Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Réalisme

De Wikiberal
7742-efdur-medaille2.png
La version du 21 mai 2009 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire comme faisant honneur à Wikibéral, l’encyclopédie libre et gratuite. (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion, et la liste des articles de qualité.

L'épistémologie réaliste[1] postule l'existence d'un monde objectif, indépendant de nos sens, et régi par des lois naturelles que la science s'efforce de mettre en évidence et d'expliquer. Une des caractéristiques de l'épistémologie réaliste est d'établir une règle de prudence entre l'apparence et la réalité. Car, la connaissance, en général, constitue une image plus ou moins précise du réel. Selon le principe d’incertitude de Heisenberg, ce n’est pas parce que les lois déterminant la réalité ne peuvent être établies du fait de l’incomplétude de nos instruments que la réalité n’existe pas. Le rôle du scientifique réaliste est donc de montrer qu'il existe une telle différence. C'est donc la tâche de l'enquête, de l'entretien ou de l'étude de dévoiler ce qui est apparemment le cas et ce qui est réellement le cas. Grâce à l'épistémologie réaliste, la science possède alors un pouvoir de résolution plus grand que les autres systèmes de connaissance métaphysique (religion, arts). Par un travail minutieux sans relâche, le scientifique affine sa compréhension du monde au risque de remettre en question les apports théoriques bénéfiques de ses prédécesseurs dans le but ultime de découvrir la vérité, de lever le voile des nuances et de scruter attentivement les arguments sagaces[2]

L'opposition du réalisme avec d'autres approches épistémologiques

Les arguments théoriques du réalisme sont opposés à d'autres approches de la connaissance comme :

Aristote[16] et Saint Thomas d'Aquin sont les premiers philosophes réalistes. Au début du 20ème siècle, Jacques Maritain a proposé son épistémologie qu'il appelle le réalisme critique. A l'ère contemporaine, Uskali Maki, John R. Searle et l'école autrichienne sont des représentants du réalisme scientifique.

Le réalisme de Jacques Maritain

Jacques Maritain s'oppose aux auteurs dominants de la connaissance, les rationalistes et les empiristes. Malgré leurs différences entre eux, le kantisme, l'idéalisme, le pragmatisme, le positivisme sont tous sous l'influence du nominalisme, c'est-à-dire que l'universalité des notions serait une création de l'esprit humain et n'aurait aucun fondement dans la réalité. Au contraire, le réalisme critique de Jacques Maritain défend l'avis que ce que l'esprit sait est identique à ce qui existe. Connaître une chose signifie que son "essence" existe immatériellement dans l'esprit. Cela ne veut pas dire que l'esprit soit un miroir ou une copie de ce qu'il connait. Mais, en fonction des propriétés qu'il appréhende, l'esprit devient les choses qu'il connaît. Notre connaissance de la réalité s'effectue par l'intermédiaire du concept - esse intentionale - qui est un concept immatériel et universel, et il arrive à notre connaissance par la réflexion. Ainsi, en ce qui concerne la connaissance des objets tangibles, par exemple, l'esprit occupe à la fois un rôle passif (réception des impressions par les sens) et un rôle actif (construction de la connaissance par ces impressions).

Le réalisme critique

En ontologie (objet essentiel de la recherche), le réalisme affirme qu'il existe un monde indépendant, dans des degrés divers, à la perception que peuvent en avoir les êtres humains qui le composent. Le réaliste critique est de l'avis qu'il existe une réalité indépendante à notre réflexion sur le sujet d'étude de la science. Ceci contraste avec certaines formes d'idéalisme qui affirment qu'il n'existe pas de la réalité extérieure mais que c'est notre esprit qui la constitue. Pour le réaliste critique, les éléments et les mécanismes sous-jacents à l'existence de ce monde, créent les événements que nous observons et que nous expérimentons. Roy Bhaskar reconnaît, cependant, que notre connaissance de la réalité est soumise à toutes sortes d'influences dont des influences historiques. Mais il établit une nette distinction entre la réalité et notre connaissance de la réalité. Il critique la philosophie postmoderne et herméneutique pour ne pas faire cette distinction. La réalité et notre connaissance de la réalité ressortent de deux dimensions différentes, ce qui rejoint à la fois l'idéalisme transcendantal de Kant que les différentes formes d'empirisme.

En épistémologie (philosophie de la connaissance) ou en épistémique (méthode de recherche de la connaissance), le chercheur n'a pas toujours la capacité d'accéder au monde des faits, car notre connaissance est toujours localement et historiquement située. Mais ce relativisme épistémique ne doit pas nous faire pencher vers un relativisme éthique, car il y a des fondations morales pour nous faire choisir entre des positions en apparente concurrence. Le travail de la science est donc de développer une réelle connaissance de ce monde. Celle-ci doit se fonder sur des bases épistémologiques certaines même si cette connaissance réelle du monde ne sera jamais connue avec certitude.

Le réalisme critique évite ainsi le dogmatisme qui, soit élimine la métaphysique (tendance au matérialisme), soit la dogmatise sur une base théologique (thomisme) ou rationaliste (objectivisme randien).

Le réalisme phénoménologique

Harmon M. Chapman, ancien professeur de l'Université de New York, a influencé[17] Murray Rothbard sur sa conception de l'apriorisme et du réalisme. Selon Harmon Chapman, les termes "réalisme" et "phénoménologie" représentent des aspects inséparables d'une même discipline. Leur corrélation intrinsèque se révèle par le fait que le monde est un "objet de conscience" et que la conscience humaine est fondamentalement la "conscience du monde". Cette corrélation réside dans le caractère intentionnel de la conscience et dans la compréhension conduisant à un réalisme qui est uni avec la phénoménologie, et vice versa.

