Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Emily Chamlee-Wright

De Wikiberal
Emily Chamlee-Wright
Économiste

Dates
EmilySmiling-full.jpg
Tendance Économie du développement, école autrichienne
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Emily Chamlee-Wright

Emily Chamlee-Wright, professeur d'économie au Beloit College de Beloit (Wisconsin), est une spécialiste de l'économie du développement et de l'école autrichienne d'économie[1]. Elle a remporté en 2008 le Hayek Prize de l'Atlas Economic Research Foundation[2]. Elle est également chercheur associé au Mercatus Center de la George Mason University. C'est dans cette université qu'elle a obtenu son Ph.D. en économie en 1993.

L'association de l'ethnographie et de la science économique

Son premier livre, The Cultural Foundations of Economic Development (1997) est basé sur les études ethnographiques des marchés urbains du Ghana. Son second ouvrage, Culture and Enterprise (2000), co-écrit avec Don Lavoie, tente de réconcilier deux disciplines éloignées : l'étude des cultures et l'économie de marché. The Learning Society, son troisième ouvrage, porte sur l'intersection entre le marché et le capital social.

Dans son travail sur le développement économique (1997), Emily Chamlee-Wright adopte une vue autrichienne de l'entrepreneuriat et elle explique comment les différentes significations culturelles influencent les entrepreneurs. Son approche ethnographique complète et appuie le point de vue de l'analyse socio-économique de l'enchâssement ("embeddedness"). Entre autres choses, Emily Chamlee-Wright fournit des études de cas utiles illustrant l'importance de la confiance, de la réputation et des relations personnelles dans la régulation des forces supposées anonymes du marché. Chaque culture et chaque marché a ses propres mécanismes pour la production de la confiance. Ainsi, Emily Chamlee-Wright montre que les entrepreneurs sont des représentants d'une culture. D'une part, les actions des entrepreneurs reflètent l'environnement culturel dans lequel ils agissent. D'autre part, leurs actions ont une influence importante sur la culture dans laquelle ils opèrent. Aussi, Emily Chamlee-Wright conclut que la théorie du développement doit tenir compte du rôle des entrepreneurs comme des personnalités qui ont un rôle de leadership dans le monde culturel.

Une vision hayékienne du marché du micro-crédit

En 2006, elle a écrit un article reposant sur une vision hayékienne du micro-crédit. L'analyse économique traditionnelle indique les conditions à suivre pour le secteur de la micro-finance, en concédant sur les conditions d'efficacité et en menant des mesures d'incitation. Cependant, nous indique Emily Chamlee-Wright, libérer le crédit à un plus grand nombre n'est pas la solution. Il faut tenir compte et mieux analyser en profondeur la complexité et la dispersion des connaissances contenues dans les économies informelles, dans les réseaux sociaux, dans les méthodes autochtones de l'épargne, du crédit et de la gestion des risques pour comprendre comment des entraves se transforment en atouts positifs (actifs). En s'appuyant sur l'analyse de Friedrich Hayek, sur la nature de la connaissance dans l'ordre étendu du marché, Emily Chamlee-Wright complète et affine le débat sur la mission sociale du micro-crédit et sur sa commercialisation. Contrairement à l'approche candide de Gandhi, il est faux de croire que les membres les plus pauvres de la société sont directement bénéficiaires des politiques généreuses du micro-crédit. Il faut interpréter, à la lumière de l'analyse de l'école autrichienne, comment les hommes et les femmes les plus pauvres d'un pays peuvent bénéficier d'un meilleur usage de signaux d'informations contenus dans le développement social et dans les réseaux économiques propre au contexte géographique, économique et culturelle d'un bénéficiaire. Alors, comment ces personnes peuvent-elles utiliser de manière plus efficace ces informations plutôt que des étrangers inconnus. Comment une politique de micro-crédit est-elle susceptible de stimuler la création spontanée (qui est inconnue dans les détails) par de nouvelles connexions entre les personnes pauvres et l'ordre étendu ? Emily Chamlee-Wright conclue donc que la commercialisation permet d'atteindre ce but.

