Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Michael Polanyi

De Wikiberal
Michael Polanyi
philosophe

Dates 1891 - 1976
Polanyi.jpg
Tendance libéral classique
Origine Hongrie HongrieRoyaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Une autorité qui serait chargée de remplacer par une gestion délibérée les fonctions d'un grand système auto-organisé serait donc placé dans la situation d'un homme chargé de conduire d'une seule main une machine dont le fonctionnement requiert l'emploi simultané de plusieurs milliers de leviers. Les pouvoirs légaux qu'aurait une telle autorité ne lui serviraient à rien dans cette tâche; en voulant les faire respecter, quoi qu'il arrive, on ne pourrait que paralyser un système qu'on n'arriverait pas à gérer. »
inter lib.org sur Michaël Polanyi

Michaël Polanyi (11 mars 1891 - 22 février 1976) est un chimiste et épistémologue britannique d'origine hongroise. Il est reconnu pour ses travaux sur la connaissance tacite.

Biographie

Né en Autriche-Hongrie, il est le frère cadet de Karl Polanyi, dont il ne partage pas les idées politiques, mais avec qui il entretiendra des relations étroites durant toute sa vie, comme en atteste leur correspondance. Après la chute de l'Empire austro-hongrois, il part pour la Grande-Bretagne. Issu d'une lignée de scientifiques, il poursuit lui-même des études de chimie, matière qu'il enseignera à l'université de Manchester de 1933 à 1948. Il est considéré comme un futur nobélisable.

C'est alors qu'il change d'orientation pour se tourner vers les sciences sociales, qu'il enseigne jusqu'en 1958 dans la même université, avant d'obtenir le titre de Senior Research Fellow au Merton College de l'université d'Oxford.

Ses idées

La liberté scientifique

Dans La Logique de la liberté (1951), Polanyi entreprend tout d'abord de dénoncer le dévoiement intellectuel qui a permis aux gouvernements de faire main basse sur la recherche scientifique.

L'intervention étatique brise le développement naturel du travail scientifique. Celui-ci se décompose en trois temps : à titre individuel, les savants choisissent leur thème de recherche et s'y consacrent. Ensuite, les autres membres de la communauté scientifique participent aux recherches pour les affiner, les corriger ou même en refuser les résultats provisoires - mais toujours à l'intérieur de critères scientifiques indépendants de toute volonté politique. Enfin, le débat public peut commencer à travers les publications et articles de vulgarisation. Au cours de ces échanges, chacun acceptera librement ou non les conclusions des travaux.

Le problème apparu avec le marxisme est son rejet intégral d'une science indépendante de la "demande sociale". Plus généralement, Polanyi remarque qu'en quelques années, le dogme d'une science devant œuvrer pour le "bien-être de l'humanité" s'est substitué à la tradition millénaire d'une science désintéressée. Et l'auteur de citer, à l'appui de sa réflexion, quelques titres d'ouvrages fort populaires au moment de la rédaction de son livre : Science for Citizen d'Hogben; Social Relations of Science de J. G. Crowther; Social Functions of Science de J. D. Bernal.

En d'autres termes, c'est l'ancienne distinction entre science pure et science appliquée qui a été violemment niée par les intellectuels étiquetés progressistes. L'objectif véritable de cette contestation est de justifier la planification de la science.

Pour démontrer que cette distinction reste pourtant inévitable, Polanyi en donne une explication d'ordre économique :

«La science appliquée nous montre comment obtenir des avantages pratiques en faisant usage des ressources matérielles. Mais il y a une limite à la désirabilité de tout avantage pratique particulier et il y a une limite à l'abondance de toute ressource particulière. Une technologie ne vaut plus rien en cas de chute brutale de la demande du produit qu'elle détermine ou d'un effondrement de l'offre de la matière première qu'elle utilise. Dès qu'elle produit des biens qui valent moins que les matériaux utilisés, le procédé devient techniquement absurde. Une invention qui serait conçue pour produire des désavantages pratiques n'est pas une invention, ni pour le sens commun ni au sens des lois sur la propriété industrielle. Au contraire, la science pure n'est pas affectée par les variations de l'offre et de la demande. Cela peut modifier légèrement l'intérêt que présente telle ou telle de ses branches, sans pour autant invalider la moindre de ses parties : rien de ce qui était vrai ne deviendra dénué de sens, ni l'inverse. »

Pour réfuter par l'exemple la théorie marxiste, selon laquelle chaque nouvelle étape du développement scientifique consiste en une nouvelle réponse à une « demande sociale », Polanyi explique que les lois newtoniennes de la gravitation n'ont pas été découvertes pour répondre aux intérêts maritimes britanniques, comme le prétendent les économiques marxistes et leurs suiveurs. C'est en effet oublier que Newton s'est appuyé sur les réflexions d'illustres prédécesseurs, qui habitaient et travaillaient loin de la mer : Copernic (à Heidelberg); Kepler (à Prague); Galilée (à Florence). De même, les conclusions de Newton ont énormément intéressé des chercheurs suisses ou prussiens - peu concernés par les questions navales.

De même, il est impossible de savoir à quelles applications éventuelles les Planck, Einstein, Rutherford ou Schrödinger pouvaient bien songer en élaborant leurs nouvelles théories.

L'utilitarisme et le marxisme sont donc les deux menaces qui ont sapé l'indispensable autonomie du travail scientifique pour le subordonner au pouvoir et à l'organisation étatiques.

La liberté du savant contredit donc les thèses des planistes, lesquels se figurent que l'on peut organiser la science comme on établit le plan d'une maison. Pour encore mieux faire comprendre son propos, Polanyi reprend une métaphore proposée par John Milton dans son Areopagitica (1644). D'après le grand penseur et poète anglais, la vérité pourrait être représentée par une statue réduite en mille morceaux, dispersés et cachés en des endroits éloignés les uns des autres. Chaque savant, de sa propre initiative, recherche un fragment pour le remettre à sa place, auprès des autres pièces déjà rassemblées par ses autres confrères.

La planification impossible

A travers sa réflexion épistémologique et politique, Polanyi démontre la supériorité de l'ordre polycentrique (self-adjusted order) sur toute organisation sociale reposant sur le centralisme et le monopole bureaucratique (corporate order). Plus encore, il estime qu'il n'est pas d'autre forme à long terme viable d'organisation sociale que celle reposant sur la liberté individuelle.