La conscience humaine est liée à la fois au monde empirique car elle est contenue dans le monde et au monde cognitif car elle contient le monde. Cependant cela pose des problèmes. Car la relation empirique est accessible via une recherche naturelle tandis que la relation cognitive ne l'est pas. La connaissance empirique ne peut que présupposer. La réflexion peut, à elle seule, clarifier la connaissance. La nature de la réflexion est à la fois distincte et liée au monde extérieur. La conscience dispose d'une nature téléologique et d'une structure polymorphe. Intentionnellement ou cognitivement, donc, la conscience contient le réel, alors que le monde empirique ou existentiel contient la conscience. Les deux relations se complètent mutuellement l'une à l'autre et approvisionnent conjointement la base cognitive de l'esprit humain.

Le réalisme institutionnel

Victoria Lawson et Lynn Staeheli, apportent un élément supplémentaire au réalisme. Elles nous informent que les chercheurs, en philosophie des sciences, tentent d'identifier les acteurs agissant présents dans la société au sein de structures (institutions), et comment ces individus agissent au sein de celles-ci. Les épistémologues réalistes cherchent à expliquer la complexité des sociétés, en clarifiant les distinctions entre les questions concernant des phénomènes observables et les process qui conduisent à les créer. L'approche réaliste illumine la nature évasive des faits sociaux et des problèmes de signification, d’interprétation et de compréhension du monde social.

A l'intérieur de cette philosophie des sciences, le réalisme a vu apparaître plusieurs tendances, dont le réalisme critique, le réalisme structural, le réalisme pratique (Cournot, Hacking), le réalisme déterminé (Boyd, Leplin, Psillos), le réalisme transcendantal qui ont embrassé plusieurs disciplines (l'économie, la géographie, le marketing, le management).

Le réalisme autrichien

L'épistémologie de l'école autrichienne est fortement marquée par son réalisme, notamment pour ses principaux représentants : Carl Menger[18] Ludwig von Mises[19] ou Friedrich Hayek. Le paradigme autrichien se différencie de celui de l'école dominante (école néo-classique). Pour cette dernière, le chercheur en sciences sociales impose ses critères méthodologiques à la réalité. Son travail "scientiste" consiste à mettre en forme des données pour qu'elles soient adaptées à l'analyse quantitative, en essayant d'établir que le contenu du réel soit mesurable en termes abstraits. Il analyse les faits par un processus de tri, de simplification voire de suppression des données. Dans le modèle autrichien, il existe d'un côté des objets de la réalité qui ont un contenu matériel et d'un autre côté, un forme distincte des relations de l'action humaine sur les objets visés, s'exerçant dans un contexte précis de temps et de lieu. Ainsi, la théorie générale de l'action humaine, selon Ludwig von Mises, est indépendante du temps et de lieu, et donc exempte d'idéologie et de normativité.

La théorie économique réaliste de Friedrich Hayek s'oppose au formalisme comme peut l'illustrer le traitement de l'équilibre. La théorie néo-classique utilise des modèles d'équilibre très formalisés (équations mathématiques et courbes géométriques) qui ont très peu de ressemblance avec la réalité. Comme le souligne Peter Boettke (1997), ces modèles sont au service de l'idéologie politique. A gauche, ces modèles permettent à l'économiste de condamner le capitalisme pour ne pas être conforme au modèle de la concurrence parfaite, et à droite, le capitalisme est béni comme une utopie d'une connaissance parfaite où les acteurs économiques ont des attentes rationnelles. Friedrich Hayek, au contraire, utilise le concept d'équilibre pour montrer que, si le capitalisme n'est pas parfait, il est indissociable de l'analyse des institutions dont une des qualités est de corriger les erreurs et de se rapprocher intuitivement de la perfection. La prise en compte de la réalité de l'erreur dans les échanges économiques est fondamentale pour les économistes autrichiens. Israel Kirzner explique qu'il existe un processus de rééquilibration perpétuelle. A la différence de l'école néo-classique qui considère que l'équilibre est atteinte sans entrepreneur, Israel Kirzner adopte une approche positive et réaliste. Il prend l'être humain tel qu'il est. Il se différencie des théoriciens de la rationalité limitée qui abordent l'économie d'un point de vue normatif[20]. Ceux-ci considèrent que l'individu fait preuve de moins de rationalité qu'il ne le pourrait, selon des objectifs normalisés. C'est pourquoi, l'école autrichienne s'éloigne d'un auxiliaire modale "devrait" ou "doit" pour adopter le verbe modale du présent et de l'indicatif, "est". L'économie se rapproche de l'équilibre, non pas, parce que les acteurs ont instinctivement raison. Au contraire, le marché est représenté par la rencontre de personnes qui sont trop optimistes et d'autres trop pessimistes. Peu à peu, les erreurs des uns et des autres se corrigent pour finir par s'annuler mutuellement. Mais, au même instant, l'économie connaît des changements exogènes comme les préférences des consommateurs, les disponibilités des ressources ou les possibilités technologiques. Ces éléments viennent modifier la structure dans laquelle les erreurs prennent leurs sources. Ceci ne signifie pas qu'il y a des forces externes qui éloigne l'économie de son équilibre mais que les agents économiques internalisent (de façon pratique ou praxéologique) ces éléments externes dans leur schéme de comportement[21].

