Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Liberté économique

De Wikiberal

La liberté économique est la liberté de produire, échanger et consommer n'importe quel bien acquis sans l'usage d'une contrainte d'aucune sorte. Elle s'incarne dans la Rule of Law, les droits de propriété et la liberté contractuelle. Elle se manifeste dans une ouverture des marchés, la protection des droits de propriété et la reconnaissance de l'initiative individuelle. Elle est donc indissociable d'une économie de marché.

De nombreux classements mesurent cette liberté économique à travers le monde, en particulier l'Index of Economic Freedom de la Heritage Foundation et du Wall Street Journal. Ils ont établi les effets bénéfiques de la liberté économique sur la croissance économique et sur la réduction de la pauvreté[1],[2]. D'autres auteurs comme Milton Friedman dans Capitalisme et liberté ont montré que la liberté économique était indissociable de toute liberté, comme l'avait montré les expériences communistes.

Economic-liberty.jpg

Sommaire

Citations

  • « On dit souvent qu'il n'y a point de liberté politique sans liberté économique. C'est vrai, mais dans un sens opposé à celui où les partisans du planisme veulent l'entendre. La liberté économique ne peut figurer comme condition préalable de toutes les autres libertés si elle doit signifier la libération de tout souci économique, promise par les socialistes, puisqu'on ne pourrait l'atteindre qu'en privant l'individu de la nécessité et de la capacité du choix. Elle ne pourrait remplir ce rôle qu'en étant une liberté économique personnelle nous conservant le droit de choisir, ce qui entrainerait inévitablement les risques et les responsabilités corollaires de tout droit » (Friedrich Hayek, La Route de la servitude[3])
  • « La liberté humaine et politique n'a jamais existé et ne peut pas exister sans une large dose de liberté économique. » (Milton Friedman, Free to Choose, "The Power of Market")
  • « Il est évident que l'âge du libre capitalisme touche à sa fin et qu'un pays après l'autre est en train d'adopter une économie centralisée que l'on peut appeler socialisme ou capitalisme d'État, comme on veut. Dans ce système, la liberté économique de l'individu et dans une large mesure sa liberté tout court - liberté d'agir, de choisir son travail, de circuler - disparaissent. ce n'est que tout récemment que l'on a commencé à entrevoir les implications de ce phénomène. Précédemment on n'avait jamais imaginé que la disparition de la liberté économique pourrait affecter la liberté intellectuelle. On pensait d'ordinaire que le socialisme était une sorte de libéralisme augmenté d'une morale. L'État allait prendre votre vie économique en charge et vous libérerait de la crainte de la pauvreté, du chômage, etc, mais il n'aurait nul besoin de s'immiscer dans votre vie intellectuelle privée. Maintenant la preuve a été faite que ces vues étaient fausses. » (George Orwell, Literature and Totalitarianism, 1941[4])

Notes et références

  1. Adam Jolly. OECD Economies and the World Today: Trends, Prospects and OECD Statistics. (2003). Kogan Page Business Books. ISBN 0749437812 p.87
  2. Economic Freedom of the World Papers
  3. Friedrich Hayek, La Route de la servitude, 1944, p.76 de l'édition Quadrige
  4. George Orwell, Literature and Totalitarianism, 1941, [lire en ligne]

Voir aussi

Bibliographie

Liens internes

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
Outils personnels