Contrairement aux thèses défendant la mainmise de l'État sur l'activité scientifique, Polanyi argumente que seules la concurrence intellectuelle et la coopération volontaire permettent l'essor des sociétés humaines et leur prospérité.

Mais il va plus loin, en estimant qu'une société obéissant totalement à des principes d'organisation centralisée est rigoureusement impossible. Car cette conception administrative (règlementation des prix, centralisation de la recherche scientifique, etc.) de la société romprait toute communication véritable entre chaque individu et, par voie de conséquence, finirait par faire sombrer dans le chaos l'ensemble de la communauté. Le planisme constitue une utopie irréalisable, car il sape tout système véritable d'information et n'offre qu'un simulacre de contrôle sur la production, au contraire d'un système auto-ajusté, fondé sur une communication libre entre chaque acteur. Seuls les participants à un marché libre interagissent réellement en échangeant des informations authentiques.

Polanyi exprime ainsi la supériorité du système auto-organisé sur l'administration planificatrice :

«On est confronté ici avec l'immense supériorité quantitative d'un système d'ordre spontané. Quand la taille d'un tel système croît, il peut en résulter une augmentation presque sans limite du taux de régulation des relations per capita. Ceci tranche avec le cas des systèmes organisés, dont l'augmentation de taille n'élève pas réellement le nombre de relations pouvant être régulées par personne et par unité de temps. »
    — Michael Polanyi, La Logique de la liberté

Pour mieux faire comprendre l'échec inéluctable d'une économie administrée, à la structure nécessairement pyramidale, il recourt à une métaphore éloquente :

«Une autorité qui serait chargée de remplacer par une gestion délibérée les fonctions d'un grand système auto-organisé serait donc placé dans la situation d'un homme chargé de conduire d'une seule main une machine dont le fonctionnement requiert l'emploi simultané de plusieurs milliers de leviers. Les pouvoirs légaux qu'aurait une telle autorité ne lui serviraient à rien dans cette tâche; en voulant les faire respecter, quoi qu'il arrive, on ne pourrait que paralyser un système qu'on n'arriverait pas à gérer. »
    — Michael Polanyi, La Logique de la liberté

Pour illustrer la supériorité d'un système dans lequel les interconnexions entre les individus s'opèrent spontanément, il se sert d'un autre exemple :

«Songeons, par exemple, aux consommateurs de gaz à un moment où il y a une pénurie se traduisant par une baisse anormale de la pression. Un grand nombre d'entre eux ne pourront chauffer l'eau de leur bain à une température acceptable et préféreront, dans ces conditions, ne pas prendre de bain du tout. Toute personne décidant, compte tenu de la pression du gaz à ce moment, de prendre ou de ne pas prendre un bain, affectera directement la décision de tous les autres consommateurs, en train de chercher, au même moment, une solution au même problème. On a ici un système d'ajustements mutuels dont chacun affecte des milliers de relations. »
    — Michael Polanyi, La Logique de la liberté

En d'autres termes, chaque décision délivre une information, qui circule à travers tout le réseau interindividuel. En retour, chaque récepteur de la nouvelle information prendra une décision qui entraînera elle-même un nouvel effet, et ainsi de suite. Il prévient donc tout planificateur qui montrerait de l'arrogance vis à vis de sa capacité à estimer le futur :

"Comment devrions-nous déterminer consciemment un avenir qui, par sa nature même, est au-delà de notre compréhension ? Une telle présomption ne révèle que l'étroitesse d'une perspective mal informée par l'humilité"[1].

Libertés publiques et libertés privées

La question de la liberté est donc l'enjeu de sa réflexion. Mais Polanyi ne la réduit pas à une opposition individu/société (ou collectivité). La véritable raison d'être de la liberté n'est pas qu'elle permettrait à chacun de vivre isolément selon ses inclinations personnelles, du moins pas seulement.

En réalité, la liberté est un vecteur d'information entre chacun de nous, en même temps que la condition nécessaire à l'existence d'un lien social digne de ce nom. Dès lors, il ne s'agit pas simplement de refuser la mainmise de l'État sur les décisions individuelles au motif qu'elle empêche effectivement l'homme d'agir pour lui-même, mais - plus profondément - il faut la refuser parce qu'elle détruit les conditions de possibilité d'une vie sociale civilisée. Le socialisme favorise donc l'émergence d'une société atomisée, où chaque individu vit replié sur lui-même, sur sa vie privée (dans son double sens, puisque chacun est privé de toute communication libre avec autrui). Au contraire, le libéralisme a pour raison d'être la perpétuation d'une société d'individus interagissant dans un monde dont la complexité est à la fois cause et effet de leurs actions (et, partant, justification de la préservation des libertés publiques).

L'auto-destruction du libéralisme

Partant de ces considérations, le savant se demande pour quelles raisons le XXe siècle a vu le socialisme s'imposer au lieu du libéralisme.

D'après lui, l'Europe a été rongée par le démon totalitaire à cause de la substitution des passions et désirs matérialistes aux idéaux élevés de la raison, de la morale et de la religion. Cette éviction s'est produite à la suite de contradictions internes au libéralisme, estime Polanyi. En effet, la systématisation du doute philosophique et la glorification d'un certain scepticisme a accordé une valeur égale entre moralité et immoralité; vérité et mensonge; piété et impiété; liberté et licence; pitié et cruauté; etc. Le processus a été enclenché au Siècle des Lumières quand l'homme s'est vu attribuer un rôle démiurgique, auquel a dû céder la place son antique dignité de serviteur d'idéaux. Dès lors, l'émancipation humaine à l'égard de toute idée transcendante de justice et de vérité a jeté l'Europe sur la route de la servitude. En revanche, continue-t-il, le caractère fortement religieux du libéralisme anglo-saxon l'a préservé de cette pente fatale.

Ce triomphe de la philosophie matérialiste s'est ensuite combiné avec la montée d'un nihilisme - destructeur de principes supérieurs - pour former les différentes idéologies totalitaires : marxisme, fascisme, national-socialisme.

Ceci étant, poursuit Polanyi, le caractère sans précédent du phénomène totalitaire, fondé sur un athéisme radical, a fini par être reconnu. Dès lors, le philosophe regarde avec espoir l'avenir de l'Europe en notant que le combat anticlérical de nombreux libéraux se fait progressivement plus discret, ceux-ci admettant la nécessité de normes supérieures à la volonté humaine.