Voir aussi

Notes et références

  1. Le réalisme en épistémologie ne doit pas être confondu avec le néoréalisme appelé aussi réalisme structurel ou structuro-réalisme en sciences politiques notamment en relations internationales (Kenneth Waltz, Robert Keohanne). Ce mouvement est critiqué par les libertariens Joseph Stromberg ou par Omar Hossino, Realism and the Libertarian Ideal, LewRockwell.com, 5 avril 2008 pour son adoption, entre autres, d'une méthodologie positiviste
  2. "In a social science based on qualitative understanding, the classical method of dialectic used by Plato and Aristotle is the best means of discovering truth, uncovering nuances, and refining our understanding. We must subject our arguments and those of our theoretical forebears to perpetual scrutiny in order to advance our science, dipping our ideas in the "acid bath of reason." Adam Martin, Report on the Austrian Student Scholars Conference, 10 novembre 2005
  3. Quelquefois appelé idéisme et représenté par les philosophes britanniques John Locke, David Hume, John Stuart Mill et leurs successeurs comme George Berkeley. Pour l’empirisme, toute connaissance du réel résulte de l’expérience des sens (sensation, perception). Par conséquent, l’existence de concepts a priori se voit donc exclue d’emblée car ils sont indépendants de l’expérience et ils ne peuvent pas être donnés à la conscience. Ainsi, l’existence de jugements synthétiques a priori est exclue d’emblée.
  4. L'idéalisme (Emmanuel Kant) a pris plusieurs formes, dont l'idéalisme linguistique contemporain (Ludwig Wittgenstein, Willard Van Orman Quine, Gilbert Ryle). Toutes les formes d'idéalisme reposent sur la primauté de la conscience et le fait que la connaissance passe d'abord par l'esprit qui la modèle de telle sorte que la réalité "en soi" ne peut être connue hors de l'esprit (ce qui aboutit généralement à un représentationnisme), ou bien est de nature purement mentale, voire n'existe pas. Les idéalistes linguistiques exigent que les objets auxquels nos déclarations se réfèrent et l'univers que notre discours décrit, ne peut pas être compris épistémologiquement, sauf en référence aux outils linguistiques que nous employons en parlant de ceux-ci. William Quine ajoute que la spécification de l'univers d'une théorie n'a de sens que par rapport à une théorie de base qui la soutient.
  5. dont les principaux représentants sont Ernst Mach, Pierre Duhem et Milton Friedman en économie
  6. Le positiviste croit que l'objectif de la science est de découvrir la vérité par la l'observation et la mesure, c'est-à-dire par des analyses statistiques.
  7. Le post-positivisme ne doit pas être confondu avec le positivisme, car il est, en gros, un rejet des principes fondamentaux du positivisme. Malheureusement, la conservation de la notion "positiviste" peut conduire à des confusions. Le post-positiviste reconnait que la manière dont les scientifiques pensent et travaillent et la façon dont nous pensons dans notre vie quotidienne ne sont pas nettement différentes. Le raisonnement scientifique et le raisonnement de bon sens suivent essentiellement le même processus. Il n'existe donc pas de différence de nature entre les deux, seulement une différence de degré. Les scientifiques, par exemple, suivent des procédures spécifiques pour garantir que les observations soient vérifiables, précises et cohérentes. Dans le raisonnement de tous les jours, cependant, nous ne procédons pas avec tant de soin. Le post-positivisme suit différents courants dont le réalisme critique, le vérificationnisme, le faillibilisme ce qui accentue sa difficulté ontologique. Le réaliste critique post-positiviste reconnaît, par exemple, que toutes les observations sont faillibles et susceptibles d'erreurs. Donc, toutes les théories sont révisables. C'est pourquoi le post-positiviste est proche du scepticisme. Il doute de notre capacité à connaître la réalité avec certitude. Le réaliste critique post-positiviste estime que l'objectif de la science est de tenir fermement le cap afin de parvenir à la réalité, même si nous ne pourrons jamais atteindre cet objectif. Le post-positiviste garde des réminiscences du positivisme car il souligne l'importance de multiplier les mesures et les observations afin de conjurer les erreurs. Avec le positivisme, ils rejettent l'idée relativiste de l'incommensurabilité des différents points de vue, ce point de vue que nous ne pourrons jamais comprendre les uns les autres parce que nous venons de différentes cultures et avons des expériences différentes. Beaucoup de post-positivistes sont constructivistes car ils croient que chacun de nous construit sa vision du monde à partir de sa propre perception. Mais, comme la perception et l'observation sont faillibles, alors nos constructions sont imparfaites. Donc, le post-positiviste estime que l'objectivité est une caractéristique qui réside dans les différences scientifiques. Les post-positivistes rejettent l'idée que toute personne peut voir parfaitement le monde tel qu'il est. Nos perceptions sont biaisées et l'ensemble de nos observations est atteint. Notre meilleur espoir de parvenir à l'objectivité est de se critiquer les travaux les uns des autres. Nous ne pourrons jamais atteindre l'objectivité parfaite, mais nous pouvons l'aborder. La meilleure façon pour améliorer l'objectivité, est d'agir dans le cadre d'un contentieux d'une large communauté scientifique chercheuse de la vérité, y compris d'autres scientifiques qui critiquent les travaux les uns les autres. Les théories qui survivent, sont dans une métaphore de l'évolution des espèces celles qui survivent dans une lutte pour l'évolution. Certains post-positivistes soutiennent donc l'idée que la connaissance évolue au travers d'un processus de variation, de sélection et de rétention. Les théories sont perçues comme disposant des valeurs d'adaptation et parviennent à l'objectivité en comprenant la réalité.
  8. Le réductionnisme considère que les choses complexes peuvent être expliquées en les réduisant à leurs plus simples éléments. Par exemple, les événements dans la société pourraient être expliqués sous l'angle de la biologie, et finalement réduits à des lois de la physique
  9. Le conventionnalisme est une doctrine philosophique qui postule que les théories scientifiques sont des conventions verbales plus ou moins utiles pour expliquer la réalité, et non des descriptions vraies de cette réalité (W. Quine, D. Lewis, M. J. Nye, E. Audureau, Henri Poincaré)
  10. Pour les pragmatistes, la vérité est d'ordre pratique, elle ne peut pas être théorique. La vérité est donc ce qui fonctionne dans une situation donnée ou pour une expérience concrète. Puisque les situations et les expériences changent en fonction du temps et des lieux, il n'existe pas de vérité absolue ou de réponse claire à un problème donné. La vérité est donc ce qui fonctionne pour la société pour le long terme. Pour les pragmatistes, il n'existe pas de lois universelles ou de principes sur lesquels le scientifique peut se reposer. Il n'y a que des actions instrumentales pour faire face à des situations humaines toujours changeantes et en perpétuelle croissance. Puisque la réalité absolue est inatteignable, les pragmatistes en arrivent à un relativisme épistémologique
  11. Le justificationnisme postule qu'un principe valide de la connaissance doit provenir d'une source "autoritaire" qui lui fournit une justification afin de conclure l'argumentation
  12. L'opérationalisme est une doctrine philosophique qui soutient que tous les concepts scientifiques doivent être observables et mesurables. L'opérationalisme est l'un des principes proposés par le Cercle de Vienne
