Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Théorie des marchés contestables

De Wikiberal


La théorie du marché contestable montre que la concentration économique, c'est à dire le nombre d'entreprises sur le marché, ne nous informe pas beaucoup sur la structure de l'industrie. Cette théorie se focalise donc sur les conditions d'entrée et de sortie dans un secteur d'activité.

William Baumol, John Panzar, Robert Willig (1982) furent les premiers à proposer de substituer au modèle « structure, comportement et rendement » une autre optique, celle des marchés contestable (disputables). Ils ont mis en valeur l'existence des entreprises multi-produits. Les études du coût des entreprises multi-produits reposent largement sur le concept des économies de gamme. Ainsi, une entreprise réalise des économies de gamme quand elle obtient une structure de coûts moins élevée en produisant elle-même plusieurs produits plutôt que de les faire fabriquer dans des établissements séparés. Soit, pour deux produits fabriqués :

C ( A, B ) < C ( 0, B ) + C ( A, 0 ) où C ( . ) et la fonction du coût et A et B sont les niveaux de production de deux produits séparés.

Les auteurs ont remarqué que lorsqu'il y a la possibilité d'obtenir des économies de gamme, alors une structure industrielle se constitue sur le marché avec un petit nombre d'entreprises qui réalisent des profits économiques (au-dessus du minima de la situation de concurrence pure et parfaite). Pour entrer sur ce marché spécialisé, les entreprises doivent bénéficier d'une structure de coûts qui leur permettent de bénéficier des économies de gamme.

Dans la logique de la théorie classique SCR : Structure - Comportement - Rendement, la théorie des marchés contestable rompt le lien qui va de la structure (exprimée en parts de marché ou en ratios de concentration) au comportement puis au rendement de l'industrie. Elle attache beaucoup plus d'importance aux obstacles s'opposant à l'entrée des entreprises dans une industrie. elle s'interroge s'il existe ou non des barrières à l'entrée et à la sortie. Qu'un marché particulier soit servi par 3 entreprises ou par 3 000 entreprises est sans conséquence sur l'efficience ou la compétitivité de ce marché. Ce qui compte, c'est la possibilité ou non pour des concurrents en puissance d'entrer sur le marché et d'en sortir, sans coût.

Bibliographie

  • 1982, William J. Baumol, Contestable Markets: An Uprising in the Theory of Industry Structure, American Economic Review 72: 1–15
  • 1983, W. A. Brock, Contestable Markets and the Theory of Industry Structure: A Review Article, Journal of Political Economy, 91, pp1055–1066
  • 1983, M. Spence, Contestable Markets and the Theory of Industry Structure: A Review Article, Journal of Economic Literature, 21, pp981–990
  • 1986, David Allen, J. N. Crook, Duncan Reekie, "Technical Change, Economies of Scope and Contestable Markets", South African Journal of Economics, vol 54, n°2, pp113-119
  • 1988, William J. Baumol, J. C. Panzar et R. D. Willig, dir., Contestable Markets and the Theory of Industry Structure. San Diego, Calif.: Harcourt Brace Jovanovich/Academic Press
  • 1991, P. A. Geroski, J. Schwalbach, "Entry and Market Contestability: An International Comparison", Basil Blackwell: Oxford