saint-Pétersbourg en 1905 dans une famille juive agnostique de trois enfants dont elle est l'aînée. Elle s'intéresse très jeune à la littérature et au cinéma, écrivant dès l'âge de 7 ans des romans ou des scénarios. Elle nourrit son imagination des romans de Sir Walter Scott ou d'Alexandre Dumas et s'enthousiasme pour le courant romantique. En particulier, elle découvre à 13 ans celui qui deviendra son auteur favori et qu'elle considérait comme le plus grand romancier : Victor Hugo. L'arrivée au pouvoir des Bolchéviks, en 1917, contraint sa famille à la fuite en Crimée, jusqu'à ce que celle-ci soit envahie par les révolutionnaires en 1921. Elle brûle alors son journal intime qui contenait des passages anticommunistes au vitriol.

Elle entame des études d'histoire et de philosophie à l'université de Petrograd (Saint-Pétersbourg) et y découvre les œuvres de Rostand, Schiller et Dostoïevski. Elle en sort diplômée le 13 octobre 1924. Elle continue à écrire et entre à l'Institut d'État des arts cinématographiques en 1924. À la fin de 1925, on lui accorde un visa pour rendre visite à des proches, habitant aux États-Unis.

Elle arrive à New York en février 1926. Ses premières impressions devant les gratte-ciels la marquent profondément et inspireront les descriptions de La Source vive, un de ses romans. Elle choisit de ne pas retourner en Union soviétique et part pour Hollywood où elle devient scénariste. C'est alors qu'elle change son nom en Ayn Rand, en référence selon elle à la transcription en cyrillique du nom de sa famille.

Elle fait des petits boulots puis, grâce à une rencontre fortuite avec Cecil B. DeMille, obtient un poste dans un de ses films. Elle y rencontre Frank O'Connor, jeune acteur qu'elle épouse le 15 avril 1929. Elle est naturalisée américaine en 1931.

Son premier succès littéraire est la vente de son scénario Red Pawn en 1932 à Universal Studios. Elle écrit en 1934 la pièce de théâtre Night of January 16th qui est produite à Broadway. La pièce était un procès dont le jury, choisi parmi les spectateurs, pouvait choisir la fin.

En 1936, elle publie Nous, les vivants (We the living) sur la cruauté de la vie sous le régime communiste russe puis, en 1938, Anthem, qui décrit une société dans laquelle le collectivisme a triomphé. Anthem ne fut accepté par aucun éditeur aux États-Unis et We the Living ne rencontra pas un grand succès. Stephen Cox, de l'Objectivist Center, considère que cela est dû à l’époque : We the Living « fut publié quand la popularité du socialisme russe était au plus haut parmi les faiseurs d'opinions américains »[2].

Son premier grand succès arrive avec la publication de La Source vive, en 1943, après qu'elle eut passé sept ans à l'écrire. Refusé par douze éditeurs, il est finalement accepté par la maison d'édition Bobbs-Merrill. Le livre devient un succès planétaire, adapté en 1949 au cinéma sous le titre Le Rebelle en France. Le livre s'est vendu depuis à plus de 6 millions d'exemplaires et il s'en vend encore 100.000 par an[3].

En 1957 est publiée sa principale œuvre, Atlas Shrugged, un roman qui met en scène des entrepreneurs en butte à l'étatisme d'une société socialiste pré-totalitaire. Le tirage initial est de 100.000 exemplaires et le livre devient rapidement un best-seller mondial. Selon une étude de 1991 de la Bibliothèque du Congrès américain, le livre est cité par les Américains comme le livre qui les a le plus influencés après la Bible[4]. Sa description de la crise et des actions des gouvernants qui l'empirent trouve une résonance toute particulière aujourd'hui, comme le reflète les ventes de l'ouvrage[5].

En 1950, elle crée un groupe qui prend le nom, par provocation, Le collectif avec Alan Greenspan, futur président de la Fed et Nathanael Blumenthal (qui deviendra Nathaniel Branden)[6]. Le cercle d'amis prend un rôle plus important, aidant Ayn Rand à diffuser ses idées (l'objectivisme) à travers le Nathaniel Branden Institute. Il éditera bientôt un périodique, The Objectivist.