  13. Le postmodernisme est une doctrine philosophique qui soutient que la réalité est construite à travers les diverses formes du langage (théorie scientifique, littérature, récit, mythe, légende). Ces connaissances que les postmodernistes ont tendance à dévaloriser en "constructions" sont influencées aussi bien par les idéologies (religions, libéralisme, néo-conservatisme, sexisme, racisme, etc) que par les règles de la méthode scientifique (rationalité, objectivité, rigueur scientifique, logique, etc.). Les postmodernes sont des relativistes épistémologiques. Pour eux, la science n'est qu'un mode de connaissance parmi beaucoup d'autres sans supériorité hiérarchique. Parmi les postmodernes célèbres, il y a beaucoup d'intellectuels influencés par la pensée marxiste comme Louis Althusser, Roland Barthes, Jean Baudrillard, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Michel Foucault, Félix Guattari, Julia Kristeva, Jacques Lacan, Bruno Latour, Thomas Lemke, Jean-François Lyotard.
  14. Dans sa première version (Koffka), le gestaltisme explique que, ce dont nous faisons l’expérience, ce ne sont pas des objets de la réalité physique (des objets de l’environnement géographique) mais, plus précisément, nous faisons l’expérience du Gestalten. C'est à dire que l'esprit humain crée des objets différents de la réalité physique, en appliquant certaines « lois » spéciales d’organisation de la perception.
  15. Le constructivisme social est une épistémologie qui remet en question l'hypothèse de la perspective scientifique traditionnelle ou "moderne" selon laquelle la connaissance peut être acquise objectivement et qu'elle reflète la réalité. Le constructivisme social est souvent désigné comme post-moderne, car, elle pose des hypothèses sur la connaissance qui doivent être à la portée des techniques de la recherche scientifique. Un point de vue post-moderne voit la connaissance, possédée par un groupe ou par un individu, plus comme un élément révélateur sur le groupe ou sur la culture qu'elle ne révèle une réalité ultime ou absolue. Contrairement à la philosophie scientifique réaliste, une perspective socio-constructiviste créé la connaissance plutôt qu'elle ne la découvre. Elle postule que les connaissances actuelles dépendent des apprentissages antérieurs et que ces apprentissages précédents ont lieu au travers du discours avec d'autres individus, dans le contexte de l'histoire et de la culture. Cela veut dire que notre connaissance ne peut pas être indépendante (libre) d'un processus de construction. Aussi, plutôt que de considérer le processus de construction comme étant interne aux processus cognitifs des individus, la compréhension du sens (meaning) des choses se passent dans l'espace interactionnel des individus. Les significations des choses évoluent vers de nouvelles significations au fur et à mesure où les conversations sociales se façonnent en avançant dans le temps. Le constructivisme social considère donc la connaissance comme un discours sur le monde, non pas comme une réflexion ou une carte du monde, mais comme un artefact d'échange communautaire.
  16. Les détracteurs d'Aristote lui reprochent d'adopter un réalisme naïf ou un réalisme magique dans son ouvrage De Anima, Livre III, Chapitre 4. Ils l'accusent d'adopter un modèle diaphane de sensibilisation au monde extérieur, un modèle qui permettrait au monde extérieur de se refléter complètement et sans distorsion dans la conscience de l'observateur. En d'autres termes, ce modèle diaphane fonctionne sans aucune identité qui lui soit propre. Aussi, l'observateur, dans ce modèle, ne doit pas voir d'un angle particulier ou dans un certain mode mais d'une manière indépendante de tous les moyens (et indépendamment des conditions qui influent sur ces mêmes moyens)
  17. à partir de son texte, Harmon M. Chapman, 1953, Realism and Phenomenology, In: The Return to Reason, John Daniel Wild, dir., H. Regnery Co., pp3-35.
    Murray Rothbard cite Harmon Chapman, In: Praxeology: The Methodology of Austrian Economics
    La conception est une sorte de conscience, une manière d'appréhender les choses ou de les comprendre et non pas une prétendue manipulation subjective de ce que l'on appelle des généralités ou des universaux uniquement "mentaux" ou "logiques" dans leur provenance et non cognitifs dans leur nature.
    Ainsi, pour pénétrer dans les données des sens, il est évident que la conception synthétise également ces données. Mais la synthèse, ici en cause, contrairement à la synthèse de Kant, n'est pas une condition préalable à la perception, un processus antérieur pour constituer à la fois la perception et son objet, mais il s'agit plutôt d'une synthèse cognitive dans l'appréhension, c'est une unification ou une "compréhension" qui fait corps avec le sujet appréhendé. En d'autres termes, la perception et l'expérience ne sont pas les résultats produits ou la fin d'un processus synthétique a priori, mais ce sont elle-mêmes des appréhensions synthétiques ou globales dont l'unité structurée est prescrite uniquement par la nature du réel, c'est-à-dire, par les objets dans leur solidarité et non par la conscience elle-même, dont la nature (cognitive) est d'appréhender le réel tel qu'il est.
    Harmon M. Chapman, 1953, Realism and Phenomenology, In: The Return to Reason, John Daniel Wild, dir., H. Regnery Co, p29
  18. Steven Horwitz soulignant la métaphore de la concurrence bilatérale par le marché des chevaux d'Eugen Böhm-Bawerk et de son extension à une fonction d'offre et de demande discrète, formule le réalisme de l'approche des fondateurs de l'école autrichienne "In this sense Böhm-Bawerk's analysis was an extension of Menger's focus on real human action (discrete buyers and sellers) rather than a calculus-oriented conception of utility" [En ce sens, l'analyse de Böhm-Bawerk est une extension du point d'attention de Menger sur l'action de l'homme réel (des acheteurs et des vendeurs en unité discrète) plutôt que d'une conception axée sur le calcul de l'utilité], Steven Horwitz, 2003, The Austrian Marginalists: Menger, Böhm-Bawerk, and Wieser, In: Warren J. Samuels, Jeff E. Biddle et John B. Davis, dir., A Companion to the History of Economic Thought, Ch 17, Blackwell Publishing Ltd, p273,
  19. "Reasoning and scientific inquiry can never bring full ease of mind, apodictic certainty, and perfect cognition of all things .... All that man can do is to submit his theories again and again to the most critical reexamination" [Le raisonnement et la recherche scientifique ne peuvent jamais apporter une fluidité complète de l'esprit, une certitude apodictique, et une parfaite connaissance de toutes les choses .... Tout ce que l'homme peut faire, c'est de soumettre ses théories encore et encore aux réexamens critiques. (Ludwig von Mises, Human Action, 1966 ed., pp.25, 68)
  20. En utilisant l'approche cognitive américaine des chercheurs en psychologie clinique, comme les travaux de George A. Miller, 1956, The Magical Number Seven, Plus or Minus Two: Some Limits on our Capacity for Processing Information, Psychological Review, 63, pp81-97, la théorie de la rationalité limitée confine l'être humain à un sous-homme, non pas que les résultats empiriques soient erronés mais son aspect normatif pseudo-scientifique place la connaissance au-delà d'un cadre humain et la réduit à un niveau mystique en mettant en avant le chiffre "7" qui est chargé de symboles. De plus, comme l'affirmait Ludwig von Mises, cette recherche en psychologie est distincte de la thymologie.
  21. "Les décisions du marché sont continuellement modifiées pour prendre en compte des possibilités futures plus réalistes; les entrepreneurs sont toujours à l'affût de possibilités de découvrir des opportunités profitables jusque-là inaperçues (que ces opportunités soient dans leur nature de court terme ou de long terme)." [Market decisions are continually modified to take more realistic account of future possibilities; entrepreneurs are continually alert to the possibilities of discovering hitherto unnoticed gainful opportunities (whether these opportunities are short-run or long-run in their nature)], Israel Kirzner, 2006, The Anatomy of Economic Advice, Part III, The Freeman, Octobre, Vol 56, n°8