Annexes

Notes et références

  1. Michael Polanyi, "The Logic of Liberty: Reflections and Rejoinders", Chicago: University of Chicago Press, 1951; repris en 1988, Indianapolis: Liberty Fund, p245. La citation provient de l'édition du Liberty Fund
    "How should we consciously determine a future which is, by its very nature, beyond our comprehension? Such presumption reveals only the narrowness of an outlook uninformed by humility."

Œuvres

De 1935 à 1949

  • 1935, USSR Economics – Fundamental Data, System, and Spirit, The Manchester School of Economic and Social Studies, 6, pp67-89
  • 1936, The Value of the Inexact, Philosophy of Science, 3, April, pp233-234
  • 1939, "The Rights and Duties of Science", The Manchester School of Economic and Social Studies, Vol 10, Octobre, pp175-193
    • Repris en 1940, In: The Contempt of Freedom. The Russian Experiment and After, London
  • 1940,
    • a. The Contempt of Freedom. The Russian Experiment and After, London
      • Nouvelle édition en 1975, Arno Press, New York
    • b. "The Rights and Duties of Science", In: The Contempt of Freedom. The Russian Experiment and After, London
  • 1941, "The Growth of Thought in Society", Economica, Vol 8, November, pp428-456
    • Repris en 1999, In: Peter J. Boettke, Andrew Farrant, Greg Ransom, Gilberto O. Salgado, dir., "The Legacy of Friedrich von Hayek", Vol 3, Aldershot, UK: Edward Elgar Publishing, pp35-63
  • 1943,
    • a. The English and the Continent, Political Quarterly, 14, pp372-381
    • b. “Jewish Problems”, The Political Quarterly, Vol XIV, January-March, pp33-45
  • 1945,
    • a. Full Employment and Free Trade, Cambridge: Cambridge University Press
    • b. Science and the Modern Crisis, Memoirs and Proceedings of the Manchester Literary and Philosophical Society, 86:6, pp107-116
    • c. `Science and Welfare', The Political Quarterly
      • Repris en 1951, In: The Logic of Liberty: Reflections and Rejoinders. Chicago: University of Chicago Press
  • 1946,
    • a. Science, Faith and Society, Oxford: Oxford University Press
    • b. “Can Science Bring Peace?”, The Listener, April 25
  • 1947,
    • a. Science: Observation and Belief, Humanitas (Manchester), I, pp10-15
      • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp215-223
    • b. "The Foundations of Academic Freedom". The Lancet, 3 May, pp583-586
  • 1948, Planning and Spontaneous Order, “The Manchester School of Economic and Social Studies”, Vol XVI, 3, pp. 237-268
  • 1949, Commentaire du livre de Friedrich Hayek, "Individualism and Economic order", Economica, Vol 17, n°63, Août, pp167-168