Ayn Rand enseigna dans de nombreuses universités à partir de 1960, année où elle débute à l'université de Yale, à l'université de Princeton et à la Columbia University. Elle enseigna également à Harvard et au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Sa santé se détériore au début des années 1970, elle est opérée en 1974 pour un cancer du poumon. La fin de la relation avec Branden signe la fin de facto du NBI et certains amis objectivistes s'éloignent d'elles. Ses activités au sein du mouvement objectiviste se raréfient à la fin des années 1970, situation amplifiée par la mort de son époux, l'acteur Frank O'Connor, le 9 novembre 1979. L'un de ses derniers projets était une adaptation télévisée d'Atlas Shrugged ainsi qu'un roman, To Lorne Dieterling, dont elle n'a laissé que des brouillons préparatoires.

Elle meurt d'une insuffisance cardiaque le 6 mars 1982, chez elle, à New York. De nombreux compagnons objectivistes se rendent à son enterrement dont Alan Greenspan et David Kelley qui y lira If de Rudyard Kipling.

Les personnages de ses romans sont devenus des références clés dans la culture américaine comme John Galt, Dagny Taggart ou Kira Argonouva, interprétées au cinéma par Gary Cooper pour le premier, la superbe Angelina Jolie pour la seconde et la belle italienne Alida Valli pour la troisième.

Idées

Ayn Rand rejette l'étiquette libertarienne[7]. Sa philosophie repose sur une commande ou un ordre que l'être humain doit s'imposer à lui-même : se surpasser durant toute sa vie. L'idéal n'est pas de se comparer aux autres mais de vivre le potentiel qui réside en chacun de nous. Il s'agit de se stimuler par l'émulation et non par la concurrence compétitive.

La seule influence que reconnaît Ayn Rand en philosophie est celle d'Aristote ; pour le reste, elle affirme avoir construit sa philosophie par sa seule réflexion. Bien qu'elle s'en défende, sa philosophie a beaucoup de points communs avec celle de Friedrich Nietzsche, notamment l'individualisme, un certain élitisme, le refus d'une "morale d'esclave" et la recherche de "valeurs" qui dépassent le nihilisme (l'absence de valeurs) et le ressentiment (valeur des "faibles"). Cependant, bien que les personnages de ses romans puissent évoquer l'Übermensch nietzschéen, Rand estime que l'homme n'est pas "quelque chose à dépasser", mais à réaliser pleinement, et que le but de la vie n'est pas la "volonté de puissance" mais la recherche du bonheur sur une base rationnelle (voire rationaliste, ce que Nietzsche n'aurait pas forcément approuvé).

Elle a influencé un certain nombre de disciplines et d'auteurs :

L'objectivisme : un réalisme épistémologique

Ayn Rand a dénommé sa philosophie « objectivisme », parce que celle-ci est basée sur la prémisse que la réalité est un objectif absolu. Chacun d'entre nous a l'obligation de percevoir et de comprendre la réalité afin de survivre. Et, la qualité ultime dont chacun doit disposer est sa capacité à raisonner.

Plus précisément, en suivant la présentation faite par Alain Laurent[8], l'objectivisme accorde à la réalité une priorité lexicale, c'est un fondement objectif sur lequel cette philosophie s'appuie. La pensée de Rand s'articule autour de quatre temps, comme elle l'a elle-même explicitement exprimé. [9]

  • une métaphysique : la réalité existe en tant qu'absolu objectif
  • une épistémologie : la raison est le seul moyen qu'a l'homme de percevoir la réalité, sa seule source de connaissance, son seul guide pour l'action et son moyen basique de survie
  • une éthique : l'homme est une fin pour lui-même, et non un moyen pour les autres
  • une politique : le système politico-économique idéal est le capitalisme de laissez-faire.