Bibliographie

  • 1916, Roy Wood Sellars, Critical Realism: A Study of the Nature and Conditions of Knowledge, Chicago: Rand-McNally and Co.
  • 1924, Roy Wood Sellars, Critical Realism and Its Critics, Philosophical Review, 33, pp379-397
  • 1926, Roy Wood Sellars, Realism and Evolutionary Naturalism: A Reply to Professor Hoernlé, The Monist, 37, pp150-155
  • 1927,
    • Roy Wood Sellars, Realism and Evolutionary Naturalism, The Monist, 37, pp150-155
    • Roy Wood Sellars, Current Realism in Great Britain and the United States, The Monist, 37, pp503-520
  • 1930, Roy Wood Sellars, Realism, Naturalism and Humanism, In: Contemporary American Philosophy, G. P. Adams et W. P. Montague, dir., 2 vols., New York: Macmillan, II, pp261-285
  • 1932, M. Schlick, Positivism and realism
    • Repris en 1979, In: M. Schlick, pp259-284
  • 1939, Roy Wood Sellars, A Clarification of Critical Realism," Philosophy of Science 6, pp412-492
  • 1955, Roderick Chisholm, Critical Realism, Philosophy and Phenomenological Research 15
  • 1965, Roy Wood Sellars, Existentialism, Realistic Empiricism, and Materialism, Journal of Philosophy and Phenomenological Research, 25, pp315-332
  • 1966, Virgil J. Trelo, The Critical Realism of Roy Wood Sellars, Lisle, Ill.: St. Procopius College
  • 1967, William Preston Warren, Realism 1900-1930: An Emerging Epistemology, The Monist, 51, pp179-205
  • 1968, Norman Melchert, Realism, Materialism, and the Mind: The Philosophy of Roy Wood Sellars, Springfield, Ill.: Charles C. Thomas
  • 1970, Preston Warren, dir., Principles of Emergent Realism:`Essays by Roy Wood Sellars, St. Louis: Warren H. Green
  • 1973, R. Boyd, Realism, Underdetermination and a Causal Theory of Evidence, Nous 7, pp1-12
  • 1975, R. Bhaskar, A Realist Theory of Science, Leeds, Leeds Books
    • 2nde édition en 1978, Brighton, Harvester
  • 1978,
    • D. M. Armstrong, "Nominalism and Realism", volume 1, Universals and Scientific Realism. Cambridge University Press, Cambridge
    • J. Margolis, The problems of similarity : realism and nominalism, Monist, 61, pp384-400
  • 1979, P. M. Churchland, Scientific Realism and the Plasticity of Mind, Cambridge: CUP
  • 1980, R. Boyd, Scientific Realism and Naturalistic Epistemology, PSA Vol. 2, pp613-662
  • 1982,
    • P. Horwich, Three Forms of Realism, Synthese 52, pp181-201
    • H. Putnam, Three Kinds of Scientific Realism, PhilQuart 32, pp195-200
    • J. Worrall, Scientific Realism and Scientific Change, PhilQuart 32, pp201-231
  • 1984,
    • J. Aronson, A Realist Philosophy of Science, Basingstoke: Macmillan
    • Jarrett Leplin, dir., Scientific Realism, Berlkeley : University of California Press
  • 1985,
    • D. Layder, Beyond Empiricism? The Promise of Realism, Philosophy of the Social Sciences, vol. 15, pp255-274
    • A. Sayer, Realism in Geography, In: R. J. Johnston, dir., The Future of Geography. London: Methuen, pp159-173
  • 1986,
    • R. Bhaskar, Scientific Realism and Human Emancipation, London: Verso
    • A. Fine, Unnatural Attitudes: Realist and Instrumentalist Attachments to Science, Mind 95, pp149-179
    • D. Gregory, Realism, In: R. J. Johnston, Dir., The dictionary of human geography (2nd edn), Oxford: Blackwell, pp387-390
    • R. Harré, The Varieties of Realism: A Rationale for the Natural Sciences, Oxford: Blackwell Scientific
    • A. Wylie, Arguments for Scientific Realism: The Ascending Spiral, American Philosophical Quarterly, 23, pp287-297
  • 1987,
    • Rom Harré, Varieties of Realism, Oxford : Blackwell
    • J. C. Isaac, After Empiricism: The Realist Alternative, In: T. Ball, dir., Idioms of Inquiry: Critique and Renewal in Political Science, Albany, NY: State University of New York Press, pp187-205
    • W. Outhwaite, New Philosophies of the Social Sciences: Realism, Hermeneutics and Critical Theory. London: Macmillan
    • H. Putnam, The many faces of realism, La Salle, III. : Open Court
  • 1988,
    • J. Kim, Explanatory realism, causal realism, and explanatory exclusion, Midwest Studies in Philosophy, 12, pp225-239
    • W. H. Newton-Smith, Modest Realism, PSA
    • R. Nola, dir., Relativism and Realism in Science, Dordrecht: Kluwer
  • 1989,
    • R. Boyd, What Realism Implies and What It Does Not, Dialectica 43
    • P. M. Churchland, Images of science : Scientific realism versus constructive empiricism, Chicago : University of Chicago Press
    • H. Field, Realism, mathematics and modality, Basil Blackwell
    • Tony Lawson,
      • On abstraction, tendencies and stylised facts: a realist approach to economic analysis, Cambridge Journal of Economics, Vol 13, n°1, pp59-78
      • Realism and instrumentalism in the development of econometrics, Oxford Economic Papers, vol. 41, janvier, pp236-258
    • P. Suppes, The semantic conception of theories and scientific realism, Chicago : University of Illinois Press
    • J. Worrall, Structural Realism: the Best of Both Worlds?, Dialectica, 43
  • 1990,
    • R. Boyd, Realism, Approximate Truth, and Philosophical Method, In: Wade C. Savage, dir., Scientific Theories, MinnStud.
    • Jeffrey Isaac, Realism and Reality: Some Realistic Reconsiderations, Journal for the Theory of Social Behaviour, (20):1, pp1-31
    • Victoria A Lawson et Lynn A Staeheli, Realism and the practice of Geography, The Professional Geographer, Volume 42 Issue 1, pp13-20
    • M. Levin, Realisms, Synthese, 85
    • Uskali Maki, Scientific realism and Austrian explanation, Review of Political Economy 2.3 pp310-344
    • H. Putnam, Realism with a Human Face, Cambridge, MA: Harvard University Press
