Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Écologie pastèque

De Wikiberal

L'écologie pastèque (watermelon environmentalism) ou les écolos pastèques (watermelon environmentalists) désignent ceux qui, sous couvert d'une idéologie écologiste (verte), veulent faire avancer des idées socialistes ou communistes (rouges). En effet, comme pour une pastèque, le vert extérieur cache le rouge intérieur.

Les idées auxquelles ils peuvent ainsi être favorables, notamment la décroissance économique, sous couvert de lutte contre le réchauffement climatique, impliqueront qu'ils voudront imposer à la société toutes sortes d'impôts ou de taxes « écologiques », comme la taxe carbone.

Ces attitudes relèvent in fine d'un keynésianisme écologique, forme politique et idéologique de l'écologie, au travers des attitudes classiques keynésiennes, basées sur l'impôt, la redistribution, et l'endettement.

Ainsi, c'est sans surprise qu'on apprend que Jacques Perreux, deuxième sur la liste d'Europe Ecologie aux élections régionales de 2010 en Île de France, est responsable communiste de longue date, qui critique le PCF qui aurait trop bougé vers la droite de l'échiquier politique, militant « dans la plus stricte ligne du parti », « chouchou de Georges Marchais qui appliquait la ligne du parti avec zèle » et reconnait sans ambages « ne pas avoir été suffisamment bousculé par la question des libertés dans les pays de l'Est »[1]...

On apprend aussi que les anciennes juges Eva Joly et Laurence Vichnievsky, outre leur participation à l'organisme ANTICOR dirigé par le juge Halphen, ont appartenu aussi au Syndicat de la Magistrature (un des syndicats les plus à gauche). Elles ont adhéré à Europe Ecologie, aux élections européennes (pour Eva Joly) et aux élections régionales (pour Laurence Vichnievsky). Ces anciennes juges ont manifesté à plusieurs reprises des positions critiques à l'égard du capitalisme et/ou du libéralisme, imputant au capitalisme la responsabilité de la pollution, de la crise financière de 2007-2008 et des inégalités sociales. Or, c'est dans les pays à dominante étatique voire collectiviste que la pollution est la plus forte et non dans les pays dits libéraux.

Ecolopasteque.jpg

Citations

  • L’écologie est la nouvelle maladie infantile du communisme. Ses principaux animateurs sont passés du rouge au vert. Ils ont été repeints, mais ils défendent toujours la même vision du monde : l’individu ne sait pas ce qui est bon pour lui, c’est à la société de le lui apprendre. (Christian Gerondeau, 30/07/2014)
  • A Copenhague, s'est opérée la fusion entre les écologistes et les altermondialistes, conduisant à poser la question climatique en relation avec la justice sociale, nous annonce triomphalement Hervé Kempf dans Le Monde, comme s'il fallait se réjouir de la contamination de ses meilleurs amis par le virus de la rage. C’est la reconnaissance du retour des «écolos-pastèques» (vert dehors, rouge dedans), avec la mise en scène qui marche à chaque sommet international, que ce soit les G8 ou G20 : de la violence pour attirer les caméras, mais une violence juste, contre l'Injustice, contre les responsables de tous nos maux réunis là devant nous ! La scène idéale avec unité d'action, de temps et de lieu, sous les yeux du monde entier. (Yves Egal[2])

Notes et références

  1. « Jacques Perreux, de Georges Marchais à... Cécile Duflot », 19 février 2010, Le Monde pour Direct Plus
  2. Les «écolos-pastèques» contre l'écologie, Yves Egal

Voir aussi

Liens externes

5244-cameleonhelp-buddylivegreen.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail écologie.