Une métaphysique fondée sur la réalité objective

La réalité existe indépendamment de la conscience de celui qui perçoit. Elle est intangible et dans un contexte donné, une seule réponse est vraie. La vérité n'est pas automatiquement donnée à la conscience. Ce "métaphysiquement donné" est donc une ontologie, et plus exactement encore, une onto-téléologie impliquant une causalité omniprésente, où tout n'est qu'effet de causes finales découlant de la nature des entités considérées. La liberté de l'homme est l'expression d'une causalité descendante, non déterministe, lui permettant d'accomplir les fins assignées par sa nature.

Une épistémologie centrée sur la raison

Comment l'homme découvre-t-il la nature du réel ? C'est par la raison, par la connaissance humaine - qui repose sur un travail fondamental de conceptualisation - que l'on saisit l'exacte nature de la réalité. Ces concepts axiomatiques sont "les gardiens de l'esprit humain et le fondement de la raison". Ils s'expriment sous la forme d'une redondance : "l'existence existe" ; "A est A" ; "la conscience est consciente". Le moteur de ce travail de conceptualisation, c'est la raison. La méthode qu'emploie la raison dans ce processus est la logique, et la logique est l'art d'identifier les contradictions. La raison est la perception du réel et repose sur un seul axiome : la loi de l'identité (ce qui existe existe, et ne peut pas ne pas exister simultanément).

Une éthique de l'intérêt particulier rationnel

L'éthique d'Ayn Rand est basée sur ce que Robert Nozick appelle "l'argument randien" : l'homme doit, pour se maintenir en vie, agir autrement que ne font tous les autres êtres vivants. Il a besoin de "valeurs", non automatiquement données, de type "conceptuel" et en adéquation avec la réalité du contexte où il vit. Ces valeurs ne peuvent provenir que de sa conscience. Un "code" d'un genre inédit sur terre lui est nécessaire : un "code de valeurs pour guider les choix et actions". L'éthique objectiviste considère la vie de l'homme comme le fondement de toute valeur, et sa propre vie comme le but éthique de chaque individu. C'est donc pour chacun sa vie personnelle et la conservation de soi en vie, la "survie" selon la raison, qui constituent la "valeur ultime". Avec une précision toutefois : l'enjeu n'est pas tant de survivre à tout prix au sens purement biologique, mais en être humain bien décidé à vivre en accord profond avec ses valeurs rationnelles[10]. N'est moralement justifié et donc juste que le bénéfice de ce qu'un individu produit par ses propres efforts rationnels.

Une politique qui promeut le capitalisme de laissez-faire

Il ressort des développements précédents une réaffirmation par Rand des droits humains fondamentaux (le droit à sa propre vie, le droit de propriété, la propriété de soi, la nécessité d'une liberté individuelle de décision et d'action, la non-initiation de la force envers les autres). La tâche du gouvernement est de faire respecter ces droits, en prévenant l'initiation de la force, et en la punissant le cas échéant. Il se limite donc à la police, à l'armée, à la justice. Rand s'oppose vertement aux conceptions intégralement privatisées de la société, qui laisseraient libre cours à des interprétations subjectives et arbitraires de la justice. Il en découle, pour elle, que le seul régime économique en adéquation avec ces fondamentaux, c'est le capitalisme de laissez-faire, car il est "fondé sur la séparation de l'Etat et de l'économique, de la même façon et pour les mêmes raisons que la séparation de l'Etat et de l'Eglise[11]".

La psycho-épistémologie

Ayn Rand a défini la psycho-épistémologie comme « l'étude des processus cognitifs humains vus à partir de l'interaction entre l'esprit conscient et les fonctions automatiques de l'inconscient ». Harry Binswanger a repris ces observations sur le rôle du subconscient dans la réflexion et sur les opérations spécifiques par lesquelles chaque individu peut « programmer » son subconscient. L'esprit conscient est le gestionnaire du subconscient, "remplissant" et "récupérant" les données d'information, ce qui est et ce qui n'est pas directement volontaire. Cette approche permet d'appréhender une nouvelle théorie de la créativité.

