Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Robert Peel

De Wikiberal
Robert Peel
Homme politique

Dates 1788-1850
Tendance
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Robert Peel
Histoire du Royaume-Uni

Sir Robert Peel, né à Bury (Lancashire) le 5 février 1788 et mort à Londres le 2 juillet 1850, a été premier ministre du Royaume-Uni à deux reprises. S’il a contribué à la formation du parti conservateur, il a fini par adopter des positions de plus en plus proches de celles des libéraux.

Biographie

Fils d’un riche industriel du textile, après des études à Oxford, il commence à 21 ans une carrière classique de député à l’élection assurée, dans un « bourg pourri » (rotten borough), par le soutien du futur duc de Wellington. Il se fait tout de suite remarquer par son talent oratoire. Étoile montante du parti tory, il évolue dans son attitude vis à vis du problème irlandais, se montrant d’abord hostile puis favorable à l’émancipation des catholiques. Comme ministre de l’Intérieur (1822-1827 ; 1828-1830), il contribue à réformer le code pénal britannique et à réorganiser la police londonienne dont les membres seront ensuite appelés bobbies par référence à son prénom.

Le refus de Wellington fait de lui le premier ministre en 1834 mais la victoire des Whigs aux élections de 1835 le renvoie dans l’opposition. Il est alors le chef du parti conservateur. Le Manifeste qu’il publie à cette occasion est considéré comme le point de départ de la transformation des tories en conservateurs.

Redevenu premier ministre par suite de la victoire électorale de 1841 sous le règne de Victoria, il fait adopter des mesures sociales dont la limitation du temps de travail des femmes et des enfants dans les usines (1844). D’abord protectionniste, il subit l’influence de Richard Cobden et abolit les Corn Laws (1846) : cette attitude en faveur du libre-échangisme provoque la scission du parti conservateur. Ses partisans, dont William Gladstone, appelés les Peelites finiront, après sa mort accidentelle, par rejoindre les rangs des libéraux.

Liens externes

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.