Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



François Bourricaud

De Wikiberal

François Bourricaud, né en 1922, décédé le 8 novembre 1991, était un sociologue et ethnologue français. Il fut professeur à Bordeaux puis à l'université René Descartes (Paris V) et à la Sorbonne.

Un libéral tocquevillien

François Bourricaud se définissait comme un libéral tocquevillien, c'est à dire comme ceux "qui s'intéressent non pas à la Liberté avec un grand L, mais aux conditions institutionnelles de leur liberté comme membres de la société politique ”. Scientifiquement et idéologiquement, il était très critique à l'encontre des travaux de Pierre Bourdieu.

Dans sa thèse de doctorat en 1961, sur l'"Esquisse d’une théorie de l’autorité", sous le regard théorique de Max Weber et de Theodor Adorno, il s’interroge sur les fondements du pouvoir et sur les méthodes de gouvernance débouchant sur une théorie de l’autorité “rationnelle-légale”.

Une conception polyarchique de la société

La polyarchie, analyse François Bourricaud dès son premier ouvrage en 1961 puis plus précisément dans un article conçu sur ce thème en 1970, est un régime politique qui se caractérise par une pluralité de centres de décisions relativement autonomes quelquefois dominants, quelquefois dominés. Des associés-rivaux sont contraints de concevoir des compromis, sans cesse remis en question.

Une approche évolutionniste du développement

En 1952, il s'est installé durant une année dans la petite ville de Puno au Pérou sur les bords du lac Titicaca pour y étudier la vie des habitants locaux. Ses études sur le changement des phénomènes sociaux furent en rupture avec les thèses marxistes dominantes d'alors expliquant faussement le sous-développement comme, par exemple, la théorie de la dépendance. Avec Raymond Boudon, il était plutôt d'accord pour analyser le développement sous l'angle de l'évolution des institutions, ce qui l'amena à réhabiliter Herbert Spencer.

L'interprétation de l'oeuvre de Talcott Parsons

Il a fait connaître dans le monde entier les analyses de Talcott Parsons. Il affirme que les “faits sociaux” doivent être traités en termes d’action”. La compréhension des phénomènes sociaux ne peut s'établir que du point de vue de l’acteur. L’individualisme institutionnel met donc l’accent sur la dimension intentionnelle et stratégique des comportements des individus en interaction. Il réfute donc un sociologisme holiste.

Comme le fait Talcott Parsons, François Bourricaud emprunte à Sigmund Freud, la notion de cathectique, c'est à dire la motivation qui cherche "à établir une relation avec un objet (physique, social et culturel) qui, désiré par moi (cathected), affecte immédiatement mon équilibre affectif.[1]

Il a aussi élaboré le concept de l'acteur rationnel en collaboration avec Raymond Boudon et il a renforcé la diffusion au sein des universitaires de l'application scientifique de l'individualisme méthodologique et institutionnel.

Notes et références

  1. François Bourricaud, 1977, L'individualisme institutionnel. Essai sur la sociologie de Talcott Parsons, Paris, PUF, p69