La théorie du libre arbitre

Selon la théorie du libre-arbitre, l'individu contrôle fondamentalement sa propre vie, il se forge son propre caractère, et il est moralement responsable de ses propres actions. Ayn Rand avance une théorie originale du libre arbitre où la volonté est contrainte par un seul choix fondamental : penser ou de ne pas penser. Car, l'individu peut faire de véritables choix, des choix qui sont entièrement de son fait et qu'il peut générer sans qu'on les lui impose. Le libre arbitre refuse une conception de l'être fondamentalement passif, qui réagirait aux facteurs en dehors de son contrôle.

Le théorie du libre-arbitre explique l'importance vitale de la compréhension de soi-même et de la nature humaine en général. Ayn Rand fait valoir que la volition du contrôle de son propre esprit est un axiome qui doit être considéré comme implicitement vrai, même si des auteurs comme Karl Marx, Sigmund Freud ou Burrhus Frederic Skinner ont tenté de le nier.

Ayn Rand et l'humour

Pour Ayn Rand, l'humour est avant tout destructeur : c'est une négation de l'importance métaphysique de la chose dont on rit. Pour elle, « il est monstrueux de rire de ce qui est bien, de rire des héros ou des valeurs, et par-dessus tout de rire de soi-même. C'est le pire que vous puissiez faire, psychologiquement : cela revient à vous cracher vous-même au visage. »[12]

Fidèle à ce point de vue, Ayn Rand utilise l'humour pour montrer l'absurdité du collectivisme et des "bons sentiments" irrationnels. Voici quelques exemples de passages humoristiques (d'un humour parfois involontaire) tirés de La Grève :

« Dagny, elle, ignorait tout de la nécessité d'entretenir des relations avec Washington et n'en mesurait pas les implications. Mais cela paraissait bel et bien une nécessité, et elle classa la chose, se disant qu'il existait quantité de boulots repoussants, mais nécessaires, comme de nettoyer les égouts. Quelqu'un devait s'en charger, et Jim semblait aimer ça. »

« Quel mérite y a-t-il à donner un emploi à quelqu'un qui le mérite ? En donner à ceux qui ne le méritent pas, ça, c'est du mérite ! »

« Si tu tiens vraiment à faire oublier que tu sors des quartiers pauvres, tu devrais être un peu plus sensible aux principes de l'action sociale. Les pauvres ont rarement la fibre humanitaire. Il faut être né riche pour comprendre les subtilités de l'altruisme. »

« La centralisation détruit ce fléau qu'est le monopole. »

« — [Un article de loi] dit que tous les salaires, prix, rémunérations, dividendes, bénéfices et ainsi de suite seront gelés à la date d'entrée en application du décret. Les impôts aussi ? — Ah non ! hurla Mouch. Comment savoir de quelles sommes nous aurons besoin à l'avenir ? »

« Le problème avec notre monde moderne, c'est que trop de gens pensent trop. (...) Il ne faut plus se fier à la raison, c'est dépassé. »

« Si le Rearden Metal ne vaut rien, c'est un danger public. S'il est bon... c'est un danger social. »

« Il se promenait avec un pistolet automatique dans une poche et une patte de lapin dans l'autre. »

« C'est le discours le plus pervers que j'aie jamais entendu ! Il va inciter les gens à exiger d'être heureux. »

« Si vous souhaitez une économie libérale, ordonnez aux gens d'être libres ! »

