Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



André Morellet

De Wikiberal
André Morellet
Écrivain et économiste

Dates 1727-1819
André Morellet.jpg
Tendance Lumières
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur André Morellet

André Morellet, né à Lyon, le 7 mars 1727 et mort à Paris le 12 janvier 1819, est un homme d’église, écrivain, économiste et encyclopédiste français, l’une des dernières figures des Lumières françaises.

Biographie

Il fut à la Sorbonne le condisciple de Loménie de Brienne et de Turgot. Il fréquenta les salons de Mmes du Deffant et Necker. Mme Geoffrin lui légua une rente viagère de 1275 francs ; il fut l'ami de Voltaire, Lamoignon de Malesherbes, d'Alembert, Diderot, Marmontel, Turgot, Franklin, d'Holbach, J.-J. Rousseau, et fut pensionné par Mme Geoffrin et par Louis XVI. Lors de la réception de Lefranc de Pompignan, Morellet l'attaqua vivement par des épigrammes ainsi que les autres adversaires des philosophes ; Voltaire lui donna alors le surnom de l'abbé Mords-les. Sa réponse à la comédie des Philosophes de Palissot, contenant des allusions un peu violentes contre la princesse de Robecq, protectrice de cet auteur, lui valut deux mois de Bastille. C'est dans son salon que prit naissance la querelle des piccinistes et des glückistes.

Morellet remplaça l'abbé Millot à l'Académie le 28 avril 1785 et fut reçu par le marquis de Chastellux le 16 juin 1785. Il collabora au Dictionnaire et fut le dernier directeur de l'ancienne Académie, dont il prit, avec un grand courage, la défense dans les temps troublés de la Révolution ; il répondit au pamphlet de Chamfort, sauva la galerie de portraits et les archives de l'Académie, dont en 1805, il enrichit la bibliothèque de l'Institut. Dans les derniers mois d'existence de l'Académie, en l'absence de Marmontel, il prit les fonctions de secrétaire perpétuel par intérim ; il présida la dernière séance de la Compagnie, le 5 août 1793, assista à l'apposition des scellés le 12 août, et ne consentit à livrer la copie du Dictionnaire que sur réquisition.

La Révolution priva Morellet de tous ses bénéfices, et, de trente mille livres de rente, il fut réduit à mille deux cents ; il se remit au travail, étant plus que septuagénaire, et fit des traductions de l'anglais pour augmenter ses ressources. À la création de l'Institut, il revendiqua, au nom des anciens académiciens vivants, la propriété du Dictionnaire. En 1800, il prit une part très active aux différentes réunions qui avaient pour but la reconstitution de l'Académie ; et lors de l'organisation de 1803, il reprit possession de son fauteuil ; il prononça l'éloge des anciens académiciens, et reçut P.-M. Lacretelle aîné. Il fut de ceux qui résistèrent au courant adulateur napoléonien ; il fut député au Corps législatif de 1806 à 1815. Maintenu à la réorganisation de 1816, il mourut doyen de l'Académie. Il avait appartenu à l'Académie de Lyon et a laissé des Mémoires, une traduction du Directorium inquisitorium (1762) et du Traité des Délits et des Peines de Beccaria (1776).

Lien externe

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.