Notes et références

Publications

De 1993 à 1999

  • 1994, commentaire du livre de Stavros Ioannides, "The Market, Competition and Democracy", Journal of the History of Economic Thought, Vol 16, n°2, pp324-326
  • 1997, The Cultural Foundations of Economic Development: Urban Female Entrepreneurship in Ghana. New York, NY: Routledge

De 2000 à 2009

  • 2001, avec Don Lavoie, Culture And Enterprise: The Development, Representation, and Morality of Business, New York, NY: Routledge
  • 2002, “Savings and Accumulation Strategies of Urban Market Women in Harare, Zimbabwe”, Economic Development and Cultural Change, 50:4
  • 2005,
    • a. "Entrepreneurial Response to “Bottom-up” Development Strategies in Zimbabwe", The Review of Austrian Economics, Vol 18, n°1, Mars, pp5–28
    • b. The Structure of Social Capital: an Austrian Perspective on its Nature and Development, Working Paper: Beloit College
  • 2006,
    • a. ‘After the Storm: Social Capital Regrouping in the Wake of Hurricane Katrina,’ Mercatus Center Global Prosperity Initiative Working Paper 70
    • b. Fostering Sustainable Complexity in the Microfinance Industry: Which Way Forward?, Conversations on Philanthropy, Indianapolis, Philanthropic Transformations, Vol III, n°5, pp23-44
    • c. "The development of cultural economy: foundational questions and future direction", In: Jack High, dir., "Humane Economics: Essays in Honor of Don Lavoie, New Thinking in Political Economy", Edward Elgar Publishing, pp181-198
      • Nouvelle édition en 2017, Arlington, Mercatus center
  • 2008,
    • a. Signaling Effects of Commercial and Civil Society, International Journal of Social Economics, volume 35, n°7/8, pp675-626
    • b. The Structure of Social Capital: An Austrian Perspective on Its Nature and Development, Review of Political Economy, janvier, Vol 20, n°1, pp41-58
    • c. avec Justus Myers, Discovery and Social Learning in Non-priced Environments: An Austrian View of Social Network Theory, The Review of Austrian Economics, Spring, Vol 21, n°2
    • d. avec Virgil Storr, The Entrepreneur’s Role in Post-Disaster Community Recovery: Implications for Post-Disaster Recovery Policy, Mercatus Policy Series, Policy Primer 6 (Arlington, VA: Mercatus at George Mason University
    • e. avec Paul A. Lewis, "Social embeddedness, social capital and the market process: An introduction to the special issue on Austrian economics, economic sociology and social capital", The Review of Austrian Economics, Vol 21, n°2-3, septembre, pp107-118
    • f. avec Justus A. Myers , Discovery and social learning in non-priced environments: An Austrian view of social network theory, The Review of Austrian Economics, Vol 21, n°2-3, septembre, pp151-166
  • 2010,
    • a. "Qualitative Methods and the Pursuit of Economic Understanding", Review of Austrian Economics, Vol 23, pp321-331
    • b. dir., "The Annual Proceedings of the Wealth and Well-Being of Nations, 2009-2010", Vol 2, Beloit College Press, ISBN 978-0-578-05849-8
    • c. "Introdution", In: Emily Chamlee-Wright, dir., "The Annual Proceedings of the Wealth and Well-Being of Nations, 2009-2010", Vol 2, Beloit College Press, ISBN 978-0-578-05849-8, pp7-14
    • d. "The Cultural and Political Economy of Recovery: Social Learning in a Post-Disaster Environment", New York: Routledge Press
    • e. avec Virgil Storr, "Expectations of Government's Response to Disasters", Public Choice, Vol 144, n°1-2, pp253-274
    • f. avec Virgil Storr, "The Role of Social Entrepreneurship in Post-Katrina Community Recovery”, International Journal of Innovation and Regional Development, Vol 2, n°1/2, pp149-164
      • Repris en 2010, In: Emily Chamlee-Wright et Virgil Henry Storr, dir., "The Political Economy of Hurricane Katrina and Community Rebound", Northampton, MA: Edward Elgar Publisher, pp87-106
    • g. avec Virgil Storr, dir., "The Political Economy of Hurricane Katrina and Community Rebound", Cheltenham, UK: Edward Elgar
    • h. avec Virgil Storr, "Introduction: Uncertainty and discovery in a post-disaster context", In: Emily Chamlee-Wright et Virgil Henry Storr, dir., "The Political Economy of Hurricane Katrina and Community Rebound", Northampton, MA: Edward Elgar Publisher, pp1-12
  • 2013, "The Cultural and Political Economy of Recovery: Social Learning in a Post-Disaster Environment", New York: Routledge
  • 2015,
    • a. avec Virgil Henry Storr, "Social Economy as an Extension of the Austrian Research Program", In: Peter Boettke et Christopher Coyne, dir., "The Oxford Handbook in Austrian Economics", Oxford University Press, pp247-271
    • b. avec Nona Martin Storr, Virgil H. Storr, "How we came back. Voices from Post-Katrina New Orleans", The Mercatus center, Arlington, Virginia
  • 2017, "Economic Strategies of Urban Market Women in Harare, Zimbabwe", Beliot College, African Pamphlet Collection

Littérature secondaire

  • 2010, Art Carden, commentaire du livre d'Emily Chamlee-Wright, "The Cultural and Political Economy of Recovery: Social Learning in a Post-Disaster Environment", Public Choice, Vol 145, n°3-4, pp581-583

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.