Citations

  • « Ma philosophie conçoit essentiellement l'Homme comme un être héroïque dont l'éthique de vie est la poursuite de son propre bonheur, la réalisation de soi son activité la plus noble, et la Raison son seul absolu. »
  • « Le bien, disent les mystiques de l’esprit, c’est Dieu, un être qui se définit uniquement par l’incapacité de l’homme à le concevoir ; une définition qui stérilise la conscience de l’homme et démolit ses concepts d’existence. Le bien, disent les mystiques du muscle, c’est la Société ; quelque chose qu’ils définissent comme un organisme sans forme physique, un super être qui ne s’incarne dans personne en particulier et dans tout le monde en général excepté vous. » - Atlas Shrugged
  • « La foi des mystiques n’a jamais abouti à rien d’autre qu’à la destruction, comme vous pouvez le constater autour de vous une fois de plus. Et si les ravages occasionnés par leurs actes ne les ont pas incités à s’interroger sur leurs doctrines, s’ils prétendent être animés par l’amour alors qu’ils empilent des montagnes de cadavres, c’est parce que la vérité de leurs intentions est encore pire que l’excuse obscène que vous leur trouvez, selon laquelle ces horreurs sont au service de nobles fins. La vérité est que ces horreurs sont leurs fins. » - Atlas Shrugged
  • « Vous proposez d’établir un ordre social fondé sur le principe suivant : que vous êtes incapables de diriger votre vie personnelle, mais capables de diriger celle des autres ; que vous êtes inaptes à vivre librement, mais aptes à devenir des législateurs tout puissants ; que vous êtes incapables de gagner votre vie en utilisant votre intelligence, mais capables de juger des hommes politiques et de les désigner à des postes où ils auront tout pouvoir sur des techniques dont vous ignorez tout, des sciences que vous n’avez jamais étudiées, des réalisations dont vous n’avez aucune idée, des industries gigantesques dans lesquelles, selon votre propre aveu, vous seriez incapables d’exercer les fonctions les plus modestes. » - Atlas Shrugged
  • « Je n'ai besoin ni de justification ni de sanction pour être ce que je suis. Je suis ma propre justification et ma propre sanction. » (I need no warrant for being, and no word of sanction upon my being. I am the warrant and the sanction.)
  • * La plus petite minorité sur Terre est l'individu. Ceux qui nient les droits individuels ne peuvent pas prétendre être des défenseurs des minorités. Les droits individuels ne peuvent pas être soumis au vote du public.
  • * Le terme "droits individuels" est redondant, il n'y a pas d'autres types de droit et personne d'autre ne les possèdent.