  • 1991,
    • John E. Chappell Jr., On Realism, in Geography and Elsewhere. The Professional Geographer 43:2, 228–231
    • M. Devitt, Realism and Truth, Oxford: Blackwell
    • M. Devitt, Aberrations of the Realist Debate, Philosophical Studies, 61
    • A. Fine, Piecemeal Realism, Philosophical Studies 6, pp79-96
    • Victoria A Lawson et Lynn A Staeheli, On Critical Realism, Human Geography, and Arcane Sects!, The Professional Geographer, 43:2, pp231–233
  • 1992,
    • J. Leplin, Realism and Methodological Change, PSA Vol. 2, pp435-445
    • Deborah Walker et Stuart D. Warner, The Nature of Social Reality: Subjectivism and Methodological Individualism in the Writings of Ludwig von Mises, Cultural Dynamics, 5, pp341-355
  • 1993,
    • J. Aronson, R. Harré et E. C. Way, Realism Rescued, London: Duckworth
    • B. Blackburn, Truth, Realism and the Regulation of Theory, In: Essays on Quasi-Realism, Oxford: OUP
    • M. Bunge, Realism and antirealism in social science, Theory and Decision, 35, pp207-235
    • Paul Davidson, Austrian and Post Keynesians on Economic Reality, Critical Review 7/2-3, pp423–444
    • J. W. McAllister, Scientific Realism and the Criteria for Theory Choice, Erkenntnis 38, 2, pp203-222
    • Mark Peacock, Hayek, Realism and spontaneous order, Journal for the Theory of Social Behaviour, vol 23, n°3, pp249-264
  • 1994,
    • A. Collier, Critical Realism: An Introduction to Roy Bhaskar's Philosophy, London: Verso
    • Nicolai J. Foss, Realism and Evolutionary Economics, Journal of Social and Biological Systems, vol 17, n°1, pp21-40
    • J. D. Greenwood, Realism, Identity, and Emotion: Reclaiming Social Psychology. Thousand Oaks, CA: Sage
    • A. Kukla, Scientific Realism, Scientific Practice and the Natural Ontological Attitude, BJPS 45, pp955-975
    • Tony Lawson, A realist theory for economics, In: R. E. Backhouse, dir., New Directions in Economic Methodology, Routledge, pp257-285
    • Tony Lawson, Realism in Hayek: a case of continuing transformation, In: Marina Colonna et al., dir., Capitalism, Socialism and Knowledge: The Economics of F. A. Hayek, vol II, Edward Elgar
    • Bruce L. Rhoads, On being a ‘real’ geomorphologist, Earth Surface Processes and Landforms 19:3, 269
    • E. Wright, A new critical realism: an examination of Roy Wood Sellars' epistemology, Transactions of the Charles S. Peirce Society, vol. 30, n°3, pp477-514
  • 1995,
    • M. S. Archer, Realist Social Theory: The Morphogenetic Approach, Cambridge, UK: Cambridge University Press
    • F. R. Hendry, Realism and Progress: Why Scientists Should be Realists, In: R. Fellows, dir., Philosophy and Technology, Cambridge: CUP
    • Tony Lawson, A realist perspective on contemporary `economic theory', Journal of Economic Issues, Vol 29, pp1-32
    • S. Psillos, Is Structural Realism the Best of Both Worlds?, Dialectica, 49
    • R. J. Robinson, D. Keltner, A Ward et L. Ross, Actual versus assumed differences in construal: “Naive realism” in intergroup perception and conflict. Journal of Personality and Social Psychology, 68, pp404-417
    • John R. Searle, The Construction of Social Reality, Simon & Shuster (New York)
      • Nouvelle édition en 1996, Penguin Books (Londres et New York)
    • T. J. Watson, In search of HRM: beyond the rhetoric and reality distinction or the case of the dog that didn't bark, Personnel Review, Vol.24, No. 4, pp6-17
  • 1996,
    • Patrick Baert, Realist Philosophy of the Social Sciences and Economics: A Critique, Cambridge Journal of Economics, 20, pp513-522
    • G. Harman et J. J. Thomson, Moral realism and moral objectivity, Oxford : Blackwell
    • C. A. Hooker, commentaire du livre de Anthony A. Derksen, The Scientific Realism of Rom Harré, The British Journal for the Philosophy of Science, Vol. 47, No. 4, Dec., pp647-653
    • Clive Lawson, Realism, Theory, and Individualism in the Work of Carl Menger, Review of Social Economy, vol. 54, no. 4, Winter, pp445-464
    • Mark Peacock, Clive Lawson et Stephen Pratten, Realism, underlabouring and institutions, Cambridge Journal of Economics vol. 20 (2), pp137-151
    • L. Ross et A. Ward, Naive realism in everyday life: Implications for social conflict and misunderstanding, In: T. Brown, E. Reed et E. Turiel, dir., Values and knowledge, Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum, pp103-135
    • P. Slurink, Back to Roy Wood Sellars : Why his evolutionary Naturalism is still worthwhile, Journal of the history of philosophy, vol. 34, n°3, pp425-449
  • 1998,
    • Margaret S. Archer, dir., Critical Realism: Essential Readings. London: Routledge
    • E. Craig, Realism and Antirealism, In: E. Craig, dir., Routledge Encyclopedia of Philosophy, vol. 8, pp115-119
    • A. Fine, Scientific Realism and Antirealism, In: Craig, dir., Routledge Encyclopedia of Philosophy, vol. 8, pp581-584
    • D. M. Hausman, Problems with realism in economics, Economics and Philosophy, 14: pp185-213
    • G. T. Henry, G. Julnes et M. M. Mark, dir., Realist Evaluation: An Emerging Theory in Support of Practice (New Directions for Evaluation No. 78). San Francisco: Jossey-Bass Publishers
    • Peter T. Manicas, A Realist Social Science, In: Margaret Archer et al, dir., Critical Realism: Selected Readings, London: Routledge
  • 1999,
    • Bryan Caplan, The Austrian Search for Realistic Foundations, Southern Economic Journal, Vol. 65, n°4 (Apr.), pp823-838
    • A. Fine, Realism and Antirealism, In: A. Robert et Frank C. Keil, dir., The MIT Encyclopedia of the Cognitive Sciences, The MIT Press, pp707-709
