Pour contribuer à Wikibéral, la page Ouvrir un compte est à votre disposition.


Marginalisme

De Wikiberal

En économie, le marginalisme est la théorie d'après laquelle la valeur économique résulte de « l'utilité marginale ». Cette théorie s'est développé autour de 1870 et a été considérée comme la « révolution néo-classique » ou « révolution marginale ».

Sommaire

Historique

La révolution marginale est souvent perçue comme l'un des meilleurs exemples de « découverte multiple » dans l'histoire de la science économique. En effet, simultanément mais indépendamment, trois penseurs européens — William Stanley Jevons, Carl Menger et Léon Walras — vont développer le concept d'utilité marginale. D'où trois écoles d'économie issues du marginalisme :

Les deux premières écoles vont fonder l'école néo-classique. L'école autrichienne, bien que se basant sur le marginalisme également n'en a pas la même application. Cette dernière accentue davantage sur le subjectivisme que les deux premières. Dans la rationalité des choix, deux individus, dans un même environnement et à ressources équivalentes, n’effectuent pas les mêmes choix. Le choix marginal appartient à chaque individu et à lui seul. Pour l'approche néo-classique, chaque agent est un maximisateur et les choix sont homogènes d'un individu à un autre. Donc les choix marginaux sont homogènes également quel que soit l'individu. L'économiste autrichien considère que les choix de chaque être humain lui sont propres. Chacun d'entre nous subit l’incertitude lors de nos choix. Et, chaque choix marginal est une action. Nous sommes donc susceptibles de nous tromper pour chaque cas même si cela semble être des actes semblables et reproductibles du point de vue extérieur. Cependant, nous sommes rationnels car nous adaptons nos actions à nos objectifs. L'école néo-classique intègre la rationalité avant que les acteurs économiques ne choisissent, c'est pourquoi tout le monde a la même rationalité donc que les choix marginaux sont identiques. Le marginalisme n'a donc pas la même application pour les deux écoles.

Le développement du marginalisme a engendré un changement de paradigme. En effet, alors qu'Adam Smith, David Ricardo et les classiques définissent la valeur relative d'un bien comme la quantité de travail nécessaire pour le produire (valeur-travail), les marginalistes analysent cette notion via l'utilité marginale. Ainsi, on passe de l'économie classique à l'économie néoclassique ou à l'économie autrichienne.

Valeur marginale et utilité marginale

Le marginalisme met en évidence la valeur de la dernière unité détenue, dite valeur marginale. Au fur et à mesure que le niveau de détention ou de consommation d'un bien s'élève, les suppléments de satisfaction que l'individu retire d'une augmentation d'une unité de détention ou de consommation sont de plus en plus faibles. L'exemple canonique est celui de l'eau. « Comme il y a beaucoup d'eau, le dernier verre se vend très bon marché. Même si les premières gouttes valent autant que la vie elle-même, les quelques dernières gouttes ne servent qu'à arroser la pelouse ou laver la voiture. Nous constatons alors qu'une marchandise de très grande valeur telle que l'eau se vend pour presque rien parce que la dernière goutte ne vaut presque rien », écrit l'économiste Paul Samuelson.

La valeur économique d'un bien ou d'un service résulte donc de son « utilité marginale », utilité qu'un agent économique tire de la consommation d'une quantité supplémentaire de ce bien ou ce service (consommation "à la marge"). L'utilité marginale décroît avec la quantité de biens déjà consommée.

Quantification mathématique de l'utilité marginale

Si l'on suppose que l'utilité peut être quantifiée, le passage d'un état <math>S_1</math> à un état <math>S_2</math> donne un changement dans l'utilité qui est :

<math>\Delta U=U(S_2)-U(S_1)\,</math>.

Si de plus <math>S_1</math> et <math>S_2</math> sont caractérisés par une variable <math>g\,</math> elle-même quantifiable (par exemple une quantité de bien ou service), alors on peut parler du ratio de l'utilité marginale fonction de <math>g\,</math> par rapport à la variation de <math>g\,</math> :

<math>\left.\frac{\Delta U}{\Delta g}\right|_{c.p.}</math>

(c.p., ceteris paribus, indique que <math>g\,</math> est la seule variable indépendante qui change).

L'économie néoclassique part de l'idée que la limite

<math>\lim_{\Delta g\to 0}{\left.\frac{\Delta U}{\Delta g}\right|_{c.p.}}</math>

est définie, ce qui permet de définir l'utilité marginale comme la dérivée partielle

<math>\frac{\partial U}{\partial g}\approx\left.\frac{\Delta U}{\Delta g}\right|_{c.p.}</math>.

De cette façon, le principe de l'utilité marginale décroissante correspond à l'inégalité suivante :

<math>\frac{\partial^2 U}{\partial g^2}<0</math>.

L'augmentation de la variable <math>g\,</math> conduira donc à une augmentation moindre de l'utilité, qui finira par atteindre un maximum, puis diminuera.