De 1950 à 1959

  • 1950, Scientific Beliefs, Ethics, LXI, pp27-37
    • Repris en 1973, In: Fred Schwartz, dir., Scientific Thought and Social Reality: Essays by Michael Polanyi, New York: International Universities Press, pp67-81
  • 1951, The Logic of Liberty: Reflections and Rejoinders. Chicago: University of Chicago Press
  • 1952, The Stability of Beliefs, “The British Journal for the Philosophy of Science”, III, 11, pp. 217-232
  • 1954, On the Introduction of Science into Moral Subjects, Cambridge Journal, VII, pp195-207
    • Repris en 1973, In: Fred Schwartz, dir., Scientific Thought and Social Reality: Essays by Michael Polanyi, New York: International Universities Press, pp82-97
  • 1955, "Pure and Applied science and their appropriate forms or organisation", In: "Science and Freedom", Congress for cultural freedom, ed., Martin Seeker & Warburg, pp36-46 suivi d'une discussion avec Sidney Hook, (pp51-52), Roger Apery (pp52-53), de Friedrich Hayek (pp53-54), de F. G. Hautermans (pp54-55), et d'Alfred tarski (pp55-56)
  • 1956, Oscar Jaszi and Hungarian, Liberalism Science and Freedom, 1, p.7
  • 1957,
    • a. Scientific Outlook: Its Sickness and its Cure, Science, CXXV, pp480-504
    • b. Problem Solving, British Journal for Philosophy of Science, VIII, pp89-103
    • c. The Foolishness of History, Encounter, 9.5, pp33-37
  • 1958, Personal Knowledge : Towards a Post-Critical Philosophy, Chicago : University of Chicago Press
    • Nouvelle édition en 1962, Chicago: Chicago University Press
    • Nouvelle édition en 1964, Harper Torchbook edition, New York
    • Nouvelle édition en 1998, London: Routledge
  • 1959,
    • a. The Study of Man, London: Routledge
      • Nouvelle édition en 1964, Chicago: University of Chicago Press
    • b. A Philosophy of Perception, Rezension zu: Sir Russell Brain: The Nature of Experience, Brain 82, pp292-293
    • c. Darwin and his Evolution, commentaire du livre de G. Himmelfarb: Darwin and the Darwinian Revolution, New Leader, Aug. 31
  • 1960,
    • a. An Epic Theory of Evolution, commentaire du livre de Teilhard de Chardin, The Phenomenon of Man, Saturday Review, 30 janvier, p21
    • b. "Beyond Nihilism", London
      • Repris en 1962, In: K. A. Jelenski, dir., "History and Hope", London: Routledge & Kegan Paul
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp3-23
    • c. Acceptance Speech - Le Comte du Nouy Foundation, Christian Scholar, Vol XLIII, pp57-58
    • d. Morals - a product of evolution, commentaire du livre de C.H. Waddington, The Ethical Animal, New Scientist, Vol. 8, n°214, 22 décembre, pp1666-1667
  • 1961,
    • a. Faith and Reason, Journal of Religion, 41, pp237-247
      • Repris en 1973, In: Fred Schwartz, dir., Scientific Thought and Social Reality: Essays by Michael Polanyi, New York: International Universities Press, pp116-130
    • b. Knowing and Being, Mind, Vol LXX, pp458-470
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp123-137
    • c. The Unaccountable Element in Science, Transactions of the Bose Research Institute, Calcutta, Vol 24, n°4, Décembre, pp175-184
      • Repris en 1963, "The Unaccountable Element in Science", Philosophy, Vol 27, pp1-14
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp105-120
  • 1962,
    • a. The Republic of Science: Its Political and Economic Theory, Minerva, 1:54-73
    • b. Tacit Knowing: Its Bearing on Some Problems of Philosophy, Reviews of Modern Physics, Vol XXXIV, n° 4, Octobre, pp601-612
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp159-180
    • c. Clues to an Understanding of Mind and Body, In: I. Good, dir., The Scientist Speculates, London, pp375-380
    • d. Commentary on “The Uses of Dogmatism in Science” by Thomas Kuhn, In: A. C. Crombie, dir., Scientific Change, London, pp375-380
    • e. My Time with X-rays and Crystals, In: P. Ewald, dir., Fifty Years of X-Ray Diffraction, Utrecht, pp629-636
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp97-104
  • 1963,
    • a. Science and Religion: Separate Dimensions or Common Ground?, Philosophy Today, Vol VII, pp4-14
    • b. The Potential Theory of Adsorption: Authority in Science has its Uses and its Dangers, Science, Vol CXLI, pp1010-1013
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp87-96
    • c. "The Theory of Conspicuous Production", In: Raymond Aron, dir., "World Technology and Human Destiny", Ann Arbor: University of Michigan Press, pp95–96
  • 1964,
    • a. Science, Faith and Society. Chicago: University of Chicago Press
    • b. 'The Feelings of Machines', Encounter, Vol 22, janvier, pp85-86
    • c. "Science and Man's Place in the Universe", In: H. Woolf, dir., Science as a Cultural Force, The Johns Hopkins Press, Baltimore, Maryland, pp54-76
  • 1965,
    • a. The Structure of Consciousness, Brain, vol 88, pp799-810
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp211-224
    • b. On the Modern Mind, Encounter, Vol XXIV, May, pp12-20
      • Repris en 1973, In: Fred Schwartz, dir., Scientific Thought and Social Reality: Essays by Michael Polanyi, New York: International Universities Press, pp131-149
  • 1966,
    • a. “Creative Imagination”, Chemical & Engineering News, Vol XLVIV, April, pp85-93
      • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp249-265
    • b. The Tacit Dimension, London: Routledge
      • Extrait repris en 1998, In: L. Prusak, dir., Knowledge in Organization, Butterworth-Heinemann: Boston, MA
      • Traduction en norvégien en 2000, Den tause dimensjonen, Spartacus Forlag, Oslo
    • c. Polanyi’s Logic - Answer, Encounter, Vol XXVII, Sept., p92
    • d. The Logic of Tacit Inference, Philosophy, Vol XLI, Oct., pp1-18
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp138-158
  • 1967,
    • a. The Tacit Dimension, New York: Anchor Books
      • Traduction en italien en 1979, La conoscenza inespressa, Armando, Roma
    • b. The Growth of Science in Society, Minerva, Vol V, pp533-545
      • Repris en 1968, In: William R. Coulson et Carl R. Rogers, dir., Man and the Science of Man, Charles Merrill Pub., Columbus (Ohio), pp11-26
    • c. Life Transcending Physics and Chemistry, Chemical & Engineering News, Vol XLV, août, pp54-66
      • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp283-297
    • d. Science and Reality, British Journal for the Philosophy of Science, Vol XVIII, pp177-196
      • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp225-247
    • e. Sense-Giving and Sense-Reading, Philosophy, Vol XLII, Octobre, pp310-325
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp181-207
  • 1968,
    • a. Logic and Psychology, American Psychologist, Vol XII, Jan. pp27-43
    • b. A Conversation with Michael Polanyi, Psychology Today, Vol I, May, pp20-25 et pp66-67
    • c. Do Life Processes Transcend Physics and Chemistry?, Zygon, Vol III, Dec., pp444-447
      • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp299-303
    • d. Life’s Irreducible Structure, Science, n°160, pp1308-1312
      • Repris en 1969, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp225-239
    • e. The Body-Mind Relation, In: W. Coulson et C. Rogers, dir., Man and the Science of Man, pp85-102
      • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp313-328
  • 1969,
    • a. The Determinants of Social Action, In: Erich Streissler et al., dir., Roads to Freedom: Essays in Honour of Friedrich A. von Hayek, London, Routledge & Kegan Paul, pp145-179
    • b. The Republic of Science, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press, pp49-72
    • c. On Body and Mind, The New Scholasticism, Vol 43, n°2, Spring, pp195-204
    • d. ‘The Structure of Consciousness’, In: M. Greene, dir., The Anatomy of Knowledge, University of Massachusetts Press: Amherst, MA, pp315–330
  • 1970,
    • a. Transcendence And Self-Transcendence, Soundings, Vol 53, n°1, Spring, pp88-94
    • b. Préface du livre de M. H. Pirenne, Optics, Painting and Photography, Cambridge
    • c. What is a Painting?, British Journal of Aesthetics, pp225-236
      • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp347-359
    • d. Science and Man, Proceedings of the Royal Society of Medicine, Vol LXIII, Septembre, pp969-976
  • 1972, Genius in Science, Archives de L’Institut International des Sciences Théoretiques, Vol 34, n°2, pp593-607
    • Repris en 1997, In: R. T. Allen, dir., Society, Economics, and Philosophy: Selected Papers (of) Michael Polanyi, London: Transaction publishers, pp267-281
  • 1974, Discoveries of Science, Archives de L’Institut International des Sciences Théoretiques, Vol 19, pp71-76
  • 1975,
    • a. avec Harry Prosch, "Meaning", Chicago: University of Chicago Press
    • b. "Autobiographical comments", In: John Wakeman, dir., "World Authors 1950–1970", New York: H. W. Wilson Co., p1151