Publications

  • 1955,
    • a. Introduction et traduction du livre de Talcott Parsons, Eléments de sociologie de l'action, Paris: Plon
    • b. Sur le régime constitutionnel du Pérou, Revue française de science politique, Vol 5, n°1, pp92-109
  • 1961, Esquisse pour une théorie de l'autorité, Paris: Plon
  • 1962, Changements à Puno. Etude de sociologie andine, Paris, Travaux et mémoires de l'Institut des Hautes-Etudes de l'Amérique Latine, IX
  • 1966, Pouvoir et société au Pérou, Paris: Armand Colin
    • Traduit en espagnol en 1967, Poder y Sociedad en El Perú Contemporaneo, Buenos Aires
  • 1977, L'individualisme institutionnel essai sur la sociologie de Talcott Parsons, PUF, "Sociologies"
    • Traduction en anglais en 1981, "The Sociology of Talcott Parsons", Chicago and London: University of Chicago Press
  • 1981, Le bricolage Idéologique,
  • 1982, avec Raymond Boudon, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, 651 p.;
    • 2e édition revue et augmentée en 1986, 715 p;
    • Traduction en anglais en 1990, A Critical Dictionary of Sociology, Chicago: University of Chicago Press
    • 6e édition en 2000, Quadrige
    • Nouvelle édition en 2004, PUF, "Quadrige dicos poche"
  • 1986, Le retour de la droite, Paris, Calmann-Lévy
  • 1987, L'intervention psychosociologique, PUF, "Sociologies"
  • 1989,
    • a. avec Pascal Salin, dir., Présence de Jacques Rueff, Paris, Plon
    • b. « Le libéralisme de Jacques Rueff », In: François Bourricaud et Pascal Salin, dir., Présence de Jacques Rueff, Paris, Plon
  • 1991, « La rhétorique réactionnaire selon Hirschman », Commentaire, 14 (55), Automne, pp589-591

Littérature secondaire

  • 1962, Henri Mendras, commentaire du livre de François Bourricaud, Esquisse d'une théorie de l'autorité. Revue française de sociologie, Vol 3, n°3-2, pp207-208
  • 1963, Gilles Cazabon, commentaire du livre de François Bourricaud, Esquisse d'une théorie de l'autorité, Dialogue : Revue canadienne de Philosophie, Vol 2, n°3, pp364-365
  • 1964, Raymond Boudon, commentaire du livre de Roger Daval, François Bourricaud, Yves Delamotte et Roland Doron, Traité de psychologie sociale. Tome I : Sciences humaines et psychologie sociale. Les méthodes, Revue française de sociologie, Vol 5, n°5-1, pp76-77
  • 1965, Raymond Boudon, commentaire du livre de Roger Daval, François Bourricaud, Yves Delamotte et Roland Doron, Traité de psychologie sociale. Tome II : Recherches en psychosociologie appliquée, Revue française de sociologie, Vol 6, n°6-3, pp386-387
  • 1968, François Chevalier, commentaire du livre de François Bourricaud, Pouvoir et société dans le Pérou contemporain, Revue française de science politique, Vol 18, n°5, pp1024-1030
  • 1970, Frédéric Engel, commentaire du livre de François Bourricaud, Pouvoir et société dans le Pérou contemporain, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol 25, n°3, pp804-805
  • 1978, François Chazel, commentaire du livre de François Bourricaud, L'individualisme institutionnel. Essai sur la sociologie de Talcott Parsons, Revue française de sociologie, vol 19, n°2, pp277-281
  • 1979, Harry M. Johnson, commentaire du livre de] François Bourricaud, L'individualisme institutionnel. Essai sur la sociologie de Talcott Parsons, The American Journal of Sociology, Vol 84, n°4, Jan., pp1000-1004
  • 1987, Jean-Pierre Rioux, commentaire du livre de François Bourricaud, Le retour de la droite, Vingtième Siècle. Revue d'histoire, Vol 13, n°1, p149
  • 1992,
    • Pierre Birnbaum, "In memoriam François Bourricaud”, Revue française de sociologie, 33 (3), pp417-419
    • A. Girard, “L’individualisme de François Bourricaud (1922-1991)”, L’Année sociologique, 42, pp7-17
    • Guy Hermet, "François Bourricaud : l'intelligence de l'ironie", Revue française de science politique, Vol 42, n°2, pp298-299
    • R. Kamrane, “François Bourricaud (1922-1991)”, In: A. Jacob, dir., Encyclopédie philosophique universelle, Paris, puf, vol. 3, t. 2
  • 2005, Jean-Pierre Lavaud et Annie Devinant, "François Bourricaud", In: M. Borlandi, Raymond Boudon, M. Cherkaoui et B. Valade, , dir., Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, coll. “ Quadrige/Dicos poche ”