Œuvres

  • 1934, Ideal (roman perdu)
    • Première publication par Penguin Random House en juillet 2015
  • 1936, We the Living [Nous les vivants], New York, Macmillan
    • édition révisée en 1959, New York, Random House
    • Traduction en italien en 1937, Noi vivi, Milano, Baldini & Castoldi
      • Nouvelle édition en 1990, Milano, Longanesi
      • Nouvelle édition en 1992, Milano, tea
    • Traduction en français en 1996 par Elisabeth Luc, Nous les Vivants, Paris: Rive Droite, ISBN 978-2841520282
  • 1938, Anthem, London, Cassel
    • Edition révisée en 1945, Los Angeles, Pamphleteers
    • Nouvelle édition en 1953, Caldwell, Idaho: Caxton Printers
    • Traduction en italien en 1938, La vita è nostra, Milano, Baldini & Castoldi
    • Traduction en italien de la seconde édition en 1997, Messina, Alfa
      • Nouvelle édition en 2003, Antifona, Macerata, Liberilibri
    • Traduction en français en 2006, par Jacqueline Balestier et Philippe Charmy, "Anthem", Paris: Rive Droite
  • 1943, The Fountainhead[13], New York: New American Library and Indianapolis: Bobbs-Merril
    • Traduction en italien en 1947, La fonte meravigliosa, Milano, Baldini & Castoldi
      • Nouvelle édition en 1996, Milano, Corbaccio
    • Nouvelle édition en anglais en 1971, The Fountainhead. New York: New American Library
    • Traduction en français en 1997, La Source vive, Plon
  • 1957, Atlas Shrugged, New York: Random House
    • Traduction en italien en 1958, La rivolta di Atlante, Milano, Garzanti
    • Nouvelle édition en anglais en 1992, Atlas Shrugged, A Signet Book.
    • Traduction en français par Henry Daucy, « La Révolte d'Atlas », Genève: éditions Jeheber, Tome 1 : « Les requins » (1958) et Tome 2 : "Les exploités" (1959)
    • Traduction en française en 2009, par Monique di Piero, La Révolte d'Atlas, Les éditions du Travailleur
  • 1962,
    • a. The ‘Conflicts’ of Men's Interests, Objectivist Newsletter, 1.8, August, pp31–32 et p35
    • b. The Monument Builders, Objectivist Newsletter, 1.12, December, p53, pp55–56
      • Repris en 1964, In: Ayn Rand, dir., The Virtue of Selfishness: A New Concept of Egoism, New York: New American Library, pp100-107
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., The Objectivist Newsletter (original pub. 1962–1966), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
  • 1963,
    • a. The Nature of Government, Objectivist Newsletter, 2.12, December, pp45–46, pp49–50
      • Repris en 1964, In: Ayn Rand, dir., The Virtue of Selfishness: A New Concept of Egoism, New York: New American Library, pp125–134
      • Repris en 1967, In: Ayn Rand, dir., Capitalism: The Unknown Ideal. New York: New American Library, pp329–337
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., The Objectivist Newsletter (original pub. 1962–1966), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • b. Man's Rights, Objectivist Newsletter, 2.4, April, pp13–14, p16
      • Repris en 1964, In: Ayn Rand, dir., The Virtue of Selfishness: A New Concept of Egoism, New York: New American Library, pp108–117
      • Repris en 1967, In: Ayn Rand, dir., Capitalism: The Unknown Ideal. New York: New American Library, pp320–328
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., The Objectivist Newsletter (original pub. 1962–1966), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • c. Collectivized ‘Rights’, Objectivist Newsletter, 2.6, June, p21, p23
      • Repris en 1964, In: Ayn Rand, dir., The Virtue of Selfishness: A New Concept of Egoism, New York: New American Library, pp118–124
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., The Objectivist Newsletter (original pub. 1962–1966), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • d. "The goal of my writing", The Objectivist Newsletter, vol 2, Oct.-Nov.
  • 1965,
    • a. What is Capitalism?, Objectivist Newsletter, partie I, 4.11, November, pp51–52, p54
      • Repris en 1966, In: Ayn Rand, dir., Capitalism: The Unknown Ideal, New York: New American Library
      • Repris en 1967, In: Ayn Rand, dir., Capitalism: The Unknown Ideal. New York: New American Library, pp11–34
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., The Objectivist Newsletter (original pub. 1962–1966), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • b. What is Capitalism?, Objectivist Newsletter, partie II, 4.12, December, pp55–56, pp59–61
      • Repris en 1966, In: Ayn Rand, dir., Capitalism: The Unknown Ideal, New York: New American Library
      • Repris en 1967, In: Ayn Rand, dir., Capitalism: The Unknown Ideal. New York: New American Library, pp11–34
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., The Objectivist Newsletter (original pub. 1962–1966), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • c. "The psycho-epistemology of art", The Objectivist Newsletter, vol 4, n°4, April
      • Repris en 1969, In: Ayn Rand, dir., "The Romantic Manifesto", New York: New American Library, pp15–24
    • d. "Art and moral treason", The Objectivist Newsletter, Vol 4, n°3, March
      • Repris en 1969, In: Ayn Rand, dir., "The Romantic Manifesto", New York: New American Library, pp142–152
  • 1966,
    • a. The roots of war, Objectivist, 5.5, June, pp81–87
    • b. "Philosophy and sense of life", The Objectivist, February
      • Repris en 1969, In: Ayn Rand, dir., "The Romantic Manifesto", New York: New American Library, pp25–33
    • c. "Art and sense of life", The Objectivist, March