Littérature secondaire

De 1949 à 1969

  • 1949, Frank Knight, Virtue and Knowledge: The View of Professor Polanyi, Ethics, 59, pp271-284
  • 1961,
    • Paul Ignotus et al., dir., The Logic of Personal Knowledge. Essays Presented to Michael Polanyi on his Seventieth Birthday, London, The Free Press. Glenco
    • Paul Ignotus, The Hungary of Michael Polanyi, In: Paul Ignotus et al., dir., The Logic of Personal Knowledge. Essays Presented to Michael Polanyi on his Seventieth Birthday, London, The Free Press. Glenco, pp3-12
    • Bertrand de Jouvenel, "The Republic of Science", In: P. Ignotus et al., dir., The Logic of Personal Knowledge. Essays Presented to Michael Polanyi on his Seventieth Birthday, London, The Free Press. Glenco
  • 1962, W. T. Scott, "Polanyi’s Theory of Personal Knowledge: a Gestalt Philosophy", The Massachusetts Review, pp349-368
  • 1968,
    • C. B. Daly, "Polanyi and Wittgenstein", In: T A. Langford et W. H. Poteat, dir., Intellect and Hope. Essays in the Thought of Michael Polanyi, Duke University Press, pp136-168
    • M. H. Hall, 'A Conversation with Michael Polanyi', Psychology Today, 1, pp20-25 et pp65-67
    • T A. Langford et W. H. Poteat, dir., Intellect and Hope. Essays in the Thought of Michael Polanyi, Duke University Press
    • E. Pols, "Polanyi and the Problem of Metaphysical Knowledge", n: T A. Langford et W. H. Poteat, dir., Intellect and Hope. Essays in the Thought of Michael Polanyi, Duke University Press, pp58-90
  • 1969,
    • Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press
    • Marjorie Grene, Introduction, In: Marjorie Grene, dir., Knowing and Being: Essays by Michael Polanyi, Chicago: University of Chicago Press
    • Paul Craig Roberts, "Politics and Science: A Critique of Buchanan’s Assessment of Polanyi", Ethics, Vol 79, pp235-285

De 1970 à 1979

  • 1971,
    • R. S. Cohen, Tacit, Social and Hopeful, In: Marjorie Grene, dir., Interpretations of Life and Mind. Essays around the Problem of Reduction, London, pp137-148
    • Harry Prosch, "Cooling the Modern Mind: Polanyi's Mission", Saratoga Springs, NY: Skidmore College Faculty Research Lecture
  • 1972,
    • Marjorie Grene, "Polanyi et la Philosophie Française", Archives de Philosophie, Vol 35, pp3-5
    • W. T. Scott, Une nouvelle affirmation de la rationalité. I. L’épistémologie de M. Polanyi, Archives de Philosophie, Vol 35, pp7-31
    • W. T. Scott, Une nouvelle affirmation de la rationalité. II. L’ontologie de M. Polanyi, Archives de Philosophie, Vol 35, pp245-262
  • 1973,
    • Robert E. Innis, "Polanyi’s Model of Mental Acts", The New Scholasticism, Vol 47, n°2, pp147-178
    • Robert E. Innis, "The Logic of Consciousness and the Mind-Body Problem in Polanyi", International Philosophical Quarterly, Vol 13, n°1, pp81-98
    • Harry Prosch, "Polanyi’s Tacit Knowing in the Classic Philosophers", Journal of the British Society for Phenomenology, Vol 4, pp201-216
    • Fred Schwartz, dir., Scientific Thought and Social Reality: Essays by Michael Polanyi, New York: International Universities Press
  • 1974,
    • M. Bradie, Polanyi on the Meno Paradox, Philosophy of Science, 41, p203
    • Patrick Grant, "Michael Polanyi: the Augustinian Component," The New Scholasticism, XLVII, pp438-463
    • Robert E. Innis, "Meaning, Thought and Language in Polanyi’s Epistemology", Philosophy Today, Vol 18, n°1, pp47-67
    • B. V. Manno, "Michael Polanyi on the Problem of Science and Religion", Zygon, vol 9, n°1, pp44-56
  • 1975, Lee Congdon, "Michael Polanyi and the Treason of the Intellectuals", Canadian-American Review of Hungarian Studies, Vol II, n°2, pp79-90
  • 1976,
    • Walter E. Conn, Michael Polanyi: The Responsible Person, The Heythrop Journal, Vol 17, pp31-49
    • Robert E. Innis, The Triadic Structure of Religious Consciousness in Polanyi, The Thomist, Vol 40, n°3, pp393-415
    • Robert E. Innis, commentaire du livre de Michael Polanyi et de Harry Prosch, Meaning, Journal of Religion, October, pp420-422
    • Herbert A. Simon, "Bradie on Polanyi on the Meno Paradox", Philosophy of Science, Vol 43, pp147-151
  • 1977,
    • John Brennan, "Polanyi's Transcendence of the Distinction Between Objectivity and Subjectivity", Journal of the British Society for Phenomenology, Vol 8, n°3, pp141-163.
    • Richard Gelwick, "The Way of Discovery: An Introduction to the Thought of Michael Polanyi", New York: Oxford University Press
    • R. A. Hodgkin et E. P. Wigner, "Michael Polanyi 1891-1976; Elected F.R.S. 1944.", Biographical Memoirs of Fellows of the Royal Society, 23, pp413-448
    • Robert E. Innis, "In Memoriam Michael Polanyi", Zeitschrift für allgemeine Wissenschaftstheorie, Vol 8, n°1, pp22-29
    • Robert E. Innis, "Art, Symbol and Consciousness: A Polanyi Gloss on Langer and Nelson Goodman", International Philosophical Quarterly, 17, December
    • W. T. Scott, Commitment: A Polanyian View, Journal of the British Society for Phenomenology, pp192-206
  • 1978,
    • Richard Allen, 'The philosophy of Michael Polanyi and its significance for education', The Journal of Philosophy of Education, Vol. 12
    • J. H. Gill, Reasons of the Heart: A Polanyian Reflection, Religious Studies, Vol 14, pp143-157
    • W. Mays, "Michael Polanyi: Recollections and Comparisons", Journal of the British Society for Phenomenology, Vol 9, n°1, pp44-55

