Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Ambrose Bierce

De Wikiberal

Ambrose Gwinnett Bierce est né aux États-Unis, le 24 juin 1842 à Horse Cave Creek dans l'Ohio. Il serait mort approximativement en 1913 (le 26 décembre ?) dans la ville de Chihuahua au Mexique. C'était un écrivain et journaliste américain qui utilisait parfois le pseudonyme de "Dod Grile". Sa devise était : Rien n'a d'importance. Il a écrit des essais, des poèmes et des histoires courtes dont la plus célèbre est Ce qui se passa sur le pont de Owl Creek. Auteur prolifique, ses œuvres forment un total de 12 volumes, dont Le Dictionnaire du Diable, avec une compilation de centaines de définitions acerbes. Il disparut au Mexique en 1913. Son sort est inconnu mais il fait toujours spéculer les romanciers et les cinéastes[1].

Ambrose Bierce possédait un vocabulaire riche et varié, qu'il déployait à la manière de Henry Louis Mencken avec une gorgée d'amertume en plus. H. L. Mencken disait de lui : « Il n'y avait rien du lait de la tendresse humaine dans le vieil Ambrose ». Sa vision sardonique de la nature humaine lui valut le surnom de Bitter Bierce[2] (L'amer Bierce ou le mordant Bierce). En dépit de sa réputation en tant que critique virulent, Ambrose Bierce était connu pour encourager les jeunes écrivains, dont le poète et écrivain George Sterling et l'auteur de fiction W. C. Morrow.

Son style débute souvent par un événement abrupt, suivi d'une imagerie sombre, de vagues références au temps, avec souvent des événements sur le thème de la Guerre de Sécession. Son habitude était de disséquer les illusions, les vanités des croyances, les pitreries des comportements humains et de les exposer au ridicule.

Ses mots étaient des lames de rasoir, avec un style aiguisé toujours parfaitement utilisé pour mieux lacérer les esprits de ses ennemis, principalement socialistes. En témoigne son traité écrit en 1910, Les socialistes, ce qu'ils sont, et pourquoi. Les personnes riches et la vie luxueuse provoquent l'envie chez un grand nombre de personnes qui n'ont pas accès à la richesse. La force motrice du socialisme, précise Ambrose Bierce, se nourrit de l'envie, qui se transforme en vengeance et de là, à la révolution ; la transition est naturelle et facile. Cyniquement, il salue le travail des hommes d’État[3] pour éviter la multiplication des millionnaires en fixant une limite légale aux fortunes privées. En tant que rédacteur en chef et écrivain, il s'est attiré beaucoup de mécontents par le piquant de sa plume. Quand il marchait dans les rues de San Francisco, il portait toujours un pistolet, par crainte d'être agressé.

Ses citations sont toujours recherchées pour leur humour caustique. Ronald Coase, prix Nobel d'économie, dans l'article sur les phares[4], utilise la définition d'Ambrose Bierce : « un haut bâtiment sur le bord de la mer, dans lequel le gouvernement entretient une lampe et l’ami d’un politicien ».

Publications

  • 1891, "Tales of Soldiers and Civilians" (Histoires courtes de soldats et de civils), E. L. G. Steele: San Francisco
    • Nouvelle édition en 1898 avec d'autres histoires, "In the Midst of Life", G.P. Putnam's Sons
  • 1893, "Can Such Things Be?" (De telles choses sont-elles possibles?)
  • 1899, "Fantastic Fables" (Fables fantastiques)
  • 1911,
    • a. The Devil's Dictionary (Le Dictionnaire du Diable) publié pour la première fois sous le titre "The Cynic's Word Book" en 1906
    • b. "The Socialist—What He Is, and Why", In: "The Collected Works of Ambrose Bierce", Vol. IX, Tangential Views, New York and Washington: Neale Publishing Company
  • 1920, "A Horseman in the Sky, A Watcher by the Dead, The Man and the Snake" ("Un cavalier dans le ciel, un observateur par la mort, l'homme et le serpent", The Book Club of California,

Littérature secondaire

Citations

  • Alliance : en politique internationale, l'union de deux voleurs qui ont leur main si profondément plongée dans la poche l'un de l'autre qu'ils ne peuvent pas en déposséder séparément un troisième.
  • Assisté : individu qui compte sur la générosité publique pour un soutien que vous-même n'êtes pas en position de pouvoir obtenir.
  • Le conservateur est un homme d’État qui est épris des maux existants, ce qui le distingue du progressiste qui souhaite remplacer ces maux par d'autres.
  • Égoïste : personne de mauvais goût, qui s'intéresse davantage à elle-même qu'à moi.
  • Politique : lutte d'intérêts déguisée en débat de grands principes ; conduite d'affaires publiques pour un avantage privé.
  • Justice : un produit plus ou moins frelaté que l'État vend au citoyen pour le récompenser de son obéissance, de ses impôts et des actions civiles qu'il exerce.
  • Présidence : le cochon le plus gras du champ de la politique américaine.
  • Ministre : personne qui agit avec un grand pouvoir et une faible responsabilité.
  • Frontière : en géographie politique, ligne imaginaire entre deux nations, séparant les droits imaginaires de l'une des droits imaginaires de l'autre.
  • Bonheur : un sentiment agréable qui survient quand on considère la misère des autres.
  • Philosophie : un itinéraire constitué de nombreuses routes, qui mènent de nulle part à rien du tout.
  • Religion : une fille de l'Espoir et de la Crainte, qui explique à l'Ignorance la nature de l'Inconnaissable.
  • Piller : arracher les biens de A au profit de B, en laissant C se lamenter sur l'occasion perdue.
  • Riche : qui gère avec talent et dans l'estime générale les biens de l'indolent, de l'incompétent, du dépensier, du grincheux et du malchanceux.
  • Taxe [douanière] : imposition sur l'importation, conçue pour protéger le producteur local de l'avidité du consommateur.
  • Responsabilité : fardeau portatif aisément transférable sur les épaules de Dieu, du Destin, de la Fortune, de la Chance ou du voisin. Quand l'astrologie était florissante, il était de bon ton d'en charger une étoile.

Notes et références

  1. Carlos Fuentes dans "Le Vieux Gringo" et dans les films de vampires ("From Dusk Till Dawn 3")
  2. Jeu de mot entre Bierce et beer (bière).
  3. "Concession lâche", "poussés par l'envie", "naufrageurs des empires", "assassins de la civilisation".
  4. The Lighthouse in Economics, 1974, Journal of Law and Economics, Vol 17, n°2, pp357-376
    • Repris en 1988, In: Ronald H. Coase, The Firm, the Market, and the Law, University of Chicago Press, pp187-213
    • Repris en 1988, In: Tyler Cowen, dir., The Theory of Market Failure, Fairfax, VA, George Mason University Press, pp255-277

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.