      • Repris en 1969, In: Ayn Rand, dir., "The Romantic Manifesto", New York: New American Library, pp34–44
  • 1967,
    • a. "Capitalism: The Unknown Ideal", New York: New American Library
    • b. "America’s Persecuted Minority: Big Business", In: Ayn Rand, dir., "Capitalism: The Unknown Ideal", New York: Signet, pp44–62
  • 1968,
    • a. Of Living Death, Partie I, The Objectivist, 7.7, September, p518
      • Repris en 1990, In: Leonard Peikoff, dir., "The Voice of Reason: Essays in Objectivist Thought", New York: Meridian, pp46–63
    • b. Of Living Death, Partie II, The Objectivist, 7.8, October, pp529–534
      • Repris en 1990, In: Leonard Peikoff, dir., "The Voice of Reason: Essays in Objectivist Thought", New York: Meridian, pp46–63
    • c. Of Living Death, Partie III, The Objectivist, 7.9, November, pp545–548
      • Repris en 1990, In: Leonard Peikoff, dir., "The Voice of Reason: Essays in Objectivist Thought", New York: Meridian, pp46–63
    • d. Night of January 16th
      • Nouvelle édition en 1971, New York: Plume
  • 1969,
    • a. The Romantic Manifesto: A Philosophy of Literature
      • Nouvelle édition révisée en 1975, New York: New American Library
    • b. "What is Romanticism?", The Objectivist, vol 8, May-July
  • 1971,
    • a. "The Romantic Manifesto: A Philosophy of Literature", New York: New American Library
      • Nouvelle édition en 1975, A Signet Book
    • b. "The Age of Envy", The Objectivist, Juillet-Août
      • Repris en 1971 In: The New Left: The Anti-Industrial Revolution, 2nd ed., New American Library, New York
    • c. "Philosophy and Sense of Life", In: Ayn Rand, dir., The Romantic Manifesto: A Philosophy of Literature, pp25–33
    • d. The New Left: The Anti-Industrial Revolution, New York: New American Library
    • e. "The Virtue of Selfishness: A New Concept of Egoism", New York: New American Library
    • f. "Causality versus duty"
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., "Philosophy: Who Needs It", New York: New American Library
    • g. “Brief Summary”, The Objectivist, September, Vol 10, n°9, pp1-4
    • h. "Art and cognition", The Objectivist, April–June
      • Repris en 1969, In: Ayn Rand, dir., "The Romantic Manifesto", New York: New American Library, pp45–79
  • 1973,
    • a. The Metaphysical Versus the Man-Made, Partie I, Ayn Rand Letter, 2.12, pp177–180
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., Philosophy: Who Needs It. New York: New American Library, pp23–34
    • b. The Metaphysical Versus the Man-Made, Partie II, Ayn Rand Letter, 2.13, pp181–185
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., Philosophy: Who Needs It. New York: New American Library, pp23–34
    • c. "The missing link", Part II, The Ayn Rand Letter, Vol 2, n°17, May 21
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., "Philosophy: Who Needs It", New York: New American Library, pp35–45
  • 1974,
    • a. Moral Inflation, Partie I, Ayn Rand Letter, 3.12, pp301–304
      • Repris en 1979, In: Ayn Rand, dir., "The Ayn Rand Letter (original pub. 1971–1976)", Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • b. Moral Inflation, Partie II, Ayn Rand Letter, 3.13, pp305–308
      • Repris en 1979, In: Ayn Rand, dir., "The Ayn Rand Letter (original pub. 1971–1976)", Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • c. Moral Inflation, Partie III, Ayn Rand Letter, 3.14, pp309–314
      • Repris en 1979, In: Ayn Rand, dir., "The Ayn Rand Letter (original pub. 1971–1976)", Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • d. Philosophy: Who needs it
      • Repris en 1982, In: Ayn Rand, dir., "Philosophy: Who Needs It", New York: New American Library, pp35–45
  • 1979, The Ayn Rand Letter (original pub. 1971–1976), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
  • 1981, The Age of Mediocrity, Objectivist Forum, Vol 2, n°3, June, pp1-11
    • Repris en 1993, In: Harry Binswanger, dir., "The Objectivist Forum (original pub. 1980–1987)", New York: TOF Publications, 2.3, pp1–11
  • 1982,
    • a. dir., Philosophy: Who Needs It. New York: New American Library et New York: Bobbs-Merrill
    • b. Faith and Force: Destroyers of the Modern World, In: Ayn Rand, dir., Philosophy: Who Needs It. New York: New American Library, pp70–92
    • c. Causality Versus Duty, In: Ayn Rand, dir., Philosophy: Who Needs It. New York: New American Library, pp95–101
    • d. Selfishness Without a Self, In: Ayn Rand, dir., Philosophy: Who Needs It. New York: New American Library, pp46–51
    • e. dir., The Objectivist Newsletter (original pub. 1962–1966), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
    • f. dir., The Objectivist (original pub. 1966–1971), Palo Alto, CA: Palo Alto Book Service
  • 1983, "Objectivism in Brief", 2 audio interviews. The Raymond Newman Journal. Oceanside, California: Second Renaissance Books
  • 1989, The Voice of Reason: Essays in Objectivist Thought. New York: New American Library
  • 1990, On a Woman President, In: Leonard Peikoff, dir., "The Voice of Reason: Essays in Objectivist Thought", New York: Meridian, pp267–270
  • 1995, Anthem, A Signet Book
  • 1998, Return of the Primitive - The Anti-Industrial Revolution, A Meridian Book
  • 1999,
    • a. "The Money-Making Personality", In: Richard E. Ralston, dir., "Why Businessmen Need Philosophy", Ayn Rand Institute Press
    • b. "An Answer for Businessmen", In: Richard E. Ralston, dir., "Why Businessmen Need Philosophy", Ayn Rand Institute Press