de 1980 à 1989

  • 1980, T. F. Torrance, dir., Belief in Science and in Christian Life: The Relevance of Michael Polanyi’s Thought for Christian Faith and Life, Edinburgh
  • 1981,
    • R. J. Brownhill, "Objectivity and Subjectivity in Polanyi's Personal Knowledge", New Universities Quarterly, Vol 35, n°3, pp360-372
    • Robert E. Innis, "Heidegger’s Model of Subjectivity: A Polanyian Critique", In: T. Sheehan, dir., Heidegger. The Man and the Thinker, Chicago
    • W. H. Poteat, "Further Polanyian Meditations", PRE / TEXT, An Inter-Disciplinary Journal of Rhetoric, Vol 2 n°1-2, pp173-187
    • Harry Prosch, "Polanyi and Rhetoric", PRE / TEXT, An Inter-Disciplinary Journal of Rhetoric, Vol 2 n°1-2, pp189-196
    • Walter R. Thorson, "The Biblical Insights of Michael Polanyi", JASA 33 (September 1981), pp129-138
  • 1982,
    • Richard Gelwick, Science and Reality, Religion and God: A Reply to Harry Prosch, Zygon, vol 17, n°1, 25-40
    • Bruce Haddox, 'Questioning Polanyi's Meaning: Response to Ronald Hall', Zygon, Vol 17, n°1, pp19-24
    • Ronald L. Hall, 'Michael Polanyi on Art and Religion: Some Critical Reflections on Meaning', Zygon, Vol 17, n°1, pp9-18
    • Harry Prosch, 'Polanyi's View of Religion in Personal Knowledge: A Response to Richard Gelwick', Zygon, Vol 17, n°1, pp41-48
    • W. T. Scott, The Question of a Religious Reality: Commentary on the Polanyi Papers, Zygon, pp83-87
  • 1983, T. Hoy, "Michael Polanyi: The Moral Imperatives of a Free Society", Thought Bronx, N.Y., vol 58, n°231, pp393-405
  • 1984, S. J. Avery Dulles, "Faith, Church and God: Insights from Michael Polanyi", Theological Studies, 3, pp537-550
  • 1985,
    • Drusilla Scott, Everyman Revived: The Common Sense of Michael Polanyi, Lewes: The Book Guild, Sussex
    • W. H. Poteat, "Polanyian Meditations. In Search of a Post-critical Logic", Duke University Press, Durham
  • 1986,
    • D. Emmet, "Truth and the Fiduciary Mode in Michael Polanyi's Personal Knowledge", Convivium, Vol 23, pp4-8
      • Repris en 1986, Tradition and Discovery, Vol 14, pp1932-1936
    • Walter Gulick, "Michael Polanyi's Theory of Meaning and Reality. Prolegomenon to Exploiting Polanyi's Resources on Ultimate Meaning and Reality", Ultimate Meaning and Reality, 9:4, December, pp270-273
    • Harry Prosch, "Michael Polanyi: A Critical Exposition", Albany: SUNY Press
  • 1987, Richard Gelwick, The Way of Discovery: An Introduction to the Thought of Michael Polanyi, Oxford University Press
  • 1988, Andy F. Sanders, "Michael Polanyi’s Post-critical Epistemology. A Reconstruction of some Aspects of Tacit Knowing’", Amsterdam: Rodopi

de 1990 à 1999

  • 1990,
    • Richard T. Allen, "Polanyi", London: The Claridge Press
    • William Casement, “Michael Polanyi’s Defense of Spontaneous Order”, In: C. Peden et Y. Hudson, dir., "Terrorism, Justice and Social Values", Lewiston: The Edwin Mellen Press
    • Hervé Coutau-Bégarie, commentaire du livre de Michael Polanyi, La logique de la liberté, Politique étrangère, Vol 55, n°1, pp208-209
  • 1991,
    • Richard T. Allen, "Polanyi", London, Claridge Press
    • M. Calvin, Memories of Michael Polanyi at Manchester, Tradition and Discovery, 18:2 pp40-42
    • R. Hodgkin, Michael Polanyi - Prophet of life, the universe and everything, Times Higher Educational Supplement, September 27, p15
  • 1993, Paul Ignotus, Some Traces of Pragmatism and Humanism in Michael Polanyi’s Personal Knowledge, Hungarian Studies, Vol 9, n°1-2, pp139-150
  • 1994,
    • Lewis Hill, Towards a personal knowledge of economic history: reflections on our intellectual heritage from the Polanyi brothers, “The American journal of economics and sociology”, 53
    • Endre J. Nagy, "Brotherhood’s Golden Age: Karl and Michael Polanyi", In: Kenneth McRobbie, dir. "Humanity, Society and Commitment: On Karl Polanyi", Critical Perspectives on Historic Issues, Montreal: Black Rose Books, pp4-83
  • 1995,
    • Béla Hidegkuti, "Arthur Koestler and Michael Polanyi: Two Hungarian Minds in Partnership in Britain", Polyanyiana, n°4, n°4, winter, pp6-322
    • John Rothfork, Postmodern Ethics: Richard Rorty and Michael Polanyi, Southern Humanities Review, Vol. 29, pp15-48
    • Drusilla Scott, "Everyman Revived: The Common Sense of Michael Polanyi", Grand Rapids, MI: Eerdmans. ISBN 0-8028-4079-5
    • W. T. Scott, On Polanyi’s notion of Rationality, In: J. Misiek, dir., The Problem of Rationality in Science and its Philosophy, Kluwer, pp205-214
    • M. Sexl, Sprachlose Erfahrung? Michael Polanyis Erkenntnismodell und die Literaturwissenschaften, Frankfurt a.M.
  • 1997,
    • R. T. Allen, Science, Economics and Philosophy: Selected Papers of Michael Polanyi, New Brunswick (USA) et London: Transaction Publishers. Essais de 1917 à 1972
    • John M. Cash, “Guide to the Papers of Michael Polanyi”, Tradition & Discovery, Vol XXIII, n°1, pp5-47
    • Struan Jacobs, "Michael Polanyi and Spontaneous Order 1941-51", Tradition and Discovery, 24:2, pp14-28
    • Paul Knepper, “Polanyi, ‘Jewish Problems’ and Zionism”, Tradition & Discovery, Vol XXXII, n°1, pp6-19
    • P. Mirowski, "On playing the economics trump card in the philosophy of science: why it did not work for Michael Polanyi?", Philosophy of Science, vol 64, pp127-138
  • 1998,
    • Richard T. Allen, The Political Thought of F.A. von Hayek and M. Polany, Beyond Liberalism, Transaction Publishers, New Brunswick, New Jersey
    • Richard T. Allen, "Beyond Liberalism: A study in the Political Thought of F.A. Hayek and Michael Polanyi", Rutgers, NJ, Transaction Publishers
    • A. Bagood, The role of belief in scientific discovery: Michael Polanyi and Karl Popper, Rom.
    • James H Charlesworth, "Polanyi, Merleau-Ponty, Arendt, and the Foundation of Biblical Hermeneutics", Journal for the Study of the Old Testament, Supplement Series 289, Sheffield Academic Press
    • Lee Congdon, "Between Brothers: Karl and Michael Polanyi on Fascism and Communism", Tradition and Discovery, Vol XXIV, n°2, pp7-13
      • Repris en 1997, Society and Economy in Central and Eastern Europe, Vol XIX, n°1
    • Paul Craig Roberts, Norman Van Cott, "Polanyi’s Economics", Tradition and Discovery, Vol 25, n°3, pp26-31
  • 1999,
    • R. Brohm, Bringing Polanyi onto the theatre stage: A study on Polanyi applied to Knowledge Management », ISMICK conference proceedings, Erasmus University, Rotterdam, The Netherlands, pp57-69
    • Robert E. Innis, "Peirce and Polanyi: Perceptual Consciousness and the Structures of Meaning", In: The Peirce Seminar Papers: Essays in Semiotic Analysis, vol 4, New York and Oxford: Berghahn, pp531-561
    • Struan Jacobs, "Michael Polanyi's Theory of Spontaneous Orders", The Review of Austrian Economics, Vol 11, n°1-2, pp111-127
    • Philip E. Mirowski, "Economics, Science and Knowledge: Polanyi vs. Hayek", Tradition and Discovery: The Polanyi Society Periodical, (25:1), pp29-42
    • G. H. Neuweg, Könnerschaft und implizites Wissen: zur lehr- lerntheoretischen Bedeutung der Erkenntnis- und Wissenstheorie Michael Polanyis, Münster
    • C. Vinti, "Michael Polanyi. Conoscenza scientifica e immaginazione creativa", Rome

