Michel Chevalier

De Wikiberal
Michel Chevalier
Économiste

Dates 1806 - 1879
Michel Chevalier.jpg
Tendance libéral classique
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Michel Chevalier

Michel Chevalier (Limoges, 13 janvier 1806- Lodève, 28 novembre 1879) est un économiste français qui est passé du saint-simonisme au libéralisme.

Biographie

Ingénieur de formation, il est d'abord tenté par le saint-simonisme (et emprisonné pour cette raison en 1832 avec le socialiste Prosper Enfantin). Il est grâcié quelques mois après par Louis-Philippe. Il poursuit une carrière de haut-fonctionnaire et devient conseiller d'État en 1838.

Chevalier opte progressivement pour le libéralisme. C'est ainsi qu'il contribue à la fondation du Journal des Économistes, qui deviendra très vite la tribune des défenseurs du libre-échange et de la liberté économique en général.

À partir de 1841, il enseigne l'économie politique au Collège de France et diffuse les théories libérales sur l'échange, la monnaie, etc. Il s'intéresse aussi à la question des droits intellectuels et, contrairement à Gustave de Molinari, s'oppose au principe de la propriété intellectuelle. Comme les idées socialistes gagnent de l'influence avec la révolution de 1848, Chevalier rédige des Lettres sur l'organisation du travail, dans lesquelles il polémique avec le penseur socialiste Louis Blanc. A la suite de cette controverse, il se voit retirer sa chaire d'économie politique. Déjà en 1846, ses principes libéraux et antiprotectionnistes lui avaient fait manquer sa réélection comme député de l'Aveyron.

Après le coup d'État du 2 décembre 1851, il participe de près aux décisions économiques de Napoléon III. C'est d'ailleurs en sa qualité de conseiller de ce dernier qu'avec Richard Cobden, il obtient la conclusion d'un traité de libre-échange entre la France et la Grande-Bretagne en 1860. A cette même date, il devient sénateur et se distinguera dix ans plus tard par son opposition à l'entrée en guerre de la France contre la Prusse.

Après la chute du Second Empire, il se retire des activités publiques et meurt en 1879, peu de temps après avoir quitté sa charge de professeur au Collège de France, où son gendre Paul Leroy-Beaulieu lui succède.

Publications

  • 1853, Monnaie, In: Gilbert Guillaumin et Charles Coquelin, dir., Dictionnaire de l’Économie Politique, Paris: Guillaumin, Vol. 2

Littérature secondaire

  • 1975, J. Walch, "Michel Chevalier économiste saint-simonien, 1806-1879", Paris, Vrin
  • 2009, B. Boureille, "Michel Chevalier et les notions de réseaux", In: A. Bloton-Rouget, N. Commerçon et M. Vanier, dir., Réseaux en question : utopies, pratiques et prospectives, Ed. Mâconnais Val de Saône, Mâcon, CNRS, pp201-208

Voir aussi

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.