    • Steve Fleetwood, dir., Critical Realism in Economics: Development and Debate, London: Routledge
    • David Gordon, Commentaire sur le livre de Tony Lawson, Economics and Reality, The Quarterly Journal of Austrian Economics, 2(2), pp93-96
    • Tony Lawson, Critical issues in economics as realist social theory, In: Steve Fleetwood, dir., Critical Realism in Economics: Development and Debate, Routledge, pp209-257
    • B. McKelvey, "Toward a Campbellian realist organization science", In: J. Baum, B. McKewey, dir., "Variations in Organization Science: In Honor of Donald T. Campbell", Sage: Thousand Oaks, CA, pp383–411
    • A. E. Musgrave, Essays on realism and rationalism, Amsterdam/Atlanta : Rodopi
    • I. Niiniluoto, "Critical scientific realism", Oxford University Press, New York
    • S. D. Parsons, Why the ‘transcendental’ in transcendental realism?, In: Steve Fleetwood, dir., Critical realism in economics: development and debate, Routledge, pp151-168
    • Stathis Psillos, Scientific Realism : How science tracks the truth, Londres : Routledge
  • 2000,
    • Stephen Ackroyd, Connecting organization and societies: A realist analysis of structures, In: S. Acroyd et Steve Fleetwood, dir., Realist perspectives on management and organizations, London: Routledge, pp87-108
    • Stephen Ackroyd, et Steve Fleetwood, Realism in contemporary organization and management studies, In: S. Ackroyd et S. Fleetwood, dir., Realist Perspectives on Management and Organizations, Routledge, London
    • Jörg Guido Hülsmann, A Realist Approach to Equilibrium, Quarterly Journal of Austrian Economics, Vol 3, n°4, pp3-51
    • Raza Mir et Andrew Watson, Strategic management and the philosophy of science: the case for a constructivist methodology, Strategic Management Journal 21: 941 - 953
    • H. Patomäki et C. Wight, After postpositivism? The promises of critical realism, International Studies Quarterly, 44(2), pp213-237
    • A. Sayer, Realism and Social Science, London: Sage
  • 2001,
    • Bryan Caplan, Probability, Common Sense, and Realism: A Reply to Hülsmann and Block, Quarterly Journal of Austrian Economics, Vol 4, n°2, pp69-86
    • Kwan Kai-Man et Eric Tsang, Realism and constructivism in strategy research: a critical realist response to Mir and Watson, Strategic Management Journal, 22: 1163-1168
    • Raza Mir et Andrew Watson, Critical realism and constructivism in strategy research: toward a synthesis, Strategic Management Journal, Vol 22, pp1169-1173
    • A. E. Musgrave, Metaphysical realism versus word-magic, In: D. Aleksandrowicz et H. Gunther Russ, dir., Realismus Disziplin Interdisziplilinaritat, Amsterdam and Atlanta, GA : Editions Rodopi, pp29-54
    • Stephen Parsons, A Response to the Claim 'There is no Problem for Transcendental Realism Here, Review of Political Economy, Volume 13, n°1, janvier, pp115- 123
    • B. Walters et D. Young, Critical realism as a basis for economic methodology: a critique, Review of Political Economy, 13:2, pp483-501
  • 2002,
    • Geoff Easton, "Marketing: a critical realist approach", Journal of Business Research, Vol 55, n°2, février, pp103-109
    • Carl R. Hausman, Charles Peirce's evolutionary realism as a process philosophy [Le réalisme évolutionniste de Charles Peirce: une philosophie du processus], Transactions of the Charles S. Peirce Society, vol. 38, no1-2, pp13-27
  • 2003,
    • Walter Block, Realism: Austrian vs. Neoclassical Economics, Reply to Caplan, Quarterly Journal of Austrian Economics, Vol. 6, n°3, Fall, pp63-76
    • Raymond Dennehy, Maritain's Reply to Gilson's Rejection of Critical Realism, In: Peter A. Redpath, dir., A Thomistic tapestry : essays in memory of Étienne Gilson, New York : Rodopi
    • P. Downward, dir., Applied Economics and the Critical Realist Critique, Routledge
    • Tony Lawson, Reorienting Economics, Routledge
    • Tony Lawson, Keynes’s realist orientation, In: J. Runde et S. Mizuhara, dir., The Philosophy of Keynes’s Economics: Probability, Uncertainty and Convention, Routledge, pp159-169
    • Heikki Patomäki, After International Relations. Critical Realism and the (Re)Construction of World Politics, Routledge: London and New York
    • Peter A. Redpath, dir., A Thomistic tapestry : essays in memory of Étienne Gilson, New York : Rodopi
    • B. Walters et D. Young, Critical realism, methodology and applied economics, In: P. Downward, dir., Applied Economics and the Critical Realist Critique, Routledge, pp51-65
  • 2004,
    • Scott Beaulier et Peter Boettke, The Really Real in Economics, In: Paul A. Lewis, dir., Transforming Economics: Perspectives on the Critical Realist Project in Economics, London and New York: Routledge
    • Shaun Hargreaves Heap, Critical realism and the heterodox tradition in economics, In: Paul A. Lewis, dir., Transforming Economics: perspectives on the critical realist project, Routledge, pp152-166
    • John Mingers, Real-izing information systems: critical realism as an underpinning philosophy for information systems, Information and Organization, Volume 14, Issue 2, avril, pp87-103
    • E. Pronin, The bias blind spot: Introspection versus insight, In: D. A. Armor (Chair), Naïve realism, the bias blind spot, and illusions of objectivity. Annual meeting of the American Psychological Society, Chicago, IL, may
    • J. Reiss, Critical realism and the mainstream, Roundtable: Tony Lawson’s Reorienting Economics’, Journal of Economic Methodology, 11: 321-327
    • T. J. Watson, HRM and critical social science analysis, Journal of Management Studies, Vol.41, No. 3, pp447-67