de 2000 à 2009

  • 2000,
    • Jerry H. Gill, "The Tacit Mode. Michael Polanyi’s postmodern philosophy", New York: State University of New York Press
    • C. P. Goodman, "A Free Society: The Polanyian Defence", Tradition & Discovery. The Polanyi Society Periodical, Vol 27, n°2, pp8-24
    • Wolfe Mays, Turing and Polanyi On Minds and Machines, Appraisal: A Journal of Constrictive and Post-Critical Philosophy and Interdisciplinary Studies, octobre, Vol 3, n°2, pp55-62
    • M. X. Moleski, Personal Catholicism: the theological epistemologies of John Henry Newman and Michael Polanyi, Washington D.C.
    • Mary Jo Nye, “Laboratory Practice and the Physical Chemistry of Michael Polanyi”, In: Frederick L. Holmes et Trevor H. Levere, dir., Instruments and Experimentation in the History of Chemistry, MIT Press, pp367-400
    • Monica Quirico, Michael Polanyi: la critica della pianificazione (1935-1951), “Il Politico”, LXV, 2000, 4, pp597-624
  • 2001,
    • Tchafu Mwamba, "Michael Polanyi’s Philosophy of Science", The Edwin Mellen Press
    • Monica Quirico, Il liberalismo di Michael Polanyi nell’età dei totalitarismi, “Teoria politica”, XVII, 1, pp165-186
  • 2002,
    • Dale Cannon, "Construing Polanyi's Tacit Knowing as Knowing by Acquaintance Rather Than Knowing by Representation", Tradition and Discovery, 29 (2), pp26-43
    • Mark Discher, “Michael Polanyi’s Epistemology of Science and Its Implications for a Problem in Moral Philosophy”, Tradition and Discovery, 29:1, pp49-59
    • Phil Mullins, “Peirce’s Abduction and Polanyi’s Tacit Knowing”, The Journal of Speculative Philosophy, 16:3, pp198-224
    • Maben W. Poirier, A Classified and Partially Annotated Bibliography of Michael Polanyi, the Anglo-Hungarian Philosopher of Science, Toronto: Canadian Scholars' Press, ISBN 1-55130-212-8
    • Stepania Ruzsits Jha, "Reconsidering Michael Polanyi’s Philosophy", University of Pittsburgh Press
  • 2003, Walter Gulick, “Virtues, Ideals, and the Convivial Community: Further Steps Toward a Polanyian Ethics”, Tradition and Discovery, 30:3, pp40-51
  • 2005,
    • Richard T. Allen, "Polanyi and the rehabilitation of emotion", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Richard T. Allen et Struan Jacobs, "Introduction: The significance of Michael Polanyi", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • R. J. Brownhill, "Polanyi's conservatism: the reconciliation of freedom and authority", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Lee Congdon, "Believing unbelievers: Michael Polanyi and Arthur Koestler", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Paul Craig Roberts, "Polanyi the economist", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • C. P. Goodman, "Beyond nihilism", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Struan Jacobs, "Polanyi on tradition in liberal modernity", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Struan Jacobs, "Polanyi's analysis of social orders", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Paul Knepper, "Michael Polanyi and Jewish Identity", Philosophy of the Social Sciences, Vol 35, n°3, pp263-293
    • Monia Manucci, "Observations on Michael Polanyi's Keynesianism", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Martin X. Moleski et William Taussig Scott, Michael Polanyi, Scientist and Philosopher, Oxford University Press, ISBN 978-0-19-517433-5, ISBN 0-19-517433-X
    • Endre J. Nagy, "The Hungarian context of Michael Polanyi's thought", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Stephen Turner, "Polanyi's political theory of science", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
    • Carlo Vinti, "Polanyi and the 'Austrian school'", In: Richard T. Allen et Struan Jacobs, dir., "Emotion, Reason and Tradition: Essays on the Social, Political and Economic Thought of Michael Polanyi", Guildford, Ashgate
  • 2006,
    • Lee Congdon, "Polanyi and the Sadness of Unbelief", Tradition and Discovery, Vol XXXII, n°3, pp12-14
    • Mark T. Mitchell, "Michael Polanyi. The Art of Knowing, (Library Modern Thinkers Series). Wilmington, Delaware: Intercollegiate Studies Institute. ISBN 1-932236-90-2, ISBN 978-1-932236-90-3
    • Ruel Tyson, "From Salon to Institute: Convivial Spaces in the Intellectual Life of Michael Polanyi", Tradition & Discovery, Vol 32, n°3 (2005–2006), p21
  • 2007,
    • Blythe McVicker Clinchy, "Pursued by Polanyi", Tradition and Discovery, 34 (1), pp54-67
    • Phil Mullins, “Comprehension and the ‘Comprehensive Entity’: Polanyi’s Theory of Tacit Knowing and Its Metaphysical Implications”, Tradition & Discovery, Vol XXXIII, n°3, pp26-43
  • 2008,
    • Walter Gulick, "Michael and Karl Polanyi: Conflict and Convergence", Political Science Reviewer, Fall, Vol 37, n°1, pp13-43
    • Struan Jacobs et Phil Mullins, "Faith, tradition, and dynamic order : Michael Polanyi's liberal thought from 1941 to 1951", History of European ideas, Vol 34, n°1, pp120-131
    • Charlie Lowney, “Seeing, Saying and Being the Gestalt: Continuing Investigations on Wittgenstein and Polanyi on the Concept of the Person”, Appraisal: The Journal of the Society for Post-Critical Philosophy and Personalist Studies, Mars, Vol 7, n°1
    • Kent D. Miller, Simon and Polanyi on Rationality and Knowledge, Organization Studies, Vol. 29, n°7, pp933-955
    • Tim Ray, Rethinking Michael Polanyi's Realism: From Personal Knowledge to Intersubjectively Viable Communication, Prometheus, Vol 26, n°3, September, pp241-257
    • Philip Rolnick, “Wittgenstein and Polanyi on the Person”, Appraisal: The Journal of the Society for Post-Critical Philosophy and Personalist Studies, Mars, Vol 7, n°1
    • Craig Scandrett-Leatherman, “Anthropology, Polanyi, and Afropentecostal Ritual: A Scientific and Theological Epistemology of Participation”, Zygon: Journal of Religion and Science, Vol 43, n°4, December, pp909-923