Littérature secondaire

Voir les écrits qui ont été effectués en référence à Ayn Rand : Ayn Rand (Littérature secondaire)

Voir aussi

Liens externes

B0.jpg Discussions sur le forum
"Objectivisme et bolchevisme, nazisme et Satan, la Princesse des Ténèbres"
"Que Lire D'Ayn Rand"
"Nous les vivants, We the living"
"Howard Roark"
"La Traduction D'Atlas Shrugged"

Archives Audio

Notes et références

  1. Il existe plusieurs hypothèses sur l'origine du surnom qu'elle a adopté. Il ne s'agirait pas de la marque de machine à écrire Remington-Rand, mais d'une contraction de son nom en cyrillique. Quant au prénom "Ayn", Rand le disait d'origine finnoise, mais certains biographes le rattachent à l'hébreu עין (ayin, œil)
  2. Anthem, an appreciation, Stephen Cox
  3. (en)The Fountainhead sur le site du Cato Institute
  4. (en)Le classement sur le site du New-York Times
  5. "Atlas felt a sense of déjà vu", The Economist, 26 février 2009, [lire en ligne]
  6. La relation amicale entre Branden et Ayn Rand devient amoureuse au fil des années, au vu et su de leurs conjoints respectifs. Leur histoire prend fin en 1968, après des séparations temporaires. Elle rompt définitivement avec Branden et sa femme, ne se réconciliant jamais avec cette dernière. Barbara Branden dans sa biographie célèbre, The Passion of Ayn Rand, sera d'ailleurs très critique sur la relation de la philosophe avec son époux.
  7. I’ve read nothing by a Libertarian...that wasn’t my ideas badly mishandled—i.e., had the teeth pulled out of them—with no credit given. ("Ayn Rand's Q&A on Libertarians.". Retrieved on 2006-03-22 at the Ayn Rand Institute. stated in 1980)
  8. Alain Laurent, Ayn Rand ou la passion de l'égoïsme rationnel, Les Belles Lettres, 2011
  9. Los Angeles Times, 17 juin 1962.
  10. Idée formulée très clairement par John Galt dans Atlas Shrugged : "un homme qui meurt en luttant pour sa liberté ne fait aucun sacrifice ; c'est juste qu'il n'est pas disposé à vivre en esclave".
  11. Objectivist Ethics et American Free Entreprise, 1959.
  12. Ayn Rand Lexicon: Humor
  13. L'auteur l'adapta en scénario pour le cinéma : Le Rebelle, réalisé par King Vidor
  14. Papier présenté par Ayn Rand au colloque de l'Université du Wisconsin sur «L'éthique dans notre temps », à Madison, dans le Wisconsin, le 9 Février 1961

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

Kurt.jpg Accédez d'un seul coup d’œil à toute la série des articles de Wikibéral concernant les célébrités libérales, libertariennes et assimilées.

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.