  • 2005,
    • Bjørn-Ivar Davidsen, Arguing critical realism: The case of economics, Journal of Critical Realism, Volume 4, n°2, pp291-314
    • Bjørn-Ivar Davidsen, Critical Realism in Economics – a different view, Post-autistic economics review, Symposium on Reorienting Economics (Part V) Dialogue on the reform of economics with Tony Lawson’s Reorienting Economics as focal point, Vol 14, n°33, September,
    • Shelby D. Hunt, For Truth and Realism in Management Research, Journal of Management Inquiry, Vol. 14, No. 2, pp127-138
    • Roderick T. Long, "Realism and Abstraction in Economics: Aristotle and Mises versus Friedman", Quarterly Journal of Austrian Economics, Vol 9, n°3
    • M. Reed, Reflections on the ‘realism turn’ in organization and management studies, Journal of Management Studies, 42(8), pp1621-1644
    • M. Reed, Doing the loco-motion: Response to Contu and Willmott’s commentary on ‘The realist turn in organization and management studies’, Journal of Management Studies, 42(8), 1663-1673
    • GR Steele, Critical thoughts about critical realism, Critical Review: An Interdisciplinary Journal of Politics and Society, vol 17(1-2), pp133-154
  • 2006,
    • Bernard Leca et Philippe Naccache, A Critical Realist Approach To Institutional Entrepreneurship, Organization, Vol. 13, No. 5, pp627-651
    • Roderick Long, Realism and Abstraction in Economics: Aristotle and Mises versus Friedman, Quarterly Journal of Austrian Economics, 9 (3), pp3-23
    • Peter T. Manicas, A Realist Philosophy of Science: Explanation and Understanding, Cambridge: Cambridge University Press
    • John Mingers, Real ising Systems Thinking: Knowledge and Action in Management Science, Springer US
    • Heikki Patomäki, Realist Ontology for Futures Studies, Journal of Critical Realism, (5):1, pp1-31
    • Scott Taylor, Acquaintance, meritocracy, and critical realism: Researching recruitment and selection processes in smaller and growth organizations, Human Resource Management Review, 16(4): 478-489
  • 2007, A. E. Musgrave, The miracle argument for scientific realism, The Rutherford Journal : The New Zealand Journal for the History and Philosophy of Science and Technology
  • 2008,
    • William W. Cobern et Cathleen C. Loving, An Essay for Educators: Epistemological Realism Really is Common Sense, Revue Science & Education, Volume 17, n°4, avril, pp425-447
    • Peter Manicas, Austrian Economics and critical realism, Journal of Critical Realism, Vol 7 (2), pp34-60
  • 2009,
    • Paul A. Lewis, Turning to Reality? A Review Essay on Tony Lawson’s Reorienting Economics, Review of Radical Political Economics, 41, pp108-117
    • Adam Martin, "Critical realism and the Austrian paradox", Cambridge Journal of Economics, 33(3), pp517-530
  • 2010, Paul A. Lewis, "Certainly Not! A Critical Realist Recasting of Ludwig von Mises‘s Methodology of the Social Sciences", Journal of Economic Methodology, Vol 17, pp277–299
1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.