Citations

  • Il apparaît, en premier lieu, que l'opposition habituelle individu-État est insuffisante pour penser le rapport entre liberté et totalitarisme; en tout cas, les libertés les plus essentielles ne sont pas celles qui consistent pour l'individu à exiger de l'État qu'il lui permette d'agir selon ses propres intérêts. La liberté est le droit qu'a un individu ayant une vocation d'exiger qu'on lui laisse faire ce qu'il a vocation à faire. Il s'adresse à l'État sur le ton d'un homme vassal d'un maître supérieur exigeant qu'on rende hommage à son maître. La vraie opposition est donc entre l'État et les réalités invisibles qui guident les efforts créateurs des hommes et où s'enracinent naturellement leurs consciences. La cohérence et la liberté de la société ne sont assurées qu'en proportion de la foi qu'ont les hommes dans la vérité, la justice, la charité et la tolérance et de la volonté qu'ils ont de se consacrer au service de ces réalités; au contraire, il faut s'attendre à ce que la société se désintègre et tombe en servitude lorsque les hommes nient, disqualifient intellectuellement, ou simlement négligent ces réalités et ces obligations transcendantes. C'est de la négation de la réalité de ce règne des idées transcendantes que naît logiquement l'État totalitaire. Quand les fondements spirituels de toutes les libres vocations humaines - avancement de la science et du savoir en général, exigence de justice, affirmation de la religion, libre pratique des arts et de la discussion politique - quand les états transcendants de toutes ces libres activités sont sommairement rejetés, c'est alors sur l'État que, de toute nécessité, se reportent toutes les ferveurs dont l'homme est capable. Car si la vérité n'est pas quelque chose de réel et d'absolu, alors il peut paraître raisonnable que les pouvoirs publics décident de ce qui devrait être estimé vrai. Et si la justice n'est pas quelque chose de réel et d'absolu, alors il peut paraître raisonnable que l'État décide de ce qui devrait être considéré comme juste ou injuste.
  • L'effondrement de la liberté qui est partout survenu après le succès de ces attaques démontre par les faits ce que j'ai dit auparavant : à savoir que la liberté de pensée devient vaine et ne peut que disparaître là où la raison et la moralité sont privées de leur statut de forces autonomes. Lorsque le juge en son tribunal ne peut plus en appeler au droit et à la justice; lorsque ni un témoin, ni un journaliste, ni même un scientifique rendant compte de ses expériences, ne peut dire la vérité telle qu'il la connaît; lorsque, dans la vie publique, il n'existe plus de principe moral imposant le respect; lorsqu'on dénie toute substance aux révélations de la religion et de l'art; alors il ne reste plus de sol sur lequel un individu puisse prendre appui pour résister aux gouvernants du jour. Le totalitarisme est ici logique avec lui-même. Un régime nihiliste devra assurer la gestion quotidienne de toutes les activités qui, en temps ordinaire, sont guidées par les principes intellectuels et moraux que le nihilisme déclare nuls et vides; les principes doivent être remplacés par les décrets de l'omni-compétente Ligne du Parti.
  • Il me semble que ces idées diverses, mouvantes et obscures sur la planification économique souffrent toutes du même défaut de base. Elles sont fondées sur la totale méconnaissance du fait qu'un système industriel géré de façon centralisée est impossible à administrer - impossible au sens où il est impossible pour un chat de traverser l'Atlantique à la nage. (La Logique de la liberté)
  • Ce qui caractérise une société libre, c'est l'éventail des libertés publiques à travers lesquelles l'individu peut jouer socialement tout son rôle, et non le champ laissé aux libertés personnelles sans effet social. Inversement, le totalitarisme n'a pas pour intention première de détruire toute liberté privée; ce sont les libertés publiques, bien plutôt, qu'il prend pour cible. En effet, dans la conception totalitaire, les actions personnelles indépendantes ne sont jamais de nature à réaliser une fonction sociale; quant aux responsabilités publiques, elles incombent toutes à l'État. Alors que la conception libérale de la société accorde au contraire un rôle décisif, dans la vie publique des nations, à la liberté individuelle. Ces considérations obligent à remettre en cause la distinction entre les deux aspects, public et privé, de la liberté. Certes, tous deux doivent être protégés; mais il est fatal au premier d'être fondé sur le second et d'être, comme cela arrive souvent, revendiqué en son nom.
  • La liberté de la personne égocentrique qui veut agir selon son bon plaisir est mise en échec par la liberté de la personne rationnelle qui agit selon ce qu'elle doit.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.