Sources

  • 1929, F. von Kleinwachter, Die Lehre vom Grenznutzen and das sogenannte Zurechnungsproblem der Wiener Nationalokonomischen Schule [La doctrine de l'utilité marginale et ce qu'on appelle le problème de l'imputation de l'école économique de Vienne], Jahrbucher fur Nationalokonomie und Statistik, Vol 114, pp97-133
  • 1937, Hans Mayer, Teoria dell'utilità marginale, In: Economia pura, Nuova collana di economisti stranieri e italiani, Gustavo del Vecchio, ed, Torino : Utet, 836p
  • 1938, H. Bernardelli, The End of the Marginal Utility Theory?, Economica, New Series, Vol. 5, No. 18, May, pp192-212
  • 1947, Fritz Machlup, Rejoinder to an Antimarginalist, The American Economic Review 37:148-154
  • 1950.
  • 1955, Emil Kauder, The Retarded Acceptance of the Marginal Utility Theory: Reply. The Quarterly Journal of Economics 69:474-477
  • 1959, Roger Vuaridel, La theorie marginaliste de la demande de consommation. Aperçu critique de son évolution, Revue économique, Vol 10, n°3, May, pp365-387
  • 1965, Emil Kauder, A History of Marginal Utility Theory, Princeton NJ: Princeton University Press
  • 1968, Nicholas Georgescu-Roegen, Utility, International Encyclopedia of the Social Sciences, Vol 16, pp236-267
  • 1972,
    • P. Barucci, The spread of marginalism in Italy, 1871-1890, History of Political Economy, IV (2): 512-531
    • Mark Blaug, Was There a Marginal Revolution?, History of Political Economy, 4:269-280
    • A. W. Coats, The Economic and Social Context of the Marginal Revolution of the 1870's, History of Political Economy, vol. 4, pp. 303-24
    • Michael De Vroey, The Transition from Classical to Neoclassical Economics: A Scientific Revolution, Journal of Economic Issues 9:415-439
    • N. B. Di Marchi, Mill and Cairnes and the Emergence of Marginalism in England, History of Political Economy 4:344-363
    • William Jaffe, Leon Walras's role in the 'Marginal Revolution' of the 1870s, History of Political Economy, vol. 4, pp. 379-405
    • Goodwin, Craufurd D.W, Marginalism Moves to the New World. History of Political Economy 4:551-570
    • Richard S. Howey, The Origins of Marginalism, History of Political Economy 4:281-302
    • Terence W. Hutchison, The "Marginal Revolution" and the Decline and Fall of English Classical Political Economy, History of Political Economy, Vol 4, pp442-468
    • Tamotsu Matsuura, Marginalism in Japan, History of Political Economy 4:533-550
    • R. Ronald Meek, Marginalism and Marxism, History of Political Economy 4:499-511
    • George Shackle, Marginalism: The Harvest. History of Political Economy 4:587-602
    • Joseph J. Spengler, The Marginal Revolution and Concern with Economic Growth. History of Political Economy 4:469-498
    • Erich Streissler, To What Extent was the Austrian School Marginalist ?, Hope, n° 4, vol.2, pp.426-441
    • J. Vincent Tarascio, Vilfredo Pareto and Marginalism, History of Political Economy 4:406-425
    • Donald Winch, Marginalism and the Boundaries of Economic Science. History of Political Economy 4:325-343
  • 1973, H. K. Betz, The Marginal Revolution in Economics, The Canadian Journal of Economics, 6:630-632
  • 1974, A. A. Walters, The Marginal Revolution in Economics: Interpretation and Evaluation. The Economic History Review, New Series 27:134
  • 1977, J. H. McCulloch, The Austrian Theory of Marginal Use and of Ordinal Marginal Utility, Zeitschrift für Nationalökonomie, Vol. 37, 249-280
  • 1981, Flora Gill, Some Methodological Implications of the Marginal Revolution, Australian Economic Papers, Vol 20, n°36, June, pp72-82
  • 1982, George Stigler, The Adoption of the Marginal Utility Theory: The Economist as Preacher and Other Essays. Chicago, University of Chicago Press
  • 1988, Lawrence Birken, From Macroeconomics to Microeconomics: The Marginalist Revolution in Sociocultural Perspective, History of Political Economy, 20 (2): 251-64
  • 1996, Visa Heinonen, Austrian flavor on the periphery: First reactions to the marginalist neoclassical economics in Finland, Research in the History of Economic Thought and Methodology, 14, pp171-192
  • 2003, Steven Horwitz, The Austrian Marginalists: Menger, Böhm-Bawerk, and Wieser, In: Warren J. Samuels, Jeff E. Biddle et John B. Davis, dir., A Companion to the History of Economic Thought, Ch 17, Blackwell Publishing Ltd, pp262-277
  • 2005, Gilles Campagnolo, « Note sur le raisonnement marginal version Carl Menger », Revue française de sociologie 4/2005 (Vol. 46), p. 799-806 [lire en ligne]
  • 2006, Manuk Ghazanchian, Why did The Marginal Revolution Occur?, Vitruvian Perspectives: An Interdisciplinary Journal of Scholars

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
Outils personnels
Partager